AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

J`ai Lu

A la demande d`Henri Flammarion en 1958, Frédéric Ditis créé la maison d`édition française J`ai lu, qui publie principalement en format poche. Sa ligne éditoriale est variée, allant de la littérature générale à la science-fiction, en passant par le roman policier et le roman d`amour. Les éditions J`ai lu publient chaque année plus de 400 nouveautés au format poche.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de J`ai Lu



Dernières parutions chez J`ai Lu


Dernières critiques
EcLectique
  22 juillet 2018
Prières pour celles qui furent volées de Jennifer Clement
Moi qui suis jamais allé au Mexique. La première chose qui me vient à l'esprit quand j'essaye de construire une image sur ce pays ; c'est la gastronomie mexicaine riche en couleurs mais surtout en saveurs. Les bons petits plats extrêmement piquants et savamment épicés , de magnifiques odeurs qui s'échappent à en faire couler des salives diluviennes. J'imagine aussi les superbes silhouettes des femmes ,qui transpirent de sensualité et de grâce , la beauté incarnée des gitanes. J'imagine les jours de fêtes où la musique bat son plein et où l'on danse la salsa et le tango... Mais en lisant ce roman. Je fus frappé par la réalité. le mexique n'est pas aussi joyeux que je ne le croyais. Et la situation critique des femmes peut en témoigner. La femme joue à la fois; le rôle de la mère et celui du père absent de façon permanente. Les petites filles quant à elles, font face à une enfance violée et sont arrachées à leur féminité dès leur jeune âge. Comme si naître femme était un crime. L'espoir que ces conditions puissent changer relève du rêve. Puisque l'état est elle aussi complice de ce qui se trame . Ces femmes n'ont de bras protecteur que celui qu'elles ont déjà possédé à la naissance triste réalité...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
andras
  21 juillet 2018
Nus devant les fantômes de Alina Reyes
Milena Jesenská est une journaliste tchèque qui est tombée en admiration devant la prose de Kafka avant d'entamer avec lui une "passion épistolaire". Ils finirent par se rencontrer quatre jours à Prague puis Kafka repartit en Allemagne et ils reprirent leur échange de lettres et ne se rencontrèrent plus que de façon très brève. Nous sommes en janvier 44, Kafka est mort depuis vingt ans et Milena est depuis quatre ans internée au camp de concentration de Ravensbrück pour ses activités militantes anti-nazi. Elle est très malade et elle sent ses forces diminuer. Elle peut compter sur le secours et l'amitié indéfectible de Margarete Buber-Neumann qui, elle, survivra aux camps et écrira sur son amie le livre "Milena". Milena rassemble ses dernières forces pour écrire sur du papier toilette une lettre à l'homme qu'elle n'a jamais cessé d'aimer : Franz Kafka.



Ce livre est un très bel exemple de fiction mis au service de la vérité, la vérité des sentiments, la vérité des caractères, celle de l'abomination nazie et celle de la force des mots et tout particulièrement de la littérature. C'est le récit d'un amour exceptionnel avec comme toile de fond la pire tragédie du XXe siècle, tragédie dont on peut hélas déchiffrer les signes avant-coureurs dans les écrits de Kafka. Un livre que je recommande chaudement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
diablotin0
  21 juillet 2018
Je reviendrai avec la pluie de Ichikawa
Comme tout le monde, je n’aime pas abandonner un livre, mais avec je reviendrai avec la pluie , je sens bien qu’il n’est pas très pertinent que je poursuive ma lecture. Si j’ai rencontré quelques scrupules à fermer ce livre inachevé, ils ont été levés grâce à visages qui m’a rappelée qu’un tas de livres m’attendait et qu’il n’était pas très utile de peiner sur un roman qui ne correspond pas du tout à mes attentes . Je n’aime effectivement pas le style, dès les premières pages, j’ai ressenti une lassitude, c’est ,comme le dit très justement Sachenka un peu « mielleux bonbon ». Le ton est mièvre et je n’adhère pas du tout à ce style.
Commenter  J’apprécie          42