AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions Héloïse d'Ormesson

Les Editions Héloïse d'Ormesson sont une maison d'édition fondée en 2004 par Héloïse d'Ormesson et son compagnon Gilles Cohen-Solal. Fille de Jean d'Ormesson, elle a, au début de la maison d'édition, tenu à ne pas publier les œuvres de son père. La politique de la maison d'édition est de « publier moins pour publier mieux ». De plus Héloïse d'Ormesson voulait publier des livres à l'« anglo saxonne », c'est à dire avec une importance donnée à la promotion en librairie et une image graphique forte. La maison d'édition a aujourd'hui publié plus de 200 ouvrages de littérature française et étrangère.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Editions Héloïse d'Ormesson


Dernières critiques
fuji
23 août 2017
Le Sans Dieu de Virginie Caillé-Bastide
Lu dans le cadre de la Rentrée Littéraire Cultura

Un premier roman qui est une belle découverte. Très étonnée qu’une maison d’édition édite ce livre d’aventure qui m’a rappelé d’autres romans qui ont disparu du paysage littéraire depuis longtemps.

Je n’ai donc pas boudé mon plaisir d’entrer dans ce livre historique nous racontant la Bretagne en 1709 et en particulier d’Arzhur de Kerloguen qui voit son septième et dernier enfant mourir du froid et de la famine. Et sa femme disparaitre dans un monde où il n’a plus accès, si elle reste vivante elle est perdue pour le monde des vivants.

Mais Arzhur a toujours eu un rêve, devenir marin, vocation contrariée par sa famille qui en le mariant a choisi pour lui.

C’est pourquoi six ans après qu’il ait tout perdu, le lecteur le retrouve au large des Caraïbes à la tête du Sans Dieu sous le nom d’Ombre. Il est devenu flibustier.

C’est une histoire savoureuse car l’auteur n’a rien négligé pour nous faire vivre cette époque et elle a eu l’art de reprendre le langage du XVIII ème, et ce n’est pas un détail car cela donne justement une belle dimension à ce roman. Les romans historiques sont malheureusement majoritairement écrits en langage contemporain et n’ont d’historique que les descriptions de costumes prises sur Wikipédia. Alors merci à vous Virginie Caillé-Bastide.

Mais la tempête n’est pas que dans les voiles, elle envahit surtout les âmes.

« Le religieux le défia autant des yeux que de la voix :

Vous n’êtes qu’un misérable écumeur des mers et ne m’effrayez point. Alors, battez-vous ! »

Entre ces deux hommes va se créer un lien et une conversation philosophique vraiment intéressante, point de didactisme ennuyeux plutôt des échanges éclairés sur la vie et son sens.

Une belle érudition mise au service d’une histoire flamboyante.

Un premier roman prometteur.

©Chantal Lafon-Litteratum Amor 23 août 2017

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
monpetitchapitre
23 août 2017
La part des flammes de Gaëlle Nohant
En prenant pour toile de fond le Paris de la fin du XIXème siècle, et plus particulièrement l'épisode historique de l'incendie du Bazar de la Charité qui a fait plusieurs dizaines de victimes, Gaëlle Nohant dresse un portrait de la société parisienne à la veille du XXème siècle assez délectable.

Les personnages appartiennent majoritairement à l'aristocratie ou la haute bourgeoisie. La comtesse Violaine de Raezal, veuve et rejetée par ses deux beaux-enfants Léonce et Armand , aussi égoïstes et détestables l'un que l'autre. Constance d'Estingel, en rebellion avec ses parents mais très conditionnée par son éducation chez les Dominicaines et une mère supérieure qui la voue au noviciat. Elle lui fait renoncer à son prétendant, Laszlo de Nérac, un jeune homme de très bonne famille, qui entend se consacrer à l'écriture pour faire passer ses idées, en faveur de la Commune notamment, à contre-courant des opinions de son rang.

Constance et Violaine rejoignent la duchesse d'Alençon, une femme respectée et reconnue pour sa bonté et son indépendance, qui les prend sous son aile. Conduites par Joseph, le coher de la duchesse à laquelle il est pleinement dévoué, toutes trois visitent et assistent les pauvres, prérogatives des femmes aristocrates. Elles intègrent ensuite le comptoir de la duchesse au Bazar de la Charité, comme une consécration. Ce 4 mai 1897 est un grand jour: le nonce doit venir bénir le Bazar. Toute la haute société accourt à cet événement, en plein mileiu duquel l'incendie se déclare.

Autour d'elles gravite une galerie de personnages dont la vie est ébranlée par l'incendie. Chacun voit sa vie bouleversée: deuil, destitution, rivalités, amours nouvelles ou atypiques...

L'auteure dépeint une société de l'apparât, où le respect des conventions est le maitre mot. C'est romanesque, avec des rebondissements, la fresque par excellence. Alors certes, les personnages sont un peu binaires: on sait que le gentil sera gentil du début à la fin de l'histoire, et que le méchant sera toujours méchant, mais ils restent toutefois intéressants. Je regrette que le personnage de la marquise de Fontenilles n'ait pas été plus exploité d'aillleurs...

Alors qu'importe ce bémol, moi je me suis régalée à lire ce livre, à me laisser embarquer. L'écriture colle parfaitement à l'histoire, élégante et parfois pompeuse, j'ai été séduite.

Voilà exactement le livre dont j'avais besoin. Si vous aimez les fresques, le romanesque, alors foncez!
Lien : http://monpetitchapitre.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
94sophie947708
22 août 2017
Légende d'un dormeur éveillé de Nohant Gaëlle
MON AVIS :

ENORME coup de coeur pour ce roman et le récit de la destinée de Robert Desnos, si bien racontée.



Tenez vous prêts, on embarque pour les années Folles, la montée du nazisme, la deuxième guerre, avec pour compagnons de route, des artistes du monde entier, qui se retrouvent à Paris.



Venez avec eux: Robert Desnos, Foujita, peintre japonais et sa muse Youki, Jean-Louis Barrault, Paul Eluard, Jean et Ghita Lachaire, le Doc, Alejo Carpentier, André Breton et tous leurs compagnons d'un jour ou de toujours.



Nous lecteurs, allons vivre avec eux, maintes aventures, vibrer lors de leurs aventures sentimentales, lors des déportations, des actions de résistance de Robert et de son amour fou et fidèle à Youki, de leurs façons différentes de résister à l'occupant.



On apprend que le poète Robert Desnos, fut un grand homme : poète, résistant, et surtout témoin de son époque, qui savait réconforter et donner de l'espoir à ses compagnons déportés.



C'était un doux poète, attaché à sa liberté, amoureux de Youki et de ses amis les chats et les artistes, dévoué résistant qui ne supportait pas l'atteinte aux droits de l'Homme.



C'est une magnifique ode à Robert Desnos, un merveilleux roman, une superbe et magique histoire, accompagnée d'une plume légère, fine, extrêmement bien documentée, qui nous permet de se mettre dans les pas de Robert et de vivre tous ces évènements réels .



La couverture est superbe et reprend bien le côté doux et magique de Robert dans le Paris qu'il aime.



Au final, je recommande ce roman pour tous ceux qui ont besoin d'une lecture remonte-moral, de se changer les idées, de reprendre confiance en soi, ce roman est magique et mériterait un prix littéraire et une adaptation cinématographique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20