AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.2 /5 (sur 6868 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Amiens, France , le 18/10/1741
Mort(e) à : Tarente, Italie , le 05/09/1803
Biographie :

Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos, est un général et écrivain français.

Il est admis en 1760 à l’École royale d'artillerie de La Fère. Il est nommé successivement sous-lieutenant en 1761, puis lieutenant en second en 1762.

Il devient franc-maçon dans la loge L’Union, à Strasbourg de 1765 à 1769, à Grenoble de 1769 à 1775, puis à Besançon de 1775 à 1776. Cette année-là, affilié à la loge parisienne Henri IV, il en devient le Vénérable Maître.

Parvenu dans les Hauts grades de la franc-maçonnerie, il crée son propre chapitre, la Candeur. Nommé capitaine à l’ancienneté en 1771 - il le reste durant dix-sept ans jusqu’à la veille de la Révolution.

Pendant ses nombreux temps libres, il écrit. D'abord un opéra-comique intitulé "Ernestine" sans gloire. En 1777, il reçoit la mission d’installer une nouvelle école d’artillerie à Valence qui reçoit notamment le jeune Napoléon Bonaparte. De retour à Besançon en 1778, il est promu capitaine en second de sapeurs.

En 1778, il commence à rédiger son chef-d’œuvre "Les Liaisons dangereuses". En 1781, promu capitaine-commandant de canonniers, il obtient une nouvelle permission de six mois, au cours de laquelle il achève son chef-d’œuvre.

Il confie à l’éditeur Durand Neveu la tâche de le publier en quatre volumes qui sont proposés à la vente le 23 mars 1782.

En 1788, il quitte l’armée. Après une période de recherche personnelle du meilleur moyen de favoriser son ambition et diverses tentatives pour approcher un grand seigneur, il entre au service du duc d’Orléans dont il partage les idées sur l’évolution de la royauté.

Pendant la Révolution, il a plusieurs rôles importants, s'inscrivant au Club des Jacobins en 1790.

Finalement, il fait la connaissance du jeune général Napoléon Bonaparte, le nouveau Premier Consul et se rallie aux idées bonapartistes. Le 16 janvier 1800, il est réintégré comme général de brigade d’artillerie et affecté à l’Armée du Rhin, où il reçoit le baptême du feu à la bataille de Biberach. Affaibli par la dysenterie et le paludisme, il meurt à Tarente et est enterré sur place.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Pierre Choderlos de Laclos   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La romancière Eliette Abécassis se penche sur le réseau social le plus populaire du moment, Instagram. Comment modèle-t-il nos imaginaires, simplifie-t-il nos émotions, s'insinue-t-il même dans nos amours ? Dans un roman qui colle à son sujet, c'est à un vrai pari que se livre l'autrice : si Choderlos de Laclos vivait dans les années 2020, que s'écriraient le Valmont et la Merteuil d'aujourd'hui, pour rimer avec leurs photos et leurs stories ? Une rencontre diffusée dans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles 2021.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (622) Voir plus Ajouter une citation

On s'ennuie de tout, mon ange, c'est une loi de la nature ; ce n'est pas ma faute.

Commenter  J’apprécie          800

Ou vous avez un rival, ou vous n'en avez pas. Si vous en avez un, il faut plaire pour lui être préféré ; si vous n'en avez pas, il faut plaire encore pour éviter d'en avoir.

Commenter  J’apprécie          640

L’humanité n’est parfaite dans aucun genre, pas plus dans le mal que dans le bien. Le scélérat a ses vertus, comme l’honnête homme a ses faiblesses. Cette vérité me paraît d’autant plus nécessaire à croire, que c’est d’elle que dérive

la nécessité de l’indulgence pour les méchants comme pour les bons; et qu’elle préserve ceux-ci de l’orgueil, et sauve les autres du découragement.

Commenter  J’apprécie          610

Or, est-il vrai, Vicomte, que vous vous faites illusion sur le sentiment qui vous attache à Madame de Tourvel ? C'est de l'amour, ou il n'en exista jamais : vous le niez bien de cent façons ; mais vous le prouvez de mille.

(Lettre CXXXIV, la marquise de Merteuil au vicomte de Valmont)

Commenter  J’apprécie          580

A force de chercher de bonnes raisons, on en trouve; on les dit ; et après on y tient, non pas tant parce qu'elles sont bonnes que pour ne pas se démentir.

Commenter  J’apprécie          570

On s'ennuie de tout, mon Ange, c'est une loi de la nature ; ce n'est pas ma faute.

Si donc je m'ennuie aujourd'hui d'une aventure qui m'a occupé entièrement depuis quatre mortels mois, ce n'est pas ma faute.

Si, par exemple, j'ai eu juste autant d'amour que toi de vertu, et c'est sûrement beaucoup dire, il n'est pas étonnant que l'un ait fini en même temps que l'autre. Ce n'est pas ma faute.

Il suit de là, que depuis quelques temps je t'ai trompée : mais aussi, ton impitoyable tendresse m'y forçait en quelque sorte ! Ce n'est pas ma faute.

Aujourd'hui, une femme que j'aime éperdument exige que je te sacrifie. Ce n'est pas ma faute.

Je sens bien que te voilà une belle occasion de crier au parjure : mais si la nature n'a accordé aux hommes que la constance, tandis qu'elle donnait aux femmes l'obstination, ce n'est pas ma faute.

Crois moi, choisis un autre amant, comme j'ai fait une autre maîtresse. Ce conseil est bon, très bon ; si tu le trouves mauvais, ce n'est pas ma faute.

Adieu, mon ange, je t'ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret : je reviendrai peut-être. Ainsi va le monde. Ce n'est pas ma faute.

Commenter  J’apprécie          542

Être soi-même l'artisan de son malheur ; se déchirer le coeur de ses propres mains ; et tandis qu'on souffre ces douleurs insupportables, sentir à chaque instant qu'on peut les faire cesser d'un mot et que ce mot soit un crime ! ah ! mon amie !...

Commenter  J’apprécie          520

Croyez-moi, Vicomte, on acquiert rarement les qualités dont on peut se passer. Combattant sans risque, vous devez agir sans précaution. Pour vous autres hommes, les défaites ne sont que des succès de moins. Dans cette partie si inégale, notre fortune est de ne pas perdre, et votre malheur de ne pas gagner.

(Lettre LXXXI, la marquise de Merteuil au vicomte de Valmont)

Commenter  J’apprécie          470

Qui pourrait ne pas frémir en songeant aux malheurs que peut causer une seule liaison dangereuse ! et quelles peines ne s'éviterait-on point en y réfléchissant davantage !

(Lettre CLXXV, madame de Volanges à madame de Rosemonde)

Commenter  J’apprécie          462

Ah ! croyez-moi, Vicomte, quand une femme frappe dans le cœur d'une autre, elle manque rarement de trouver l'endroit sensible, et la blessure est incurable.

(Lettre CXLV, la marquise de Merteuil au vicomte de Valmont)

Commenter  J’apprécie          450

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Pierre Choderlos de Laclos Voir plus


Quiz Voir plus

Les Liaisons dangereuses

Durant quel siècle "Les liaisons dangereuses" furent-elles publiées ?

XXème siècle
XIXème siècle
XVIIIème siècle
XVIIème siècle

12 questions
1088 lecteurs ont répondu
Thème : Les Liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de LaclosCréer un quiz sur cet auteur