AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.47 /5 (sur 727 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : La Nouvelle-Orléans, Louisiane , le 11/10/1925
Mort(e) à : Detroit, Michigan , le 20/08/2013
Biographie :

Elmore John Leonard Jr. est un célèbre romancier et scénariste américain.

Elmore Leonard commence à écrire dès l’âge de 10 ans. Des brouillons de westerns, le genre qu’il adore en images. Il poursuit pour le journal de son lycée, avant d’ouvrir une parenthèse en 1943. Il s’engage pour deux ans et demi dans la Navy. A son retour, il s’inscrit à l’université de Detroit. Il en ressort diplômé d’anglais et de philosophie quatre ans plus tard.

Sa première nouvelle est publiée en 1951, dans un pulp-magazine, Argosy. Encore deux ans et paraît son premier roman, The Bounty Hunters. Un western évidemment. Le marché est porteur à l’époque. Leonard fournit : quatre romans et une trentaines de nouvelles et jusqu’en 1961. Certaines seront d’ailleurs adaptées au cinéma (3h10 pour Yuma de Delmer Daves).

Leonard travaille pendant quatre ans à l’écriture de scripts de films éducatifs pour l’Encyclopédie Britannica ou pour des films industriels.

La France découvre l’auteur seulement en 1976 avec Plus gros que le ventre, qui appartient toujours au cycle de Detroit, comme La Loi de la cité qui obtient en 1986 le Grand prix de littérature policière.

Entre-temps, Leonard connaît le succès aux Etats-Unis avec son premier best-seller, Le jeu de la mort. De superbes réussites appartiennent à un cycle consacré à la Floride (notamment La Brava en 1983), où réside sa mère. Les années 1990 seront pour Leonard celles du triomphe, avec l’adaptation de trois de ses romans : Zig-Zag movies (Get shorty de Barry Sonnenfeld), Punch Créole (Jacky Brown de Quentin Tarantino) et Loin des yeux (Hors d’atteinte de Steven Soderbergh).

C'est à Detroit qu'il meurt en 2013.
+ Voir plus
Source : /www.polars.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa troisième chronique, le 20 avril 2016, Fabien aborde l??uvre d'Elmore Leonard. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
Citations et extraits (181) Voir plus Ajouter une citation
jeranjou   24 août 2013
La Brava de Elmore Leonard
"J'aime bien qu'on parle beaucoup dans un livre, et j'aime pas trop que quelqu'un vienne me dire à quoi ressemble le gars qui parle. Je peux pouvoir me représenter à quoi il ressemble d'après sa façon de causer... m'imaginer ce qu'il pense d'après ce qu'il dit. J'aime bien les descriptions mais pas trop quand même."
Commenter  J’apprécie          320
Ambages   21 mai 2020
Les fantômes de Detroit de Elmore Leonard
Il vit le médecin sournois hocher la tête, en préparant sans doute autre chose.

- À propos, avez-vous jamais souffert d'impuissance ?

Chris prit son temps et, ne voyant pas de piège, répondit :

- Non, en fait, non. Pas une seule fois.

- Réellement ?

- J'ai des témoins.
Commenter  J’apprécie          130
Pecosa   29 octobre 2017
Viva Cuba libre ! de Elmore Leonard
Les putains de La Havane, dit Fuentes à Tyler, n'acceptent pas l'argent des soldats espagnols ordinaires, les soldados rasos, qui ne sont payés presque rien. Ce qu'elles font, c'est qu'elles leur demandent cent cartouches de mausers pour coucher avec eux, et comme ça le soldat a l'impression que ça ne lui coûte rien. Fuentes dit que les putains donnaient les cartouches aux insurrectos, c'était une de leurs façons d'obtenir des balles pour les fusils pris aux soldats espagnols qu'ils avaient tués.
Commenter  J’apprécie          260
carre   12 juillet 2015
Loin des yeux de Elmore Leonard
tu te souviens de ce film ou Woody Allen attaque une banque ?

-Prends l'oseille et tire-toi.

-Il tend un mot à l'employée, elle regarde le papier et dit: "Vous avez un blingue ? C'est quoi un blingue ?" C'est assez juste, parce que la plupart des pilleurs de banque sont de sacrés cons.
Commenter  J’apprécie          240
Ambages   22 mai 2020
Les fantômes de Detroit de Elmore Leonard
Sauf que Cochise était à nouveau au trou, où il tirait une peine de quinze à vingt-cinq ans en lisant des B.D. Certains avaient compris, certains étaient passés dans l'autre camp. Eldridge Cleaver, par exemple, la plus célèbre des Panthères. Après s'être enfui au Canada, s'être planqué au Mexique, à Cuba, en Afrique du Nord, en Asie puis en France, il avait trouvé Jésus et chantait à présent les louanges du système américain. Et être traité de "recordman du monde du retournement de veste" ne le tracassait apparemment pas du tout.
Commenter  J’apprécie          70
Ambages   24 mai 2020
Les fantômes de Detroit de Elmore Leonard
- Avant de vous marier, vous voulez pas qu’on règle cette histoire de testament ?

- Je pourrais mettre son nom ?

- Oui, vous pourriez. Mais vous voyez pas quelqu’un qui vous serait plus proche ?

- Non, je vois pas.

- Essayez avec les lettres de l’alphabet. A… B… C… D. Y a personne que vous aimez bien avec un nom qui commence par D, Mr. Woody ?

- Tu sais que je devrais porter des lunettes ?

- On en était à D, Mr. Woody. Allez, on cherche.



Donnell attendit. Plus abruti que ça, tu meurs.



- Des lunettes pour quoi faire ? Je vois très bien. C’est pour ça que je prendrai pas de leçons de chant.



Le mec avait du poulet lo mein à la place du cerveau.
Commenter  J’apprécie          30
Elmore Leonard
la_fleur_des_mots   20 août 2013
Elmore Leonard
J'essaie de couper tout ce que vous sauteriez.
Commenter  J’apprécie          205
carre   10 décembre 2016
Cinglés de Elmore Leonard
-On ne fait d'omelette sans casser d'œufs, dit Nancy.

-T'as flingué un cueilleur de concombres et t'as trouvé le bonheur.

-C'est un peu une histoire à la Cendrillon, dit Nancy, ça me plait.
Commenter  J’apprécie          160
Renod   22 février 2019
La Brava de Elmore Leonard
J’ai claqué la plus grande partie de mon pognon dans la gnôle, les filles et les bateaux. Le reste, je l’ai gaspillé.
Commenter  J’apprécie          151
cvd64   16 mai 2020
Hitler's Day de Elmore Leonard
J’ai essayé une autre blague sur Walter. Je lui ai raconté celle du gars qui, en rentrant chez lui, passe la porte de la cuisine avec une brebis dans les bras. Sa femme, devant l’évier, se tourne vers lui, et il dit : "Voilà la truie avec laquelle je couche quand je ne suis pas avec toi." Et sa femme répond : "Espèce d’idiot, c’est pas une truie, c’est une brebis." Alors le gars dit : "C’est pas à toi que je parlais."

A nouveau, Kevin rit à gorge déployée en la regardant fumer sa cigarette.

Vous aimez raconter des blagues ?

A Walter, pour essayer de le détendre.

Il a ri ?

Il a dit : "Le type ne parle pas à sa femme, il parle à la brebis ?" J’ai répondu que oui, que c’était sa femme qu’il traitait de truie. Et il a objecté : "Mais comment une brebis peut-elle comprendre ce qu’il dit ?" Fin de l’histoire. Il n’y avait aucun moyen au monde de faire changer Walter …
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les titres des romans d'Elmore Leonard

Quel est le titre correct ?

Be good
Be bad
Be cool
Be quiet

15 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Elmore LeonardCréer un quiz sur cet auteur
.. ..