AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330025041
Éditeur : Actes Sud (06/11/2013)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 74 notes)
Résumé :

1886. Arizona. Un chef apache, Toriano, s'enfuit de la Réserve et sème la terreur chez les colons.

Les tactiques des Apaches rendent impossible de les combattre sans l'aide d'éclaireurs. Walter Grein, dont la ténacité est légendaire, est le meilleur d'entre eux.

Accompagné de sa troupe d'anciens soldats et d'Indiens, il devra capturer Toriano avant qu'il ne mette le pays à feu et à sang. Mais les Apaches sont des guerriers hor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Folfaerie
  02 mars 2014
Actes Sud ressuscite le western, et c'est tant mieux. On trouvait déjà quelques titres chez Phébus et Gallmeister et évidement aux éditions du Rocher, et voilà que cette nouvelle collection, dirigée par Bertrand Tavernier, pioche dans des titres qui furent adaptés par Hollywood.
Ce western, très classique dans sa facture, nous entraîne en Arizona, où une bande d'Apaches emmenés par Toriano, sème la terreur. Les colons s'étaient déjà appropriés toutes les terres, les Indiens vivaient dans la réserve, mais une poignée d'irréductibles décide de mener une dernière bataille. Une guerilla plutôt. Devant l'impuissance de la cavalerie, les autorités font appel au fameux Walter Grein, chef des éclaireurs et cow-boy taciturne, pour retrouver Toriano et sa bande.
Pas besoin d'en savoir plus. Sous un soleil de plomb, dans les canyons arides, nous suivrons la traque menée par Grein et ses quelques compagnons, des Apaches pour la plupart. Pas de cavalcades effrénées (il fait bien trop chaud), pas de fusillades toutes les deux pages, mais une longue poursuite, ponctuée d'intermèdes qui permettent au lecteur d'opposer deux visions de l'Ouest : celle des gens du cru et celles de ceux qui vivaient à l'Est et ne connaissaient ces régions que par les articles de journaux. Evidemment la question indienne suscitait de vifs débats. Entre un Walter Grein, dur et n'hésitant pas à recourir à la violence, et les "civilisés" de l'Est qui prenaient les autochtones en pitié, pas moyen de s'entendre. Mais Grein, dont nous savons pas vraiment pourquoi il voue une haine aussi tenace aux Apaches, est tout de même capable de bons sentiments, qui le rendent plus humain et plus digne d'intérêt. D'abord, sa romance avec la femme du colonel, et puis son amour des chevaux et des chiens. Il déteste d'ailleurs les Apaches en partie parce que ces derniers sont cruels avec les animaux.
Les Apaches quant à eux, sont, assez curieusement d'ailleurs, les grands absents du roman. La petite troupe pourchasse des ombres, qui deviendront des fantômes. Des voix disparues dans ce désert brûlant. Et ainsi va l'Ouest.
Que retiendrai-je de cette lecture ? Un plaisir fugitif, car quelque chose m'a manqué au fil des pages, un petit plus que j'ai pu trouver dans d'autres westerns. Terreur Apache n'atteint pas le niveau de quelques grands classiques comme La prisonnière du désert, la colline des potences ou encore L'indien blanc et Little big man. Et cependant, je l'ai préféré à un Elmore Leonard ou même le Tireur de Glendon Swarthout.
J'attends donc de voir que ce Bertrand Tavernier proposera comme autres titres pour cette belle collection.
Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          146
chartel
  31 janvier 2014
Pour ceux qui aiment les westerns, je ne peux que conseiller ce roman de W. R. Burnett, "Terreur Apache", réédité par Actes Sud et accompagné d'une postface de Bertrand Tavernier. Mais attention tout de même. Ne vous attendez pas à des duels en série, des bagarres à gogo, des poursuites infernales et des fusillades tonitruantes, car tel n'est pas le cas dans ce récit tout en langueur sous la chape de plomb du soleil de l'Arizona. Burnett cherche plutôt à évoquer un territoire encore en gestation. Si les Blancs se sont bel et bien implantés en s'appropriant définitivement la grande majorité des terres arables, les Indiens n'ont pas encore totalement abdiqués. Si la grande majorité se soumet peu à peu à la loi du colon, certains savent encore profiter de leur maîtrise du terrain pour semer le trouble et revendiquer leurs droits, comme le jeune chef apache Toriano. Poursuivre pendant plusieurs semaines en plein désert une bande d'Indiens n'est pas à la portée des unités de cavalerie de la fédération des Etats-Unis. Comme si des marines tentaient de stopper des attaques viêt-cong en pleine forêt ! Seuls d'autres Indiens peuvent les suivre. Et ce roman est justement le récit d'un éclaireur, Walter Grein, peut-être inspiré d'un personnage ayant réellement existé, qui va pourchasser Toriano avec l'aide d'éclaireurs indiens. le récit se construit à partir du regard de ce héros un peu marginal, bourru et misanthrope. Un western crépusculaire qui inspira le film « Fureur Apache ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Taraxacum
  08 avril 2015
Bien que l'auteur soit plus connu comme un des pères du polar moderne, noir et violent, Terreur Apache tient bien sa place au panthéon des westerns classiques: langue qui claque, personnages intéressants, assez de cadavres et de couleurs locales pour contenter l'amateur... Que le lecteur ne s'attende pas à des grandes batailles, clairons à l'aube, cavalerie contre indiens, scènes colorisées avec un jeune premier héroïque à la mèche gominée, non, pas de ça ici. L'auteur vise plutôt la vraisemblance et les seuls vraiment de taille à se lancer à la poursuite du jeune chef apache qui cherche à se faire un nom, ce sont les éclaireurs. Pas très décoratifs, têtus comme des mules, buvant souvent trop et refusant d'accepter les ordres idiots, ils ont quelques soucis à s'entendre avec l'armée régulière! Inspirés en partie de personnes ayant réellement existé, nos héros cabossés s'enfonceront dans le désert pour une course poursuite où celui qui survivra sera le plus chanceux et le plus malin, pas forcément le plus grand soldat. Il est d'ailleurs très intéressant je trouve que la plus nette séparation ici ne soit pas entre les Apaches et les Blancs, mais entre les gens de l'Est et leur vision romantique de l'Ouest Doré, comme ils disent, et ceux qui y vivent réellement, dans sa poussière, sa chaleur et sa violence.
J'ai un peu tendance à juger tous les westerns désormais à l'aune de Lonesome Dove, excellentissime, et celui-là manquait résultat un peu d'épique, mais c'est plutôt l'histoire en elle même qui veut cela.
Tous les amateurs de western vont se régaler!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MurielT
  05 septembre 2016
Terreur Apache - W.R. Burnett
Je n'ai pas vraiment été emballé par ce roman. Je m'attendais sûrement à de grandes chevauchées, des poursuites infernales et des coups de fusils dans tous les sens, comme dans les Western que je regardais à la télé il y a très longtemps.
Eh bien rien de tout cela et je me suis un peu ennuyée pendant ma lecture. J'ai eu l'impression que les descriptions des paysages étaient toujours les mêmes que les mêmes mots revenaient souvent, je n'ai pas accroché avec les personnages que j'ai trouvé fort antipathiques et quelque peu caricaturaux.
Et même après avoir lu la postface de Bertrand Tavernier, je n'ai pas été convaincue. Bon je réessaierai quand même un autre autre roman d'un autre auteur de cette collection peut être que je n'ai pas choisi le bon ou ce n'était pas le bon moment
Commenter  J’apprécie          130
Thyuig
  14 juin 2015
Voici un bon roman de Burnett pour qui aimerait chevaucher quelques 250 pages auprès d'un éclaireur de l'Armée américaine, à la recherche d'un dangereux Apache.
L'histoire sera celle d'un traque dans le désert, une course-poursuite où la morale de l'occupant interroge celle de l'occupée et dont Burnett nous abreuve à tout bout de champs comme ici : " Eh bien, les Apaches aussi ont un code. le voici : le plus fort, c'est celui qui tue le plus de monde. Après vient le plus grand voleur. Et en troisième position - mais c'est aussi une force -, le plus grand menteur. Vous me suivez ? Comment voulez-vous qu'un homme comme Busby puisse traiter avec des gens pareils ? Son indulgence, ils en rient. Ils la voient comme une faiblesse. Ils ne comprennent qu'une seule chose : la force. Voilà la seule manière de les aborder."
L'écriture ne traîne pas, d'aucuns diraient qu'elle est efficace. J'aimerais ajouter qu 'elle est simplement efficace mais qu'elle manque un peu de folie et de rondeur. Des faits, de l'action, des faits, tout est mené un peu trop vite.
Sans doute la faute aux auteurs américains de Nature writing, on peine chez Burnett à prendre toute la mesure de cette sierra désertique, brûlée par le soleil et en tous points inhospitalière. Bien sûr, le western s'y tient ici en vertu de tous ses codes et passages obligés, il y a le vieil alcoolo l'indien taciturne, le cow-boy solitaire, la femme rêvée, un lot de bravades et d'échauffourées, mais ça ne suffit pas forcément à faire un grand roman. Mais un très bon livre, sans aucun doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
coldrivercoldriver   11 juin 2019
Les crétins et les imbéciles font toujours plus de bruit que les autres et on a tendance à les croire plus nombreux.
Commenter  J’apprécie          20
ThyuigThyuig   12 juin 2015
"Je le trouverai bientôt, se dit Grein. Je réussirai bien à le coincer au fond d'un canyon. un Apache n'est jamais qu'un homme, et comme tout homme, il peut commettre des erreurs."
"Toi aussi, tu peux en commettre", lui chuchota une petite voix intérieure, mais il l'ignora. Il ne doutait jamais. Une fois qu'on commençait à douter de soi, il n'y avait plus qu'à tout laisser tomber et partir en ville pour s'asseoir tranquillement dans un fauteuil à bascule. On n'aurait plus sa place ici, dans les hautes terres, avec les aigles et les Apaches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jocelynevjocelynev   26 juin 2015
Un livre qui accroche vraiment! Je suis portée par cette aventure qui me rappelle bien des souvenirs de westerns et de livres. A quelques semaines de mon périple en Californie, je savoure cette épopée où se mêlent les cultures et les hommes, les philosophies de vie et l'expression des sentiments. Malgré les odeurs fortes, la sueur, la crasse, la fatigue et l'alcool, je me sens portée par l'intérêt de cette traque. Malgré le manichéisme ambiant, les personnages ont une humanité à transmettre. Âpreté des êtres et du milieu et pourtant plaisir de lecture certain. Une belle découverte grâce à ma grande fille, Maureen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MurielTMurielT   05 septembre 2016
Une aube lavande se levait sur Mesa Encantada, chassant les ombres de la nuit, et bientôt l'horizon rougeoya comme la gueule d'un four. La montagne sacrée passa du bleu sombre au violet, puis à l'or qui nimbait son somment plat d'une poussière d'étincelles. De longs arc orange et cerise zébraient le ciel à la manière d'une aurore boréale : puis le soleil darda ses rayons brulants par-dessus le bord du monde, et soudain ce fut le plein jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ThyuigThyuig   14 juin 2015
"Faut croire, dit Reb. Alors ce bras, Doc ? Comment il vous paraît ?
- Complètement rétabli, depuis que je l'ai incisé à Mesa Encantada. Et la blessure à la main est négligeable. Vous cicatrisez très vite.
- C'est parce qu'il mène une vie saine, Doc. Il ne boit pas, sauf du whisky sec. Il ne fume que le meilleur tabac. Et il ne regarde aucune femme, sauf si elle est jolie."
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : arizonaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1261 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
.. ..