AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.05 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Stéphane Guégan est historien et critique d’art, spécialiste du romantisme français.

Créateur en 1994 de la collection des ABCdaires et chef du service culturel du Musée d’Orsay depuis avril 2004, Stéphane Guégan a été nommé conservateur au département des peintures du musée d'Orsay en 2009.

Il a été le commissaire de l'exposition Manet, inventeur du Moderne (05/04/2011 - 03/07/2011).

Auteur de nombreux ouvrages sur Delacroix, Gauguin, Chassériau ou Ingres, auquel il a consacré plusieurs essais, il a publié, en 2012, "Les Arts sous l'Occupation", véritable éphéméride qui raconte, jour après jour, la vie et les réalisations des créateurs français, toutes disciplines confondues, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Stéphane Guégan - Les fleurs du mal : Matisse, Baudelaire
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
Alzie   21 octobre 2017
Gauguin Voyage au bout de la Terre de Stéphane Guégan
Nul autre peintre que Gauguin n'aura autant bourlingué et fait entrer l'esprit de voyage, et le choc des cultures que celui-ci favorise, dans le langage des formes. Cette double nécessité l'apparente aux poètes qu'il a adulés, le Mallarmé de "Brise marine", le Rimbaud du "Bateau ivre" et, en premier lieu, le Baudelaire des "Fleurs du mal" en sa créolité obsessionnelle. Marin, Gauguin l'est jusqu'au bout des ongles, et tous les témoignages, des Américains de Pont-Aven à l'ami Van Gogh, s'accordent à le peindre en termes irréconciliables, doux et rude, noble et malsain, subtil et obscène, capable de citer la Bible, Shakespeare ou Verlaine comme de chanter à tue-tête les rengaines les plus salées. Sexe facile, nostalgie profonde et recherche de l'imprévu soudent ensemble les exilés de haute mer...



En guise de départ (p. 7)
Commenter  J’apprécie          100
Musardise   12 mars 2015
L'ABCdaire de Monet de Stéphane Guégan
La série des "Nymphéas" a-t-elle vraiment fait entrer Monet dans le XXème siècle ? Ont-ils servi, ces lents nénuphars, de pont, de cheval de Troie à cet artiste qu'on pouvait croire parvenu, vers 1900, au terme de sa carrière, au bout de son inspiration ? La question mérite d'être posée, elle doit même s'entendre doublement. Il faut en effet se demander si Monet eut conscience que l'époque qui allait s'ouvrir appelait de sa part un changement d'orientation, au moins de nouvelles explorations formelles, de nouveaux sujets. Mais on doit aussi se demander dans quelle mesure l’impressionnisme pouvait encore être perçu comme moderne, en prise sur le monde et l’imaginaire contemporains, par les artistes qui venaient à maturité autour de 1900.



"Monet raconté"
Commenter  J’apprécie          100
Alzie   09 octobre 2017
Gauguin Voyage au bout de la Terre de Stéphane Guégan
Depuis l'Antiquité, le monde pleure sa jeunesse. Le sentiment que la civilisation est un progrès et une perte, inséparablement, a engendré très tôt la nostalgie des sociétés que l'on dit moins avancées, primitives, pour le meilleur et pour le pire.



Etrange Cythère (p. 131)
Commenter  J’apprécie          110
evanna   03 janvier 2016
L'ABCdaire de Caillebotte de Stéphane Guégan
Les fenêtres dans les scènes d'intérieur de Caillebotte ne constituent pas seulement des foyers de lumière. Il semble s'être inspiré, tout en inversant le point de vue, du "Balcon" de Manet, lequel présente l'embrasure de la porte-fenêtre comme le seuil entre l'espace privé et le monde extérieur où l'on paraît en public. Caillebotte nous fait pénétrer dans l'intérieur bourgeois, et le motif de la fenêtre apparaît chaque fois pour marquer la frontière fragile entre l'intimité domestique et l'univers de la rue. (p. 62)
Commenter  J’apprécie          80
Alzie   26 juillet 2015
De Delacroix à Renoir : L'Algérie des peintres de Stéphane Guégan
1954, qui marque le début de la guerre d'Algérie, est aussi l'année de la mort d'Henri Matisse. En cette même année, Picasso a commencé ses "Femmes d'Alger", extraordinaire suite de variations d'après le chef-d'oeuvre de Delacroix. "Matisse en mourant m'a légué ses odalisques", déclare alors Picasso. La façon dont le plus illustre contemporain et rival de Matisse revendique l'héritage d'un motif expressément orientaliste, fût-ce sur le ton de la boutade, souligne le sentiment assez général que Matisse est le dernier représentant d'une tradition inaugurée, dans la période moderne, par Delacroix. On perçoit l'ambiguïté de l'hommage de Picasso, l'odalisque étant surtout associée, comme on le sait, aux simulacres d'Orient mis en scène par Matisse dans sa "période niçoise" (vers 1917-1930), alors que cet emblème d'un fantasme européen tenace reste notoirement absent de toutes ses peintures directement ou indirectement inspirées par ses séjours en Algérie ou au Maroc. L'empreinte de l'Orient a fini par imprégner l'oeuvre tout entier de Matisse, l'érigeant en exemple d'un orientalisme "moderniste", avec toutes les nuances que les historiens anglo-américains ont pu donner à ce mot. (p. 257)

Epilogue, l'Orient de Matisse, Deepark Ananth
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Jcequejelis   13 juillet 2014
L'ABCdaire de Courbet et le réalisme de Stéphane Guégan
La grande particularité de Courbet est que malgré son profond enracinement dans son terroir de France-Comté et surtout dans son village d'Ornans, il n'a jamais été considéré comme un peintre folkloriste. Causant un scandale en étalant sur grand format les us et coutumes de sa région, il imposa d'emblée son talent révolutionnaire, et infléchit dans son sens l'art de son temps.

Les Francs-comtois formaient clan à Paris, au XIXe siècle, depuis que Charles Nodier, né à Besançon, avait ouvert son salon de l'Arsenal à ses compatriotes. Ils étaient fiers de compter dans leurs rangs Proudhon et tant d'autres phares de l'époque. Victor Hugo lui-même qui, né par hasard à Besançon, se proclama toujours du pays. La petite commune d'Ornans s'enorgueillit elle aussi à la fois d'un passé de liberté et de privilèges, et d'une tradition républicaine.



1876 - [p. 88]
Commenter  J’apprécie          60
Alzie   24 juillet 2015
De Delacroix à Renoir : L'Algérie des peintres de Stéphane Guégan
L'importance de Guillaumet (1840-1887) a été très vite reconnue dans la seconde dynastie de ces peintres qui allaient affirmer l'orientalisme comme genre et comme vocation. A la première et célèbre triade, mise en place par Fromentin lui-même, celle de Decamps, Marilhat, Delacroix, succède bientôt celle, adoubée par Léonce Bénédite dès 1887 et Jean Alazard en 1930, des Fromentin, Belly et Guillaumet. Parmi ses pairs, Guillaumet s'impose comme celui des trois qui, par "la recherche de l'exactitude dans le caractère local, la volonté de résoudre le problème de la lumière solaire dans ses états normaux, dans ses excès ou dans ses effets indirects, est venu apporter la formule définitive". (L'Artiste, 1839, p. 289)

Gustave Guillaumet, le peintre de l'Algérie naturaliste, Bruno Foucart, (p. 181)
Commenter  J’apprécie          60
Alzie   08 octobre 2017
Gauguin Voyage au bout de la Terre de Stéphane Guégan
Gauguin n'a cessé de rêver d'une Bretagne qui n'a jamais existé que dans sa peinture, d'un éden salé, peuplé d'êtres simples mais vrais, d'activités primitives, d'une ferveur religieuse que le peintre érige moins en modèle de piété qu'en exemple d'une psyché et d'une société épargnées par le désenchantement rationaliste moderne.



Arles ou l'oeil en rut

Le granit fait homme (p. 76)
Commenter  J’apprécie          60
Alzie   24 juillet 2015
De Delacroix à Renoir : L'Algérie des peintres de Stéphane Guégan
Mais le peintre de Sardanapale ne fut pas le seul à exploiter cette iconographie du Harem lascif, de la femme offerte au regard, de la clôture transgressée. Sous l’impulsion de la conquête récente de l’Algérie, le thème a été décliné sous tous les modes et tous les formats dans les années 1830-1880, se chargeant ici de rêverie indolente, de mystère diffus, de « haut parfum de mauvais lieu » (Baudelaire) ou de franche vulgarité, pareille à celle de ces gravures qui après 1830 mettent aux prises le soldat à tempérament et la femme soumise à l’uniforme tricolore.

Souvent raciste et dégradante par son comique troupier, cette imagerie à précédé de quelques années la toile de Delacroix qui en prend le contre-pied mais préserve, voire multiplie, la séduction d’un espace fermé, saturé de couleurs, désormais pénétrable.

Le plus beau tableau du monde [« Les femmes d’Alger »], Stéphane Guégan, (p. 35-36).





Commenter  J’apprécie          50
Alzie   21 octobre 2017
Gauguin Voyage au bout de la Terre de Stéphane Guégan
La représentation définitive d'une certaine sauvagerie bretonne se fixe au cours des années 1820-1830 dans le reflux mélancolique de la "mort des provinces" qu'a entraîné l'invention révolutionnaire du département. Face aux chantres d'une région fidèle à ses traditions, perpétuant des Celtes la piété, l'indépendance politique et l'effusion poétique, toute une littérature d'esprit rousseauiste ou d'inspiration plus noire insiste sur les traits typiques de la région, coiffe, pardon, calvaire, etc. Flora Tristan comptait parmi ces exaltés de la celtitude. D'autres, comme Souvestre, Brizeux, Flaubert, Renan ou Barrès, ont prolongé et favorisé cet imaginaire de l'Arcadie bretonne, joyeuse ou triste, mais pure et saine, jusqu'à Gauguin.



Premières poussées d'ailleurs

Certitude, celtitude (p. 50)
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz de printemps 2020 !

♪♪ Au printemps au printemps / Et mon coeur et ton coeur / Sont repeints au vin blanc ...

Georges Brassens
Jacques Brel
Jean Ferrat
Pierre Perret

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : dictons , citations philosophiques , Chansons françaises , poésie , peinture , littérature françaiseCréer un quiz sur cet auteur