AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

L`Archipel

L`Archipel est une maison d`édition française créée en 1991 par Jean-Daniel Belfond. Le groupe éditions de l`Archipel englobe quatre maisons d`éditions : les éditions Presses du Châtelet, l`Archipel, Ecriture et Archipoche. Le catalogue de la maison d`édition comporte plus de 600 titres. Elle publie une grande variété de sortes d`ouvrages comme des romans, des livres d`histoire, de politique et de fiction.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez L`Archipel


Dernières critiques
LeslivresdeRose
  24 mai 2020
Lune de Tasmanie de Mckinley Tamara
Merci beaucoup à Mylène et aux éditions de l’Archipel pour l’envoi de ce service presse et pour la confiance !

Je n’avais encore jamais lu de Tamara McKinley, même si la plupart de ses romans me tentent énormément ! Bref, une première donc et…une franche réussite pour moi !

« Lune de Tasmanie » nous entraine sur les traces du passé de Christy. Née en Ecosse, sur l’île de Skye, puis obligée de s’exiler en Tasmanie, notre héroïne rêve depuis de nombreuses années, de retourner sur l’île de son enfance pour fouler une dernière fois cette terre qu’elle a tant chérie ! La mort de son mari lui donne l’occasion d’entreprendre ce fameux voyage. Elle part donc, accompagnée de sa fille, Anne, et de sa petite-fille, Kathryn. Parallèlement, nous suivons Harold, son beau-fils, en Australie. Ce dernier reçoit une étrange lettre qui compromet la réputation de sa belle-mère tout en menaçant les possessions familiales ! Christy étant loin, il décide de démêler lui-même le « vrai » du « faux » dans cette affaire afin de préserver les siens du scandale ! De vieux secrets enfouis depuis bien longtemps risquent, cependant, de refaire surface…

À l’évocation de l’Île de Skye, mes yeux se sont mis à pétiller ! Cet endroit a une connotation toute particulière pour moi puisque j’y ai, entre autres, passé une partie de ma lune de miel ! Cependant, cet enthousiasme peut être à double tranchant : mes attentes sont, en effet, d’autant plus élevées ! Heureusement, « Lune de Tasmanie » les a entièrement comblées ! Les descriptions de l’autrice m’ont littéralement transportée le long de ces côtes bordées de falaises abruptes, sur ces terres vertes et sauvages ! Et pour couronner le tout, nos protagonistes accostent au château de Dunvengan (fief des McLeod, par contre, et non des McDonald comme dans le roman), château qui se situait à quelques minutes à peine de notre cottage. Elles se rendent ensuite à Portree, petite ville portuaire dont j’ai aussi arpentée les rues.

Du point de vue de l’intrigue, ce n’est sans doute pas la partie la plus palpitante (niveau actions) ! Il y est principalement question des Highland Clearances qui ont eu lieu en Ecosse au 18ème siècle principalement. Les propriétaires terriens locaux, souvent aidés de la milice anglaise, délogeaient « de force » les fermiers et pêcheurs qui occupaient leurs terres (dans le but de transformer ces dernières en pâturage). Ils n’hésitaient pas à user de violence : brûlant leurs maisons et leurs biens, saccageant leurs récoltes,…et si un mort ou l’autre étaient à déplorer, ils ne s’en formalisaient pas. De cette manière, ils s’assuraient que le message était bien passé et, surtout, que les paysans (sans toit pour se protéger) n’aient d’autres choix que de fuir, d’où le terme de « déplacements forcés » ! De « gentilles » associations religieuses leur proposaient alors des places tout frais payés dans des bateaux en partance pour le Canada ou encore l’Australie… « Gentilles » entre guillemets parce que bien souvent, malheureusement, leurs belles promesses de confort et de bien-être n’étaient que poudre aux yeux et beaucoup ne survivaient pas à la traversée ! Bref, vous l’aurez compris, cette première partie m’a énormément plu ! Niveau des dates etc, tout ne correspond pas toujours (mais il me semble que l’autrice le précise en début d’ouvrage).

C’est au cours de cette première partie que je me suis attachée à Christy : je me retrouvais dans certains de ses propos et dans sa manière d’être (malgré les années qui nous séparent) ! C’est fou tout ce qu’elle a traversé en une seule vie. Et même si c’est de la fiction et que l’autrice en rajoute, il n’empêche que bons nombres de gens ont vécu des situations similaires : déplacements forcés et exil sur un autre continent. J’ai eu plus de mal avec sa fille, Anne. Je peux comprendre, connaissant le fin mot de l’histoire, sa frustration, sa peine et sa colère vis-à-vis de sa mère. Cependant, son comportement en général m’a déplu. Kathryn, quant à elle, est une jeune fille très agréable qui ne sait parfois pas trop où se mettre entre sa mère et sa grand-mère. Elle tente de faire tampon entre les deux… la plupart du temps sans grand succès. Trois femmes intéressantes, dans tous les cas, que j’ai appréciées suivre !

L’intrigue est très prenante même si le procédé narratif utilisé par l’autrice pour renforcer le côté addictif ne m’a pas plu ! Nous suivons les différents protagonistes d’un point de vue externe et omniscient. De cette manière, lorsqu’ils découvrent un indice ou discutent entre eux de la fameuse lettre, T. McKinley omet volontairement de nous en parler et/ou coupe certaines conversations, parti-pris que j’ai trouvé, pour ma part, frustrant. Je me suis sentie mise à l’écart…et puis, surtout, les personnages en savaient finalement bien plus que moi, sans autre raison que le choix arbitraire de l’autrice. Elle ne me laissait aucune possibilité de tirer mes propres conclusions,… Je reconnais que ce procédé est addictif mais j’aurais préféré avoir quelques indices à me mettre sous la dent. Ces derniers m’auraient permis de me poser des questions et j’aurais (je pense) d’autant plus vite tourné les pages (pour vérifier la véracité de mes propres hypothèses) ! J’ai eu peur qu’après tout ça, le final et le mystérieux secret de Christy ne retombent comme un soufflet : trop de suspens tue le suspens ! Si ce fut en partie le cas (je m’attendais à bien plus grave !!), le fait que je me sois attachée aux personnages a rattrapé le tout! Grâce à ça, ledit secret était devenu secondaire : je brûlais de connaitre l’histoire de Christy non parce que j’espérais être surprise par une énorme révélation mais simplement parce que ce personnage m’avait touchée.

Je vous ai longuement parlé de l’Ecosse mais une bonne partie du récit se déroule, en réalité, en Australie : de Sydney à Melbourne, des déserts arides aux douces collines de Tasmanie, l’autrice nous brosse un magnifique tableau de ces contrées ! Nous croisons la route de chercheurs d’or, d’éleveurs de bétails ou encore d’hommes d’affaires, tous désireux de prendre part à l’effervescence entourant la découverte de ces territoires vierges !

La plume de Tamara McKinley est agréable et immersive. Toutefois, un petit élément m’a dérangée : l’utilisation, à de nombreuses reprises, du terme « sexagénaire » pour désigner Christy. Outre le fait que ce mot ne soit pas très « joli » (selon moi), il n’est pas non plus très flatteur : comme si Christy était définie uniquement d’après son âge…Je ne sais pas si ce problème vient de la version originale ou de la traduction, toujours est-il que l’emploi de ce terme m’a gênée (à force d’être répété surtout).

En bref, cette première incursion dans l’univers de Tamara McKinley m’a totalement convaincue de poursuivre mon exploration avec d’autres de ses titres ! Aventures, secrets de famille et dépaysements : tout y était ! Les descriptions des paysages d’Ecosse et de Tasmanie sont évocatrices et enchanteresses. L’intrigue est captivante (même si, selon moi, le procédé narratif utilisé ne lui rend pas tout à fait justice) et les personnages attachants ! Je vous recommande donc ce roman sans aucune hésitation !




Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mobella7
  24 mai 2020
L'inciseur de Sebastian Fitzek
Comment un homme dont le métier est d'autopsier des corps mutilés et une femme qui veut échapper à son harceleur d'ex petit ami voient leur destin se percuter !

âmes sensibles s'abstenir ;-) ;-), mais lu d'une traite !
Commenter  J’apprécie          10
florene1408
  24 mai 2020
Daringham Hall, tome 1 : L'héritier de Kathryn Taylor
J'ai beaucoup aimé ce premier tome et hâte de lire le second même si je trouve qu'on ne parle pas assez du métier de vétérinaire qu'exerce Kate.

L'histoire d'amour contrariée de Ben et Kate m'a tenue en haleine...

J'ai trouvé quand même Ben plutôt mal intentionné mais l'histoire de sa mère nous fait comprendre qu'il s'agit d'une vengeance plus que d'une ambition démesurée.

Je vous dirais la suite dans ma prochaine critique en espérant que la deuxième tome soit aussi prenant que le. Premier.
Commenter  J’apprécie          30