AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Le Livre de Poche

Les premiers "Livre de Poche" apparaissent en 1953, sous l`impulsion d` Henri Filipacchi, alors secrétaire général de la Librairie Hachette. Il associe à son projet ses amis éditeurs les plus influents, afin de proposer les plus grands classiques en version "Livre de Poche", un format tenant dans une poche et bon marché. Le succès est tel que le "Livre de Poche" demeure à ce jour la première collection de poche française de grande diffusion, diffuse près de 360 nouveautés par an et compte 1 000 titres réimprimés chaque année.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Le Livre de Poche



Dernières parutions chez Le Livre de Poche


Dernières critiques
PrettyYoungCat
  10 décembre 2018
Les Raisins de la colère de John Steinbeck
Les raisins de la colère nous bouleverse par la combativité et la dignité de ces hommes et de ces femmes acculés à la misère la plus absolue.

Ils errent sur les routes au gré d'un travail saisonnier leur donnant à peine de quoi survivre, mais ils sont ainsi des milliers alors, comme souvent, le profit d'une poignée d'Hommes retentit sur le quotidien de tous les autres.



C'est un chemin long et chaotique, sur une route pavée de dalles venues de l'enfer. La faim, l'épuisement, le désespoir... mais jamais le renoncement. Tant que la colère tient les Hommes, ils ne se résignent pas et ils avancent un pas de plus.



La solidarité entre miséreux redonne foi en l'humanité et aide à espérer un avenir enfin prometteur... c'est aussi ça qui leur donne la force de croire encore même quand la situation n'offre que désolation.



John Steinbeck a ce talent indéniable et incroyable de savoir donner un relief terriblement humain à ses personnages. On s'attache au destin de cette famille : Man, Pa, Tom, Al, Oncle John, Rose de Saron et tous les autres, en redoutant pour eux tous les obstacles, les espoirs déçus et les peines qu'ils traversent immanquablement, et on prie secrètement qu'enfin le ciel s'éclaire, mais il demeure si désespérément sombre...



Écrit en 1939 (et publié en français en 1947), ce livre est à la fois terriblement actuel puisqu'il nous rappelle que l'argent fait figure de valeur absolue pour quelques-uns et le nerf de la guerre pour beaucoup d'autres, mais il est aussi indéniablement moderne avec Man, qui à mes yeux constitue l'héroïne principale. Une femme forte, ou plutôt qui fait fi de sa vulnérabilité, pour mettre à l'abri les siens, une femme qui dans ce monde d'hommes agit, décide, organise et insuffle l'élan vital nécessaire à la survie de chacun et de tous.



Tombée sous le charme de l'écrivain avec Des souris et des hommes, je m'incline une fois encore avec Les raisins de la colère devant son talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lejardinauxlivres
  10 décembre 2018
Jules de Didier van Cauwelaert
Ce roman porte bien son titre puisque Jules, chien d'aveugle, en est le personnage principal, et sans doute le plus attachant.

Depuis 7 ans maintenant, Jules et Alice sont inséparables. Il est ses yeux, pour elle qui a perdu la vue de façon tragique. Mais voilà, Alice subit une opération de la cornée et elle voit à nouveau. Complètement perdu dans son rôle inutile à présent, Jules déprime jusqu'à ce qu'il décide de prendre son destin en main à travers Zibal, scientifique reconverti en vendeur de macarons. S'en suivent des aventures aussi rocambolesques qu'invraisemblables, jusqu'au final happy end attendu.



Un roman qui se lit bien et vite, une journée suffit largement. Malheureusement, j'en attendais plus, et je ressors un peu déçue de cette histoire. Dommage!
Commenter  J’apprécie          00
TheTeapotLibrary
  10 décembre 2018
Le Crime d'Halloween de Agatha Christie
L’histoire se passe dans la petite ville de Woodleigh common. Ariadne Oliver, auteure de romans policiers, fait appel à son ami Hercule Poirot pour résoudre le meurtre de Joyce, une petite fille de 13 ans. Elle a été assassinée au cours d’une fête d’Halloween organisée pour les enfants passant de l’école primaire à secondaire (les « plus de onze ans »). Le meurtrier l’a noyé en lui plongeant la tête dans un seau d’eau. La fillette s’était vantée quelques heures avant sa mort d’avoir été témoin d’un meurtre quelques années auparavant. Cette fanfaronnerie est bien là le seul mobile plausible pour ce crime abominable (un enfanticide!). Hercule Poirot décide donc de remonter le temps (au sens figuré, bien sur) et d’étudier tous les crimes commis dans ce village durant les 3-4 dernières années pour essayer de faire le lien avec celui de Joyce. « Le temps aurait là encore une signification importante […] il nous faut partir du passé pour progresser jusqu’au présent », car après tout, « Le passé est le père du présent ». La vérité sort de la bouche des enfants ? Pas si sûr … C’est ce qu’Hercule Poirot va devoir déterminer…



Pour ce qui est de mon avis, je n’ai pas grand chose à dire sur ce livre, lu à l’occasion du pumpkin autumn challenge 🎃. C’est une lecture agréable et sympathique. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ariadne Oliver, elle est complètement déjantée et rigolote avec sa passion pour les pommes. J’ai aussi bien aimé l’atmosphère automnale et les promenades de Poirot dans la campagne anglaise, et plus particulièrement dans le somptueux jardin de Michael Garfield : « C’était comme si les génies primitifs inspirant les poètes irlandais, étaient brusquement sortis de leurs montagnes pour créer là, non à force de peine et de travail, mais par magie, un jardin enchanteur. Les fleurs, les buissons, la fontaine qui rendait un son cristallin, tout ravissait l’oeil du visiteur mal préparé à un tel spectacle ». Le rythme de l’intrigue est assez lent, mais il s’accélère grandement dans les 50 dernières pages et je dois dire que j’ai été plutôt surprise par le dénouement, et même si je me doutais de l’implication de certains personnages, le « bouquet final » est plutôt pas mal.



C’est seulement le quatrième Agatha Christie que je lis mais il m’a semblé qu’il laissait transparaître une certaine mélancolie tout au long de l’histoire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00