AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.21 /5 (sur 154 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 15/12/1958
Biographie :

Valérie Dayre est une écrivaine et traductrice.

Elle est l'auteure d'une vingtaine de romans pour enfants et adolescents et consacre presque tout son temps à l'écriture. Elle est également traductrice de 40 romans de littérature américaine et auteur de quelques ouvrages pour adultes.

Son premier roman pour la jeunesse, Miranda s’en va, a été publié en 1989 aux éditions Milan.

Elle rencontre un bon accueil critique pour C'est la vie, Lili (1991) qui reçoit le Prix Sorcières en 1992. Elle a écrit deux albums : L’ogresse en pleurs en 1996, illustré par Wolf Elbruch, et Enchaîné (2007), illustré par Sara.

La grande majorité de ces livres est éditée à L’École des Loisirs. Depuis peu elle publie aussi chez d’autres éditeurs : La Joie de Lire ou l’Atelier du Poisson Soluble.

Elle vit dans le Berry.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lectomaton Valérie Dayre, Retour en Afrique


Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   02 février 2017
Tes petits camarades de Valérie Dayre
Ils ont déménagé. Ils ont une maison. Neuve. Un jardin. Enfin, un carré de terre ocre et de caillasse parsemé de touffes d'herbe brûlée.

Sur la maquette du lotissement encore exposée sous verre dans le hall de la mairie, c'était très joli : il y avait de grands arbres le long des rues, une piscine dans chaque jardin, un square enchanteur où s'égaillaient des figurines en plastique.

Les jeunes arbres malingres plantés trop tard dans la saison ont crevé dès l'été.

Les piscines attendront que chaque foyer ait réalisé suffisamment d'économies en sus de son accession à la propriété.

Quant au square, il est toujours à l'état de projet : un terrain vague percé en son milieu d'une mare boueuse qu'on appelle 'l'étang'.

(p. 9-10)
Commenter  J’apprécie          140
orbe   18 février 2014
Tant pis pour elle de Valérie Dayre
Au fil des phrases décousues, j'appris :

- qu'elle avait travaillé jusque-là sur son article ;

- que les bottes en caoutchouc, c'était bien, merci, mais elle avait trois ampoules qui lui faisaient un mal de chien ;

- que sa salope de rédac'chef, le tas, le pot, la tache, lui avait encore fait un coup...de salope ;

- que non, elle ne savait pas si elle étaient trop grandes ou trop petites, mais elle avait trop marché ;

- qu'elle digérait décidément mal la charcuterie ;

- qu'elle se demandait si elle était faite pour ce métier de carpette, obligée d'avaler des couleuvres en disant merci ;

- et que le contenu du minibar n'avait rien arrangé ;

- en plus maintenant il était vide ;

- et il n'y avait même pas un yaourt ;

- on pourrait y penser, simple suggestion ;

- et son copain la snobait grave ;

- pour qui se prenait-il, ce nase ;

- cette petite bite ;

- cet éjaculateur précoce ;

- excuse les détails (rire) ;

- qu'elle était sympa, la chambre 23 mais, en fait, les piaules d'hôtel ça lui colle toujours le blues ;

- non, pas les chambres d'hôtel. La province. ça lui rappelle :

- son enfance ;

- ses vieux ;

- des histoires pas drôles ;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   27 mai 2018
Dimanche, Gaspard s'amuse de Valérie Dayre
Quand on joue à quelque chose, Hector triche. Quand celui-ci n'arrive pas à tricher, Gaspard doit manoeuvrer afin de le laisser gagner, sinon il pleure. Ou boude. Ou casse un vase. Ou donne des coups. Quant aux parents... Bon. Ils sont gâteux de leur fils et lui passent tout.

(p. 11)
Commenter  J’apprécie          130
petitsoleil   13 mai 2016
Fugitifs du futur de Valérie Dayre
Beaucoup de mots ont un double sens, c'est vrai, mais là, quand même.

A croire que les services de renseignements de l'armée américaine qui sont à l'origine du Net se sont bien marrés à choisir les éléments de langage qui révèlent autant qu'ils la dissimulent la servitude volontaire qu'induit le Web.



Le Web ! La toile d'araignée, le piège par excellence.

Le Net ! Idem. On tombe dans le panneau (c'est dans le dico : to walk into the net), on est pris dans le filet (to be caught in the net), pas mieux qu'un poisson, un papillon !
Commenter  J’apprécie          120
murielan   23 avril 2013
Tes petits camarades de Valérie Dayre
Elle voudrait que son garçon aille bien, qu'il rie, qu'il remue, qu'il ait des copains et de bonnes notes à l'école.

Elle voudrait ce qu'il n'est pas.
Commenter  J’apprécie          110
orbe   24 février 2014
Tant pis pour elle de Valérie Dayre
Il va finir par l'écouter, ce morveux de gendarme? Par prêter attention à ce qu'elle dit ? C'est grave, c'est important. Elle l'a reconnue, la femme, là, dans la voiture du maire. C'est celle qui est venue rôder trois fois, oui trois fois, et même en pleine nuit...
Commenter  J’apprécie          90
VanessaV   09 avril 2012
Ogresse en pleurs de Valérie Dayre
- N'importe lequel! gémissait maintenant l'affamée. Donnez-moi le plus maigrichon, le plus couillon! (elle avait abaissé ses prétentions).

Dans les maisons, on se taisait. Des couillons? Des maigrichons? Si on en avait, on se les gardait.
Commenter  J’apprécie          60
zazimuth   14 octobre 2017
Ce cahier est pour toi de Valérie Dayre
Hypothèses :



1) Le pavillon de chasse est habité (par Maurice, un jeune homme, un arrière-grand-père...), c'est-à-dire :

a) une famille décomposée-recomposée ?

b) des gens du voyage ?

c) des squatteurs ?

d) des clandestins



2) Le pavillon de chasse est vide, inoccupé, d'où l'on peut conclure que :

a) Je rêve (mais le rêve recommence chaque jour alors que je ne dors pas - du moins, je crois que je ne dors pas ; malheureusement, même quand on rêve on est parfois sûr de ne pas dormir) ;

b) Alzheimer et Compagnie progressent ;

c) les hypothèses a et b se cumulent (c'est encore mieux).



Conclusions :

1) je ne sais rien

2) je ne peux être sûre de rien

3) je fais bien de me taire, de ne parler du pavillon de chasse à personne. (p.66-67)
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleil   13 mai 2016
Fugitifs du futur de Valérie Dayre
Achille ne s'inquiétait pas seulement pour Mila et lui, mais pour ce que les implants risquaient de rendre possible.



Déjà, on tendait à remplacer l'expérience, la vie, jusqu'au concret du quotidien, par un flot d'informations, de relevés quantitatifs, d'images et d'avis de spécialistes nous disant, avec toujours plus d'autorité, ce qu'il faut penser de.



Déjà, on substituait la statistique à l'analyse, le cas moyen à la singularité, les sondages à l'opinion, l'exhibition pornographique au plaisir des corps.

On virtualisait les voyages, les relations, le commerce.
Commenter  J’apprécie          40
patacaisse   05 mai 2010
Les Nouveaux Malheurs de Sophie de Valérie Dayre
"C'est aussi ça d'avoir des enfants : admettre que toutes les influences extérieures les ballottent".
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Valérie Dayre (322)Voir plus