AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


Musique et philosophie

Liste créée par clairelili - 42 livres. Thèmes et genres : musique , philosophie



1 Pythagore et l'harmonie des sphères
Simonne Jacquemard
1 critique

Celui qui se nomme lui-même «philosophe» a provoqué controverses et remous. Il fut un grand voyageur, des mers et des terres mais aussi de l'esprit : Pythagore s'interroge en effet sur l'origine de l'harmonie, du beau, de la musique..., et il voit dans le nombre, ou dans le secret du nombre, la possibilité de percer, peut-être, cette énigme. Ajouter à mes livres
2 La République
Platon
23 critiques 66 citations

« Si la musique est la partie maîtresse de l'éducation, n'est-ce pas, Glaucon, c'est parce que le rythme et l'harmonie sont particulièrement propres à pénétrer dans l'âme et à la toucher fortement [...] ? En les recueillant joyeusement dans son âme pour en faire sa nourriture et devenir un honnête homme, on repousse justement les vices, on les hait dès l'enfance, avant de pouvoir s'en rendre compte par la raison. Et quand la raison vient, on l'embrasse et on la reconnnaît comme une parente avec d'autant plus de tendresse qu'on a été nourri dans la musique. » III, 401 c-402 a Ajouter à mes livres
3 La Musique dans l'oeuvre de Platon
Evangelos Moutsopoulos
Dans le "Phédon", Platon déclare que la philosophie est la musique suprême. C'est donc qu'à ses yeux l'art des sons possède des affinités avec la dialectique. De même, dans le "Phèdre", le musicien est rapproché du philosophe, compte tenu de la ressemblance de leurs âmes, ce qui renforce l'hypothèse a priori que Platon conçoit des liens entre ces deux disciplines. Enfin, dans le neuvième livre de la "République", il est questions des efforts continus de l'homme raisonnable pour maintenir en lui une sorte d'harmonie. Il faut donc définir les rapports de la musique et de la philosophie selon Platon. La musique et l'harmonique comme disciplines préparant à la dialectique ne sont-elles considérées comme telles qu'en théorie ? Ou bien cette conception est-elle fondée sur des faits réels ? Ajouter à mes livres
4 La politique
Aristote
2 citations

Ajouter à mes livres
5 De musica : traité de la musique
Saint Augustin
"Ainsi donc ne retranchons pas des oeuvres de la Providence les harmonies qui prennent naissance dans la condition mortelle, notre châtiment ici-bas ; car elles ont leur beauté particulière ; ne les aimons pas non plus comme si nous voulions demander le bonheur à de pareilles jouissances. Puisqu'elles sont temporelles, saisissons-les comme une planche sur les flots. " Saint Augustin Ajouter à mes livres
6 Traité de la musique : Boèce
Christian Meyer
1 citation

Le De institutione musica a été rédigé vers 510 d'après des auteurs grecs, dont Nicomaque et Ptolémée. L'intention de Boèce était de fournir un texte de référence pour l'enseignement de la musique dans le cadre des études quadriviales. L'ouvrage se présente sous la forme de cinq livres dont le premier pose les fondements philosophiques de la théorie pythagoricienne de la musique. Le second et le troisième exposent les principes mathématiques de la construction de l'échelle heptatonique. La présentation du " grand système parfait ", sa réalisation sur le monocorde et l'examen des tons de transposition occupent l'essentiel du quatrième livre. Le dernier est une traduction paraphrasée du premier livre des Harmoniques de Ptolémée qui développe une approche critique de la doctrine pythagoricienne exposée dans les livres précédents. Redécouvert à l'époque carolingienne -malheureusement à l'état de fragment, puisque les derniers chapitres du cinquième livre sont perdus -, le traité de Boèce devait constituer tout au long du Moyen Age le texte de référence pour l'enseignement de la musique. Ajouter à mes livres
7 Abrégé de musique. Compendium musicae
René Descartes
Premier ouvrage de Descartes, le Compendium musicæ, en dépit de sa brièveté, est l'un des textes les plus importants de la théorie musicale au XVIIe siècle. Rameau, en 1722, y trouvera le point de départ de sa réflexion sur les fondements de l'harmonie. Plus généralement, tout examen de l'esthétique cartésienne passe par l'étude de la théorie du plaisir développée dans les premières pages. Enfin l'histoire de la pensée de Descartes ne se comprend pas pleinement sans les questions ouvertes dans cet abrégé, comme la question de l'application des mathématiques et celle des passions de l'âme. Ajouter à mes livres
8 Rousseau : Oeuvres complètes, tome 5
Jean-Jacques Rousseau
Résumé éditeur : Les écrits de Rousseau sur la musique étaient peu accessibles. Ils figurent intégralement dans ce volume, qui contient notamment le Dictionnaire de musique né des articles que commanda Diderot, pour l'Encyclopédie, à celui en qui l'on voyait alors, avant tout, un musicien. Rousseau, il est vrai, tablait sur cette facette de son talent pour se faire une place dans la société. Il comptait sans Rameau qui ne s'est pas privé de dire le mal qu'il pensait des Muses galantes. Terrassé, délesté de son honneur et de ses honoraires, Rousseau a fait de son contempteur l'incarnation d'une musique française lors de la querelle des Bouffons, il s'est employé à montrer que le système ramiste menait à un art de la non-communication. Or, «tout chant qui ne dit rien n'est rien». La musique est un langage, elle doit être l'art de l'expression vivante. Rousseau fonde sa pensée linguistique et musicale sur la nécessité de réconcilier la plénitude des origines et le savoir. Se profile alors le rêve d'un art régénéré : la poésie parle à l'esprit, la musique sollicite l'oreille, la peinture réjouit les yeux ; la réunion des trois renoue avec les premières fêtes, à l'époque de l'unité de la parole et de la mélodie. C'est à un chef-d'oeuvre de la civilisation, l'opéra, que Rousseau confie la mission de provoquer ce retour à l'origine, qui est aussi annulation du temps. Ajouter à mes livres
9 Musique et philosophieà l'âge classique
André Charrak
La naissance de l'opéra à l'âge classique se marque par une réflexion sur les ressorts des passions que la mélodie a charge de produire (Descartes). A ce titre, l'expérience musicale constitue un lieu privilégié pour le philosophe qui cherche à démonter les mécanismes de l'affectivité humaine : les passions dont joue la musique sont d'abord ancrées dans le corps, auquel s'applique la physique. C'est pourquoi la musique devient un objet pour la philosophie, qui convoque les grandes conceptions de la science classique (Beeckman, Galilée et Mersenne). Mais l'étude de la cause des passions vise à manipuler le cœur du spectateur, c'est-à-dire à produire un effet (Rameau et Rousseau s'accordent sur ce point). La musique est exemplaire, parce qu'elle soulève de manière transversale un grand nombre de problèmes qui agitent l'anthropologie des Modernes : la référence à la nature, la possibilité de l'imitation, la transformation des passions. Les philosophies de la musique à l'âge classique engagent donc une réflexion sur la représentation, dans ses aspects épistémologiques, sociaux et politiques. Elles illustrent concrètement le passage du rationalisme du XVIIe siècle à l'empirisme des Lumières. Ajouter à mes livres
10 Critique de la faculté de juger
Emmanuel Kant
4 critiques 32 citations

« Si l’on estime la valeur des beaux-arts d’après la culture qu’ils procurent à l’âme, et si l’on prend pour critère l’extension des facultés qui doivent coïncider dans le jugement pour produire des connaissances, la musique sera reléguée au dernier rang des beaux-arts […]. De ce point de vue, les arts de l’image la dépassent largement. […] D’autre part, on peut imputer à la musique un certain manque d’urbanité [...]. Ceux qui ont recommandé qu’on chante des cantiques à l’occasion des dévotions domestiques n’ont pas réfléchi à la pénible incommodité que ces exercices bruyants font subir au public... » § 53 Ajouter à mes livres
11 Leçons d'esthétique
Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Ce livre n'est pas une édition intégrale. Je n'en ai pas trouvée. « [La musique exprime] tous les sentiments particuliers, toutes les nuances de la joie, de la sérénité, de la gaieté spirituelle et capricieuse, l'allégresse et ses transports, comme elle parcourt tous les degrés de la tristesse et de l'anxiété. Les angoisses, les soucis, les douleurs, les aspirations, l'adoration, la prière, l'amour deviennent le domaine propre de l'expression musicale. [...] [Mais] l'art ne donne plus cette satisfaction des besoins spirituels que des peuples et des temps révolus cherchaient et ne trouvaient qu'en lui. Les beaux jours de l'art [...] sont passés. [...] L'art a perdu pour nous sa vérité et sa vie. » Ajouter à mes livres
12 Le monde comme volonté et comme représentation
Arthur Schopenhauer
11 critiques 262 citations

1819. livre III, § 52 : "La musique, qui va au delà des Idées, est complètement indépendante du monde phénoménal ; elle l'ignore absolument, et pourrait en quelque sorte continuer à exister, alors même que l'univers n'existerait pas : on ne peut en dire autant des autres arts. (...) C'est pourquoi l'influence de la musique est plus puissante et plus pénétrante que celle des autres arts : ceux-ci n'expriment que l'ombre, tandis qu'elle parle de l'être." Ajouter à mes livres
13 L'ouïe de Schopenhauer : Musique et réalité
Santiago Espinosa
On a souvent remarqué l'influence de la philosophie de Schopenhauer sur celle de Wagner et de Nietzsche. On a moins remarqué que Wagner élabora une théorie à partir des thèses philosophiques de Schopenhauer tout en ignorant ses idées musicales. Ajouter à mes livres
14 Philosophie de la musique : Vers un opéra social
Giuseppe Mazzini
Figure éminente du Risorgimento, Giuseppe Mazzini (1807-1871) symbolise le combat pour la réunification de l’Italie, qu’il soutint, de son exil londonien, par l’organisation inlassable de soulèvements contre les « occupants » étrangers, et une activité d’écrivain, de journaliste, de pamphlétaire. Sa Philosophie de la musique (1835), seul texte qu’il ait consacré à la musique, s’inscrit dans un programme esquissant une régénération de la culture italienne, élément essentiel pour la création de nouvelles mentalités et structures politiques. L’essai se présente comme un projet pour le renouveau de l’opéra. L’opéra que Rossini – symbole de l’individualisme conquérant – a porté à son point de perfection est désormais caduc. Mazzini croit d’ailleurs percevoir une nouvelle esthétique chez Donizetti. Le règne absolu de la mélodie et le morcellement de la forme ne sont plus satisfaisants : il faudra une unité, une couleur prédominante, une vraisemblance historique, donner plus de place aux choeur, retravailler le récitatif. Mazzini va jusqu’à anticiper le leitmotiv wagnérien – ce qui valut à ses idées d’être à nouveau commentées à la fin du XIXe siècle. Ce texte essentiel n’est donc pas un pamphlet ou une satire de plus : ses formulations incisives sont au service d’une régénération, passage d’une simple forme de distraction vers un « opéra social » qui s’inscrirait dans la cité. Ajouter à mes livres
15 Les stades immédiats de l'éros
Sören Kierkegaard
1843. Essai philosophique et psychologique sur le Don Juan de Mozart. Ajouter à mes livres
16 Du Beau musical : Contribution à la réforme de l'esthétique musicale
Eduard Hanslick
1854 Dans cet ouvrage majeur de l'esthétique du XIXe siècle, Eduard Hanslick se propose de rompre aussi bien avec le jugement subjectif kantien qu'avec le contenu objectif hegelien, pour dessiner la figure d'un art libérateur. Savoir écouter, c'est savoir penser : la musique est pure forme, moins par simple défiance à l'égard de l'expression du «contenu » des sentiments que par l'exigence en nous d'une contemplation radicale. Ajouter à mes livres
17 Le cas Wagner
Friedrich Nietzsche
17 citations

C'est en mai 1888, quelques mois avant de sombrer dans la folie, que Nietzsche écrit "Le Cas Wagner". Ses relations avec le compositeur ont toujours été passionnées, faites d'admiration et de répulsion. S'il a d'abord vu dans l'oeuvre de Wagner l'illustration géniale de ses propres conceptions de l'artiste tragique et dionysiaque, Nietzsche va s'éloigner rapidement de lui. Fondamentalement, il reproche au compositeur d'être un "menteur". Wagner joue à l'artiste de la puissance, alors qu'il est fondamentalement un musicien de la dégénérescence. Il joue à l'affirmateur de la vie alors qu'il est fondamentalement négateur. On le voit, la critique nietzschéenne de Wagner, loin d'être une attaque ad hominem mêlée de rancoeur, rejoint les thèmes les plus fondamentaux de sa pensée. C'est en 1876 que Nietzsche a rompu avec Wagner, et cette date n'est pas indifférente. C'est en effet l'année du premier festival de Bayreuth, qui consacre le musicien comme le pontife du nouvel art allemand. Seul véritable pamphlet écrit par Nietzsche, "Le Cas Wagner" est en effet moins dirigé contre l'auteur de Parsifal lui-même que contre tout ce que le wagnérisme incarne et que Nietzsche vomit : l'idéologie allemande et son exaltation des vertus morales, du nationalisme, de l'antisémitisme, son mépris de l'intelligence. Nietzsche résume tout cela d'une formule: "le crétinisme de Bayreuth". Contre cet esprit de lourdeur, Nietzsche exalte la gaieté de Carmen. "Il faut méditerraniser la musique!", écrit-il. On a souvent vu dans cet éloge de Bizet un amour trop poussé du paradoxe. Mais "Le Cas Wagner" est à l'image même de cette musique : vif, mordant, drôle, féroce, séduisant. Et profond à force de légèreté. Ajouter à mes livres
18 Musiciens et Philosophes.Tolstoi-Schopenhauer-Nietzsche-Richard Wagner
Maurice Kufferath
1899 Ajouter à mes livres
19 Nietzsche et la Musique
Georges Liebert
1995 Avant de consacrer sa vie à la philosophie, Nietzsche composait. Le philosophe a fait oublier le musicien. Pourtant, sans jamais être des chefs d'ouvre, ses nombreuses pièces pour le piano et ses lieder méritent d'être connus. Outre que ces morceaux ne manquent parfois pas de charme, ils jettent une lumière sur sa personnalité et suggèrent des rapprochements éclairants entre le compositeur et l'écrivain. Mais la musique occupe aussi une très grande place dans l'oeuvre philosophique de Nietzsche. Et pour comprendre sa pensée il est au moins aussi important de connaître Tristan et Parsifal, les principaux écrits théoriques de Wagner, que les oeuvres de Schopenhauer, de Kant et de Heidegger. Philosophe parce que musicien, tel est le Nietzsche peut être imprévu qui ressort de ce livre et sa pensée prend une cohérence à laquelle nous n'étions pas habitués. Ajouter à mes livres
20 Introduction à J.-S. Bach : Essai d'esthétique musicale
Boris de Schloezer
1947. Ce livre est la réédition (avec présentation, bibliographie, index et un texte de Gaëtan Picon) d'un grand livre de philosophie de l'art beaucoup trop méconnu. Écrit pendant la Seconde Guerre mondiale dans le sillage de la phénoménologie d'Edmund Husserl et de Roman Ingarden, il entend refonder la pensée musicale en superposant 3 dimensions : Cette refondation de la pensée musicale se veut systématiquement adossée à l'analyse de la musique de Jean-Sébastien Bach. Cette dernière constitue le socle sur lequel une pensée de la musique ne se veut pas une pure construction abstraite mais se déploie comme un instrument de connaissance qui s'essaye et s'éprouve. Plus profondément, cette refondation se donne pour tâche d'envelopper de façon transhistorique l'ensemble des questions liées à l'essence de la musique et à l'ontologie de l'oeuvre musicale. Structure esthétique fermée sur soi, l'oeuvre musicale ne saurait se réduire ni à la partition, ni à l'exécution, ni aux phénomènes sonores, ni aux états mentaux du musicien ou de l'auditeur. À l'origine de ces deux dimensions, la pensée de Schloezer s'élargit encore pour s'étendre à la philosophie de l'art elle-même préoccupée de la nature et des opérations de toute oeuvre d'art ; de la position du récepteur ; du travail du créateur et du sens de la signification que l'artiste met en oeuvre. Ajouter à mes livres
21 Philosophie de la nouvelle musique
Theodor W. Adorno
Résumé éditeur: «Le "déploiement de la vérité" : en assignant cette mission à l'art, par épigraphe de Hegel interposée, Adorno ne situait pas seulement la musique hors de la sphère de l'industrie culturelle banale, mais visait sans doute aussi le type de discours qu'on peut porter sur elle. Face à l'invasion des biographies romancées, des vulgarisations douteuses et du colportage promotionnel, qui forment la majeure partie de la littérature musicale d'aujourd'hui, voici un livre qui vise la réalité musicale dans ce qu'elle a de plus essentiel : le parti de composition. Les deux études sur Schönberg et Stravinsky, qui, sous le "chapeau" commun d'une brillante Introduction où se résume toute la pensée d'Adorno, constituent la Philosophie de la nouvelle musique, proposent de jauger celle-ci à partir de deux expériences antithétiques, deux types de comportements musicaux traités en forme de paradigmes. Chez l'un, la musique nous interpelle au plus crucial, et les dissonances nous effraient, qui nous parlent de notre propre condition. Chez l'autre, un mythe originel voudrait nous rassurer et permettre l'"accès à la région d'un être absolument 'authentique'". Schönberg contre Stravinsky ; le progrès contre la réaction.» Ajouter à mes livres
22 Mahler : une physionomie musicale
Theodor W. Adorno
1 critique

Conçu comme un hommage à celui qui a ouvert la voie à la nouvelle musique, le Mahler d'Adorno se présente comme une tentative d'interprétation d'ensemble de l’œuvre musicale du compositeur. Dépassant l'opposition d'un discours purement technique et d'une exégèse arbitraire, l'auteur fait apparaître le contenu spirituel de la musique de Mahler tel qu'il se concrétise dans les formes spécifiques de ses lieder et de ses symphonies. C'est le premier témoignage décisif d'une nouvelle forme de critique musicale qui se proposerait de «faire parler la musique au moyen de la théorie». Ajouter à mes livres
23 Quasi una fantasia
Theodor W. Adorno
1 critique 1 citation

Quasi una fantasia est le second volume, publié en 1963, des "Ecrits musicaux" d'Adorno. Les textes qu'il regroupe, écrits pour la plupart après la guerre, s'attachent aussi bien à analyser et à juger la musique existante - la mauvaise comme la bonne - qu'à imaginer une musique possible, encore à venir. Bien que très divers, les sujets abordés font apparaître l'unité d'une pensée théorique dont l'intention déclarée est de permettre, en donnant à l'expérience les moyens de réfléchir, une libération de la pratique. Ajouter à mes livres
24 Alban Berg
Theodor W. Adorno
1968 Ajouter à mes livres
25 Un son désenchanté : Musique et théorie critique
Jean-Paul Olive
Dans les années 1960, Adorno confie, dans une note biographique : " J'ai étudié la philosophie et la musique. Plutôt que choisir entre les deux, j'eus toute ma vie durant le sentiment d'être, dans ces deux domaines divergents, à la recherche d'une chose identique. " Quelle est donc cette " chose identique " que dissimuleraient dans une totale complicité philosophie et musique? Adorno ne le précise pas. Seule une immersion en profondeur dans les textes du philosophe peut livrer la réponse. II s'agit d'une gageure et c'est précisément celle que relève ici magistralement Jean Paul Olive, exégète attentif, lecteur subtil et interprète exigeant d'Adorno. Mais l'auteur n'entend pas pour autant céder aux sortilèges de la dialectique adornienne. Soucieux de marquer une juste distance critique vis-à-vis d'une pensée qui pourtant le fascine, Jean Paul Olive n'hésite pas à stigmatiser l'intransigeance de certaines positions du penseur francfortois. Habile démarche qui confère à son propre texte, Un son désenchanté, une totale autonomie et lui permet d'autant plus librement d'insister avec force sur l'actualité de la Théorie critique et sur l'urgence d'une relecture de Theodor Adorno. Ajouter à mes livres
26 La musique et l'ineffable
Vladimir Jankélévitch
1 critique 1 citation

1961 "La musique est-elle un divertissement sans portée ? ou bien est-elle un langage chiffré et comme le hiéroglyphe d'un mystère ? Ou peut-être des deux ensemble ? Mais cette équivoque essentielle a aussi un aspect moral : il y a un contraste déroutant, une ironique et scandaleuse disproportion entre la puissance incantatoire de la musique et l'inévidence foncière du beau musical. " V.J. Ajouter à mes livres
27 Ravel
Vladimir Jankélévitch
1 critique

Ajouter à mes livres
28 Liszt rhapsodie et improvisation
Vladimir Jankélévitch
Ajouter à mes livres
29 De la musique au silence. Tome 2 : Debussy et le mystère de l'instant
Vladimir Jankélévitch
Ajouter à mes livres
30 L'enchantement musical
Vladimir Jankélévitch
L’œuvre de Vladimir Jankélévitch mêle intimement philosophie et musique, régime de correspondance auquel le philosophe-musicien a toujours aimé se tenir. « La musique, rappelle-t-il, est un art temporel non point secondairement, comme la poésie, le roman ou le théâtre, mais essentiellement. » Son domaine est la « temporalité enchantée », le mystère de l’instant, le charme de la nostalgie, du nocturne et des parfums de la nuit, du lointain, du silence surtout, puisque la musique, née du silence, y retourne. Ce livre réunit des textes peu connus, inédits ou depuis longtemps inaccessibles. Comptes rendus de concerts et de festivals, évocations poétiques des musiciens chers à son coeur : les musiciens français, particulièrement Debussy, Ravel, Fauré ; les musiciens de l’Europe centrale, Chopin et Liszt, le rhapsode et baladin du monde européen, image même de notre modernité ; les génies de la musique russe, notamment Moussorgski et Rimski-Korsakov. Pour Vladimir Jankélévitch « on ne pense pas la musique », mais on peut penser en musique, ou musicalement. Le lecteur retrouvera dans ces textes le bonheur de la mystérieuse connivence d’une pensée sur la musique qui donne à entendre musicalement. Ajouter à mes livres
31 Gilles Deleuze, la pensée-musique
Pascale Criton
2015 La musique occupe une place significative dans la pensée de Gilles Deleuze, de la musique contemporaine aux musiques baroque, classique et romantique, et plus largement à l'ensemble des signaux sonores. Sollicitée au niveau expressif, technique, historique, non moins qu'anthropologique et politique, la musique prend part aux grands concepts deleuzo-guattariens - ritournelle, rhizome, agencements, machines - pour n'en citer que quelques uns, désormais traduits dans de nombreuses langues. Ce premier ouvrage collectif en français réunit les travaux de musicologues, ethnomusicologues, compositeurs, philosophes et théoriciens de l'art qui font appel au corpus de sa pensée dans le domaine musical. Comment Deleuze s'inspire-t-il et s'instruit-il de la pratique musicale qui lui est contemporaine pour créer ses concepts, et en retour, quelle est l'incidence des lectures de ses textes sur la création, la musicologie, l'esthétique, l'ethnomusicologie, les techniques et les technologies musicales ? Ce livre entend repérer l'impact de ces outils de pensée sur la recherche et la création musicale contemporaine tant pour l'approche des cultures orales que pour les besoins de l'analyse ou ceux de l'écriture. Ajouter à mes livres
32 Musique, pouvoir, écriture
Hugues Dufourt
1991 Hugues Dufourt a le privilège d'être à la fois un des compositeurs largement reconnu de la nouvelle génération et un philosophe soucieux de comprendre sa propre pratique et celle des autres dans le contexte de l'histoire contemporaine. Faut-il pour expliquer la musique de notre siècle, suivre le pessimisme apocalyptique d'Adorno pour qui le formalisme n'est qu'une réaction autodestructrice devant les diktats de la société de masse? Faut-il à l'inverse, s'en tenir aux seules nécessités internes de la modernité musicale ? Musique, pouvoir, écriture refuse de s'enfermer dans ce dilemme et tente de montrer que, se greffant sur les données sociales, intellectuelles, scientifiques et techniques du monde moderne, la création musicale du XXème siècle agit comme le révélateur permanent des équilibres et des contradictions qui définissent l'unité et les buts d'une civilisation. Ajouter à mes livres
33 Musique au singulier
François-Bernard Mâche
2001 Qu'y a-t-il de commun entre les musiques de tous les temps et de toutes les cultures ? Peut-on repérer des formes sonores identiques ? Existe-t-il des principes d'organisation semblables ? François-Bernard Mâche reprend ici la question des universaux en musique et montre en quoi le jeu musical est un jeu poétique et naturel, qui s'esquisse déjà dans le monde animal. On comprend mieux dès lors que l'homme puisse éprouver des émotions aussi intenses à l'écoute et au maniement des sons. On comprend mieux, aussi, que la musique puisse être une sorte de lieu-test pour la distinction entre nature et culture. Compositeur et musicologue de réputation internationale, professeur à l'EHESS, François-Bernard Mâche a reçu le Grand Prix national de la Musique pour l'ensemble de son oeuvre. Ajouter à mes livres
34 Philosophie et musique contemporaine
Daniel Parrochia
2006 Ajouter à mes livres
35 Orfeo, N° 2 : Musique et philosophie
Danielle Cohen-Levinas
Qu'est ce qui fonde les relations entre philosophie et musique? Qu'est-ce qui légitime leur proximité et leur désaccord? Peut-on parler d'une esthétique musicale en vigueur dans l'histoire de la philosophie antique, classique, moderne et contemporaine? Ce recueil a pour vocation d'interroger les modalités de réflexions et de représentations de ces deux disciplines unies depuis l'Antiquité par ce que l'on pourrait appeler une intimité résonnante et absolument singulière. Ajouter à mes livres
36 Eléments pour une Métaphysique de la Musique
Jacques Atlan
Résumé éditeur: Depuis Pythagore (et sa formule célèbre « Les Nombres gouvernent le monde »), depuis Platon et Plotin, la méditation sur les Nombres fait partie des commencements de la philosophie. Ici, cette méditation sur les Nombres, entendus comme fréquences sonores, est reliée, à la manière de Schopenhauer, à une réflexion sur les fondements même du Réel. Ajouter à mes livres
37 La Raison des sortilèges
Michel Onfray
2 critiques 14 citations

Livre d'entretiens. 2013 Ajouter à mes livres
38 Pourquoi la musique ?
Francis Wolff
1 critique 1 citation

De cette définition banale, « la musique est l’art des sons », ce livre tire toutes les conséquences jusqu’aux plus éloignées. Chemin faisant, il répond aux questions que nous nous posons sur la musique et sur les arts. Pourquoi, partout où il y a de l’humanité, y a-t-il de la musique ? Pourquoi la musique nous fait-elle danser ? Et pourquoi nous émeut-elle parfois ? Qu’exprime la musique pure ? Représente-t-elle quelque chose ? Et qu’est-ce que la beauté ? Est-elle dans les choses ou en nous ? Pourquoi tous les êtres humains font-ils des images, des récits, des musiques ? Que nous disent du monde réel ces mondes imaginaires ? Ajouter à mes livres
39 Essais de philosophie de la musique
Jerrold Levison
2015 Jerrold Levinson est une des figures majeures de l'esthétique contemporaine. On lui doit une série d'ouvrages qui ont largement contribué au renouveau de la philosophie de la musique dans le monde anglo-saxon depuis une trentaine d'années. Les cinq essais de Jerrold Levinson traduits dans ce volume abordent dans une perspective philosophique quelques-uns des problèmes les plus fondamentaux posés par l'art musical. Qu'il s'agisse de la définition de la musique, de la nature des oeuvres musicales ou de la valeur des interprétations, le philosophe apporte dans un style toujours clair des réponses originales et finement argumentées qui entrent en résonance avec certains des débats les plus vifs qu'a pu connaître l'esthétique musicale au cours de ces dernières années. Ces textes s'accompagnent d'une série d'introductions qui permettront aux lecteurs d'appréhender le contexte intellectuel dans lequel s'inscrit la pensée toujours stimulante de Jerrold Levinson. Ajouter à mes livres
40 Quand Platon écoute les Beatles sur son iPod
Normand Baillargeon
1 critique 3 citations

Ne me dites pas que cette liste est trop sérieuse... Ajouter à mes livres
41 La playlist des philosophes
Marianne Chaillan
7 critiques 3 citations

Ajouter à mes livres
42 Perspectives philosophiques sur les musiques actuelles
Clément Canonne
2017 Cet ouvrage vient combler une lacune dans le champ aujourd'hui très florissant de la philosophie de la musique, en proposant sept contributions originales qui traitent toutes, à leur manière, des musiques dites « actuelles ». On y trouvera ainsi des textes portant sur le harsh noise, le jazz, la musique de club, la world music, la musique « glitch » ou encore l'improvisation libre. Au-delà d'un nécessaire rééquilibrage en faveur de musiques jusqu'ici reléguées aux périphéries de l'enquête philosophique, cet ouvrage permet de mettre en évidence quelques uns des déplacements que les musiques actuelles imposent à une réflexion traditionnellement centrée sur la musique occidentale savante, qu'il s'agisse d'ontologie, d'esthétique, de théorie de l'action ou d'éthique. Textes de : Frédéric Bisson, Clément Canonne, Bastien Gallet, Catherine Guesde & Pauline Nadrigny, Julien Labia, Jerrold Levinson et Pierre Saint-Germier. Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          41

Ils ont apprécié cette liste