AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 392 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , 1964
Biographie :

Stéphane Audeguy a commencé par le cinéma, en régie d'abord, puis derrière un banc de montage. Il enseigne actuellement l'histoire du cinéma et des arts.

Son premier roman, "La théorie des nuages", sort en 2005. Le roman est presque unanimement salué comme érudit et drôle et obtient le prix du style, le prix Maurice Genevoix de l'Académie française et le Prix littéraire Québec-France Marie-Claire-Blais .

Stéphane Audeguy récidive en 2006 avec "Fils unique", l'histoire de François Rousseau, frère de Jean-Jacques Rousseau. Le roman est le recueil des mémoires que François adresse à son frère avant de mourir. Largement apprécié par la critique, il est sélectionné pour le Goncourt et le Goncourt des lycéens, qui s'avèrent plus choqués qu'intéressés par la sexualité du XVIIIe siècle. Stéphane Audeguy est lauréat du prix des Deux-Magots 2007 pour "Fils unique".

En 2007, il publie un nouvel ouvrage Les monstres : "Si loin et si proches", ainsi que "Petit éloge de la douceur".

Suivent un roman situé dans le Kenya contemporain, "Nous autres" (2009), et un roman d’Histoire et d’amour donnant la parole à la ville de Rome "Rom@" chez Gallimard.

"Histoire du lion Personne" obtient le Prix Wepler 2016 et le Prix littéraire de la fondation 30 millions d'amis 2016.
+ Voir plus
Source : /livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Stéphane Audeguy - Une mère : élégie

Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (132) Voir plus Ajouter une citation
Stéphane Audeguy
NathalC   02 octobre 2017
Stéphane Audeguy
Les coups de foudre existent en amitié plus souvent qu'en amour.
Commenter  J’apprécie          390
fanfanouche24   07 décembre 2017
Une mère de Stéphane Audeguy
Les gens du peuple comme ma mère ont beau n'avoir jamais étudié la sociologie, ils savent très bien reconnaître un système patriarcal quand ils en voient un ; surtout quand ce système les opprime. (p. 55)
Commenter  J’apprécie          250
milado   06 novembre 2012
Fils unique de Stéphane Audeguy
Je creusai moi-même une fosse, en pleine terre, que je comblai soigneusement. Je semai sur elle des glands et la recouvris de feuilles, afin que son emplacement disparût à la vue de ceux qui sur la terre étaient censés être nos semblables. Je ne pleurai pas. Je ne me suis pas consolé. D'événements aussi funestes la philosophie, telle que je la conçois, n'est pas destinée à apporter une quelconque justification : laissons les religions proposer ces mensonges infâmes. Rien ne peut ni ne doit diminuer le beau scandale de l'existence, sa grâce et son horreur absolue, et surtout pas la mort.
Commenter  J’apprécie          200
fanfanouche24   10 décembre 2017
Une mère de Stéphane Audeguy
Je n'ai pas connu ma mère: voilà ce qui pourrait être le -motto- d'un inceste surmonté. Et sinon quoi ?

J'en reviens pour finir, à son appétit de vivre. Sabine Julienne était l'un de ces êtres rares qui vous font comprendre qu'il faut beaucoup de temps, de ténacité, de fortitude pour parvenir à faire cette chose apparemment très simple : vivre sa vie. Et nous pouvons dire que c'est un véritable exploit. J'ai évoqué les conditions objectivement difficiles qu'elle a rencontrées, tout au long de son existence. En tant que femme, née en 1937, elle eut à lutter contre de lourds déterminismes sociaux pour accéder à une certaine liberté. Elle surmonta ces déterminismes autant qu'il lui était possible. (...)

Ma mère n'était pas un exemple. simplement une personne singulière, d'une joie et d'une puissance de vie admirables. Son souvenir m'accompagne. Qu'il accompagne le lecteur de ce livre, en lui faisant penser à d'autres êtres de cet ordre, et je serai content. (p. 147)
Commenter  J’apprécie          170
Erik35   03 décembre 2017
Histoire du Lion Personne de Stéphane Audeguy
Le lionceau s'endormit. Les humains se turent. La pirogue filait au ras des eaux, dans un étincellement d'écume. Yacine s'installa sur deux défenses et, sur ce lit d'ivoire étonnamment confortable, il s'abîma dans la contemplation des nuages qui défilaient au-dessus d'eux. Et ces signes intangibles et pourtant réels qu'aucune vie humaine n'épuiseraient jamais la vastitude du monde lui firent venir des larmes aux yeux.
Commenter  J’apprécie          170
Erik35   03 décembre 2017
Histoire du Lion Personne de Stéphane Audeguy
Mais il y a en ce monde trois immensités qui font battre le cœur des hommes et que rien ne prépare à voir : les montagnes, les mers, les cités. Yacine sentit, comprit, aima immédiatement la ville, ses tumultes, ses foules, ses odeurs composites.
Commenter  J’apprécie          170
milado   02 novembre 2012
Fils unique de Stéphane Audeguy
Et voilà ce dont je suis le plus fier, quand je jette un regard en arrière sur ce monde où bientôt je ne serai plus : j'ai vécu ma vie. Combien d'hommes ont-ils conquis le droit d'écrire cela ?
Commenter  J’apprécie          170
Erik35   05 décembre 2017
Histoire du Lion Personne de Stéphane Audeguy
Et Jean Dubois, qui avait en sa prime jeunesse dévoré tous les romans de chevalerie du vieux temps dans un poussiéreux cabinet de lecture du quartier Saint-Merri, où il avait grandi, se fit l'impression d'être un chevalier déguisé de la légende, flanqué de son lion fidèle ; quant à Hercule[*], petit, mais loyal et vaillant, il faisait un écuyer tout à fait acceptable.



[NB : cet Hercule est un petit bâtard adopté par le lion peu après sa naissance. L'histoire est véridique.]
Commenter  J’apprécie          160
Piatka   03 janvier 2014
In Memoriam de Stéphane Audeguy
Comme les acteurs n'avaient pas droit à une sépulture chrétienne et que la tradition voulait que la terre des cimetières fut consacrée sur une épaisseur de quatre pieds, un haut dignitaire de l'Eglise, peut-être un peu jésuite, suggéra qu'on creusât plus profond la fosse destinée à Moliere.
Commenter  J’apprécie          160
milado   04 novembre 2012
Fils unique de Stéphane Audeguy
Je paraissais soixante ans, j'en comptais un peu plus de quatre-vingts. Je pensais ma mort prochaine, et j'espérais qu'elle me saisirait en bonne santé, n'ayant aucune appétence pour la souffrance.
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox