AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.47 /5 (sur 779 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Leeds, Yorkshire , le 30/07/1976
Biographie :

Steve Mosby est un écrivain anglais, auteur de romans policiers.

Après des études de philosophie à l’Université de Leeds, il a dû enchaîner, de son propre aveu, des "boulots ingrats et frustrants" avant de pouvoir se consacrer à l'écriture.

Attiré par la littérature de genre, il est l'auteur de plusieurs thrillers. "The Third Person" (2003) est son premier roman.

Steve Mosby rencontre un véritable succès avec "Un sur deux" ("The 50/50 Killer", 2007), son premier roman traduit en français.

Il obtient le prix Dagger in the Library 2012 pour "Les Fleurs de l’ombre" ("Black Flowers", 2012)

En 2019, il publie "L'homme aux murmures" ("The Whisper Man"), sous le pseudonyme d'Alex North.

Steve Mosby vit avec sa femme et son fils à Leeds.

Twitter : https://twitter.com/stevemosby

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Steve Mosby   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

The crime writer Steve Mosby discusses where ideas come from.


Citations et extraits (139) Voir plus Ajouter une citation
Roggy   07 août 2018
Un sur deux de Steve Mosby
La seule véritable vie après la mort est dans l’esprit de ceux qu’on laisse derrière nous.

Commenter  J’apprécie          280
collectifpolar   29 novembre 2022
Les fleurs de l'ombre de Steve Mosby
Je me rendis à l’université. Je n’avais nul autre endroit où aller.

En cette soirée de week-end, le campus était en pleine effervescences. J’entendais dans le lointain les boums rythmés d’une fête qui se répercutaient contre le sol dallé. Le son était menaçant, comme si une bête énorme était tapie sous le sol, invisible, ruant pour retrouver sa liberté. Je croisai des groupes d’étudiants cheminant dans l’ombre vers la musique. Leurs rires semblaient discordants. J’avais les nerfs à vif mais l’impression d’être à moitié endormi.

Qu’est-ce que je foutais, bordel !

Vous ne contacterez pas la police, m’avait averti l’homme.

Et je n’allais pas contacter la police – pas encore. Qui que soit cet homme, il avait raison : personne ne me croirait. Que pourrais-je leur dire ? Que, vingt ans plus tôt, un dénommé Robert Wiseman avait écrit un roman sans doute inspiré par un vrai sérial killer ? Et que, tant d’années après, le tueur était encore en activité et recherchait sa fille disparue ? Qu’il venait de kidnapper ma copine enceinte pour me faire chanter ?

En cet instant, je ne savais pas moi-même ce que j’étais censé croire dans cette histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   29 novembre 2022
Les fleurs de l'ombre de Steve Mosby
La sensation insidieuse se transforma lentement en une démangeaison de panique irrationnelle. Quand lui avais-je parlé pour la dernière fois ? Deux semaines plus tôt, me rendis-je compte… Pour être honnête c’était vraiment bien plus long qu’à la normale. Et, à y repenser, il m’avait paru plus préoccupé que d’ordinaire. Comme s’il avait quelque chose de plus sérieux à l’esprit…

Mais à force de réfléchir, on peut se créer tout un tas d’inquiétudes.

« Je suis sûr que ce n’est rien de grave, dis-je. Il n’est pas du genre à faire une connerie. Il a mal vécu la mort de maman, c’est sûr, mais il a canalisé ses sentiments dans ses écrits. »

Prononcée à voix haute, l’idée me sembla idiote.

Marsha n’en fut pas rassurée. » Tu pourrais aller vérifier pour moi, s’il a bien, Neil ? Franchement, ça me tranquilliserait. »

Je me frottai le front. Il n’y avait jamais eu de raison de s’inquiéter auparavant, ça n’allait pas commencer maintenant. Mais j’aurais beau me le répéter encore et encore, cela ne ferait pas la moindre différence.

« Oui, je vais y aller. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Penelle   19 juillet 2008
Un sur deux de Steve Mosby
On n'est pas obligés d'y aller, dit-elle, si tu n'en as pas envie. John Mercer se regarda dans le miroir, sans répondre. Il vit sa femme avancer les mains pour lui nouer sa cravate. Elle s'occupait de lui, comme toujours. Il leva un peu le menton, pour qu'elle puisse faire le noeud. Elle commença par le laisser flottant, avant de le serrer doucement.

- Les gens comprendraient.

Si seulement c'était vrai ! Ils auraient peut-être l'air indulgents, mais, au fond d'eux-mêmes, ils ne pourraient s'empêcher de penser qu'il s'était dérobé à son devoir. Il imaginait déjà ce que l'on raconterait à la cafétéria. On évoquerait son absence, on dirait qu'il devait être sous le choc, puis peu à peu on lâcherait que, en dépit de ce qu'il devait ressentir, il aurait dû assister à l'enterrement. Serrer les dents et assumer ses responsabilités. C'était la moindre des choses. Et ils auraient raison. Il serait impardonnable de ne pas y aller. Seulement, il ne savait pas du tout comment il allait faire pour tenir le coup.

Eileen glissa la pointe de sa cravate entre les boutons de sa chemise. Elle la lissa bien.

- On n'est pas obligés d'y aller, John.

- Tu ne comprends pas.

À la lumière du matin, l'air de la chambre semblait bleu acier. Dans le miroir, il avait la peau blanche et flasque, le visage presque éteint. Quant à son corps, bon, elle devait encore tendre un peu les bras pour en faire le tour, mais il n'avait pas l'impression d'être aussi robuste que dans le temps. Les choses qu'il portait semblaient plus lourdes. Il se fatiguait trop vite. Là, bras ballants, il dégageait une impression de vide et de tristesse. Il avait vieilli. Depuis peu.

- Je comprends que tu ne sois pas dans ton assiette, lui dit-elle.

- Ça va aller.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
line70   24 mars 2011
Un sur deux de Steve Mosby
Il ne faut jamais se fier à ce que montrent les gens. Derrière les sourires et les mines réjouies, il y a tout ce qui heurte, les fêlures, les erreurs et les secrets. Les gens ne vous montrent jamais que ce qu'ils ont envie de vous montrer.
Commenter  J’apprécie          140
MissAlfie   28 juillet 2010
Ceux qu'on aime de Steve Mosby
Il n'arrivait plus à s'expliquer l'effet que le coup de téléphone avait produit sur lui, sinon qu'il lui avait donné la chair de poule, un peu comme des grésillements lointains que l'on entend dans les documentaires sur les fantômes, lorsque le son chaotique et strident se transforme soudain en un ricanement de vieillard. "Aide-moi", lui avait-elle dit. Mais vu le ton de sa voix, il était déjà trop tard.
Commenter  J’apprécie          100
Roggy   18 mai 2013
Les fleurs de l'ombre de Steve Mosby
Ce qui importe, ce n'est pas d'où l'auteur tire ses idées, mais ce qu'il en fait, à travers son oeuvre. Il faut beaucoup d'efforts pour transformer des idées et des expériences e une histoire publiée. Imaginez tout cela comme un bon vin: les idées sont le raisin, le livre, lui, est la bouteille de vin.
Commenter  J’apprécie          100
Crazynath   21 août 2019
Ceux qu'on aime de Steve Mosby
On peut se pardonner les choses qu'ont n'a pas faites. Mais seulement si on n'était pas au courant.
Commenter  J’apprécie          110
Lizouzou   19 février 2012
Ceux qu'on aime de Steve Mosby
La vie est ainsi faite. Si on les laisse faire, les gens vous échappent.
Commenter  J’apprécie          110
mcperron   09 mars 2013
Les fleurs de l'ombre de Steve Mosby
Les livres ne meurent pas. les livres disparaissent physiquement mais pas les histioires qu'ils contiennent. Elles prennent racine dans l'esprit des gens et y fleurissent.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

D'illustres auteurs en Q ! 📚 😂

Auguste-Henry-Édouard Queux de Saint-Hilaire est mondialement connu pour ...? Indice, deschamps.

œuvres complètes d'eustache deschamps
œuvres complètes d'isidore lampion

8 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour , potache , auteur à succés , Noms propres , rigolades , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur