AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Rochefort-sur-mer , le 31/10/1939
Biographie :

Serge Fauchereau est un conservateur du patrimoine.

De 1973 à 1976, il est professeur de littérature américaine à l'Université de New York et à l'Université du Texas.

Il a ensuite travaillé pendant une dizaine d'années au Centre Pompidou comme commissaire de grandes expositions : Paris-New York, Paris-Berlin, Paris-Moscou, Les Réalismes, etc.

Il a poursuivi cette activité à l'étranger, notamment au Palazzo Grassi à Venise, à la Tate Modern à Londres et à la Kunsthalle de Bonn, parallèlement à sa vocation d'écrivain.

En 2004, il a été commissaire de la rétrospective Bruno Schulz au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme à Paris, de l'exposition Mexique-Europe au Musée d'Art Moderne de Lille-Villeneuve d'Ascq, et de la rétrospective de German Cueto au Musée national centre d'art Reina Sofia à Madrid.

Il collabore depuis toujours au magazine "La quinzaine littéraire" et c’est l’un des grands spécialistes français de l’art contemporain.

Il a été professeur à l'Institut des hautes études en arts plastiques et membre de la commission artistique européenne à Bruxelles.

Il a publié plus d'une vingtaine d'ouvrages - entre autres aux Éditions Cercle d'Art - dont une douzaine de monographies d'artistes, traduites pour la plupart à l'étranger : Braque, Arp, Kupka, Nils Dardel, Philippe Soupault voyageur magnétique, Rancillac, Malevitch, ainsi que Moscou 1900-1930, Peintures et dessins d'écrivains.
+ Voir plus
Source : http://www.cercledart.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Serge Fauchereau   (36)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Entretien avec Serge FAUCHEREAU

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
Musa_aka_Cthulie   20 avril 2016
L'Europe des esprits : Ou la fascination pour l'occulte, 1750-1950 de Serge Fauchereau
A la fin du siècle des Lumières et et de l'Aufklärung, l'idée se répand ainsi largement d'un état de scission faisant naître, par contrecoup, une aspiration à la réunification, à la reconstitution de l'harmonie et de la totalité brisées. C'est sur ce socle commun que se construisent des perspectives divergentes, parfois explicitement opposées ; il est surprenant de constater qu'au moment même où certains penseurs désignent les pouvoirs de la connaissance, de l'intellect et de l'analyse comme les moyens les mieux à même de restreindre l'emprise de l'obscur, du préjugé et de l'aveuglement, d'autres voient au contraire dans les facultés du cœur et de l'intime, sentiment et sensibilité, la disposition seule capable de surmonter le déchirement de l'humanité moderne et d'assurer le dépassement de sa condition finie. A l’analyse, perçue comme force de décomposition, de désagrégation, de froide ou arbitraire dissolution, est alors opposée l'intuition, force intérieure, immédiate, atteignant en chaque chose son essence et sa vérité, à la fois ce en quoi elle constitue une unité et un tout, et ce par quoi cette unité et ce tout répondent au grand Un et au grand Tout du monde conçu comme cosmos, comme macrocosme.



Souvent dans l'être obscur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Tandarica   01 juillet 2015
Sur les pas de Brancusi de Serge Fauchereau
C'est un tout autre Paciurea qui se révèle avec la "Tête d'enfant" de 1907. La tête très ronde émerge de la masse informe du bronze où seuls se dessinent quelques doigts d'une main. C'est une grande main d'adulte qui caresse le cou de l'enfant et celui-ci sourit de bonheur. Alors que les deux sculpteurs n'avaient plus de rapports, Brancusi exécute lui aussi des têtes d'enfants en 1906 et 1907. C'est avec les différentes versions du "Supplice" que la comparaison est intéressante : bonheur extatique chez Paciurea, douleur chez Brancusi, dans l'un et l'autre cas traduit par une même inclinaison de la forme ovoïde de la tête. Le traitement plastique et le modelage surtout sont différents : alors que Paciurea tire vers l'impressionnisme de Medardo Rosso, Brancusi est plus proche des formes franches de Rodin.

(page 28)
Commenter  J’apprécie          141
Musa_aka_Cthulie   19 avril 2016
L'Europe des esprits : Ou la fascination pour l'occulte, 1750-1950 de Serge Fauchereau
L'ébranlement des consciences s'accompagna d'une fascination pour ce que l'on ne savait expliquer ; l'art et la science moderne trouvèrent alors leur fondement sur une part d'irrationalité, une culture des ténèbres et du secret dont ils puisèrent les sources au plus loin de l'histoire de l'humanité, là où, selon les propos d'André Breton dans Arcane 17, "il y a quelque chose qui vient de tellement plus loin que l'homme et qui va tellement plus loin aussi". Cette fascination, qui se fit jour dès les premiers temps du romantisme, continua de se manifester jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, touchant l’Europe entière, selon des modalités diverses, liées aux transformations de la science, de la pensée et de la création artistique, en écho à la conjoncture des événements historiques et aux particularités des ancrages géographiques.



Introduction
Commenter  J’apprécie          130
Tandarica   05 juillet 2015
Sur les pas de Brancusi de Serge Fauchereau
On ne mesure pas toujours l'importance de la composante roumaine dans la culture française. Cela avait commencé au temps du symbolisme. Des aristocrates roumaines imitaient leur reine (qui publiait sous le nom de Carmen Sylva) et écrivait en français des vers et de la prose que l'époque appréciait mais qui n'ont pas survécu aux années. Les noms d'Hélène Vacaresco et de la princesse Bibesco ont plus ou moins disparu et celui de la comtesse de Noailles, née Brancovan, a si fort pâli qu'il est à craindre que bientôt il n'en reste plus rien. Non content de régner sur le symbolisme roumain, Alexandre Macedonski collaborait fréquemment aux revues françaises et belges (son roman "Le Calvaire de feu" est publié à Paris) et, comme le peintre Pallady, l'ami de Matisse, séjournait le plus souvent possible en France. C'est surtout avec les années vingt que l'on verra arriver une génération de Roumains désireux de se fixer en France : Tzara, bien sûr et Panaït Istrati, Stéphane Lupasco puis les poètes Fondane, Voronca, Claude Sernet, sans oublier l'actrice Elvire Popesco, tous adopteront la langue française. Et, bien entendu, les peintres Victor Brauner, Jacques Hérold, le moldave Michonze. Et le compositeur Marcel Mihalovici. Un peu plus tard, une autre vague, avec Eugène Ionesco, E. M. Cioran, Mircea Éliade, se révélera dans les quatre ou cinq années d'après-guerre. C'est dire si Brancusi n'a jamais manqué de compatriotes à Paris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Tandarica   01 juillet 2015
Sur les pas de Brancusi de Serge Fauchereau
D'abord rédigé comme une sorte de journal de bord, ce livre a ensuite été complété, en italique, par des notes et précisions rendues possibles par l'accès ultérieur à une information que ne permettait pas le voyage. Pour faciliter la lecture, la consultation, voire le plagiat (?), on y a aussi adjoint un index. Cet appareil de référence n'est pas là seulement pour la commodité mais aussi pour faire illusion : en réalité, ce livre n'est pas sérieux. C'est peut-être sa principale qualité. (page 8)
Commenter  J’apprécie          101
Jacopo   27 novembre 2018
Kandinsky - Découvrons l'Art, Cercle d'Art de Serge Fauchereau
Dans ses écrits, Wassily Kandinsky a plusieurs fois affirmé que l'expérience fondamentale qui avait orienté toute sa vie avait été sa rencontre. en 1895, avec une peinture de Claude Monet représentant une meule de foin : ''Soudain, pour la première fois, je voyais un tableau. Ce fut le catalogue qui m'apprit qu'il s'agissait d'une meule. J'était incapable de le reconnaître.'' Le jeune homme en est bouleversé mais sans être capable d'en tirer aucune conclusion. Il décide qu'il sera peintre. Dès l'année suivante, il est à Munich, appliqué à étudier la technique picturale et à s'informer sur la peinture de son époque.
Commenter  J’apprécie          50
raynald66   12 avril 2014
Picasso - Découvrons l'Art, Cercle d'Art de Serge Fauchereau
Guillaume Apollinaire est le premier à avoir expliqué le mouvement cubisme et ses implications : "l'objet réel ou en trompe l'oeil est appelé sans doute à jouer un rôle de plus en plus important. On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, des morceaux de toile cirée, des faux cols, du papier peint, des journaux"
Commenter  J’apprécie          40
Partemps   02 novembre 2020
41 poètes américains d'aujourd'hui de Serge Fauchereau
Juliana Spahr est l’auteure de Du Bois'’s Telegram: Literary Resistance and State Containment (Harvard University Press, 2018). Elle enseigne la littérature et vit à Berkeley, en Californie.



extraits de "Will There Be Singing"

Juliana Spahr













^

À la fin de l'année, j'étais habitué à

des choses que je n'avais pas vues auparavant,

comme une série de bagarres de rue entre fa et antifa

qui tombait souvent absurdement

dans le marché fermier de Berkeley tout bio plein de poussettes.

Habitué à entendre parler des e-mails d'amis pris dans divers FOIA.

Utilisé pour les publications sur les réseaux sociaux sur la façon dont quelqu'un quelque part

recevait une arme à feu et prévoyait de se présenter là où nous travaillions.

Je dois ajouter que les DM et les @ ont été rarement réalisés.

L'arme n'est jamais arrivée.

Et si la menace était exagérée, c'était juste à ce moment-là où

quelqu'un a appelé mon patron et elle les a raccrochés, confus.

S'il y avait quelque chose de nouveau à propos de ce moment

c'était qu'il n'y avait aucun sens à ce qui restait et

exactement comme je l'avais compris auparavant,

qui était comme une convention.

Les SM venaient de toutes les directions.

Un jour un nationaliste blanc anonyme,

le prochain un camarade bien connu en colère d'amour

et voulant s'en prendre à quelqu'un de proche,

et puis peut-être un article de blog de quelqu'un

qui avait été parfaitement gentil la dernière fois lors d'une lecture de poésie

mais maintenant était très bouleversé par quelque chose que j'avais sous-entendu.

Il était difficile de déchiffrer qui détestait quoi et quel jour.

Au moment où l'État brûlait des deux côtés

et une extrémité s'appelait Paradis,

nous ne nous sommes pas préoccupés de la métaphore.

Au lieu de cela, nous avons juste regardé par la fenêtre, remarqué la fumée,

fermez la fenêtre, restez à l'intérieur et continuez à taper.

Plus tard, nous avons plaisanté,

maintenant nous savons ce que nous ferons lorsque le monde brûlera.

Nous fermerons les fenêtres et rattraperons les courriels

enfin.



^

Je suis préoccupé par ces autres choses.

Ou c'est ce que j'ai pensé quand ils ont dit

ils craignaient que je perde ma relation avec la poésie.

C'était encore l'été.

Toujours en milieu d'après-midi.

Il y avait une brise agréable.

Nous avons eu une demi-journée de cette beauté devant nous et nous le savions.

Pas pressé. Plaisir.

Nous avons bu une bière fraîche sur la langue

d'une nouvelle manière. Lumière. Presque gazéifié.

Ils ont dit qu'ils étaient inquiets

sur moi et mon rapport à la poésie.

Dans le soleil de l'après-midi, alors que la brise soufflait doucement,

Je leur ai d'abord protesté non pour la poésie,

mais sur les poètes. Leur nationalisme, leur acceptation

mais aussi leurs comptes facebook et twitter.

Leurs vantards et leurs attaques mineures, leur politique.

Leurs prix et leurs publications.

Leurs affiliations démocratiques aux partis.

Alors je leur ai dit que je ne suis pas concerné

sur mon rapport à la poésie

qui me sentait régulièrement comme ce moment

lorsque vous ouvrez votre application et qu'il y en a beaucoup

de mentions et vous n'avez rien posté depuis un moment

et tout ce que vous pouvez faire est de dire aujourd'hui si FML et de commencer à travailler avec eux.

Ce n'est pas la même chose que le oh no way de la bagarre du marché fermier de Berkeley,

pas l'état brûlant et brûlant à nouveau,

mais encore, comment écrire une possibilité épiphanique dans cette socialité?

J'avais écrit pendant si longtemps sur le fait d'être ensemble,

sur la façon dont nous étions ensemble que ça plaise ou non.

J'avais utilisé une métaphore du souffle et de l'espace.

J'avais embrassé l'épiphanique

pas seulement à la fin du poème, comme l'était la convention lyrique,

mais parfois j'ai même rendu tout le poème épiphanique.

Et que je ne pouvais plus faire.

Dernièrement, je n'ai pas pu entendre de chant.

Juste des tentatives. Des temps sombres.

Rien dans ce terrible moment n'était pourtant nouveau.

Cela a toujours été un moment terrible.

Et il y a toujours eu des poètes aussi.

Et toujours des poètes écrivant la terrible nation à l'existence.

C'est une des raisons pour lesquelles je n'obtiendrai jamais un timbre de clochard qui dit

la poésie est mon petit ami.



^

J'ai pensé pendant un moment qu'il y avait deux sortes de poètes.

Poètes qui écrivent la terrible nation

et les poètes se déchaînent pour faire autre chose.

Pendant des années, j'ai fait partie d'une équipe de poètes qui essayaient de faire autre chose.

Pendant des années, j'avais utilisé la poésie pour m'échapper,

échapper à l'emprise de la famille, de la forme du couple, de la police de la tradition,

pour soulever le temps ouvert dans une étendue infinie de possibilités.

Dans cette pièce où nous essayons de forcer la possibilité.

Quand j'ai entendu pour la première fois l'avant-garde

Je l'ai entendu comme une ouverture. Une porte. Une fenêtre,

Peut-être une porte de garage.

Un trou dans le mur que je pourrais traverser.

Je l'ai entendu comme une ouverture. Toutes sortes d'ouvertures.

Je pourrais faire le trou.

Ou mon pied de biche rose pourrait.

J'écrirais et je tomberais dans le chant,

Ce whoosh. Le chant whoosh.

Et parce qu'au début je me voyais comme quelqu'un qui voulait

une ouverture dans la tradition,

Je partage ce whoosh tout le temps.

Je l'ai fragmenté en mots ou enlevé ses déictiques.

Un autre ami, un poète, qui ne me parle plus

m'a donné une fois l'image du pied de biche rose

comme manière de penser l'écriture.

La perdre était une perte partout.

Mais pour compenser cette perte

Je pense souvent à ouvrir quelque chose.

Bien que je sois assez convaincu qu'elle attraperait

le pied de biche rose hors de ma main si elle me voyait le brandir.

Pendant des années, il y avait ce moment parfait après la lecture

où nous avons dû quitter le bar parce que

les couples venaient acheter leurs cocktails

et nous ne savions pas où aller.

C'était peut-être vendredi ou samedi soir et tous les bars

étaient pleins de gens qui ne parlaient pas de poésie

nous avons donc continué à marcher, à regarder dans chaque bar et chacun se trompait.

Finalement, les rues se sont ouvertes et nous étions au pont

et il y avait une rivière et nous avons traversé l'espace ouvert jusqu'à elle

et descendit de ses côtés et s'assit là.

Nous avions acheté des bières et un petit flacon en verre de whisky dans une bodega.

Nous avons transporté les canettes et le flacon dans des sacs bruns comme convention.

Mais nous n'avions pas besoin de cette convention.

S'il y avait une loi, la loi passait, ne s'arrêtait pas.

D'autres choses étaient. Nuit. Peut-être la lune. L'eau. Les rats.

Parfois, la drogue était impliquée.

Nous avons traversé Wall Street à 3 heures du matin et

nous avons secoué les portes verrouillées de tous les bâtiments en riant

à leur absurdité parce que nous savions où il en était

et ça faisait claquer les portes.



^

Pendant ces jours,

Je me réveillerais et ma tête me ferait mal

et puis je réaliserais que dans mon rêve

Je m'étais dit que je devrais écrire de la poésie.

Mais mes rêves ne m'ont jamais expliqué pourquoi.

Ou comment.

Comment chanter en ces temps sombres?

Il est vrai que je pratique la poésie depuis longtemps.

Depuis que je suis adolescent.

Ces amours de plusieurs années et nos corps qui changent ensemble.

Et pourtant aussi l'approfondissement de cet amour. Malgré.

Ce jour-là avec la brise dans le bar

Et nous avons dit ensemble, il doit y avoir du plaisir dans le monde.

Et ensuite, la poésie est ce qui reste de la vie.

Et nous nous sommes engagés, plus de chant.

Et nous avons fait référence en disant,

Dans les temps sombres. Y aura-t-il aussi du chant?

Oui, il y aura aussi du chant. À propos des temps sombres.



^

La nuit, je pensais que si je lisais tout Brecht,

Je trouverais peut-être le chant.

Alors j'ai commencé à lire Brecht ce soir-là,

au lit avec mon fils pendant qu'il lisait aussi avant de s'endormir.

Il y avait une nouvelle édition.

C'était difficile à tenir parce que c'était si gros.

Je l'ai posé sur un oreiller et j'ai posé ma tête sur un oreiller

et j'ai tourné les pages à la recherche du chant.

Je n'ai pas trouvé le chant.

Après avoir commencé à lire Brecht,

J'ai commencé à trier mes livres. J'en avais trop.

Comme je les ai retirés des étagères, j'ai soufflé la poussière,

Je me suis demandé si j'en aurais besoin s'il y avait une révolution.

Il s'est avéré que je pensais que j'aurais certainement besoin

cinq traductions de l'Odyssée

et tous les livres de Susan Howe.

J'ai aussi gardé tous les livres de plantes.

Le confort du manuel Jespen des plantes vasculaires de Californie.

C'est une question ouverte si la révolution aura encore besoin de poésie,

sa tradition et sa résistance à cette tradition.

Mais il aura certainement besoin des plantes vasculaires de Californie.



^

Ça a toujours été un moment terrible.

Mais maintenant je le comprends comme encore plus terrible.

La nation n'est certainement pas mon petit ami.

Mais la terre qu'elle revendique,

bien que je ne le revendique pas,

Je tiens mon amour pour cette terre sur mon dessous,

dans une petite poche qui finit par éclater pour libérer mes spores d'amour.

Je veux dire que ce n'est pas un amour occasionnel.

C'est pourtant difficile. Menacé. Envahi.

Un ami est en train de mourir

pendant que le balai écossais sort ses racines fixatrices d'azote

mais notre amitié est morte des années auparavant

les gousses s'ouvrent de manière explosive

un autre ami a un cancer

et durent quatre-vingts ans

et encore un autre ami maintenant dans le monde d'une manière nouvelle

mais ils sont durs et survivent à un transport difficile dans l'eau

et surtout c'était toutes les informations

charnu et plein de protéines d'une manière qui intéresse les fourmis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   25 avril 2020
41 poètes américains d'aujourd'hui de Serge Fauchereau
Je ne suis pas un homme. Je ne peux pas gagner ma vie, acheter de nouvelles choses pour ma famille.

J'ai de l'acné et un petit peter.

Je ne suis pas un homme.

Je n'aime pas le football, la boxe et les voitures.

J'aime exprimer mes sentiments. J'aime même mettre mon bras autour de l'épaule de mon ami.

Je ne suis pas un homme.

Je ne jouerai pas le rôle qui m'est assigné - le rôle créé par Madison Avenue, Playboy, Hollywood et Oliver Cromwell. La télévision ne dicte pas mon comportement.

Je ne suis pas un homme.

Une fois, quand j'ai tiré sur un écureuil, j'ai juré de ne plus jamais tuer. J'ai abandonné la viande. La vue du sang me rend malade.

J'aime les fleurs.

Je ne suis pas un homme.

Je suis allé en prison pour avoir résisté au projet.

Je ne me bats pas quand de vrais hommes me battent et m'appellent queer. Je n'aime pas la violence.

Je ne suis pas un homme.

Je n'ai jamais violé une femme.

Je ne déteste pas les noirs. Je ne deviens pas émotif lorsque le drapeau est agité. Je ne pense pas que je devrais aimer l'Amérique ou la quitter. Je pense que je devrais en rire.





Je ne suis pas un homme. Je n'ai jamais eu le coup.



Je ne suis pas un homme. Playboy n'est pas mon magazine préféré.



Je ne suis pas un homme. Je pleure quand je suis malheureux.



Je ne suis pas un homme. Je ne me sens pas supérieure aux femmes.



Je ne suis pas un homme. Je ne porte pas de jockstrap.



Je ne suis pas un homme. J'écris de la poésie.



Je ne suis pas un homme. Je médite sur la paix et l'amour.



Je ne suis pas un homme. Je ne veux pas te détruire.



___________________________________________________________



Harold Norse vécut hors des États-Unis de 1954 à 1969, d'abord en Italie jusqu'en 1959 où il découvrit la pratique de la méditation bouddhiste. Il séjourna au Beat Hotel, rue Gît-le-Cœur à Paris avec d'autres membres de la Beat generation comme Allen Ginsberg, William Burroughs ou Gregory Corso, il expérimente alors la technique du cut-up. Il retourne s'installer aux États-Unis en 1969, à San Francisco, où il prend part aux revendications pour les droits civiques des homosexuels.



Nom de naissance Harold Norse



Naissance 6 juillet 1916



New York



Décès 8 juin 2009



San Francisco



Activité principale poète



Auteur



Langue d’écriture anglais



Mouvement Beat generation



Genres



Poésie, cut-up
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Partemps   02 novembre 2020
41 poètes américains d'aujourd'hui de Serge Fauchereau
Diana Hamilton est l’auteure de God Was Right (Ugly Duckling Presse 2018). Elle enseigne, écrit et vit à Brooklyn, New York.



Trance Essai pour se souvenir des images





Au début, j’ai parlé à mon voisin tous les jours, en partie à cause de la météo

(il pouvait encore s’asseoir sur le banc)



en partie à cause du vice

(je fumais en chaîne et il criait pour un quand je suis passé)



mais cela s’est arrêté, en partie à cause de la confiance

(il ne croyait pas que je fumais moins et en voulait le mensonge imaginé)



en partie à cause des routes

(au début, j’ai ajouté 15 minutes à mon trajet pour marcher vers le nord, passé son appartement, vers la 6e avenue, et à travers le parc, comme cela supprime 25-50% de mon anxiété, mais maintenant que j’ai vécu ici une demi-année, je me trouve incapable de se réveiller assez tôt pour permettre ce remède facile, alors je marche l’autre, direction plus rapide)



et en partie à cause de la nouveauté

(ayant couvert les introductions, nous avons maintenant tendance à dire seulement « bonjour » quand je ne passe).



J’ai une idée de ce à quoi il ressemble, en raison de cette régularité,

mais je ne pouvais pas décrire son bâtiment.



Quelqu’un que j’espérais embrasser m’a informé

qu’il est facile de se souvenir



images (tout ce que vous avez à faire, ont-ils dit, est de prendre

une leçon d’un livre pour enfants, celui dans lequel une fille pourrait



rappelez-vous tout ce qu’elle voulait en disant « ll »,

et en imaginant qu’elle tenait une caméra). Plus tard, distrait



sur ma promenade à la maison par la mémoire du baiser, qui est venu

facilement parce que mes yeux avaient été fermés pour elle, j’ai pris un tort



tourner et lutté pour trouver mon immeuble

sur une rue inconnue. C’est pourquoi j’étudie:



Il y a mon propre vélo bleu; le planteur rond à gauche

des marches que j’utilise pour entrer, que le voisin en bas garde



bien rangé — couper les plantes qui ne restent pas vertes

en hiver, par exemple, mais garder les choux plus copieux



arrosé, même si je ne l’ai jamais vu faire ce travail;

quelque part entre deux et cinq drapeaux de fierté,



certains d’entre eux sont là toute l’année tandis que d’autres

apparaissent seulement en Juin; une bouche d’incendie; les fenêtres



de l’appartement qui font face à la mienne, à travers laquelle je vois mes étagères les moins

préférées: ils ont l’air légèrement cher



et comprennent un ensemble de diamants qui se croisent, ce qui rend les livres

difficiles à enlever et à resholf puisqu’ils sont tous empilés à des inclinaisons;



certains échafaudages qui semble attirer les couples malheureux à mi-combat;

un ensemble de table et de chaises; une maison qui met fréquemment des livres



ou des jouets ou des vêtements sur le trottoir gratuitement. Je sais

qu’il y a deux sculptures ou plus remarquables, mais seulement



parce que je me souviens de remarque: on pourrait être d’un buste d’argent

d’une femme, peut-être un ange ou une pop star, tandis que d’autres



sont certainement à la base des garde-corps pour les marches de l’autre côté de la rue, mais je ne me souviens pas

maintenant si ce sont des chiens ou des oiseaux. Il y a une statue d’un hibou



sur un rebord de fenêtre, je peux voir d’une chaise, et il me fait souvent peur.

Maintenant, certains bâtiments ont des lumières de Noël, mais je ne pouvais pas dire



qui, et qui pourrait facilement me conduire à refuser n’importe quel autre

bloc résidentiel. Il ya un buisson de lilas immédiatement à côté, et en mai, il m’a aidé



identifier mon immeuble de très loin. Mais quand nous sommes venus

chercher nos clés, j’ai commencé à pleurer, il ressemble



un autre qui a grandi devant mon enfance et je suis

sentimental. Je me suis assis et j’ai demandé à mon colocataire de me le dire



pourquoi il n’avait pas souligné les lilas plus tôt, et il a levé

ses mains: il avait essayé, mais j’avais parlé de lui.



Quand le baiser qui m’a recommandé de prendre des clichés

de mon environnement est venu à mon appartement, il ya une chance



qu’ils ont remarqué beaucoup plus de choses: ils savent probablement

si elle est brisée à tout moment par revêtement en vinyle, ou quels mots



apparaissent sur le Père Noël gonflable en bas de la colline. Quand nous sommes

passés par le parc, j’ai essayé de capturer le levage de neige



du sol en spirales, les deux corps, l’un assis, l’autre en cours d’exécution, bloquant

un peu de lumière, la vue d’angle de leur veste métallique. Mais je voulais



pour se rappeler ce que nous ressemblais à la personne assise, donc remplacé la description ci-dessus

avec une photo imaginée de deux personnes connectées



par les coudes, que je vois maintenant à la place.

Ma panique, quand il vient en public, commence



avec une vision perdue; à la maison, avec le cœur. La salle de classe avait l’habitude de se tourner

vers le blanc: Je pouvais faire, peut-être, la lumière des lampadaires



visibles depuis les fenêtres de la classe, mais les formes des visages des élèves

et des fenêtres elles-mêmes auraient disparu. J’ai eu très bon



à se rappeler où j’avais laissé ma chaise, assis, et faisant semblant

de jeter un coup d’oeil pensif à mon carnet. Si j’ai dit « oui, mmhmm,



quelqu’un d’autre? » mes étudiants se sentiraient incités à parler

sans lever la main, et parfois je prendrais illisible



notes sur leurs commentaires afin de prolonger la période

avant que j’aurais besoin de ma vue en arrière. Si aucune voix n’a émergé, mais



Je pouvais enregistrer les sons électroniques assez pour savoir que mon audition

était encore avec moi, je deviendrais spontanément une personne



qui donne des conférences, ou je leur demanderais de se diviser en groupes de 3-4

pour répondre collectivement à une question. Des années auparavant, quand le son



et la vue laissée ensemble, je m’asseyais sur le sol

du métro dans l’espoir de s’évanouir d’un plus propice



position de départ. Regarder les choses indirectement — au téléphone,

par exemple — ne produit généralement pas une telle réaction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les Fausses Confidences

En combien d'actes se joue cette comédie ?

5 actes
2 actes
3 actes
7 actes

6 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : Les Fausses Confidences de Pierre de MarivauxCréer un quiz sur cet auteur