AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
étiquettes

Citations et extraits (102) Voir plus Ajouter une citation
 William R. Burnett
Nastasia-B   04 mars 2013
William R. Burnett
Le désespoir vous pousse à agir, mais parfois, il vous fait faire des bêtises.
Commenter  J’apprécie          460
nameless   29 janvier 2016
King Cole de William R. Burnett
L'authentique homme politique ne pense qu'à une chose : sa Réélection. Les électeurs étaient des proies. Fondamentalement, il n'y a qu'une infime différence qui distingue l'escroc de l'homme politique. Leurs arnaques portent sur la même clientèle.



Page 98
Commenter  J’apprécie          310
nameless   29 janvier 2016
King Cole de William R. Burnett
- Tu viendras voir le match, n'est-ce pas ?

- Il faut que je fasse une apparition. Je ne raffole pas de ce genre de spectacle dans un climat d'élection, mais il faut que je me montre. Les supporters des matchs de football votent. (Il se mit à rire)



Page 51



Commenter  J’apprécie          240
Pecosa   22 avril 2020
Dark Hazard de William R. Burnett
Ces Américains de souche, ces protestants puritains, furent les abolitionnistes de la Guerre de Sécession, fanatiques dangereux qui détestaient le Sud non seulement à cause de l'esclavage, encore n'était-ce qu'une composante mineure de leur haine, mais également parce que la vie était moins étriquée dans le Sud, plus tolérante, empreinte d'une largeur d'esprit et d'une compréhension des autres que eux trouvaient immorales. Les petits-fils des abolitionnistes furent des partisans de la Prohibition, perpétuant, sans s'en rendre compte, la lutte engagée par leurs arrière-grand-mères contre la vie dangereuse qu'elles avaient connues à l'époque de la Frontière.
Commenter  J’apprécie          230
nameless   28 janvier 2016
King Cole de William R. Burnett
Ils [les journalistes] avaient la pratique de l'homme politique régional ordinaire, des charlatans de la campagne, des parvenus de la grande cité, qui, pour la plupart faisaient passer avant tout leurs intérêts personnels, se remplissaient les poches, assouvissaient leur rancunes.



Page 8
Commenter  J’apprécie          122
moravia   25 avril 2020
Tête de lard de William R. Burnett
Il y avait une passerelle juste au-dessus de lui. La strip-teaseuse vedette se faisait appeler "la Grande Catherine". De haute taille, elle avait un corps poudré, qui paraissait jeune, bien qu'un peu lourd, mais le visage était fané. Elle passait d'une pose à l'autre avec une lascivité toute mécanique, les yeux dans le vague.

"Elle doit penser à son loyer ou à quelque chose d'aussi excitant", se dit Clinch, nullement ému.
Commenter  J’apprécie          90
moravia   28 avril 2020
Tête de lard de William R. Burnett
Clinch encaissa le coup, avec un juron intérieur. Faites confiance aux gonzesses pour vous entourlouper. Il lui jeta un coup d’œil. La colère de Rhea s'était évanouie et il crut lire dans son regard un certain amusement. Il rougit. Bon sang, pourquoi se sentait-il toujours si emprunté avec cette poule là ? D'accord, elle portait un vison, elle conduisait une bagnole de sept mille dollars, elle était pleine aux as. Mais une poule est toujours une poule.
Commenter  J’apprécie          80
Blackbooks   10 juin 2020
Lune pâle de William R. Burnett
Bien qu’il fût habitué à la solitude, Crip aurait, ce matin-là, préféré quelque compagnie. La traversée de la chaîne des Big Sheep n’était pas une partie de plaisir, même dans la fraîcheur du printemps par ce col peu élevé orienté vers le nord, dans une région à présent pacifiée. La nuit précédente, enroulé dans ses couvertures, il avait dormi en haut du col d’un sommeil agité, et le brave Jingo, son cheval, avait lui aussi passé une nuit blanche. Quelque chose avait rôdé dans les bois. Un puma ? Un loup ? Crip n’en savait rien.



“Peut-être un tschindi, comme disent les Apaches, un démon animal”, pensa Crip, en riant de son idée. Il était facile de rire, maintenant qu’il était en selle et que le soleil s’apprêtait à percer à l’est de l’horizon. Mais la nuit, sous les pins et la clarté tamisée de la lune du désert, chaque murmure paraissait avoir un sens, chaque craquement de branche ramenait la peur instinctive d’ennemis inconnus. 
Commenter  J’apprécie          71
nameless   26 mai 2015
Romelle de William R. Burnett
- Trente ans ! Mais voyons, ma belle ; ce n'est rien du tout. Moi, j'ai trente-deux ans... et ... je m'amuse comme une folle ; je n'y pense pas une seule seconde. Voyons - de nos jours les femmes ne sont pas vieilles à quarante ans ni même après. Ne sois pas bête, ma chérie.



Page 12 - Rivages Noirs
Commenter  J’apprécie          80
moravia   23 avril 2020
Tête de lard de William R. Burnett
- A moi, il me fait l'effet d'un esbrouffeur de première, fit Clinch.

Humpy eut l'air choqué.

- Dan Moford ? T'es malade, Clinch ! C'est quelqu'un.

- N'empêche qu'il est en taule ! rétorqua Clinch. L'a pas plus de surface que nous autres maintenant.

Humpy hocha la tête, avec un petit rire triste.

- L'a fait une fausse déclaration d'impôts.

T'appelles ça un délit, toi ? Il fait la pluie et le beau temps dans cette ville, le gars. C'est le grand manitou politique. Eh bien ! il a questionné les mecs sur toi, Clinch. Il a demandé comme ça pourquoi que t'étais tout seul dans ton coin.

- Je l'emmerde.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de William R. Burnett (341)Voir plus


Quiz Voir plus

Avec qui passer Noël ?

- Qui pourrai-je inviter à Noël ? J'ai mon crayon à la main pour faire ma liste. - Tiens, déjà comme tu es célibataire, voilà un livre qui va t'aider ..."Comment kidnapper un mari quand on n'a rien pour plaire", me donne ma future ex meilleure amie. donc pas de mari à Noël !

Nadine de Rotschild
Tom Sharpe

14 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour , romans policiers et polars , romans américainsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..