AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.34 /5 (sur 295 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1972
Biographie :

Pierrette Lavallée avait une douzaine d’années environ lorsqu’elle a écrit sa première nouvelle avec l’aide de sa grand-mère.

Depuis, elle a continué, mélangeant tous les styles : poèmes, contes pour enfants, roman pour adolescents, mais pour son propre plaisir et celui de sa famille. Jusqu’à ce que ses enfants se liguent avec sa sœur et une amie pour qu’elle tente sa chance auprès des maisons d’édition.

Elle écrit tout d’abord une nouvelle érotique pour un concours organisé par les éditions Edilivre. Première expérience concluante car sa nouvelle est publiée dans un recueil paru le 30 août 2013.

Puis ce sont les Éditions Artalys qui lui donnent sa chance en publiant la nouvelle "Amour satyrique", suivie par "Amour calorifique".

Elle publie maintenant aux éditions Sharon Kena.

page Facebook: https://www.facebook.com/pierrettelavalleeauteur/
son blog: http://pierrettelavallee.eklablog.com/
+ Voir plus
Source : http://editions-artalys.com
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (137) Voir plus Ajouter une citation
MiAngeMiDemon   23 avril 2016
Défis entre amies, tome 3 : Loélia de Pierrette Lavallée
Chère Loëlia.



J'avoue avoir cherché un long moment un gage qui ne te mette ni dans l'embarras et qui ne soit pas non plus, difficile à relever. C'est alors que l e prénom de celui que tu désires m'a interpellée. Noé... Noé et son arche, Noé, le sauveur de l'humanité. Je ne vais pas te demander de l'aider à en construire une nouvelle ou encore de réunir des des couples d'animaux pour les sauver du déluge, mais juste de te laisser submerger par le plaisir, entourée d'eau. Le selfie peut être tiré de ta salle de bains, de la sienne, de la piscine, de la plage... Je te laisse seule juge. Mais juste une chose... prends ton pied!
Commenter  J’apprécie          70
Yoda_Bor   19 septembre 2015
La malédiction tsigane, tome 1 : Amarok de Pierrette Lavallée
- Il va falloir bander ton torse, souffla-t-elle en regardant par la vitre.

- Pour l'instant, je suis plus préoccupé par une autre partie de mon corps qui bande, ironisa-t-il.
Commenter  J’apprécie          60
Aurore666   23 février 2016
JAWD de Pierrette Lavallée
- Ecoute, petit, je suis sorti de taule hier, répondit-il froidement, j'ai passé une putain de mauvaise journée. Je me pointe ici pour récupérer ma bécane que j'avais confiée à Franko et je me retrouve nez à nez avec un petit con qui ne sait pas encore se torcher le cul tout seul. Alors, je te le répète une dernière fois, va dire à El Diablo que je suis ici et pas plus tard que maintenant.



- Ou quoi? rétorqua le gamin crânement. Tu sembles oublier que c'est moi qui ai....



Il ne put prononcer un mot de plus. D'un geste de la jambe, Jordan percuta violemment le poignet du gosse et l'arme roula au sol. Aussi rapide qu'un serpent, il le récupéra et le pointa vers l'ado qui soutenait son avant-bras à l'aide de son autre main.



- A présent, va chercher ton chef! ordonna-t-il. Je n'ai pas toute la journée.



-Eh doucement, amigo! Ne va pas estropier les membres de mon gang ou je serai obligé de te faire la peau!



Jordan se tourna vers le nouveau venu qui l'observait calmement, les bras croisés. Ce dernier laissa un sourire effleurer ses lèvres et s'avança en direction de celui que tout le monde nommait La diable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszs   08 septembre 2018
The Savages of Hell - Intégrale de Pierrette Lavallée
Quelques heures plus tard, ils rejoignirent le reste des Savages qui se trouvaient à la Chapelle. Tous les regards se posèrent sur les mains unies de Zuleyha et Dacian qui prirent place l’un à côté de l’autre, la jeune femme s’appuyant avec familiarité contre l’épaule de son amant. Diego les fixa, jeta un bref regard à Benton dont les mâchoires étaient serrées et leva les yeux au ciel.

– Encore des ennuis en perspective, soupira-t-il en secouant la tête. Bon, si je vous ai fait venir ici, c’est parce qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure. Si nous voulons mettre un terme aux activités de mon père et des Voracious Eagles, nous n’avons plus le choix, nous devons taper fort et vite. En premier lieu, il nous faut les preuves que Zuleyha a rassemblées.

Il se tourna vivement vers elle et la fixa attentivement.

– Récupérer ces documents peut-il être dangereux ? demanda-t-il.

– A priori, je dirais non, lui avoua-t-elle. Le coffre est dans un garde-meuble, au milieu de divers containers qui forment un véritable labyrinthe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliMatoline   11 septembre 2019
Les Rapaces, tome 5 : L'aigle de Pierrette Lavallée
Chapitre 1 :



Ashlin

«…— Que nous devons discuter… sérieusement ! Dis-moi où tu te trouves et je viendrai te rejoindre.

— Jackson, je suis partie pour mon boulot et…

— Non, c’est faux et tu le sais. Si tu as décidé de te lancer à la chasse aux sorciers, c’était pour lui… c’est tout !

Je sais de qui il parle, mais je ne veux pas me prendre la tête avec lui, surtout à cause d’Aaron. Ça a toujours été un sujet sensible entre nous.

— À moins, poursuit-il, que toi et l’un de ses braqueurs…

— Qu’est-ce que tu insinues ? m’énervé-je. Que je m’envoie en l’air avec un malfaiteur ? Au cas où tu aurais perdu la mémoire, je te rappelle que j’ai travaillé pendant trois ans au bureau du shérif de Welingray avant de me procurer une licence de détective. Les bandits, je les mets en prison, je ne couche pas avec, si c’est ce dont tu me soupçonnes.

— Je ne t’accuse de rien, soupire-t-il, j’essaie juste de comprendre ce qui se passe !

— Nous avons déjà eu cette conversation, répliqué-je, à présent furieuse. Je me dois d’être ici, de poursuivre ces fils de putes, je…

— Et moi, Ashlin ? m’interrompt-il. Ça fait trois ans que nous sommes ensemble. Deux que nous sommes fiancés. Qu’est-ce que tu me dois, à moi ?

Je sais que j’exagère, que Jackson s’est montré plus que patient avec moi, mais Aaron mérite que justice soit faite et il n’y a que moi qui puisse arrêter son meurtrier.

— Je te demande énormément, Jackson, j’en ai conscience, mais tu dois me comprendre et…

— Non… non, franchement, je n’y arrive plus. Merde, Ashlin, même les forces de l’ordre ont abandonné la traque ! Le directeur de la banque a récupéré son fric grâce à l’assurance, il a retiré sa plainte…

— Je… quoi ? m’exclamé-je.

— De Provinille a retiré sa plainte, me répète-t-il. Il a estimé que la mort de son fils avait remis les pendules à l’heure, qu’il commençait à prendre conscience que l’absence de ce dernier était un poids qui allait peser sur son âme jusqu’à son propre trépas et qu’il voulait mettre un terme à cette… chasse.

— Non… non, c’est impossible ! m’écrié-je. Dis-moi que c’est une blague !

Je frappe de rage sur mon volant. Ainsi Aaron était passé aux oubliettes, comme s’il n’était qu’un dommage collatéral. Je ne peux pas autoriser une chose pareille, pas après ce que je viens d’apprendre...»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aurore666   04 septembre 2016
La malédiction tsigane, tome 1 : Amarok de Pierrette Lavallée
Eh petite, Amarok n'a jamais été comme ça avec une fille, même avant la malédiction. Il s'amusait, prenait, jetait... Et après ce qui s'est passé il y a cinq ans, n'en parlons pas. Son animal est plus proche de la surface que le nôtre. Il souffre depuis cinq ans, au point que ses crises de violence sont légendaires dans toute la région et là... c'est un véritable toutou qui quémande la moindre caresse de sa maîtresse, cracha-t-il. Bon sang, mais que lui a-t-elle fait? Jamais il ne se serait opposé à moi, il est parfaitement au courant de la hiérarchie. Or, j'ai bien reconnu la lueur dans ses yeux. Il me menaçait! Moi, Son Alpha!



-



Vous rappelez-vous les histoires que maman me racontait lorsqu'elle venait me brosser les cheveux avant qu'elle ne nous fuie? Sa préférée était celle des âmes soeurs...
Commenter  J’apprécie          20
Ninie067   21 août 2014
Les cow-boys du Sexas : Buffalo Bill de Pierrette Lavallée
Bill venait de sortir les bêtes lorsqu’un nuage de poussière l’avertit qu’un cavalier venait dans sa direction. Il retira son stetson, épongea son front avec son bandana et se dirigea vers le ranch d’un pas nonchalant. Il fut étonné de voir une superbe jeune femme, juchée sur une jument, qu’il laissait habituellement à l’entrée de la ville, galoper vers lui à vive allure. Elle menait sa monture avec délicatesse et fermeté. Ses longs cheveux roux flottaient derrière elle comme un rideau voletant sous une bise légère. Elle portait une longue robe dont elle avait arraché les coutures sur les côtés pour en nouer les pans entre ses cuisses, laissant apparaître de longues jambes musclées légèrement bronzées.



Bill ne put détacher son regard tandis qu’elle mettait pied à terre avec agilité.
Commenter  J’apprécie          20
sariahlit   19 mars 2015
Amour interdit de Pierrette Lavallée
J’avais vingt-six ans et comme lorsque j’en avais huit, ou dix, après un gros chagrin, j’allais chercher du réconfort auprès de celui qui était tout pour moi : mon meilleur ami, mon frère. Mon tonton Alex.

Mon oncle Alexandre était le jeune frère de ma mère. Il était arrivé par un beau matin de printemps, à la plus grande surprise de ma grand-mère qui avait fait une croix sur une autre grossesse. Dix-neuf ans après la naissance de ma mère, Alexandre avait fait son apparition et fut reçu comme un cadeau. Cinq ans plus tard, ce fut à mon tour de voir le jour. Ma mère m’a dit que, lorsqu’il était venu à la maternité pour voir sa petite nièce, Alex en était tombé amoureux.
Commenter  J’apprécie          20
Ninie067   21 août 2014
Les cow-boys du Sexas : Jesse James de Pierrette Lavallée
Jesse se mit à rire de bon cœur. Callie en fut soufflée. Il semblait plus doux, plus… abordable et une moiteur révélatrice se nicha au creux de son intimité.



Il n’y a rien en ce moment dans le village. Les seules chambres d’hôtes ne sont ouvertes que pendant la saison. Le Sexas est une petite ville…



Le quoi ?



Ben quoi, ma jolie, tu n’as pas vu la pancarte à l’entrée « BIENVENUE AU SEXAS » ?



Ah non, en effet. Pourquoi ce nom, parce que tu donnes des prestations sexuelles sensas ?



Jesse piqua un fard. Lui qui se targuait d’être un séducteur se retrouvait sans voix devant l’insolence de la jeune femme. Elle le désarçonnait complètement.
Commenter  J’apprécie          20
LiliMatoline   29 juillet 2019
Black Devils, tome 1 : Et si tu m'appartenais ? de Pierrette Lavallée
Chapitre 1 :

Tigrane

«…— Elle ne prononçait jamais une seule parole. Elle se contentait de s’asseoir, pendant que je lui rafraîchissais sa coloration ou que je lui faisais les ongles.

— Une petite bourge quoi ! grincé-je.

— Non, une jeune femme terrifiée, me corrige-t-elle sans plus cacher ses larmes. Un jour, je lui ai demandé pourquoi elle ne reprenait pas sa teinte d’origine, et là, elle m’a répondu. « Parce qu’il ne veut pas et qu’il associe ma couleur aux flammes de l’Enfer ». J’ai été si choquée que je suis restée un moment avec mon sèche-cheveux à la main, rêvant de l’enfoncer bien profond dans le fondement de cet individu. Petit à petit, elle s’est ouverte à moi et dans le même temps, j’ai remarqué des traces sur ses poignets, sur sa gorge. Pour moi, ça ne faisait aucun doute qu’elle était victime de violence conjugale.

À ces mots, mon cœur se serre. Ses paroles trouvent un écho en moi et me ramènent à un passé douloureux mais pourtant si doux.

— Écoute, Jalia, soupiré-je, je ne sais pas ce qu’on t’a raconté à mon sujet, mais je ne peux rien faire pour aider ton amie si c’est hors de ma… juridiction. La seule promesse que je peux éventuellement faire, c’est me renseigner sur le club de Bikers le plus proche et insister pour qu’ils gardent un œil sur elle et…

— Il y a quelques semaines, elle est passée me voir au salon, elle était si nerveuse, si effrayée, que je l’ai emmenée dans la salle de repos pour lui faire un thé, poursuit-elle, fébrile. Elle m’a signalé qu’elle n’avait confiance qu’en moi, puis elle m’a donné une enveloppe à n’ouvrir que s’il lui arrivait malheur. Je l’ai suppliée d’appeler la police ou de se réfugier chez moi. Ici, personne ne s’en serait pris à elle. Elle a refusé, me disant qu’elle avait fait son choix cinq ans plus tôt et qu’il était trop tard.

— Non, stop ! Tais-toi ! hurlé-je, désirant de tout cœur qu’elle la ferme, qu’elle arrête là son histoire.

— Avant-hier, elle devait passer au salon pour son rendez-vous mensuel, insiste-t-elle, impitoyable. Elle n’est jamais venue. J’étais si contrariée, que je me suis précipitée chez elle dès l’aube.

— Non… non… murmuré-je sachant déjà ce qu’elle va m’annoncer, mais ne voulant pas l’entendre.

— J’ai eu l’impression d’entrer dans un tombeau. J’ai grimpé les putains de marches de cette putain de baraque de riche, avec mon flingue à la main. Je tremblais tellement que j’étais incapable d’aligner deux pensées cohérentes... mais j’ai continué d’avancer. C’était horrible, elle était là, recroquevillée en position fœtale. Son corps… son visage…

Elle se met à pleurer doucement et d’un geste de la tête, j’autorise Drees à la soutenir. Il glisse un bras autour de sa taille et elle se pelotonne au creux de son épaule, déversant sa peine. Quant à moi, je suis sous le choc. Je sais que cette fille n’est pas venue ici sans raison et je crains qu’elle ne poursuive ses confidences. J’ai peur d’entendre dans sa bouche le prénom de celle que j’avais juré de protéger.

— J’ai cru qu’elle était morte, chuchote Jalia, mais c’est alors que j’ai perçu un léger gémissement. Je devais joindre les secours, mais en m’emparant de mon téléphone, j’ai vu l’enveloppe qu’elle m’avait remise quelque temps auparavant. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai estimé que c’était plus important pour moi de prendre connaissance de ses volontés plutôt que d’appeler une ambulance. Sur la carte à l’intérieur, il était noté « Si tu lis ce mot, c’est qu’il est trop tard pour tout. Pour les regrets, pour l’amour, pour le pardon. Est-ce que tu peux faire le nécessaire afin que mon corps soit ramené dans le comté de Belford Price près des miens, près de Tigrane Forrest. Il était mon frère, mon ami… mon seul ami ».

Je pousse un rugissement de douleur, de rage et donne des coups si violents dans la carcasse de la voiture que Drees doit me maintenir fermement contre lui pour que je ne mette pas mon garage à sac. Mes oreilles bourdonnent, mon cœur va lâcher, mais je l’entends qui crie.

— Écoute-la, mais écoute-la, bon sang !

Et enfin les mots qu’elle hurle depuis un moment parviennent à atteindre mon esprit.

— Elle n’est pas morte, Tigrane ! Elle n’est pas morte.

— Que… Quoi ? balbutié-je.

— Dès que j’ai lu cette lettre, j’ai su ce que je devais faire. J’ai contacté…

...»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..