AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Le Livre de Poche

Les premiers "Livre de Poche" apparaissent en 1953, sous l`impulsion d` Henri Filipacchi, alors secrétaire général de la Librairie Hachette. Il associe à son projet ses amis éditeurs les plus influents, afin de proposer les plus grands classiques en version "Livre de Poche", un format tenant dans une poche et bon marché. Le succès est tel que le "Livre de Poche" demeure à ce jour la première collection de poche française de grande diffusion, diffuse près de 360 nouveautés par an et compte 1 000 titres réimprimés chaque année.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Le Livre de Poche



Dernières parutions chez Le Livre de Poche


Dernières critiques
RobertB
  22 juin 2021
Cinquante nuances de Grey de E L James
Anastasia Steel est vendeuse dans une quincaillerie. Pour une raison qui m’échappe, elle remplace au pied levé une copine grippée qui devait interviewer un milliardaire parmi les plus influents de la planète. Déjà, question sécurité, on est perplexe ; apparemment, le milliardaire en question ne doit pas être trop à cheval sur le sujet puisque n’importe quelle greluche peut l’approcher dès lors qu’elle travaille dans une quincaillerie. Sinon, il faut également mentionner que, pour un milliardaire influent, il semble avoir beaucoup de temps libre, mais bon je critique pas, après tout, il a peut-être un max de R.T.T...

Surtout, ce monsieur a avant tout un méga-secret : quand il est content, il a tendance à fouetter des culs. Vous me direz, ca vaut mieux que de regarder l’Euro de foot sur Beinsport et après tout il y a des gens très bien qui aiment à fouetter des culs. Non, le véritable problème, c’est que les personnages sont d’un navrante niaiserie et que les dialogues paraissent sortis de l’imagination enfiévrée de Priscilla Gaburnot (pour ceux qui me suivent, la soeur de Kévin, celui-là même qui est scolarisé en 5ème B à Nogent-le-Rotrou).

Alors on en a des coeurs qui s’emballent, des têtes qui penchent sur des épaules, on a aussi des grossièretés qui ne dépareraient pas dans une vidéo de Pornhub, mais le tout sonne creux. Il n’y a rien qui fait sens, rien qui donne envie. Le pire, toutefois, reste cette écriture d’une insigne médiocrité. Tellement peu soignée, on se prend même à penser que le livre n’a bénéficié d’aucune relecture. Au final, une oeuvre pénible, totalement superficielle. C’est dommage quand même, pour une fois qu’un auteur mettait en valeur une quincaillière...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tans78
  22 juin 2021
Boule de suif de maupassant
Je viens de relire cette nouvelle et je suis frappé par l’intemporalité du sujet traité : comment un groupe de « notables », bien nés ou parvenus, se comportent avec une femme pour leur seul profit. Ils passent du mépris, à la convivialité par intérêt (pour manger!) et à la pression (pour qu’elle cède à l’officier prussien) pour revenir à un plus grand mépris une fois l’affaire faite. On peut facilement projeter cette histoire dans le contexte actuel.

A lire et relire.
Commenter  J’apprécie          00
Singlandes
  21 juin 2021
Le Docteur Jivago de Boris Pasternak
Le film Docteur Jivago, chef d’œuvre du 7 eme art est très fidèle au livre. Mais le roman donne une dimension plus grande encore qu’on ne perçoit que progressivement en s’enfonçant dans la lecture .

Car cette histoire est une œuvre mystique à la gloire de la Sainte Russie souillée par les rivières de sang de la révolution bolchevique et où les hommes ne sont plus désormais que de pauvres hères perdus dans le froid . Youri , c’est le poète- médecin qui, tel l’Albatros de Baudelaire, souffre au milieu des hommes, panse leurs plaies mais a besoin de prendre son envol au delà du temps présent en composant des vers à la gloire de la Russie éternelle.

Les immenses forêts de bouleaux deviennent les seuls refuges inviolables tandis que les champs victimes de la folie des hommes souffrent de ne pas être moissonnés

La neige recouvre tout le roman d’un manteau épais et cette blancheur immaculée évoque pour lui la virginité de la Vierge et celle de Lara ( la Russie éternelle)et de l’amour pur et profond qu’il ressent pour elle ( belle et puissante) mais salie par

Komarov qui est l’incarnation du Vice des profiteurs de l’ancien mais aussi du nouveau régime qui ont avili le peuple russe et continueront à le déshonorer en pire.

Il serait prétentieux de vouloir faire une critique d’une œuvre d’une telle ampleur qui ne tombe jamais dans le discours politique mais procède par allégories poétiques

pour transporter le lecteur dans les profondeurs de l’âme russe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00