AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.4 /5 (sur 180 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1966
Biographie :

Marianne Rubinstein est romancière et essayiste.
Elle écrit également pour la jeunesse.

Elle publie en 2002 "Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin", essai/enquête sur les enfants des orphelins juifs de la Shoah, préfacé par Serge Klarsfeld.

Son premier roman, "En famille", paraît en 2005.

"Le Journal de Yaël Koppman" (2007), publié chez Sabine Wespieser éditeur, est son troisième livre.

En 2009, elle revient sur l’ombre portée de la Shoah avec "C’est maintenant du passé" récit sur sa propre famille paternelle, qui trouve son contrepoint dans la littérature japonaise (des haïkus aux Notes de chevet de Sei Shonagon).

En 2012, elle reprend le personnage de Yaël Koppman, dans le roman "Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel".

Elle a été en résidence d’écriture de la région Ile-de-France à la librairie l’Atelier (Paris 20e) en 2010-2011, puis de nouveau en 2016 à la librairie Atout livre (Paris 12e) avec un projet d'écriture autour de la ville de Detroit après avoir été lauréate d'une mission Stendhal dans cette même ville en 2015. "Detroit, dit-elle" sort en octobre 2016.

Titulaire d'un doctorat de sciences économiques à Université Aix-Marseille II (1993), elle est maître de conférences en économie à l'Université Denis Diderot Paris 7. Elle publie aussi dans cette discipline.




+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Marianne Rubinstein   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Marianne Rubinstein - Les arbres ne vont pas jusqu'au ciel « C'est quoi, pour toi, la quarantaine ? » demande-t-elle obstinément à ses amies. Elle pour qui le « milieu du chemin de la vie » a commencé par une rupture et la garde alternée de son petit garçon. Après l'effondrement, vient pourtant le temps de la reconstruction, des amitiés fondatrices, des amours éphémères, et d'une certaine douceur de vivre. Dans Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, Marianne Rubinstein évoque tout en subtilité cet ébranlement intime de la quarantaine. D'un ton juste et lumineux, l'auteur de Tout le monde n'a pas la chance d'être orphelin et du "Journal de Yaël Koppman", en analyse les découvertes, les effrois, les bonheurs et la liberté qui peut en résulter. Maître de conférences en économie à Paris VII, Marianne Rubinstein est l'auteur d'un essai remarqué sur les orphelins de la Shoah, "Tout le monde n'a pas la chance d'être orphelin". Son œuvre romanesque met en scène un double littéraire Yaël Koppman que l'on retrouve dans "Les arbres ne vont pas jusqu'au ciel".
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Cet homme fait l’amoureux mais ne me désire pas. Dois-je comprendre que je suis désormais trop vieille pour que mon corps suffise à l’exciter ? Pourtant c’est bien de cela que j’ai envie, d’un homme gourmand de mes fesses, de mes seins, de mon ventre et dont l’insatiabilité tempère, minimise la mienne (et mon besoin de consolation impossible à rassasier). Ce n’est pas tant le manque qui me taraude que le besoin de m’oublier dans le désir de l’autre qui, s’il n’existe pas, me fait ressentir de nouveau cet appel du vide de l’automne dernier. Cet homme simple, qui ne tergiverse pas, et dont j’imagine les mains me pétrir le corps comme un boulanger la pâte, je l’ai rencontré hier chez Cécile : son cousin, de passage à Paris, qui m’a regardée comme si j’étais une glace italienne vanille-fraise.
[…]
Voilà la nuit que j’ai vécue, me ramenant à cette sensation que j’ai eue parfois, sous les étoiles en pleine nature, d’être aussi violente et douce que les animaux qui m’entouraient. Ca s’appelle baiser et Dieu que c’est bon.
Commenter  J’apprécie          380
Mon intuition est donc juste, la colère protège aussi, elle préserve de la souffrance si aiguë qu’elle en tue, elle en diffère l’effet, elle permet au poison de s’infiltrer dans le sang de manière moins brutale.
Commenter  J’apprécie          340
Sentiment d’une très ancienne tristesse, recouverte par une lourde tenture que la rupture avec Yann aurait déchirée, découvrant l’effondrement ancien, la dévastation première.
Commenter  J’apprécie          280
Pendant qu'il allait chercher une bouteille de vin, je suis restée dans le salon à regarder sa bibliothèque. C'est quelque chose que je déteste que l'on fasse chez moi (où j'ai d'ailleurs rapatrié mes bouquins dans ma chambre) tant il me semble qu'une bibliothèque dit quelque chose de vous que l'on n'a pas forcément envie de révéler au premier venu. Mais pour cette raison même, je ne résiste pas à le faire chez les autres, surtout quand la bibliothèque a vocation de s'exposer aux regards en siégeant dans le salon.
Commenter  J’apprécie          170
Dans le recueil le plus célèbre de contes traditionnels japonais - le Konjaku monogatari -, l'équivalent de notre Il était une fois se dit : C'est maintenant du passé. Mais alors que notre Il était une fois met le passé à distance, le C'est maintenant du passé japonais, comme les deux caractères chinois à l'origine du titre le révèlent (kon/jaku, littéralement présent/passé), entremêle passé et présent, le passé mordant sans cesse sur le présent, et le présent, à peine vécu, devenant passé à son tour.
Commenter  J’apprécie          120
Et saurais-je, mieux que je ne le sais aujourd’hui, où sont mes racines, mes assises et mes points d’appui ?
Commenter  J’apprécie          130
Le soin apporté à l'enfant est un signal que les mères envoient au monde. L'enfant qui en est dépourvu, qui a la morve au nez, les cheveux mal coiffés, les habits sales ou négligés, porte sur lui les stigmates du manque d'amour.
Commenter  J’apprécie          120
C'est touchant mais assez humiliant, ce moment où la famille et les amis se mettent à jouer les entremetteurs pour placer la marchandise déclassée que vous êtes devenue : une femme de plus de quarante ans.
Commenter  J’apprécie          120
Une expression entendue là-bas, saisissante parce qu'elle en dit beaucoup en trois mots : driving while black. Conduire non pas en état d'ivresse, mais en état de noir.
Commenter  J’apprécie          120
"La colère, est dénuée d'appui : rien de ferme et de stable ne soutient son audace, qui n'est que vent et fumée."
Sénèque.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La siximème Dinah et moi

Comment s'appelle la meilleure amie de Louis?

Elle se nomme Dinah.
Elle se nomme Jazz.
Elle se nomme Lea.
Elle se nomme Maxime.

6 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : La sixième, Dinah et moi de Marianne RubinsteinCréer un quiz sur cet auteur