AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.27 /5 (sur 103 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Douai , le 13/07/1960
Biographie :

Sylvie Brunel est une géographe, économiste et écrivain française.

Elle est diplômée du Centre de formation des journalistes (CFJ) en 1981. Également titulaire d'une maîtrise en droit public, elle poursuit ensuite des études de géographie (agrégation et HDR). En 1991, elle soutient une thèse de doctorat en sciences économiques.

Elle s'est investie pendant plus de quinze ans dans l'action humanitaire. De 1984 à 1989, elle travaille pour Médecins sans frontières puis, de 1989 à 2002, pour Action contre la faim (ACF) en tant que conseillère stratégique, directrice entre 1992 et 1993 et présidente de juin 2001 à mars 2002.

De 2002 à 2007, elle est professeur à l'Université Paul-Valéry de Montpellier (Montpellier III) et, de 1988 à 2007, à l'Institut d'études politiques de Paris. Elle est professeur des universités en géographie à l'université Paris IV-Sorbonne depuis 2007, où elle dirige un master professionnel consacré aux pays du Sud face au développement durable.

Elle a été élue "femme de l'année" en 1991, a fait partie d'un groupe de personnalités sur le développement de l'Afrique auprès du Secrétaire général des Nations unies de 1991 à 1996. Elle est faite chevalier de la Légion d'honneur en 2002.

Sylvie Brunel a publié une vingtaine d’ouvrages consacrés au développement, en particulier aux questions de famine. Elle est lauréat du Prix Jean Sainteny de l'Académie des sciences morales et politiques en 2013 pour l'ensemble de son œuvre et du Grand prix du festival géopolitique de Grenoble en 2015 pour "L'Afrique est-elle si bien partie ? (2014).

Elle a également une activité d’élevage de chevaux dans la Drôme. Son roman "Cavalcades et dérobades", paru en 2008 aux éditions Jean-Claude Lattès, a obtenu en 2009 le prix Pégase

Mariée à l'homme politique Éric Besson (1958) de 1983 à 2009, elle est mère de trois enfants, dont Alexandra Besson (1989), elle-même écrivain sous le nom d’Ariane Fornia. Elle se sépare de son mari en 2009, après trente ans de vie commune, et publie un livre sur le sujet en novembre 2009, "Manuel de guérilla à l'usage des femmes".

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sud Radio - 20 février 2020 Bercoff dans tous ses états André Bercoff reçoit Sylvia Brunel qui vient de publier " Pourquoi les paysans vont sauver le monde : La troisième révolution agricole ". S. Brunel -"Nous sommes des enfants gâtés, nous avons oublié la faim, la contamination alimentaire" Sylvie Brunel, géographe, et auteur de « Pourquoi les paysans vont sauver le monde »
Podcasts (1)

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Windvaan   27 juin 2014
Un escalier vers le paradis de Sylvie Brunel
Depuis des années, elle se taisait. Jamais plus elle n'approcherait ce milieu violent et machiste des courses, où les femmes n'étaient que des proies, aussi convoitées que méprisées, moins bien traitées encore que les juments. Même si on violait aussi les juments... sauf qu'elles coûtaient trop cher, elles, pour être mises en danger. Tandis que les femmes...
Commenter  J’apprécie          283
Windvaan   22 juin 2014
Un escalier vers le paradis de Sylvie Brunel
Nettoyer sans heurts en épongeant la casse sociale par une apparente prodigalité, il savait faire, Franck. Exactement la même méthode qu'il avait appliquée avec son épouse une fois atteinte la limite d'âge. Une maison abandonnée avec générosité, quelques belles paroles sur son physique bien conservé qui lui vaudrait assurément de retrouver rapidement un nouveau mari, alors même que celui qui l'avait connu dans l'apogée éclatant de la jeunesse ne le jugeait plus digne de son standing. À l'en croire, nul doute qu'un nouveau prince charmant saurait faire fi de l'âge pour ne voir que la beauté de l'âme, manifestant ainsi une grandeur de vue dont lui-même s'était dispensé.
Commenter  J’apprécie          232
Mariloup   14 juin 2014
Un escalier vers le paradis de Sylvie Brunel
Seule Bianca, imitant James, accrocha son cheval au bord du vide.

_ Tu prends des risques, fit remarquer Karine.

_ Je n'ai jamais eu le vertige, lui répondit fièrement Bianca, suffisamment fort pour que tout le groupe l'entende.

_ Ah, alors il y a au moins un défaut que tu n'as pas! commenta George.

_ Qu'est-ce que tu veux dire?

_ J'adore quand tu es si agressive! C'est simple: tu râles, tu te plains tout le temps, tu passes ta vie à parler de toi, personne n'ignore rien des bruits divers que ton corps est capable d'émettre... Mais tu n'as pas peur du vide. Un sacré bon point, quand même!

Les rires fusèrent. Bianca bouillait de rage. Elle aurait voulu lacérer l'insolent de ses ongles pointus et carminés, mais se contenta de lui tourner ostensiblement le dos pour mitrailler le paysage.
Commenter  J’apprécie          90
fanfan50   11 février 2015
Manuel de guérilla à l'usage des femmes de Sylvie Brunel
Aux Etats-Unis, la bonne mère de famille se doit de concilier dévouement à sa famille et vertu civique et religieuse. Confectionner les gâteaux d'anniversaire, cultiver un potager bio, rester séduisante en toutes circonstances pour conserver l'amour de son mari et l'admiration de la société. Chez nous, Nadine de Rothschild ne nous dit pas autre chose. La femme mariée doit tendre à la perfection en tout, mariage, famille, intérieur, travail. Depuis des millénaires, l'ordre social repose sur cette soumission des femmes.

Mais les choses se déroulent rarement comme on le lui a fait croire.

La première surprise, la femme la connaît lors de son accouchement. Personne ne lui avait dit que c'était si abominable. La violence d'une naissance l'estomaque. Mais elle a été conditionnée à se taire et à endurer : comment se plaindre de ce que des milliards de consoeurs ont connu avant elle ? Donc, elle se tait.

La deuxième surprise vient de la découverte qu'être mère et femme suppose de jouer les superwomen. D'autant que - et c'est la troisième surprise - même élevé par la mère la plus féministe qui soit, le Prince Charmant, il l'est toujours, mais pour d'autres.

Le meilleur reste à venir avec l'âge, quand le Prince charmant, bien qu'un peu décati, part exercer ses charmes ailleurs. Quand, à force d'entendre leur mari les discréditer, beaucoup de femmes se retirent du marché de la compétition sexuelle, qu'elles ont fini par abhorrer. Elles vous déclarent qu'elles ont fait une croix sur leur sexualité. En réalité, elles ont renoncé de peur d'être une nouvelle fois déçues et trompées. Elles ont d'autres centres d'intérêt. Finalement, leur nouvelle vie leur plaît : beaucoup de liberté, des petits-enfants adorables, dont elles s'occupent avec mesure. Pas question de devenir une nounou bis. La quinqua a sa vie. Et d'ailleurs, elle n'est pas disponible : son emploi du temps est bourré à bloc. Si on veut la voir, il faut la prévenir.

Certaines se tournent vers des amitiés féminines, voire une relation homosexuelle, qui ne correspondait pourtant pas à leur orientation initiale. Le lesbianisme des femmes mûres est chose courante aux Etats-Unis et en Scandinavie. Réticentes au début, certaines femmes se rendent compte que personne ne les comprend mieux qu'une autre femme, sur tous les plans. Et puis, leurs relations sont plus complètes : il y a entre elles de l'amitié sincère, une vraie affection, de la solidarité, une complicité. Rien à voir avec ce qu'elles ont connu avec leurs partenaires masculins, qu'elles décident de bannir définitivement de leur existence au motif que "les mecs sont vraiment trop insupportables".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Mariloup   12 juin 2014
Un escalier vers le paradis de Sylvie Brunel
_ J'ai décidé d'assumer ma pilosité pendant ce voyage.

_ Tu as surtout décidé de te transformer en yéti, rectifia Sophie.

Elle était tirée à quatre épingles, comme toujours.

_ Que veux-tu, ma chérie, c'est le problème des vrais hommes.
Commenter  J’apprécie          60
Amnezik666   28 avril 2019
Toutes ces idées qui nous gâchent la vie de Sylvie Brunel
Remettons un peu de sérénité dans nos existences. Non, le monde qui nous entoure n’est pas en danger. Non, nous ne courons pas à la catastrophe. Non, il n’y a pas d’un côté des êtres malveillants qui ne rêvent que de saccager et de polluer la planète et, de l’autre, de gentilles personnes qui vivent en totale harmonie avec la nature. Et sont tellement persuadées d’avoir raison qu’elles sont prêtes à prendre les armes pour imposer leurs idées.
Commenter  J’apprécie          50
Mariloup   22 juin 2014
Un escalier vers le paradis de Sylvie Brunel
Elle avançait, sans inquiétude, au cœur des rocher, quand soudain elle le vit.

Un poulain blanc, opalescent dans la lumière tamisée. Il était perché sur une corniche et la contemplait silencieusement. Elle fut marquée par ses yeux très bleus. Ils se regardèrent en silence, absolument immobiles. La poussière dansait. Elle décida de rejoindre le cheval, lentement, sans un geste brusque, de peur qu'il ne se sauve. Ce cheval incarnait l'absolue beauté, la perfection équine. Une belle tête fine, de longs crins argentés, une robe qui luisait comme du métal sur la roche cuivrée. Elle le reconnut. C'était le poulain blanc de Cortès. Bénédicte lui en avait parlé. Celui qu'il avait perdu lors de sa première expédition, celle qui allait faire basculer l'histoire, anéantir les civilisations qui peuplaient ce monde depuis des millénaires.
Commenter  J’apprécie          40
fanfan50   09 février 2015
Manuel de guérilla à l'usage des femmes de Sylvie Brunel
Toutes les femmes connaissent ce passage terrifiant qui signe leur entrée dans une autre ère, cette première mort qu'il leur faut affronter, pour renaître différente ou pour renoncer. Dans Les liaisons dangereuses (publiées en 1782!), Choderlos de Laclos écrit ceci : "Il n'est pas vrai que plus les femmes vieillissent et plus elles deviennent rêches et sévères. C'est de quarante à cinquante ans que le désespoir de voir leur figure se flétrir, la rage de se sentir obligées d'abandonner des prétentions et des plaisirs auxquels elles tiennent encore, rendent presque toutes les femmes bégueules et acariâtres. Il leur faut ce long intervalle pour faire entier ce grand sacrifice."

Trois siècles plus tard, la santé éclatante des quinquagénaires, les moyens dont elles disposent pour retarder l'échéance chronologique ne rendent pas ces propos anachroniques pour autant : les femmes se doivent toujours de refuser l'inéluctable le plus longtemps possible. Accepter que l'âge inscrive son empreinte sur les visages et les corps est perçu comme une forme de relâchement, presque d'indécence.

On ne dira jamais assez le rôle délétère que les magazines féminins jouent dans ce processus de dévalorisation de la maturité, avec leurs mannequins prépubères, leurs photos systématiquement retouchées, leurs publicités encensant la jeunesse sous toutes ses formes, avec toujours le même leitmotiv : "effacez les ravages du temps", "rajeunissez". La femme de cinquante ans se doit de nier le passage du temps, de lutter et de continuer à faire bonne figure, alors que l'inéluctable physiologie du vieillissement est déjà à l'oeuvre en elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfan50   11 février 2015
Manuel de guérilla à l'usage des femmes de Sylvie Brunel
Prendre sa revanche. Combien en ai-je vu de ces femmes qui, à mi-vie, deviennent enfin libres, nomades, fières d'affirmer leurs goûts ? Ce n'est qu'après quarante ans que la plupart d'entre elles osent revendiquer leur droit fondamental d'être elles-mêmes. Elles se rendent compte que leurs plaisirs et leurs dons, longtemps niés parce qu'il fallait se consacrer au mari, aux enfants, ne demandent qu'à s'épanouir. Qu'elles peuvent enfin se consacrer à ce qu'elles ont toujours eu envie de faire. Sculpter, peindre, chanter, voyager, écrire, voir leurs copines et leur famille...
Commenter  J’apprécie          40
Mariloup   16 juin 2014
Un escalier vers le paradis de Sylvie Brunel
La violence américaine, celle du pionnier conquérant qui avait asservi la nature et les Indiens, exterminés les bisons et conquis la terre, se déployait dans une grande ferveur collective que les Européens présents avaient du mal à partager.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur
.. ..