AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 1094 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Limoges , le 03/12/1963
Biographie :

Éric Faye est un écrivain français.

Il est également journaliste, rédacteur-traducteur aux bureaux parisiens de l'agence de presse Reuters, au service de l'actualité internationale.

Ses deux premiers livres, parus en 1991, sont un essai sur Ismail Kadaré et un recueil d'entretiens avec cet écrivain, réalisés à Tirana puis en France. Il publie sa première fiction, "Le Général Solitude", une nouvelle, dans la revue "Le Serpent à Plumes" en 1992. Trois ans plus tard, il développe cette nouvelle en un premier roman homonyme. Son deuxième roman, "Parij", est publié en 1997.

Son recueil de nouvelles fantastiques, "Je suis le gardien du phare" (1997), a reçu le Prix des Deux Magots 1998.

Son œuvre, publiée par la maison d'éditions José Corti et aux éditions Stock, se partage entre des nouvelles, le plus souvent à caractère absurde ou teintées de fantastique, des romans (dont le roman d'anticipation "Croisière en mer des pluies", prix Unesco-Françoise-Gallimard 1999), des essais et des récits, puisés dans des voyages à travers l'Asie et l'Europe de 1982 à 2005.

En 2010, il reçoit pour "Nagasaki" le grand prix du roman de l'Académie française. Ce roman a été traduit par la suite dans une vingtaine de langues. Il est adapté en roman graphique par Agnès Hostache en 2019.

En 2012, Éric Faye est lauréat de la Villa Kujoyama à Kyôto, période dont il tire un journal, "Malgré Fukushima" (2014).

En 2016 et 2017, deux voyages au Tibet et dans des provinces avoisinantes de Chine le conduisent sur les traces d'Alexandra David-Neel, ce dont il tire un récit, "Dans les pas d'Alexandra David-Neel" (2018), coécrit avec Christian Garcin.
+ Voir plus
Source : www.bibliosurf.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le Parvis recevait Eric Faye pour présenter son roman : La télégraphiste de Chopin (paru au Seuil). Prague, automne 1995. Depuis quelque temps, toute la ville ne bruisse que de cela : une habitante prétend « recevoir » chez elle la visite d?un compositeur illustre dont elle a le privilège de porter à l?attention du plus grand nombre les partitions qu?il lui dicte au fil de leurs rencontres. Au point d?attirer l?attention d?une maison de disques. Sauf que le grand homme en question s?appelle Frédéric Chopin, et qu?il est mort à Paris, un siècle et demi plus tôt? Supercherie ? Mystification ? Tel est, en tout cas, le sentiment bien naturel de Ludvík Slaný, journaliste, au moment où il s?apprête à enquêter sur cette histoire pour le compte de la télévision d?un état sorti depuis peu de l?ère communiste. Commence alors une chasse au fantôme, entre matérialisme obtus et croyances en tous genres, espions reconvertis en enquêteurs privés, tenants d?un ordre ancien métamorphosés en jeunes loups du nouveau régime, où une paisible cantinière à la retraite révèle à un monde bouleversé la part d?ombre et de folie sur lequel il se réinvente.

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (310) Voir plus Ajouter une citation
palamede   14 avril 2017
Éclipses japonaises de Éric Faye
Ce ne sera pas pour cette nuit, songea-t-elle. Dommage. Quand on dort, on doit ne se rendre compte de rien. On passe la frontière en douce et on se retrouve de l'autre côté, loin de son corps et des tourments.
Commenter  J’apprécie          500
Bookycooky   07 mai 2018
Dans les pas d'Alexandra David Néel de Éric Faye
Vaste parking agrémenté de toilettes putrides et sans murs de séparation entre elles, « hôtel » sans eau courante (mais avec wifi),.....

(Lac Namtso-Region autonome du Tibet,Chine)
Commenter  J’apprécie          423
Bookycooky   08 mai 2018
Dans les pas d'Alexandra David Néel de Éric Faye
Shangri-la.....une succession de gargotes hétéroclites où des clients assis sur de petits tabourets jouent sur leur portable en mangeant des nouilles ; de boutiques dont les vendeurs jouent sur leur portable derrière leurs piles de Coca, Pepsi, bouteilles d’eau minérale « C’estbon », bières, yaourts à boire, viande séchée et friandises diverses ; d’autres où d’autres vendeurs jouent sur leur portable et proposent champignons séchés et herbes médicinales ; d’autres encore, très nombreuses, où l’on trouve sabres de toutes tailles et peignes en os (curieuse association) tandis que les commerçants du lieu jouent sur leur portable au fond du magasin ; et quelques restaus à touristes proposant pizzas et fondues tibétaines sous l’œil martial de Che Guevara, qui quant à lui n’a pas connu l’ère du portable et ne se demande même plus ce qu’il fait ici tant son portrait est décliné à toutes les sauces dans tous les lieux de la planète relevant du commerce global.
Commenter  J’apprécie          370
Bookycooky   06 mai 2018
Dans les pas d'Alexandra David Néel de Éric Faye
Coincée au milieu d’immeubles de béton austère, la mosquée de Pékin est une succession de temples tout ce qu’il y a de chinois, sans rien qui indique une quelconque touche musulmane, si ce n’est une inscription en arabe stylisé au fronton de l’un d’eux. Trois semaines plus tard à Dali, dans le Yunnan, nous verrons une église catholique qui ne se distinguera de n’importe quel autre temple chinois que par la présence d’une croix la couronnant. Les Chinois, on le sait, sont dans tous les domaines les rois de la contrefaçon. Ils sont aussi ceux de l’assimilation.
Commenter  J’apprécie          302
Bookycooky   08 mai 2018
Dans les pas d'Alexandra David Néel de Éric Faye
La veille au soir, à Pékin,....nous étions restés assis à la terrasse d’un infâme bouiboui (infâme mais très bien situé), nous étouffant de raviolis à la farce rare et indéfinie, et de baozi, ces petits pains fourrés qui peuvent, à l’occasion, être délicieux –mais ceux-là ne l’étaient pas : bien que vaguement garnis d’épinards, ils appartenaient indéniablement à la catégorie « estouffe belle-mère », comme on dit dans le Sud.
Commenter  J’apprécie          304
Bookycooky   06 mai 2018
Dans les pas d'Alexandra David Néel de Éric Faye
Dans le wagon-restaurant, où nous sommes venus trinquer à la ponctualité helvétique de notre départ, sept plats sont proposés, mais un seul est disponible : poisson et riz.

( Pekin-Lhassa)
Commenter  J’apprécie          291
Ladybirdy   12 septembre 2018
Nagasaki de Éric Faye
La femme d’aujourd’hui sait qu’il ne faut pas laisser les souvenirs rebondir dans le palais des miroirs; ils deviendraient fous, comme une mouette qu’on enferme par mégarde dans une salle.
Commenter  J’apprécie          280
Bookycooky   06 mai 2018
Dans les pas d'Alexandra David Néel de Éric Faye
En septembre 1995, dans le sud-ouest de la province du Jiangsu, dans la petite ville de Wuxi (« petite » à l’échelle chinoise, évidemment : 3,5 millions d’habitants aujourd’hui) dont les vieux quartiers sont parcourus de canaux et d’une multitude de ponts en échine de bête arquée, j’avais rencontré un guide du nom de Ma Jian. C’était un homme assez jeune encore (un peu plus âgé que moi mais à peine), qui parlait admirablement le français et aimait les jeux de mots. Je me souviens notamment d’une de ses devinettes : Quelle est la différence entre un professeur à la retraite et une hémorroïde ? Devant ma perplexité, il avait répondu : Aucune, car tous deux sortent du corps en saignant (enseignant). J’avais souri poliment au calembour, mais avais surtout été épaté par une telle maîtrise de la langue française, appliquée à des fins aussi triviales et assez peu susceptibles d’être enseignées en Chine. D’autant que, m’avait-il dit, il n’avait jamais mis les pieds en France.
Commenter  J’apprécie          250
Bookycooky   05 mai 2018
Dans les pas d'Alexandra David Néel de Éric Faye
....nous avons embarqué un mardi soir à 20 heures : le Pékin-Lhassa, beaucoup plus récent celui-là, puisque le dernier tronçon entre Golmud et Lhassa a été inauguré en 2006.

Ce train n’est pas vraiment un train de luxe, mais il est célèbre au moins pour deux raisons : il s’agit de la ligne la plus haute du monde (il franchit le col Tanggula à 5 072 mètres) et la moitié du trajet entre Golmud et Lhassa est construite sur du permafrost, ou pergélisol ce qui constitue une prouesse technique non négligeable.
Commenter  J’apprécie          240
palamede   06 avril 2017
Éclipses japonaises de Éric Faye
Je me suis mis à lire ce qu'on écrivait contre la Corée rouge. Je m'autorisais la prose de l'" ennemi ". Au-delà de la mer du Japon ne s'étendait plus le paradis terrestre que je m'étais imaginé. Il s'y jouait une pièce de théâtre interprétée par vingt millions de figurants, une tragédie au terme de laquelle celui qui se trompait de réplique était supprimé dans les coulisses.
Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..