AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Verticales [corriger]

Les éditions Verticales sont une maison d`édition fondée en 1997 par Bernard Wallet. L`objectif affiché par cette maison d`édition est d`être "une centre de ralliement des divergences" et de faire connaitre des auteurs aux positions singulières et originales afin de lutter contre une littérature "utile, utilisée, utilitaire, utlisable". La majeure partie du catalogue est consacrée à la fiction française et une grande importance est portée à la découverte de nouveaux auteurs. La maison d`édition fait aujourd`hui partie du groupe Gallimard.

Livres populaires voir plus


Dernières parutions


Collections de Verticales



Dernières critiques
Odyssée des filles de l'Est

Le roman d’Elitza Gueorguieva est une plongée dans le quotidien de deux femmes apprivoisant la France. C’est avec un ton mordant que l’autrice nous place aux côtés de ces deux personnages féminins. Mais elle use d’une approche particulière. En effet, elle les aborde avec la troisième personne. Elle semble alors loin d’elles tout en les interpelant et ne les lâchant pas. On semble les regarder errer dans ce monde parfois hostile tout en étant au plus près d’elle. L’autrice mêle un point de vue surplombant et une familiarité directe avec un humour très présent. Cette sensation reste tout au long de la lecture. On les sent alors bloqués dans l’étroitesse des chemins qu’elles empruntent. Elles doivent s’adapter, appréhender le monde et les codes autour d’elles. Le livre n’est pas un guide ou une étude journalistique.



Au cœur de cette immigration et de ses violences, ces deux femmes se raccrochent au vocabulaire. Régulièrement, les mots sont des repères, des faux amis, des bouées de sauvetage. Elles les comprennent, bien ou mal. Les interprètent.



Mais cette mention d’odyssée dans le titre montre qu’elles se retrouvent dans une aventure dont elles ignorent l’issue. La réalité semble se confronter à ces deux femmes qui tentent de construire leur vie, malgré tout. Elles sont contraintes par des clichés. Car, au de-là des personnages individuelles, c’est la figure des « filles de l’Est » que l’autrice décrypte. Elle égrène les fantasmes, les codes qui s’imposent à elles. Elles sont embourbées dans des situations, relèvent la tête et de déchiffrer les codes de cette société qui les ramènent à des raccourcis, qui les réduits. L’humour de l’autrice révèle l’esprit de résistance de ces deux femmes, toutes ces astuces qu’elles trouvent afin de poursuivre leur aventure. La légèreté ressentie tout au long de la lecture vient de l’énergie de ces deux femmes et du ton de l’autrice. Mais elle n’étouffe pas les obstacles, les violences qui leurs sont jetées à la figure, notamment d’être ramenées à des « filles de l’Est ».
Lien : https://tourneurdepages.word..
Commenter  J’apprécie          00
Cold case

Un jour, dans un bar parisien, la compagne du narrateur lui raconte une curieuse histoire. Minkyung, coréenne, commet en français des fautes charmantes pieusement recueillies par son interlocuteur : «J’ai un oncle congelé. Il est deadcédé à Toronto vers 1970. On l’a retrouvé freezé, une nuit. Il s’était chappé de l’hôpital sick-iatrique.» D’où le titre du roman, cinquième livre de Labruffe : Cold Case.
Lien : https://www.liberation.fr/cu..
Commenter  J’apprécie          00
L'Amour

L'amour c'est ça !

On suit un coup des années 70 à nos jours. La vie simple d'un couple. Ayant lu de la New romance où on te parle de flamme jumelles, de galochades à gogo. L'amour romantique, du coup de foudre à la rupture, ça ne m'intéresse pas et ça ne dure pas.



Commenter  J’apprécie          00

{* *}