AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.53 /5 (sur 98 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 10/09/1944
Biographie :

Élisabeth Roudinesco est universitaire, historienne et psychanalyste française.

Elle est la fille d'Alexandre Roudinesco, médecin d'origine roumaine, et de de Jenny Aubry (1903-1987), née Weiss, pédiatre et psychanalyste française, sœur de Louise Weiss.

Elle effectue ses études secondaires au Collège Sévigné. Après avoir été enseignante en Algérie au centre de Boumerdés en 1966 et 1967, elle poursuit ses études supérieures à la Sorbonne où elle obtient sa licence de Lettres modernes, avec une option linguistique.

Elle soutient sa maîtrise avec Tzvetan Todorov à l’Université Paris VIII-Vincennes, puis sa thèse de doctorat de troisième cycle avec Jean Levaillant en 1975. C'est à cette période qu'elle est l’élève de Gilles Deleuze et de Michel de Certeau.

En 1991, elle soutient son habilitation à diriger des recherches en histoire (HDR) avec comme directrice de thèse Michelle Perrot. Les membres du jury sont : Alain Corbin, Jean-Claude Passeron, Robert Castel, Dominique Lecourt, Serge Leclaire. Ce travail est publié en 1994 sous le titre Généalogies.

De 1969 à 1981, elle est membre de l’École freudienne de Paris, fondée par Jacques Lacan, où elle reçoit sa formation psychanalytique. Elle fait entre-temps partie, de 1969 à 1979, du comité de rédaction de la revue Action poétique dirigée par Henri Deluy.

Par ailleurs collaboratrice au journal Libération de 1986 à 1996, elle est chargée de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales à partir de 1992. En 1996, elle cesse sa collaboration à Libération pour le journal Le Monde.

En 1997, elle devient membre du comité de la revue L'Homme, jusqu'en 2002. De 2001 à 2007, elle est chargée de conférences à l’École pratique des hautes études, IVe section.

A partir de 2007-2008, elle est intégrée à l'équipe d'accueil de Jacques Le Rider et Esther Benbassa à la Ve section de l'EPHE.

En 2014, elle obtient le prix Décembre pour son essai : Sigmund Freud en son temps et dans le notre (Seuil)
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Les Entretiens Liberté ! - Liberté des femmes, liberté de genre Rencontre avec Élisabeth Roudinesco, historienne de la psychanalyse associée à l’Université Paris 7, Sandra Laugier, professeure de philosophie à la Sorbonne, spécialiste des études féministes du care. Échanges conduits par Mathilde Serrell, éditorialiste culturelle dans la matinale de France culture.
Podcasts (3) Voir tous

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Élisabeth Roudinesco
fredho   28 mars 2015
Élisabeth Roudinesco
[...] j’ai envie de dire à tous ceux qui, au nom d’une introuvable normalité, fustigent les familles monoparentales, homoparentales, anormales, divorcées, que chaque enfant aimerait avoir pour mère et père à la fois l’équivalent d’un Jean Valjean.

Commenter  J’apprécie          170
talou61   17 février 2020
Théroigne de Méricourt - Une femme mélancolique sous la Révolution de Élisabeth Roudinesco
Pourtant, chaque époque construit sa propre représentation de la mélancolie pour y inscrire les stigmates de son histoire.

Ex, de même qu'au lendemain du "choc traumatique" induit par la Commune, l'hystérie, théorisée par Charcot, deviendra la maladie dominante de la fin du siècle, de même la mélancolie apparaît, à la veille de la Révolution, comme le symptôme majeur d'un mal de l'ennui véhiculé par le climat délétère de la vieille société.
Commenter  J’apprécie          110
talou61   17 février 2020
Théroigne de Méricourt - Une femme mélancolique sous la Révolution de Élisabeth Roudinesco
Ainsi Prud'homme demande-t-il aux femmes d'être des meurtrières quand elles descendent dans la rue et des esclaves quand elles restent à la maison.
Commenter  J’apprécie          100
colimasson   17 novembre 2014
Au delà du conscient. Histoire illustrée de la psychiatrie et de la psychanalyse de Élisabeth Roudinesco
L’hypnotisme est un état pathologique et non physiologique. C’est une manifestation névropathique qu’il est permis de rapprocher de l’hystérie.



-Babinski-
Commenter  J’apprécie          80
vanrillaer   09 novembre 2014
Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre de Élisabeth Roudinesco
Le petit monde germanopratin a décerné à Roudinesco un prix littéraire pour son roman historique : «Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre», publié par son compagnon, le PDG de Fayard.

Pour découvrir à quel point son livre est futile (une érudition de pacotille sur ce que Freud mangeait, ses voyages, la vie de ses chow-chow, le noms de ses 14 neveux et nièces, etc.) et n’apporte rien de substantiel sur la psychanalyse par rapport à des auteurs qu’elle cite à peine ou mal (Borg-Jacobsen, Onfray notamment), voir cette analyse d’une vingtaine de pages par quelqu’un qui, contrairement à un certain nombre de journalistes, a lu attentivement cet ouvrage

Document : « Roudinesco.Freud.Rillaer.2014.pdf »

Sur le site

http://icampus.uclouvain.be/claroline/document/document.php?cidReset=true&cidReq=EDPH2277



ou via Mediapart :

http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-laroche/071114/jacques-van-rillaer-deboulonne-sigmund-freud-en-son-temps-et-dans-le-notre-ecrit-par-elisabeth-r

Commenter  J’apprécie          60
de   08 octobre 2011
La part obscure de nous-mêmes : Une histoire des pervers de Élisabeth Roudinesco
Que ferions-nous sans Sade, Mishima, Jean Genet, Pasolini, Hitchcock, bien d’autres encore, qui ont donné les œuvres les plus raffinées qui soient ? Que ferions-nous si nous ne pouvions plus désigner comme boucs émissaires – c’est-à-dire pervers – ceux qui acceptent de traduire par leurs actes étranges les tendances inavouables qui nous habitent et que nous refoulons ? Que les pervers soient sublimes quand ils se tournent vers l’art, la création ou la mystique, ou qu’ils soient abjects quand ils se livrent à des pulsions meurtrières, ils sont une part de nous-mêmes, une part de notre humanité, car ils exhibent ce que nous ne cessons de dissimuler : notre propre négativité, la part obscure de nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWO   21 février 2016
Lacan, envers et contre tout de Élisabeth Roudinesco
Depuis la publication, en 1993, de la troisième partie de mon Histoire de la psychanalyse, entièrement consacrée à la pensée, à la vie, à l’œuvre et à l’action de Jacques Lacan, j’ai souvent eu le sentiment qu’il me serait un jour nécessaire d’effectuer un bilan, non seulement de l’héritage de ce maître paradoxal, mais aussi de la manière dont fut commenté mon propre travail à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté psychanalytique.

(…) j’ai eu envie, trente ans après la mort de Lacan, alors que se profile l’évanouissement progressif d’une certaine époque (dite ‘héroïque’) de la psychanalyse et que les psychanalystes se transforment en psychothérapeutes organisés en une profession réglementée par l’Etat, de parler autrement, et de façon plus personnelle cette fois, du destin du dernier grand penseur d’une aventure intellectuelle qui avait commencé à déployer ses effets à la fin du XIXe siècle (…)

J’ai voulu évoquer, à l’intention du lecteur d’aujourd’hui, quelques épisodes marquants d’une vie et d’une œuvre à laquelle toute une génération a été mêlée, et les commenter avec le recul du temps, de façon libre et subjective. Je voudrais que ce livre soit lu comme l’énoncé d’une part secrète de la vie et de l’œuvre de Lacan, un vagabondage dans des sentiers méconnus : un envers ou une face cachée venant éclairer l’archive, comme dans un tableau crypté où les figures de l’ombre, autrefois dissimulées, reviennent à la lumière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
colimasson   19 novembre 2014
Au delà du conscient. Histoire illustrée de la psychiatrie et de la psychanalyse de Élisabeth Roudinesco
En un premier temps (1936-1950), marqué par la phénoménologie, [Jacques Lacan] fait de l’imaginaire, compris comme le lieu du moi par excellence, l’instance dominante de toutes les formes de relation duelle à l’image du semblable. En un deuxième temps (1950-1970), devenu structuraliste, il accorde au symbolique une place primordiale en tant qu’il incarne l’ordre de la loi, du langage et de l’interdit auquel est confronté le sujet à la fois dans son psychisme, dans sa position oedipienne et dans sa relation au social. En un troisième temps (1970-1979), celui de sa relève logicienne, Lacan donne au réel, compris comme réalité hétérogène à la représentation et impossible à symboliser […], une place de plus en plus prépondérante.
Commenter  J’apprécie          52
SZRAMOWO   15 octobre 2015
L'inconscient expliqué à mon petit-fils de Élisabeth Roudinesco
– C’est quoi exactement, l’inconscient ?

– Cela ressemble à un iceberg. Tu sais, cette montagne de glace qui apparaît au-dessus de la mer, près du pôle Nord : un bloc gelé à la dérive, pointu, trapu, biseauté ou érodé. Imagine un instant ce bel objet inerte, dont une moitié

est immergée dans la profondeur des océans tandis que l’autre vogue à la surface des eaux. Les deux moitiés sont inégales : la partie invisible est plus importante que la partie visible, plus dangereuse aussi, parce qu’elle reste dissimulée.

Tous les navigateurs le savent. Ils redoutent bien plus ce qui est caché que ce qui est apparent. C’est cela l’inconscient, la partie immergée de la montagne blanche, composée de plusieurs étages avec des tranchées, des passerelles, des labyrinthes. On peut la comparer à une maison flottante dont on ne parvient pas à définir le contour mais dont on sent la présence.
Commenter  J’apprécie          40
SZRAMOWO   21 février 2016
Lacan, envers et contre tout de Élisabeth Roudinesco
Lacan était athée, même si, par bravade, il avait rêvé un jour de grandes funérailles catholiques (...)

Marc-François* proposa aux fidèles de prier pour son frère. Il rappela que toute son œuvre était imprégnée de culture catholique, bien que ‘l’Eglise et l’Evangile n’y fussent pas essentiels(...)

Un jour qu’il devisait avec son amie Maria-Antonietta Macciocchi, Lacan lui avait dit sur le mode de la confidence et avec une intense émotion :’Ah ! chère, les italiens sont tellement intelligents ! Si je pouvais choisir un lieu pour mourir, c’est à Rome que je voudrais finir mes jours. Je connais de Rome tous les angles, toutes les fontaines, toutes les églises… Et si ce n’était pas Rome, je me contenterais de Venise ou de Florence : je suis sous le signe de l’Italie. (...)

Lacan mourut sous un faux nom, le 9 septembre 1981, à la clinique Hartmann des suites d’un cancer du côlon qu’il n’avait jamais voulu soigner. Bien qu’il eût émis le vœu de finir ses jours en Italie, à Rome ou à Venise, et qu’il eût souhaité des funérailles catholiques, il fut enterré sans cérémonie et dans l’intimité au cimetière de Guitrancourt.



* Le frère de Jacques Lacan, devenu moine bénédictin après avoir prononcé ses vœux en 1929.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..