AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.4 /5 (sur 139 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , 1971
Biographie :

William Sutcliffe est né en 1971 à Londres et vit à Edimbourg avec sa femme, la romancière Maggie O’Farrell et leur fils.

Ses ouvrages ont été publiés dans une vingtaine de pays. Une semaine avec ma mère est son quatrième roman.

Source : www.editions-calmann-levy.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce du film Nos vies après eux, adaptation du roman de William Sutcliffe, paru en français sous le titre Une semaine avec ma mère.


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
pdemweb1   27 août 2014
Vacances indiennes de William Sutcliffe
On a bavardé encore un petit moment et puis je suis sorti bizarrement troublé d'avoir pu manifester une envie de retourner en Inde.

ça faisait à peine quelques heures que j'étais en Angleterre, et j'avais oublié tous les désagréments de mon expédition. Bien sûr, je me souvenais d'avoir souffert la plupart du temps mais je me sentais heureux d'être parti et revenu sain et sauf que les bénéfices l’emportaient sur tout le reste.
Commenter  J’apprécie          180
liratouva2   05 mars 2013
Vacances indiennes de William Sutcliffe
-Tout se passera bien, je leur ai dit tout en pensant qu'à un moment ou à un autre ils seraient horriblement malades, sans parler de la dépression, de la solitude, du désespoir, du mal du pays, et du fait qu'ils finiraient probablement par se haïr. Vous allez prendre votre pied, croyez-moi.



A voir ces deux bouilles de petits lapins timides prêts à s'enfoncer dans la folie indienne, ça m'a rappelé mon bonheur d'avoir mon voyage derrière moi et non devant. Je devais m'avouer que c'était plus marrant de l'avoir fait que de le faire.
Commenter  J’apprécie          50
missmolko1   30 août 2019
Une semaine avec ma mère de William Sutcliffe
‘What’s happened?’

‘Just thought I’d pop in.’

Matt stared at his mother, aghast. He couldn’t think of a single thing that might have prompted her to turn up, here, at his flat, on a weekday evening, uninvited, without even giving him a warning. There was no precedent for this behaviour, and he immediately assumed that something terrible must have happened, something too awful to discuss over the phone – an event to be spoken of in hushed voices, with a chair at the ready and hot, sweet tea to hand.

At the very least, someone must have died.

‘What’s wrong.’

‘Nothing’s wrong.’

‘Is everyone OK?’

‘Everyone’s fine,’ she said.

They stared at one another across the threshold, both at a loss as to what to do next, like hikers suddenly realising they are lost.

‘Aren’t you going to invite me in?’ said Carol eventually.

‘Yes, yes,’ said Matt. ‘Come in. I’ll make some tea. Sorry, I’m just a bit surprised to see you. Are you sure you’re OK?’

‘Yes, I’m fine.’

Hearing his mother say those words, with that particular high, clipped intonation, took him back twenty years, to his adolescence, when the word ‘fine’ had been a key weapon, in his mother’s emotional arsenal. This one word had a huge variety of meanings, depending on various faint nuances of tone, as if the word was not English but Chinese. ‘I’m fine’ could mean ‘I’m tense’, or ‘I’m upset’, or ‘I’m angry’, or ‘Why does no one ever listen to me?’, or even’ Look, I’m clearing away the breakfast things that you said you’d clear away but never did.’ The statement, in fact, had a near infinite range of meanings, all of which had only one thing in common. They all meant, in essence, ‘I’m not fine.’
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ValCar   19 novembre 2016
Vacances indiennes de William Sutcliffe
Tu dois te défaire de tes préjugés occidentaux sur la richesse matérielle et aborder la situation comme les indiens.

- Et comment ils l'abordent, la situation, les indiens?

- Ils l'ignorent.
Commenter  J’apprécie          40
jigen_fr   01 janvier 2012
Vacances indiennes de William Sutcliffe
ce ne sont plus des hippies en mission spirituelle qui débarquent en Inde, aujourd'hui, mais de jeunes connard venus randonner en terre de pauvreté...Vous venez ici et vous vous agglunitez les uns aux autres dans une espèce de confraternité professionalle digne de ces séminaires dits de convivialité chers à certaines entreprises.
Commenter  J’apprécie          30
Litterature_et_Chocolat   09 octobre 2011
Une semaine avec ma mère de William Sutcliffe
« Je peux vous poser une question? demanda Helen. Vous étiez très proche de votre mère. Je me demandais à quel moment vous avez fait votre coming-out.

— Oh, jamais. Ça l’aurait tuée.

— Mais ça l’a tuée, dit Luke. Il l’a liquidée en lui montrant une photo de lui en train de se faire fist…

— Luke! Ferme là! lança Miles »
Commenter  J’apprécie          30
babel95   09 avril 2015
Vacances indiennes de William Sutcliffe
Et sais-tu qui sont les Harijan ?

Oui

C'est qui ?

C'est le parti de l'opposition.

Putain, c'est pas croyable. Les Harijan sont les réprouvés de l'Inde. Les Intouchables....Ils sont les Harijan - qui veut dire en Hindi "enfants du Seigneur", ainsi que les a appelés le mahatma Gandhi. Tu as peut-être entendu parler de lui ?

Oui, merci, j'ai répondu d'un ton voulu sarcastique.

Ouais, t'a dû voir le film, il a marmonné. Bon, laisse tomber. Laisse tomber".



Puis il a secoué la tête et fait comme si je n'étais plus là. Avec un vague sourire sur les lèvres et un pli au front, il s'est replongé dans la contemplation du marécage.

Je trouvais ce type vraiment très grossier, et j'ai décidé que je n'allais pas me laisser humilier comme ça.

"Ecoutez, je lui ai dit, vous êtes un journaliste, un professionnel. C'est votre boulot de connaître toutes ces choses. Moi je suis rien qu'un voyageur. Un type en vacances. Et j'ai pas à réviser pendant mes vacances. J'ai tout le reste de l'année pour ça".

Il s'est tourné lentement vers moi et a murmuré, apparemment pour lui-même "Tu n'as pas à réviser pendant tes vacances".

C'était là son idée de la conversation ? Décidément, c'était le mec le plus impoli que j'aie jamais rencontré.

Et puis, quelques secondes plus tard, il a répété, un peu plus fort, et avec une étrange emphase:"tu n'as pas à réviser pendant tes vacances".

C'est exact, j'ai dit. Je n'ai pas à réviser pendant mes vacances. Ca vous pose un problème ?"

"Non", il m'a répondu avec un sourire. "Je pense que c'est très juste".

"Qu'est-ce que vous entendez par "juste" ?"

"Université de la Vie. Première année : travaux pratiques d'aventure de haut niveau. Première épreuve : partir dans le tiers monde et survivre. Il n'est exigé ni connaissances ni curiosité ni intelligence ni sensibilité".

Ce type était incroyable.

"Ecoutez, vous savez rien de moi. Vous savez pas pourquoi je suis ici. Vous savez pas ce que je pense. Et vous vous foutez pas mal de savoir pourquoi je suis venu ici et ce que ça signifie pour moi, alors vous.... vous.... avez pas le droit de juger le voyage que je suis en train de faire et mon... ma personnalité, d'accord ?"

Il a hoché la tête en souriant. "Tu as tout à fait raison. Je ne sais rien de toi. Rien du tout. Et pourtant je me permets de te juger. C'est horrible".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Romileon   17 mars 2018
Vacances indiennes de William Sutcliffe
pages 25, 26

"Salut, a dit Liz.

-Paix", il a répondu.

Elle a dit comme lui, "Paix" (...)

"Ca fait pas très, très longtemps que vous êtes arrivés, non ? " Liz n'a pu s'empêcher de rougir d'un air de vierge effarouchée.

"Non, elle a répondu en triturant le drap de lit. On vient juste d'atterrir.

- Ca se voit.

- C'est peut être les étiquettes de la compagnie sur nos sacs à dos ?" j'ai suggéré.

Il m'a ignoré. "Quand ça fait... plusieurs mois... qu'on est ici... c'est une question qu'on ne se pose plus... parce qu'on commence à appartenir à l'Inde autant qu'à sa terre natale"

page 282

"Salut, m'a dit l'un d'eux.

- Paix... euh, salut, j'ai répondu. Vous débarquez ?

- Ouais.

- Un peu dépaysés, hein ?

- Putain, on est ne nage, a dit l'autre, l'air accablé. qu'est qu'on peut faire avec une chaleur pareille ?

- Mais rien, justement.

- D'accord. " Il m'a regardé comme si je racontais des inepties.

"T'es là depuis quand ? a demandé son ami.

- Oh, depuis pas mal de temps. Je me rapatrie dans deux jours."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Litterature_et_Chocolat   09 octobre 2011
Une semaine avec ma mère de William Sutcliffe
Allez tenter d’expliquer à votre mère ce qu’est une soirée de lancement d’un nouveau produit:



- C’est une fête. Un truc de com. Quand un nouveau produit sort, on fait une soirée de promo où on invite la presse.

- Pourquoi?

- Pour faire de la publicité. Maman, je suis occupé. Je n’ai pas le temps de t’expliquer le XXIè siècle tout de suite.
Commenter  J’apprécie          20
ValCar   19 novembre 2016
Vacances indiennes de William Sutcliffe
Tout le secret consistait à prendre le voyage par un tout autre bout. Si vous le considériez comme un moyen d'aller d'un point à un autre, vous étiez cuits. Vous finissez par pour ronger les sangs. Il fallait voir la route comme une manière d'être. C'était une activité en soi, un rituel social qui tournait autour de la conversation et de l'alimentation et qu'interrompait de temps en temps la locomotion proprement dite.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de William Sutcliffe (211)Voir plus


Quiz Voir plus

Partir en bateau ... en chansons

Oh mon bateau Tu es le plus beau des bateaux Et tu me guides sur les flots Vers ce qu'il y a de plus beau Tu es le plus beau des bateaux

Hugues Aufray
Charles Aznavour
Daniel Balavoine
Axel Bauer
Alain Chamfort
Céline Dion et Garou
Léo Ferré
Gold
Philippe Lavil
Eric Morena
Michel Sardou
Anne Sylvestre

12 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , humour , bateauxCréer un quiz sur cet auteur