AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 98 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Edimbourg, Ecosse , le 20/03/1965
Biographie :

Historien, écrivain et commissaire d'exposition, William Dalrymple s’est illustré par la publication de récits de voyages couronnés de nombreux prix.
Ses ouvrages les plus récents sont des livres d’histoire qui adoptent les techniques narratives du roman mais n’en sont pas moins des livres d’histoire, sans fiction aucune.
Il participe régulièrement à des emissions de télévision et de radio.
En 2012 il est le commissaire de l'exposition 'Princes and Painters in Mughal Delhi 1707–1857', présentant les peintures de la Mughal and Company School, pour l'Asia Society à New York.

D’origine écossaise il vit en Inde avec sa femme Olivia Fraser et leurs trois enfants.

http://www.williamdalrymple.uk.com

Bibliographie:
- In Xanadu (1989) (Fr: Sur les pas de Marco Polo. Voyage en Asie centrale)
- City of Djinns (1994) (Fr: La Cité des Djinns)
- From the Holy Mountain: A Journey in the Shadow of Byzantium (1997) (Fr: Dans l'ombre de Byzance: Sur les traces des chrétiens d'Orient)
- The Age of Kali (1998) (Fr: L'âge de Kali). (Existe aussi sous le titre 'At the Court of the Fish-Eyed Goddess: Travels In the Indian Subcontinent' avec quelques variations).

- White Mughals (2002) (Fr: Le Moghol blanc)
- The Last Mughal, The Fall of a Dynasty, Delhi 1857 (2006) (Fr: Le Dernier Moghol)
- Nine Lives: In Search of the Sacred in Modern India. London, Bloomsbury. (2009) (Fr: Neuf vies : A la recherche du sacré dans l'Inde d'aujourd'hui)
- Return of a King – The Battle for Afghanistan (2012) (Fr: Le Retour d'un Roi).

- Catalogue de l'exposition 'Princes and Painters in Mughal Delhi 1707–1857', peintures de la Mughal and Company School, pour l'Asia Society à New York (2012).
-Kohinoor: The Story of the World’s Most Infamous Diamond (2017) (Fr: Le Koh-I-Noor : l'histoire funeste du diamant le plus célèbre du monde).

http://www.williamdalrymple.uk.com
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview par la chaîne de télévision Al Jazeera: d'Istanbul à Calcutta.

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
William Dalrymple
ericlesapiens   22 mars 2020
William Dalrymple
Les rituels et les pratiques tantriques ésotériques - les sadhana - furent toujours le secret bien gardé d'un petit groupe d'initiés. Mais ils intègrent assurément des actes sexuels complexes et ritualisés, parfois avec des femmes en menstruation, conjugués à l'ingestion d'une mixture à base de sperme, de sang et d'autres fluides corporels, bafouant et pervertissant ainsi une kyrielle de vérités établies et de tabous.
Commenter  J’apprécie          202
moussk12   07 avril 2018
Le Koh-I-Noor de William Dalrymple
"Il était la terreur de l'Empire ottoman, le conquérant des Indes, le maître de la Perse et de l'Asie, écrit le père Bazin, respect de ses voisins, redouté de ses ennemis, et à qui il n'a manqué que d'être aimé de ses sujets."
Commenter  J’apprécie          130
benleb   02 janvier 2015
Le Retour d'un Roi de William Dalrymple
Au fur et à mesure de l'avancée des négociations, ce qui, à l'origine, devait être une opération sikhe au profit des intérêts britanniques se transforma lentement en une opération britannique pour servir les intérêts sikhs.



Ce n'est qu'à la fin du mois de juin, après transfert du lieu de discussion à Lahore - où Burnes et Masson vinrent de Peshawar pour gonfler la délégation anglaise -, que Ranjit confirma être prêt à se joindre à une armée principalement composée de Britanniques dans le but de mettre Shuja sur le trône.



"'Votre Altesse a conclu voici quelques temps [en 1834] un traité avec Shah Shuja ul-Mukh", dit Macnaghten. "Pensez-vous qu'il soit toujours dans votre intérêt de consacrer la validité de ce traité et vous conviendrait-il que le gouvernement britannique signe à son tour ledit traité ?"



-"Ce serait ajouter du sucre au lait", répondit Ranjit.
Commenter  J’apprécie          90
Taraxacum   17 février 2015
La Cité des Djinns de William Dalrymple
Dans toute l'histoire de Delhi, à aucun moment ce léger voile de culture n'a été plus brillant - ou plus trompeur - qu'au cours de la première moitié du XVIIe siècle, pendant l'âge d'or de Shah Jahan.

En public, les actions de l'empereur et de ses courtisans étaient gouvernés par les règles d'un protocole rigoureux, aussi subtile et élaboré que les bordures compliquées dont les peintres moghols entouraient leurs miniatures. Mais sous ces belles apparences, l'ambition des souverains moghols ne s'encombrait pas de morale : ils n'hésitaient pas à assassiner leurs frères , empoisonner leurs soeurs ou faire jeuner leur père jusqu'à la mort. Le cérémonial de la Cour couvrait de sa splendeur les tristes vérités de la politique moghole; il masquait délibérément la rudesse et la brutalité qui se cachaient derrière lui.
Commenter  J’apprécie          60
benleb   08 janvier 2015
Le Retour d'un Roi de William Dalrymple
Mohan Lal nous donne une quatrième version, sans doute la plus crédible et incontestablement la plus émouvante.



Après que Charles Burnes eut été tué et que le feu eut ravagé toute la chambre, Sir Alexander Burnes fut contraint de venir sur le pas la porte qui donnait sur son jardin. Là, il implora la multitude de lui laisser la vie sauve, mais, recevant en réponse un torrent d'insultes, il abandonna tout espoir de salut. Sur ce, il dénoua la lavallière noire qu'il avait autour du cou et s'en banda les yeux, afin de ne pas voir d'où proviendrait le coup fatal. Après cela, il s'avança, et en une minute, il fut taillé en pièces par la foule en furie.



"Les lames affûtées de deux cents courageux Afghans réduisirent son corps en fragments d'os", raconte Maulana Kashiri
Commenter  J’apprécie          60
benleb   12 janvier 2015
Le Retour d'un Roi de William Dalrymple
En 1843, peu après son retour de la boucherie que fut la première guerre anglo-afghane, l’aumônier militaire de Jalalabad, le révérend G.R. Gleig, rédigea un mémoire sur la catastrophique expédition dont il fut l'un des rares rescapés.



Ce fut, explique-t--il, "une guerre lancée avec des objectifs à la pertinence douteuse, menée avec un curieux mélange de témérité et de timidité, conclue après bien des souffrances et des désastres, sans que le gouvernement qui l'avait dirigée ou l'important corps de troupes qui l'avait faite n'en fut auréolé de beaucoup de gloire. Pas un seul profit, politique ou militaire, n'a été retiré de ce conflit. Notre évacuation finale du pays ressembla à la retraite d'une armée vaincue."
Commenter  J’apprécie          60
SeriallectriceSV   11 avril 2018
Le Koh-I-Noor de William Dalrymple
Si un homme fort prenait quatre pierres et les lançait en direction des points cardinaux ... et une cinquième dans les airs, et si l'espace entre ces pierres était empli de joyaux et d'or, leur valeur ne serait pas comparable à celle du Koh-I-Noor.
Commenter  J’apprécie          70
Flodopas78   17 décembre 2014
Le Retour d'un Roi de William Dalrymple
"Après tout le gâchis et les destructions d'une guerre onéreuse, inutile, à la légalité douteuse,(...)les Britanniques avaient laissé l'Afghanistan pratiquement tel qu'ils l'avaient trouvé, conclut-il." (Sir Jasper Nicholls, commandant en chef)
Commenter  J’apprécie          70
Oliv   18 octobre 2012
Dans l'ombre de Byzance : Sur les traces des chrétiens d'Orient de William Dalrymple
Hormis de rares archéologues, personne ne fait plus jamais le détour par Antioche, ni les politiciens turcs, ni les journalistes, ni les touristes ; pas même le PKK.

Dire qu'à une époque la totalité de l’Europe, la majeure partie du Proche-Orient et toute la côte nord-africaine étaient gouvernées depuis ce petit bourg, ce trou aujourd'hui oublié même des Turcs ! Un jour, peut-être, il arrivera la même chose à Los Angeles ou à San Francisco.

Commenter  J’apprécie          60
Taraxacum   28 février 2018
Dans l'ombre de Byzance : Sur les traces des chrétiens d'Orient de William Dalrymple
Mais l’élément le plus surprenant, dans le portrait que Jean Moschos brosse de l'Orient méditerranéen, est tout simplement qu'il soit...chrétien. Dans l'imaginaire collectif, le Levant passe presque sans hiatus de l'ère classique à l'hégémonie musulmane. Or, on a un peu trop tendance à oublier que, pendant plus de trois cent ans -depuis Constantin, au début du IVè siècle, jusqu'à l'avènement de l'islam, à l'orée du VIIè -, il est au contraire presque en totalité chrétien. A une époque où le christianisme commence tout juste à prendre racine dans les îles Britanniques [...], le Levant, lui, forme le coeur de la chrétienté, le centre de la civilisation chrétienne.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..