AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.97 /5 (sur 304 notes)

Nationalité : Cuba
Né(e) à : Matanzas , le 27/06/1950
Biographie :

Pedro Juan Gutiérrez a grandi à Pinar del Rio, il est venu étudier le journalisme à La Havane en 1978 et a travaillé pour la revue Bohemia. (http://havana-cultura.com)

Parallèlement à ses études de journaliste à l'université de La Havane, Pedro Juan Gutiérrez exerce les différents métiers de marchand de glaces, coupeur de canne à sucre, dessinateur industriel, soldat, dirigeant syndical, professeur ou animateur de radio, peintre et sculpteur...

Tant réputé que controversé, il s'adonne à la poésie comme aux essais qu'il intitule 'Verdad y mentira en la literatura', 'Viejas tesis sobre el cuento', 'Urgencia de la poesía' ou 'Carpentier en los otros'.

S'il est entre autres auteur de 'Vivir en el espacio', 'Cuentos de La Habana Vieja', 'La mélancolie des lions' et 'Le roi de La Havane', c'est avec 'Trilogía sucia de La Habana' (Trilogie sale de La Havane) qu'il défraie la chronique et rencontre un succès international.

Par ailleurs récompensé par le prestigieux prix Alfonso García-Ramos pour son 'Animal tropical' de 2002, il revient en 2007 avec 'El nido de la serpiente: Memorias del hijo del heladero' (Prix des Amériques insulaires et de la Guyane 2008), 'Corazón mestizo' (une chronique de Cuba d'aujourd'hui) et s'apprête à sortir 'Pobre diablo'.

S'il privilégie des sujets difficiles comme la violence, le sexe ou la mort au sein de sa littérature, l'homme est également un sculpteur et créateur de quatre séries picturales nommées 'Huellas del animal tropical', 'Besos de Gloria', 'Poesía visual' et 'Peces y manzanas'.

Finalement marginal et libertin, Pedro Juan Gutiérrez travaille aujourd'hui avec plusieurs revues en Amérique latine, aux États-Unis et vit toujours à La Havane.
+ Voir plus
Source : www.pedrojuangutierrez.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Pedro Juan Gutierrez   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Pedro Juan Gutierrez


Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
Pedro Juan Gutierrez
HordeduContrevent   13 juin 2021
Pedro Juan Gutierrez
Peu après dix huit ans, j'ai très bien vu que mon écriture n'aurait jamais pour but de plaire et de divertir. Elle ne ferait jamais passer un agréable moment à un public bienséant, pusillanime et blasé. Au contraire : pour ces gens-là, mes livres seraient une épreuve, parce qu'ils secoueraient leurs certitudes et leurs bonnes manières. Ils allaient me détester.
Commenter  J’apprécie          354
Fabinou7   21 septembre 2021
Trilogie sale à La Havane de Pedro Juan Gutierrez
« Le mieux, c'est de prendre la réalité, brute, comme elle t'arrive dessus dans la rue. Tu l'attrapes des deux mains et si tu as assez de force tu la soulèves et tu la laisses tomber sur la page blanche, et voilà, c'est fini. Facile. Sans retouches. »
Commenter  J’apprécie          356
LaBiblidOnee   02 août 2021
Le nid du serpent de Pedro Juan Gutierrez
A dix-huit ans, j’ai très bien vu que mon écriture n’aurait jamais pour but de plaire et de divertir. Elle ne ferait jamais passer un agréable moment à un public bienséant, pusillanime et blasé. Au contraire : pour ces gens-là, mes livres seraient une épreuve, parce qu’ils secoueraient leurs certitudes et leurs bonnes manières. Ils allaient me détester.

Tant pis, je voulais conjurer le démon, déballer tout ce que l’on cache. Tout le monde veut se montrer plaisant, civilisé, raisonnable. Ça ne m’intéressait pas, donc il fallait en premier lieu que je m’éloigne de ce type d’individu. L’apprentissage devait être solitaire. Je n’avais aucune question à poser, à quiconque. L’écrivain digne de ce nom est un spectre invisible : personne ne peut le voir, pourtant, il entend et note tout. Le plus intime, le plus secret de ce que chaque être recèle. Il passe à travers les murailles, s’introduit dans le cerveau et l’âme des autres. Ensuite, il écrit sans aucune peur. Il doit tout risquer. Celui qui n’ose pas aller à l’extrême limite n’a pas le droit d’écrire. Il faut pousser tous les personnages jusque-là. L’extrême limite. Il faut apprendre à le faire. Tout seul. Parce que personne ne peut enseigner comment on y arrive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          318
Sachenka   31 octobre 2015
Trilogie sale à La Havane de Pedro Juan Gutierrez
Les politiques et les religieux, ils croient qu'on peut tout changer par la force de la volonté. Erreur. Parce que les humains continuent à être des bêtes : infidèles et égoïstes.
Commenter  J’apprécie          300
Fabinou7   26 février 2021
Trilogie sale à La Havane de Pedro Juan Gutierrez
« c’est le pied la diplomatie : on a l’immunité et on a la valise, que personne ne peut toucher. »
Commenter  J’apprécie          300
Sachenka   28 octobre 2015
Trilogie sale à La Havane de Pedro Juan Gutierrez
[...] l'héroïsme, c'est pas mon fort. Ni moi ni personne. À notre époque, on n'est plus si obstiné, on n'a plus un tel sens du devoir et des responsabilités. L'esprit du temps est mercantile. L'argent, il n'y a que ça. Et si c'est en dollars, c'est encore mieux. L'étoffe dont on fait les héros est toujours plus rare.
Commenter  J’apprécie          240
Pecosa   01 avril 2021
Estoico y frugal de Pedro Juan Gutierrez
Domingo por la noche

Utiliza las cosas que te rodean.

Esta ligera lluvia

del otro lado de la ventana, por ejemplo.

Este cigarrillo entre los dedos,

estos pies en el sofà

El débil sonido del rock'n roll,

el Ferrari rojo del interior de mi cabeza.

La mujer que anda a trompicones

borracha por la cocina...

Coge todo eso,

utilízalo

Raymond Carver



(Dimanche soir

Sers-toi des choses qui t’entourent.

Cette petite pluie

De l’autre côté du carreau, par exemple

Cette cigarette entre mes doigts,

Ces pieds sur le divan.

Ce faible écho de rock and roll,

La Ferrari rouge dans ma tête.

La femme soûle qui titube

et se cogne çà et là dans la cuisine…

Mets-y tout ça,

Sers-t’en.)
Commenter  J’apprécie          223
Sachenka   27 octobre 2015
Trilogie sale à La Havane de Pedro Juan Gutierrez
Dans ma vie, il n'arrive jamais à tenir, ce satané triangle que forment l'amour, la santé et l'argent. L'amour est un mensonge, le fric un oiseau volage et la santé se détruit en une minute.
Commenter  J’apprécie          230
HordeduContrevent   13 juin 2021
Le nid du serpent de Pedro Juan Gutierrez
La perspective d'avoir un fils pédé le plongeait dans une peur panique. C'était une obsession de toutes les familles ça : ils auraient encore préféré avoir un fils qui se transforme en loup-garou chaque nuit de pleine lune.
Commenter  J’apprécie          226
Sachenka   25 octobre 2015
Trilogie sale à La Havane de Pedro Juan Gutierrez
Un crime passionnel, tout simplement. Comme il y en a partout. Mais ici, la presse n'en parlera pas parce que voici trente-cinq ans qu'il n'est plus convenable de publier quoi que ce soit de désagréable ou de dérangeant dans les journaux. Tout doit être... bien. Un pays modèle ne peut pas être le théâtre d'assassinats ou d'actes révoltants.

Et pourtant il faut savoir, être informé. Si on ne dispose pas de toute l'information, on ne peut plus penser, ni se faire une opinion, ni choisir de soi-même. On devient des imbéciles prêts à gober n'importe quoi.
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Connaissez-vous vraiment Annie Ernaux ?

Où Annie Ernaux passe-t-elle son enfance ?

Lillebonne
Yvetot
Bolbec
Fécamp

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thème : Annie ErnauxCréer un quiz sur cet auteur