AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.33 /5 (sur 56 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Oklahoma , 1912
Mort(e) à : New-York , 1966
Biographie :

Si Woodrow Wilson Guthrie, alias Woody Guthrie, a marqué le folk de la première moitié du 20e siècle, il a pénétré l'histoire de la musique en général par son engagement et ses talents de "protest" songwriter.

Originaire de l'Oklahoma, où il naît en 1912, il quitte sa ville natale d'Okemah à l'âge de 19 ans pour le Texas. Là-bas, il gagne sa vie en tant que musicien de rue et donne occasionnellement des petits concerts. C'est à cette époque qu'il rencontre sa première épouse, Mary Esta Jennings, avec laquelle il aura trois enfants. Il commence à écrire ses propres chansons à partir de 1932. Trois ans plus tard, la région est ravagée par des vents de poussières violents et dévastateurs, le Dust Bowl. Ces évènements lui inspireront d'ailleurs la chanson "So Long It's Been Good to Know Yuh" (aka "Dusty Old Dust"). En 1937, Woody quitte femme, progénitures et émigre en Californie - où sa famille le rejoindra quelques mois plus tard.
Ému et choqué par les mauvaises conditions de vie des émigrants, il commence à écrire des chansons sur ce thème ("Do Re Mi", "Oklahoma Hills", "Philadelphia Lawyer") et s'illustre même politiquement - Guthrie est profondément de gauche, à tendance communiste même.
A la fin des années 30, ses chansons sont de plus en plus écoutées et l'artiste acquiert une jolie réputation. Il traverse alors les Etats-Unis pour rallier New-York, où il enregistre son premier album, Dust Bowl Ballads. Sa popularité monte en flèche. Ses protest-songs fédèrent, à l'image de "This Land is Your Land" (février 1940), chanson écrite en réaction à "God Bless America", l'hymne des Etats-Unis. Il intègre bientôt les Almanac Singers, groupe de chanteurs militants et contestataires. Parti en tournée avec eux, il compose alors moult chansons contre la guerre, contre le fascisme, au moment même où son pays entre dans la seconde guerre mondiale.
En 1945, il se marie pour la deuxième fois, avec Marjorie Mazia. Quatre enfants naîtront de cette union. Père d'une tribu de sept bambins au total, Woddy Guthrie s'essaie alors à la composition de musique pour enfants. Une expérience qui va vite tourner court lorsqu'en 1948, un avion ramenant une trentaine de fermiers Mexicains au pays s'écrase. Un choc pour Guthrie qui lui inspirera le poème "Deportee (plane wreck at Los Gatos)", plus tard repris par nombre d'artistes comme la country woman Dolly Parton, Bob Dylan, Joan Baez ou encore... Arlo Guthrie, un des fils de Woody et de Marjorie.

Souffrant de graves problè
+ Voir plus
Source : http://musique.ados.fr/Woody-Guthrie.html
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Entièrement écrit et réalisé par une jeune fille de 14 ans, Mélissa Mergner, ce documentaire de 10 mn retrace la vie de Woody Guthrie, et le contexte historique : Dust Bowl, expulsions de fermiers, Grande Dépression. On y entend la voix et les chansons du poète-folksinger.

Podcasts (1)


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Woody Guthrie
Pujol   19 octobre 2020
Woody Guthrie
Je n’ai pas forcément été communiste, mais j’ai été dans le rouge toute ma vie.

Commenter  J’apprécie          330
KATE92   25 janvier 2014
La maison de terre de Woody Guthrie
- J’aimerais que tu nous trouves un moyen d’avoir un chouette lopin de terre à cultiver, avec une maison en pisé dessus, une grande barrière en pisé tout autour.

- Y a guère qu’une façon. C’est de continuer à trimer et se battre, à se battre et trimer pour économiser , économiser encore et se battre encore plus, dit-elle.

Commenter  J’apprécie          230
Ode   27 janvier 2014
La maison de terre de Woody Guthrie
Tu sais, Lady, on a dit que le bon Dieu avait chassé Adam et Ève du jardin d'Éden parce qu'ils avaient fait ce qu'on vient de faire.

— Et alors ? Quel rapport entre Adam et Ève et nous autres échoués dans cette ferme à blé desséchée, à la merci des vents, à vivoter comme un couple d'esclaves égyptiens ?

— Je suis à deux doigts de décider que le bon Dieu a eu bougrement tort de faire ce qu'il a fait à ces pauvres vieux Adam et Ève. J'y retourne ça dans ma tête, là. Mais tu sais, je te jure devant Dieu et les petits poissons-chats, chérie, au plus qu'on fait ça, au plus que je m'approche des cieux.
Commenter  J’apprécie          160
Woody Guthrie
TREMAOUEZAN   25 mai 2017
Woody Guthrie
Le seul gros pépin avec la poésie c'est que ça laisse trop d'espace blanc sur chaque page.

("Cette Machine tue les fascistes")
Commenter  J’apprécie          162
TREMAOUEZAN   18 mai 2017
Cette machine tue les fascistes de Woody Guthrie
J'ai suivi des cours par correspondance en droit, médecine, religion, littérature, jeux de hasard, passes magnétiques, divination, métaphysique, télépathie, hypnotisme, psychologie, élevage d'animaux, récupération et reconversion des sols, zoologie, botanique, sciences générales, oses, ismes et ologies de tous acabits. J'ai observé au microscope, chez un vieux docteur de là-bas, la moitié des eaux vaseuses et des limons, crachats, jus, salives et sangs, pour voir les germes, plasmes, amibes, protozoaires, protoplasmes, politiciens et gangsters, et les gens au travail. Je me suis préparé à la prêtrise et inscrit à l’Église catholique du lieu, mais j'ai annulé mon rendez-vous pour partir avec un oncle à moi qui jouait du violon, Jeff Guthrie (l'un des meilleurs violoneux de l'Ouest), qui était aussi shériff adjoint par ailleurs et faisait des tours de magie. Sa femme, Allene, jouait de la guitare et de l'accordéon, savait quelques accords au piano et à l'orgue, et moi je jouais du banjo et de la mandoline et j'ai appris deux airs que je pouvais jouer au violon pendant que mon oncle sortait chercher à boire ou quoi que ce soit. On a fait ça pendant cinq ou six ans. J'ai travaillé dans des épiceries, des pharmacies et des débits de boisson, peint des inscriptions sur des vitrines de boutiques, des listes de prix spéciaux, des cartes et des souvenirs de vacances, des pères Noël, des dindes, des corbeilles d'abondance, etc., dans la même période où le vent des pires orages de poussière et de sable commençait à souffler à travers les douze États du Bol de Poussière*, Dakotas (nord et sud), Iowa, Nebraska, Kansas, Colorado, Missouri, Oklahoma, Arkansas, Nouveau-Mexique, Texas et Arizona. À tel point que je pouvais, rien qu'en regardant la poussière suspendue dans le ciel, vous dire de quel État elle provenait. Par moments il faisait si noir qu'on ne pouvait plus voir son repas sur la table ni trouver un dollar dans sa poche. La poussière était quelque chose de nouveau, même les vieux colons pensaient que c'était la fin du monde parce que les hommes avaient insulté le sol de la terre et les vents du ciel avec leurs agissements vils, haineux, méchants et voraces.

*Dust Bowl, années 1930.

("Ma biographie", pp. 18-19)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Ode   23 janvier 2014
La maison de terre de Woody Guthrie
Tu es bigrement vulgaire. Espèce de vicieux. Tu es l'homme le plus vilain, le plus ignoble, le pire bon à rien que j'aurais pu choisir pour me marier ! À me reluquer comme ça. À me faire du gringue. Voilà ce que tu es. Un vilain qui se rince l'œil. Arrête de suite !
Commenter  J’apprécie          150
TREMAOUEZAN   23 mai 2017
Cette machine tue les fascistes de Woody Guthrie
Je hais une chanson qui vous dit que vous n'êtes bon à rien. Je hais une chanson qui vous fait penser que vous êtes né pour perdre. Parti pour perdre. Bon pour personne. Bon pour rien. Parce que vous êtes trop vieux ou trop jeune ou trop gros ou trop maigre ou trop moche ou trop ci ou trop ça. Des chansons qui vous abaissent ou des chansons qui se payent votre tête à cause de vos malchances ou de vos errances.

Je suis là pour combattre ce genre de chansons jusqu'à mon ultime souffle d'air et ma dernière goutte de sang.

Je suis là pour vous chanter des chansons qui vous prouveront que ce monde est à vous et qu'il vous a infligé des coups durs et une douzaine de mauvais tours, si sévèrement qu'il vous ait humilié et roulé sur vous, quels que soient votre couleur, votre taille, votre physique, je suis là pour chanter des chansons qui vous rendent fier de vous et de votre travail. Et les chansons que je chante sont faites, pour la plupart, par toutes sortes de gens à peu près comme vous.

Je pourrais louer mes services à l'autre bord, le bord où il y a les gros sous, et avoir plusieurs dollars par semaine rien que pour laisser tomber mon genre de chansons à moi et pour en chanter du genre qui vous rabaisse encore plus bas et de celles qui se moquent de vous encore plus, et de celles qui vous font croire que vous ne comprenez rien à rien. Mais j'ai décidé il y a longtemps que je mourrais de faim plutôt que de chanter des chansons comme celles-là. Les ondes de la radio et vos juke-boxes et vos films et vos recueils croulent déjà sous le poids des chansons nulles comme celles-là, de toute façon.

(...)

Je chante des chants religieux. Je chante des chants syndicalistes. Je chante toutes sortes de chansons sur des gens qui sont supposés être méchants, ou vulgaires, vils, sans argent, bons à rien, et je chante des chansons disant qui sont les magouilleurs et comment ils vous volent et comment ils travaillent et comment ils voudraient bien vous garder pour esclave. Et je chante les chansons des bandits et des hors-la-loi et des gens qui essaient de prendre aux riches pour donner aux pauvres. Je chante des chansons qui vous disent pourquoi on ne peut pas aider les gens qui sont pauvres rien qu'en saisissant un bâton ou un couteau ou un fusil et en se mettant hors-la-loi. Je chante les chansons des hors-la-loi que les gens aimaient et de ceux que les gens haïssaient. Je chante toute chanson qui a été faite par les gens du peuple et qui dit une petite histoire, une petite partie de notre grande histoire de ce pays, oui, ou qui dit une partie de l'histoire du monde.

Les peuples tout autour du monde se battent maintenant depuis cent siècles pour être tous syndiqués et pour être tous libres et je chante les chansons qui vous parlent de cela. Je vous parle des milices privées et des tabasseurs privés et des préposés aux bombes lacrymogènes.

(...)

Je vous parle de tout ce qu'il y a dans le monde et sur le monde et au-dessus du monde et alentour du monde aussi bien qu'autour du monde et à travers le monde et au-dedans du monde et près du monde.

(pages 224 à 226)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
TREMAOUEZAN   20 mai 2017
Cette machine tue les fascistes de Woody Guthrie
Alors je suis reparti de Galveston tout seul, 1 100 miles dans un blizzard du Texas, et je me suis gelé tout le système une douzaine de fois à essayer de faire tirer la vieille Chevy contre ce vent de soixante miles à l'heure. Elle gelait toutes les unes ou deux bornes et je la couvrais avec de vieux sacs et des chiffons, et me couvrais moi-même avec un vieux rideau pour continuer à conduire. J'ai peint quelques enseignes en échange d'un peu d'essence, et j'avais les mains tellement gelées que je ne pouvais pas faire mes lettres droites. J'ai vendu mon pneu de secours pour avoir de l'essence et de l'huile. J'ai vendu ma pompe, mon cric et mes tenailles, et une paire de vieilles clés plates, et une boîte ronde de pinceaux. J'ai vendu ma guitare pour trois dollars et je suis entré dans Konawa, Oklahoma, gelé raide comme un mort. Mon ventilateur s'est envolé et est passé à travers le radiateur comme je franchissais le passage à niveau, et l'eau gelée a giclé en arrière en m'aspergeant d'eau glacée, recouvrant mon bloc-moteur d'une pellicule solide de glaçons. Mon moteur a lâché et j'ai descendu en roue libre une rue pavée en pente jusqu'au magasin d'alimentation Streetman, où mon frère, Roy, travaillait comme gérant du magasin. Il m'a donné 35 dollars pour la voiture et j'ai acheté un billet d'autocar pour Pittsburgh avec trente centimètres de neige à chaque pas de la route. Je suis sorti au beau milieu d'un autre énorme blizzard et j'ai quitté la ville à pied sur la grand-route n°22.

Je suis arrivé à Harrisburgh, et le fleuve Susquehannah n'était plus que de gros blocs de glace. Il hurlait un vent sur le lit de ce fleuve qui soufflait tout à fait aussi fort que les vents que nous avions sur les plateaux de l'Ouest. Je n'ai jamais vu un tel vent de toute ma vie. J'ai perdu mon chapeau en marchant le dos courbé pour traverser le pont sur le fleuve Susquehannah. Je continuais, soufflé par le vent, vers la sortie de Harrisburgh, et je ne pouvais plus bouger les mains ni les pieds, quand un forestier (photographe d'animaux hibernateurs) s'est amené et m'a flanqué sur le siège arrière de sa voiture pleine de pièges en acier, d'appareils photo et de toutes sortes de peaux et de plumes provenant d'oiseaux et autres vermines en hibernation. Il m'a amené à la maison de ses parents et m'a donné à manger plein de soupe aux praires brûlante. C'était la première soupe aux praires de ma vie. Je n'oublierai jamais quel bon goût avait ce jus de praires brûlant tandis qu'il me glissait dans la gorge. J'avais vraiment abandonné tout espoir de jamais revoir aucun être vivant sur cette planète, alors, ça, c'était un véritable festin. J'avais été vraiment gelé raide mort là-haut sur ce grand pont. Sa mère versait du beurre fondu sur les praires et elle m'en a fait prendre plusieurs grandes tasses.

("Ma biographie", pp. 23-24)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Woody Guthrie
Stockard   03 mars 2018
Woody Guthrie
Cette chanson est copyrightée aux États-Unis sous le Sceau #154085 pour une période de 28 ans, et quiconque sera pris en train de la chanter sans notre permission sera considéré comme un bon ami, parce qu’on n’en a rien à fiche. Publiez-la. Écrivez-la. Chantez-la. Même à la Tyrolienne. Dansez avec. Nous l'avons écrite, c'est tout ce qu'on voulait faire.



[mention inscrite au dos de ses premiers disques]



Commenter  J’apprécie          122
Croquignolle   06 août 2018
La maison de terre de Woody Guthrie
- Mais je peux aider.

- Tu es tellement pleine et ronde et grosse de ce bébé dans ton ventre que si tu tombes, Lady, tu vas te mettre à rouler et je pourrai jamais t'attraper. Assieds-toi. Même si tu es pas contente.

Tike pointa sa balayette en direction d'une chaise.

- Tu sais aussi bien que moi pourquoi je te dis ça.

- Mais, Tike.

- Y a pas de Mais-Tike qui tienne. Tu sais très bien pourquoi. Ce bébé devait arriver y a déjà quatre ou cinq jours en arrière ! Il peut se pointer d'un instant à l'autre, un tracteur dans chaque main ! Il radine tellement à la bourre qu'il sera adulte avant de naître ! Assieds-toi donc.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-50177

Dans quel pays se trouve le fleuve Mississippi?

au Canada
aux Etats-Unis d'Amérique
dans les deux

13 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : fleuve , mississippi , Géographie historique , villes américaines , littérature américaine , pièges , bande dessinéeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..