AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Le Livre de Poche

Les premiers "Livre de Poche" apparaissent en 1953, sous l'impulsion d' Henri Filipacchi, alors secrétaire général de la Librairie Hachette. Il associe à son projet ses amis éditeurs les plus influents, afin de proposer les plus grands classiques en version "Livre de Poche", un format tenant dans une poche et bon marché. Le succès est tel que le "Livre de Poche" demeure à ce jour la première collection de poche française de grande diffusion, diffuse près de 360 nouveautés par an et compte 1 000 titres réimprimés chaque année.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Le Livre de Poche



Dernières parutions chez Le Livre de Poche


Dernières critiques
PatrickCasimir
21 septembre 2017
Le Silence de la mer / La Marche à l'étoile de Vercors
"...Ma nièce avait ouvert la porte et restait silencieuse contre le mur sans rien regarder...

"...L'officier, à la porte, dit : s'il vous plaît. Sa tête fit un petit salut. Il sembla mesurer le silence. Puis il entra.



Il ne mesura pas seulement le silence, il l'éprouva, alors qu'il guettait une réaction à son bavardage d'occupant si cultivé, si amoureux de la France et de ses écrivains, tellement civilisé, tellement courtois...



Cette réaction ne venait pas. "C'est peut-être inhumain de lui refuser l'obole d'un seul mot." a dit l'oncle provoquant l'indignation silencieuse de sa nièce.



Car ce silence obstiné constituait l'acte de résistance à l'occupant, à l'occupant de la France, à l'occupant de la demeure familiale.



Et pourtant, elle se laissa insensiblement gagner par la sensibilité de cet officier musicien que désespérait la volonté nazi d'éteindre, pour toujours, la lumière que la France porte en elle.



Quand il eut terminé ses lamentations sur la bêtise de ses frères barbares, "il murmura : Adieu".

" Il ne bougea pas. Il restait tout à fait immobile, et dans son visage immobile et tendu, les yeux étaient encore plus immobiles et tendus, attachés aux yeux, trop ouverts, trop pâles de ma nièce. Cela dura, dura, combien de temps ? Dura jusqu'à ce qu'enfin, le jeune fille remua les lèvres. Les yeux de Werner brillèrent. J'entendis : Adieu. (...) von Ebrennac, aussi, l'entendit..."



Ce texte est tout simplement beau et bouleversant. La Culture et l'humanisme rapprochent les ennemis, comblent ce Silence tellement heureux d'offrir, dans un murmure, "l'obole d'un seul mot" .



Pat



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
blandine5674
20 septembre 2017
Vernon Subutex, tome 2 de Virginie Despentes
L’enthousiasme que j’ai eu au tome 1 est un peu tombé face à celui-ci. Il est peu question de Vernon Subutex, le héros principal. Des personnages qui déboulent comme un feu d’artifice qui a fait que je ne savais plus qui était qui et m’a fait décrocher par moment. Bien sûr, j’ai continué d’apprécier le point de vu de l’auteur sur la société actuelle.





Commenter  J’apprécie          10
PatrickCasimir
20 septembre 2017
La peau de Cur Malaparte




La lettre du roman ? La lettre P !



P comme peau, bien sûr, titre du roman - c'est un roman



P comme peste, car une peste, pire que la bubonique ronge le peuple de Naples, pourtant libéré par les grands frères Américains, des nazis et des fascistes ; une peste dont les bubons infectent l'âme



P comme pauvreté, d'une population face à des libérateurs opulents



P comme prostitution, des femmes, des filles, des enfants



P comme pourriture, nourriture abondante en temps de guerre !



P, P, P, encore... P, comme perdition, par exemple...



Le peuple de Naples et de toute l'italie était en perdition, à ce moment-là



C'est en tout cas, ce que donne à voir cet autre très grand et très dur roman de C. Malaparte sur la libération de la Botte...



Pat
Commenter  J’apprécie          10