AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le diable par la queue - Pourquoi écrire ? (19)

fanfanouche24
fanfanouche24   09 juillet 2018
Si je considère aujourd'hui cette époque, je trouve quasi impossible d'assimiler le nombre de livres que j'ai lus. Je les dévorais en quantités stupéfiantes, je consommais des pays, des continents entiers de livres, jamais je n'en avais assez. Auteurs dramatiques élisabéthains, philosophes présocratiques, romanciers russes, poètes surréalistes : je lisais comme si mon cerveau avait pris feu, comme si ma survie même était en jeu. (p. 41)
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24
fanfanouche24   08 juillet 2018
Casey et Teddy étaient copains depuis plus de dix ans, et ils formaient une paire, une équipe indissoluble, une unité dialectique. Tout ce qu'ils faisaient, ils le faisaient en tandem, voyageant de lieu en lieu et d'un boulot à l'autre comme s'ils n'étaient qu'un. Ils étaient compères à vie, les deux doigts d'une main, camarades. (...)
Casey et Teddy étaient les classiques vagabonds américains, chemineaux de notre temps qui paraissaient sortis tout droit d'un roman de Steinbeck, et pourtant ils étaient si drôles ensemble, si facétieux, si pleins d'ivresse et de bonne humeur que leur compagnie était irrésistible. A certains moments ils me faisaient penser à quelque duo de comédie oublié, un couple de clowns du temps du music-hall et du cinéma muet. (p. 37)
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24
fanfanouche24   07 juillet 2018
L'argent fut la ligne de faille, il était devenu l'unique et incoercible source de désaccord entre eux. (...)
Je n'ai jamais réussi à comprendre comment un sujet aussi peu important, toute proportion gardée, a pu causer entre eux tant de difficultés. Mais l'argent, bien entendu, n'est jamais seulement l'argent. C'est toujours autre chose, et c'est toujours quelque chose en plus, et ça a toujours le dernier mot. (p. 14)
Commenter  J’apprécie          140
Louis_LUCAS
Louis_LUCAS   01 mai 2017
Nous avons gardé le contact pendant quelques temps, en nous téléphonant de temps à autre pour échanger les dernières nouvelles, mais nous avons fini par nous perdre de vue et quand Arthur est mort de leucémie, il y a plusieurs années, je ne le souvenais même plus de notre conversation. Et puis il y a eu le suicide de Kosinski. Et puis il y a eu le meurtre de John Lennon, plus de dix ans auparavant, et presque tous les témoins de cette période de ma vie ont disparu. Même l'ami d'Arthur, Robert Motherwell, le bon artiste responsable du tableau qui avait provoqué le commentaire de Lennon, n'est plus avec nous. Arrivé à un certain moment de sa vie, on s'aperçoit qu'on passe ses journées en compagnie des morts autant qu'en celle des vivants.
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24
fanfanouche24   10 juillet 2018
Entre les traductions pour l'argent et l'écriture pour moi, il n'y a guère eu de moment, pendant ces années-là, où je n'étais pas assis à mon bureau, entrain de poser des mots sur une feuille de papier . (p. 123)
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24
fanfanouche24   09 juillet 2018
Etre avec lui pouvait devenir épuisant, mais sa façon de créer la pagaille avait aussi un côté admirable. Elle avait un caractère quasi scientifique, comme s'il se livrait à des expériences, comme s'il secouait les choses pour le pur plaisir de voir où elles se poseraient une fois que la poussière serait retombée, Teddy était un anarchiste et, parce qu'il était également dépourvu d'ambition, parce qu'il ne désirait pas ce que les autres désirent, il n'avait jamais besoin d'observer d'autres règles que les siennes. (p. 39)
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24
fanfanouche24   08 juillet 2018
La poursuite de l'argent n'a rien à voir avec l'équité. Son moteur est le principe social du "chacun pour soi". Comme pour démontrer l'inhumanité essentielle du marché, presque toutes ses métaphores ont été tirées du règne animal : les loups se mangent entre eux (...), le panier de crabes, la survie du plus fort. L'argent partageait le monde en gagnants et perdants, en nantis et démunis. (p. 19)
Commenter  J’apprécie          100
lafilledepassage
lafilledepassage   22 mai 2019
Si les années m’ont appris une chose, c’est ceci : du moment qu’on a un crayon dans sa poche, il y a de fortes chances pour qu’un jour ou l’autre on soit tenté de s’en servir.
Et je le dis volontiers à mes enfants, c’est comme ça que je suis devenu écrivain.
Commenter  J’apprécie          82
lafilledepassage
lafilledepassage   09 juin 2019
Au moment où je m’apprêtais à filer de là pour retrouver ma machine à écrire, il me donna un conseil excellent : « C’est du cinéma, pas du Shakespeare. Faites ça aussi vulgaire que vous pourrez. »
Commenter  J’apprécie          70
lafilledepassage
lafilledepassage   24 mai 2019
Les raffineries où nous chargions et déchargions notre cargaison étaient d’immenses structures infernales, des réseaux labyrinthiques de tuyauteries sifflantes et de tours de feu, et quand on se promenait la nuit dans l’une d’elles, on avait l’impression de vivre à l’intérieur de son plus mauvais rêve. En particulier, je n’oublierai jamais les poissons, les centaines de poissons morts irisés qui flottaient sur l’eau rance et saturée d’huile entourant les quais des raffineries. Ils étaient le comité d’accueil standard, le spectacle qui nous souhaitait la bienvenue chaque fois que les remorqueurs nous halaient dans un port. La laideur était si universelle, si profondément liée à l’activité lucrative et au pouvoir que donne l’argent à ceux qui le gagnent – au point de défigurer les paysages, de chambouler complètement l’univers naturel -, qu’elle commença, bien malgré moi, à m’inspirer une sorte de respect. Si on va au fond des choses, me disais-je, c’est à ça que le monde ressemble. Quoi qu’on puisse en penser, cette laideur est la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Paul Auster

    Sous quel pseudonyme a-t-il publié un roman ? (indice : ce pseudonyme est également le nom de certains de ses personnages)

    Paul Dupin
    Paul Retsua
    Paul Benjamin
    Paul Palace

    10 questions
    233 lecteurs ont répondu
    Thème : Paul AusterCréer un quiz sur ce livre