AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 167 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bourg-Argental, Loire , le 09/01/1940
Mort(e) à : Paris , le 07/02/2020
Biographie :

Pierre Guyotat est un écrivain et dramaturge français.

Fils d’un père médecin de montagne et d’une mère née à Czeladz (Pologne), il commence à écrire en 1954. Peu après la mort de sa mère (1958), il quitte sa famille pour Paris. En 1960, Pierre Guyotat écrit sa première fiction, "Sur un cheval". Le livre est publié au Seuil en 1961.

Appelé en Algérie en 1960, Pierre Guyotat est arrêté début 1962, en Grande Kabylie, par la Sécurité militaire et inculpé d'atteinte au moral de l'armée, de complicité de désertion et de possession de textes interdits. Il subit l0 jours d'interrogatoire et 3 mois de cachot au secret avant d'être muté disciplinairement dans l'Est algérien.

Entre 1963 et 1965, il écrit "Tombeau pour cinq cent mille soldats". En 1970, il publie "Éden, Éden, Éden", aussitôt frappé d'interdiction, puis "Prostitution" en 1975. Après "Le Livre" et "Vivre"(1984), il travaille beaucoup pour la scène, notamment dans le cadre du Festival d'Automne (Bivouac, 1987). En mars 2000 paraissent "Progénitures" et "Explications", en 2005 "Carnets de bord 1", et en 2006 "Coma" (prix Décembre).

De 2001 à 2004, Pierre Guyotat est nommé professeur associé à l'Institut d’Études Européennes de l'université de Paris 8. En 2004, Pierre Guyotat fait don de ses archives à la Bibliothèque nationale de France.

En 2014 est publié "Joyeux animaux de la misère" (Gallimard). Une suite paraît en 2016 intitulée "Par la main dans les enfers" (Gallimard).

Dans son œuvre, qui fait toujours scandale, il invente un monde de sexe et de guerre et des formes nouvelles d'expression.

Il est lauréat du prix Médicis 2018 pour son livre "Idiotie". En 2018, il reçoit un prix Femina spécial pour l'ensemble de son œuvre.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Écrivain ardent, cru, radical, sulfureux, Pierre Guyotat expliquait en 2006 le lien profond qu'il voyait entre son écriture et sa vie. Culture Prime, l'offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l'audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
+ Lire la suite
Podcasts (8) Voir tous

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
colimasson   02 novembre 2014
Coma de Pierre Guyotat
Ma recherche de l’absolu aboutit à ceci que j’en espère toujours de plus absolu encore. Tous les absolus créés par l’homme, auxquels j’ai souscrit, sont dépouillés par moi de leur valeur d’absolu en regard d’autres qui ne nous sont pas encore connus.
Commenter  J’apprécie          212
ericlesapiens   15 décembre 2017
Eden, Eden, Eden de Pierre Guyotat
Le paysan adolescent s'agenouille au bord de la flaque de sangs mêlés, l'épaule appuyée au rideau de fer de la boucherie ; sa main fouille dans la poubelle entre les chairs déchiquetées, prend un coeur de chevreau transpercé, le porte à la bouche ; les chauves-souris, prises dans la chambre froide, s'agrippent aux quartiers suspendus ; le paysan, mâchant le coeur de chevreau, entre dans le bordel des femmes ; la maquerelle le prend entre ses bras, elle le pousse vers l'escalier, il s'accroupit, découvre les pots, lape la gelée (...)
Commenter  J’apprécie          150
colimasson   27 juin 2015
Coma de Pierre Guyotat
Ce que je ressens comme une liberté nouvelle c’est la perte de mon poids. La beauté de l’hiver, sa lumière, l’éclat, le scintillement de la neige et de la glace (le spectacle prévu pour décembre à Chaillot) me font comme un corps glorieux.
Commenter  J’apprécie          140
colimasson   27 octobre 2014
Coma de Pierre Guyotat
Un débat entre littérature et vie, oui, peut-être, mais pas entre ce que moi j’écris et la vie ; parce que c’est la vie, ce que je fais.
Commenter  J’apprécie          140
colimasson   29 juin 2015
Coma de Pierre Guyotat
Comment un médecin même savant pourrait-il comprendre que mon épuisement ne procède que d’une torture d’ordre artistique ?
Commenter  J’apprécie          140
NMTB   01 octobre 2015
Coma de Pierre Guyotat
Ou bien, c’est la fusion avec le monde, ma disparition dans tout ce qui me touche, que je vois, et dans tout ce que je ne vois pas encore. Sans doute ne puis-je alors supporter de n’être qu’un seul moi, devant tous ces autres moi et d’être immobile malgré l’effervescence de mes sens, d’être immobile dans cet espace où l’on saute, s’élance, s’envole…

Plutôt mourir (comme peut « mourir » un enfant) que de ne pas être multiple, voire multiple jusqu’à l’infini.

Quelle douleur aussi de ne pouvoir se partager, être, soi, partagé, comme un festin par tout ce qu’on désire manger, par toutes les sensations, par tous les êtres : cette dépouille déchiquetée de petit animal par terre c’est moi… si ce pouvait être moi !

Commenter  J’apprécie          120
colimasson   06 novembre 2014
Coma de Pierre Guyotat
[La veille de son anesthésie générale]

« Malgré mon enjouement –la douleur ou l’avant-douleur provoque toujours en moi une euphorie de verbe et d’empathie-, d’être ainsi marqué, même aux jambes, pris entre l’âge avancé des onze patients et l’obscurité carrelée, vétuste, du lieu dans lequel je vois et sens aussi les espaces du passé : infirmerie de collège, boiseries d’hospice, en quelque sorte mon commencement dans la collectivité humain, j’éprouve –mais à partir de quel « je » déjà ?- et tais à mes proches une sensation, dont j’attends que l’opération me délivre, d’inexistence entre deux vieilleries, de dépouillement, d’échec, d’abandon par la Lumière, d’humiliation froide, d’oubli.

Commenter  J’apprécie          120
colimasson   28 mai 2015
Coma de Pierre Guyotat
Quelle douleur aussi de ne pouvoir se partager, être, soi, partagé, comme un festin par tout ce qu’on désire manger, par toutes les sensations, par tous les êtres : cette dépouille déchiquetée de petit animal par terre c’est moi… si ce pouvait être moi !
Commenter  J’apprécie          130
colimasson   17 novembre 2014
Coma de Pierre Guyotat
C’est dans les moments d’inattention que souvent le pire m’est advenu.
Commenter  J’apprécie          130
colimasson   27 novembre 2014
Coma de Pierre Guyotat
Ces crises, l’état de grande dépression ne les connaît plus, et si la mémoire en revient au corps épuisé et au restant d’esprit que l’on est, elles apparaissent comme des phases de bonheur inaccessibles désormais.
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..