AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.1/5 (sur 87 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Gotarrendura , le 28/03/1515
Mort(e) à : Alba de Tormes , le 04-15/10/1582
Biographie :

Thérèse d'Ávila (en religion : Teresa de Jesús, baptisée : Teresa de Cepeda y Ahumada) est une sainte catholique et une réformatrice monastique du XVIe siècle. En plus de son talent à réformer les couvents, elle s'est imposée comme un maître de la spiritualité chrétienne, fait remarquable à cette époque pour une femme. Elle naquit en Castille et mourut à Alba de Tormes dans la nuit du 4 au 15 octobre 1582, quand l'Espagne et le monde catholique basculèrent du calendrier julien au calendrier grégorien (suppression de 10 jours). Elle est fêtée le 15 octobre. Sa dépouille fut enterrée dans le couvent de l'Annonciation de Alba de Tormes , une main ayant été sectionnée et conservée dans un reliquaire d'Avila.Après certains événements, on ne fit plus atteintes à ses restes. Ils sont désormais dans plusieurs endroits.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Thérèse d’Avila   (30)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La vie érémitique n'est pas une vie sans relations, mais au contraire une vie fondée sur la relation essentielle. Ce qui change tout. Dans Récits d'une ermite de montagne, soeur catherine nous faisait découvrir le quotidien rude et bien concret de sa solitude pour Dieu. Dans ce second livre, elle nous fait entrer plus avant dans sa vie spirituelle et décrit la voie abrupte qui est la sienne, en montrant qu'elle peut être vécue d'une manière toute simple. Elle nous parle de son existence vouée à la prière, des différentes formes de méditation, de contemplation et de l'expérience de l'Un. À l'école de sainte Thérèse d'Avila et de saint Jean de la Croix, elle raconte les nuits mystiques et les étapes vers l'union à Dieu. On partage son attrait pour l'extraordinaire et son rapport avec l'ordinaire. Elle propose aussi des réponses aux problèmes spirituels qui se posent aujourd'hui. La Joie imprègne tout son parcours. Disponible ici : https://www.editions-tredaniel.com/la-joie-du-reel-p-9383.html

+ Lire la suite

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Thérèse d’Avila
Un jour que je me plaignais d’être obligée de manger de la viande et de ne pas faire pénitence, j’ai entendu qu’on disait qu’il y avait parfois plus d’amour du moi que de désir de pénitence dans un semblable chagrin.
Commenter  J’apprécie          410
L'un des sommets de la littérature du Siècle d'Or espagnol. Bien sûr, il faut se souvenir que cette religieuse écrivait au XVIème siècle, avec une mentalité de l'époque ! Si l'on s'attend à ce qu'elle pense et réagisse en femme libérée du XXIème siècle, on risque d'être fort déçu ! Elle n'a pas non plus une vision de la foi conforme en tous points aux enseignements du concile Vatican II ! Mais le livre nous montre un très beau tableau de la société espagnole du XVIème siècle, des mentalités et des conceptions religieuses de l'époque. Quant à ses protestations relatives à l'étendue de ses péchés, ce ne sont pas des jérémiades, elle était vraiment persuadée d'être une grande pécheresse. Beaucoup de saints ont ressenti la même chose : plus ils étaient proches de Dieu, plus ils se sentaient indignes de sa miséricorde. Pour ceux qui trouveraient le livre inintéressant, et c'est leur droit, j'ajouterai ceci : la simple lecture de cette autobiographie de Thérèse d'Avila suffit à convertir, dans les années trente du siècle dernier, une grande intellectuelle, philosophe, disciple de Husserl et enseignante dans une université allemande, Edith Stein. Celle-ci, qui était athée, le lut en une nuit, et au matin, elle était convertie, au point d'entrer quelques années plus tard, au carmel. D'origine juive, Edith Stein fut ensuite poursuivie par les nazis, qui l'envoyèrent à Auschwitz, où elle périt dans une chambre à gaz. Un livre qui a de tels effets ne peut être un livre ordinaire, même s'il ne plait pas nécessairement à des esprits non préparés à l'apprécier.
Commenter  J’apprécie          130
On peut aussi comparer cet amour à un grand feu qui, pour s'entretenir, a sans cesse besoin d'un nouvel aliment.
Commenter  J’apprécie          1510
Mais prenez garde, si vous ne tenez à rien, c’est peut-être que vous n’avez rien reçu.
Commenter  J’apprécie          151
incipit :
On m'a donné ordre d'exposer par écrit ma méthode d'oraison et les grâces dont le Seigneur m'a favorisée. On me laisse en même temps pleine latitude pour cette relation. J'aurais bien voulu avoir la même liberté pour raconter dans tous leurs détails et avec clarté mes grands péchés et ma triste vie, et j'en eusse éprouvé une vive consolation. Mais on ne l'a pas voulu ; on m'a plutôt commandé d'être très réservée sur ce point. Aussi, je conjure, pour l'amour de Dieu, celui qui lira cet écrit, de ne point perdre de vue que ma vie a été très infidèle, et que, parmi les saints qui se sont convertis au Seigneur, je n'en ai trouvé aucun qui puisse me servir de consolation.
Commenter  J’apprécie          120
Il brûle d'amour ardent
Lui qui naquit en tremblant
Dans une enveloppe humaine (...)
Commenter  J’apprécie          120
Quelle vie que la nôtre ! Comme elle est pleine de misères ! Nulle joie n'y est assurée, nulle chose qui ne soit sujette au changement. Un instant auparavant, je n'aurais pas échangé, ce semble, mon bonheur contre tous les plaisirs de le terre, et maintenant la cause même de cette joie me jetait dans un tel tourment que je ne savais que devenir. Ah, si nous considérions avec attention les évènements de notre vie, chacun de nous verrait par sa propre expérience quel peu de cas il faut faire des joies et des tristesses qu'on y trouve !
Commenter  J’apprécie          100
Et vienne ce qui viendra, arrive ce qui arrivera, peine qui peinera, murmure qui voudra, quand bien même on devrait mourir en route, ou manquer de cœur dans l'épreuve.
Commenter  J’apprécie          110
Le mariage spirituel est encore semblable à l'eau qui, tombant du ciel, se mêle si bien à celle du ruisseau qu'on ne peut plus les diviser ni mettre à part celle du ruisseau et celle qui est tombée du ciel.

Il ressemble en outre à un tout petit filet d’eau qui se perd dans la mer, sans qu’il soit plus possible de l’en séparer ; ou à une grande lumière qui pénètre dans un appartement par deux fenêtres et qui, quoique séparée à son entrée en se réunit pour ne faire plus qu’une lumière.
Commenter  J’apprécie          90
Thérèse d’Avila
Je crains moins le démon que ceux qui craignent le démon.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Thérèse d’Avila (129)Voir plus

Quiz Voir plus

Les animaux dans la Bible

Dans la genèse, Dieu crée les oiseaux avant les poissons.

Vrai
Faux

10 questions
232 lecteurs ont répondu
Thèmes : animaux , bibleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..