AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Le Boeuf (Traducteur)
EAN : 9782253139072
317 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/02/1996)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 1070 notes)
Résumé :
Comment et pourquoi Benjamin Sachs, jeune écrivain talentueux des années Reagan, est-il devenu le poseur de bombes qui plastique l'une après l'autre les multiples statues de la Liberté ornant les villes américaines ?
C'est à cette question que cherche à répondre son ami Peter Aaron dans ce récit traité à la manière d'une biographie, réponse anticipée aux enquêteurs du FBI, à la légende médiatique qui s'est déjà emparée de Sachs.
Et le romancier du Voya... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
michemuche
  02 août 2014
Après Joyce Carol Oates, Stefan Zweig , F Scott Fitzgerald, Faulkner je poursuis mon périple en terre inconnue.
Ouvrir un livre c'est un peu comme découvrir un nouveau monde, jouer les explorateurs. Cette fois je suis parti à la découverte de Paul Auster et son "Léviathan ".
Cet auteur m'a séduit tant par le style que par la trame de l'histoire.
Ce roman est pour moi un hommage à l'amitié; pas l'amitié virtuelle comme Facebook non je veux dire l'amitié avec un grand A.
Le roman commence par la mort de Ben Sachs dans l'explosion de sa bombe.
On va découvrir sa vie grâce à Peter Aaron autre écrivain. Leurs rencontre dans un bar, leur amitié naissante, le même désir de partage .
Au fil des chapitres la psychologie de Ben devient plus complexe laissant Peter dans le désarrois. Léviathan c'est l'Amérique, l'Amérique des coups tordus l'Amérique des années 80 de Ronald Reagan.
Sachs va devenir terroriste et s'attaquer au symbole de l'Amérique la statue de la liberté. Dans ce roman tous les personnages sont intéressants, ils vont apporter au fil du récit un morceau de la vie de Ben, leurs joies, leurs souffrances.
Je voulais terminer cette critique par une citation de Paul Auster : "ma mission d'écrivain c'est de faire ressentir ce qu'est un être humain."
Je voulais saluer mon ami FX qui m'aide à élargir mon univers littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          668
Allantvers
  20 mars 2019
Une fois de plus, le miracle Auster fonctionne : Dès la première ligne, on se coule dans les mots comme dans une rivière paisible et l'on se laisse porter par le récit. D'où qu'il parte et où qu'il aille, le plaisir vient de la traversée et de l'exploration des méandres.
Méandres qui nous entraînent cette fois-ci dans les errements de Benjamin Sachs, jeune écrivain taraudé par la quête de sens et le besoin d'agir contre la violence inhérente à son pays, l'Amérique, et que cette obsession conduira à la mort. Errements racontés par son ami Peter narrateur du livre, qui cherche à transcrire au plus près la vérité de Benjamin par-delà les accusations de terrorisme qui ne manqueront pas d'entacher son souvenir.
En contrepoint de cette sorte d'ascèse politique relatée à travers les yeux naïfs et compatissants de Peter, se dessine la brutalité du monde en cette fin de décennie 80 avec la chute du mur de Berlin et le ras de marée libéral aux Etats-Unis, sous le regard d'une statue de la Liberté mise en scène dans le roman comme le symbole d'un idéal perdu.
Et toujours l'incontournable New York, personnage préféré de l'auteur qui perd dans cette histoire son essence de cocon protecteur.
Miracle Auster: je n'ai pas cru une seconde à cette histoire à laquelle je n'ai pourtant pas cessé d'adhérer, tant est naturel le processus de métabolisation de la nourriture littéraire que propose l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Giraud_mm
  11 novembre 2019
Un homme est mort, déchiqueté par une bombe artisanal qui lui a explosé entre les mains. Très vite, l'écrivain Peter Aaron devine qu'il ne peut s'agir que de son ami Benjamin Sachs, lui-même écrivain, disparu depuis quelques années. L'auteur décide alors de relater la vie de Sachs dans un livre auquel il donne le titre d'un ouvrage inachevé de son ami, Léviathan. Aaron y dévoile tout se qu'il sait, pour l'avoir vécu avec lui ou parce qu'on le lui a raconté, du parcours de son ami. Il dispose de beaucoup d'informations dont les enquêteurs du FBI ne disposent pas encore, mais qu'ils finiront par découvrir. le moment venu, il leur remettra le manuscrit pour éclairer la quasi totalité des zones d'ombre de l'enquête.
A travers ce livre, Auster décrit le parcours de jeunes gens, nés à la charnière des années 1940-1950, qui pnt été plus ou moins traumatisés par la guerre du Vietnam. Certains s'en sortiront bien, d'autres sombreront dans les errements de l'alcool, de la prostitution ou de la violence.
J'ai retrouvé dans cet ouvrage, le second que je lis de cet auteur, le style d'écriture que j'avais peu apprécié dans son dernier livre 4321. Je pense avoir compris ce qui me dérange dans ce style : des JE, ici 3, imbriqués : l'auteur, Paul Auster, écrit à la première personne (le premier JE) pour raconter l'écriture d'un livre par son héro Peter Aaron, qui lui même écrit à la première personne (le deuxième JE) l'histoire de son ami Benjamin Sachs, en citant le plus souvent à la première personne (le troisième JE) Sachs et les personnes qui l'ont connu racontant les épisodes que Aaron n'a pas vécu. Assez déroutant !
La première partie est lente et très descriptive. le triple JE la rend plutôt aride. La seconde partie, après l'accident qui aurait pu coûter la vie à Sachs, et qui le fera basculer dans la violence, est plus rythmée, et d'un abord plus facile
J'ai lu ce livre, considéré comme l'un des chefs-d'oeuvre de Paul Auster, pour me réconcilier avec son écriture après la lecture de 4321 que j'ai peu apprécié. Objectif pas totalement atteint...
Lien : http://michelgiraud.fr/2019/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
NCJ
  09 mai 2014
Un inconnu a été mis en pièces par l'éclatement d'une bombe. Convaincu qu'il s'agit de Ben, Peter rédige un compte-rendu biographique de son ami, écrivain comme lui, presque son alter ego... Sous couvert d'une captivante enquête psychologique soutenue par une écriture remarquablement limpide se profile l'interrogation existentielle d'un écrivain américain contemporain qui dresse l'état des lieux.
Comme pour les autres romans de Paul Auster, je suis admirative devant la qualité de la description des protagonistes qui s'étend jusqu'à l'intimité.
Commenter  J’apprécie          351
Alixone
  26 juin 2015
Un homme a été tué dans le Wisconsin, probablement en manipulant des explosifs. Il n'en reste rien, ni quasiment de sa voiture. le F.B.I n'a aucune piste. Peter Aaron, écrivain, se dit qu'il doit se dépêcher avant que le FBI ne vienne chez lui pour lui poser des questions. Il est certain qu'il s'agit de son ami Benjamin Sachs, qu'il a rencontré quelques années auparavant, dans un bar de New York. Benjamin lui ayant confié qu'il avait fait dix-sept mois de prison et écrit un livre, après avoir refusé d'être incorporé dans l'armée (Vietnam). Ils ont continué de se voir pendant un certain temps puis se sont perdus de vue (après une grave chute d'une échelle de secours subie par Benjamin). Des années plus tard, la presse dévoile qu'une copie de la statue de la Liberté a été dynamitée dans une petite commune d'un Etat. Ces faits se reproduisent (et l'Amérique se met à vivre au rythme des explosions à chaque fois). Il n'y a aucun indice et rien ne permet d'avancer dans l'enquête. C'est grâce à une femme que Peter Aaron va arriver à mener toute son enquête et retracer l'itinéraire de Benjamin Sachs.
Paul Auster se livre ici à un exercice difficile. Son personnage, victime de nombreuses coïncidences, est comme poussé par un destin inévitable. L'écrivain nous emporte dans les méandres de la vie de son ami. C'est bien écrit. Dans un style propre à l'auteur mais qui reste un auteur « incontournable »...
A découvrir ou à relire avec passion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
ErveineErveine   01 septembre 2018
Cligner des yeux ne m'était d'aucun secours, et secouer la tête ne faisait que me donner le vertige. Sachs était devenu un homme à deux têtes et à deux bouches, et quand enfin je me levai pour partir, je me souviens qu'il m'a rattrapé dans ses quatre bras juste au moment où j'allais m'écrouler. C'était sans doute une bonne chose qu'il fût si nombreux ce soir-là.
(p.46)
Commenter  J’apprécie          370
clarinetteclarinette   22 mai 2012
L'époque Reagan commençait. Sachs continuait de faire ce qu'il avait toujours fait, mais dans le nouvel ordre américain des années quatre-vingt, sa position tendait à se marginaliser. S'il ne manquait pas de lecteurs, leur nombre se réduisait néanmoins et les revues qui le publiaient devenaient de plus en plus obscures. De façon presque imperceptible, il en vint à être considéré comme dépassé, comme décalé par rapport à l'esprit du temps. Le monde autour de lui avait changé, et dans le climat ambiant d'égoïsme et d'intolérance, d'américanisme débile et triomphant, ses opinions rendaient un son étrange de raideur et de moralisme. Il était déjà assez inquiétant que la droite fût partout en pleine progression ; l'écroulement de toute réelle opposition à cette droite paraissait à Sachs plus inquiétante encore. Le parti démocrate s'était effondré ; la gauche avait pratiquement disparu ; la presse était muette. L'autre bord s'était soudain approprié tout les arguments, et élever la voix contre lui passait pour de mauvaises manières. Sachs continuait à exprimer ses idées, à affirmer haut et fort ce qu'il avait toujours cru vrai, mais de moins en moins de gens prenait la peine de l'écouter. Il prétendait que cela lui était égal, mais je voyais bien que le combat l'épuisait et qu'alors même il tentait de trouver un réconfort dans la conviction d'avoir raison, il perdait peu à peu confiance en lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
michemuchemichemuche   22 juillet 2014
Un mur me sépare de mes propres pensées, je me sens coincé dans un no man's land entre sentiment et articulation, et en dépit de tous mes efforts pour tenter de m'exprimer, j'arrive à mieux qu'un bégaiement confus.
Commenter  J’apprécie          340
DosamuseDosamuse   24 juin 2013
Le pénitencier fédéral de Danbury, Connecticut. J'ai résidé dans cet hôtel pendant dix-sept mois (...) Vous n'avez aucun souci à vous faire là-dedans. On vous sert trois repas par jour, vous n'avez pas besoin de vous occuper de votre lessive, toute votre vie est planifiée d'office. Vous seriez étonné par la liberté que ça procure.
Commenter  J’apprécie          210
SachenkaSachenka   20 janvier 2015
Depuis cent ans, transcendant la politique et les idéologies, [la statue de la Liberté] se dresse au seuil de notre pays comme un emblème de tout ce qu'il y a de bon en nous. Elle exprime l'espoir plus que la réalité, la foi plus que les faits, et on serait bien en peine de découvrir une seule personne qui veuille dénoncer les valeurs qu'elle représente : démocratie, liberté, égalité devant la loi. C'est là ce que l'Amérique a de meilleur a offrir au monde, et si peiné soit-on de l'échec de l'Amérique à se montrer digne de ses idéaux, les idéaux eux-même ne sont pas en question. Ils ont été la consolation de multitudes. Ils ont instillé en nous tous l'espérance de pouvoir un jour vivre dans un monde meilleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Paul Auster (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Auster
Coffret Noël littérature étrangère https://www.lagriffenoire.com/100784--coffret-litterature-poche.html - Les inséparables de J. Cohen éd. Mercure de France - Miss Jane de Brad Watson éd. Grasset - Les fureurs invisibles du c?ur de J. Boyne éd JC Lattès - L'Arabe du futur - volume 4 (4) de R. Sattouf éd Allary https://www.lagriffenoire.com/125718-achat-bd-l-arabe-du-futur---volume-4.html - Indélébiles de Luz éd. Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/131207-achat-bd-indelebiles.html - Je vais m'y mettre de F. Oiseau éd Pocket https://www.lagriffenoire.com/90782-divers-litterature-je-vais-m-y-mettre.html - Je suis Jeanne Hébuterne de O. Elkaim éd. Points https://www.lagriffenoire.com/109376-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html - Mille jours à Venise Mille jours à Venise de M. de Blasi éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/123385-poche-mille-jours-a-venise.html - Les Cygnes de la Cinquième Avenue de M. Benjamin éd. Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Hollywood Boulevard de M. Benjamin éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Valentine ou la belle saison de A-L. Bondoux éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/127219-divers-litterature-valentine-ou-la-belle-saison.html - le roi chocolat de T. Montoriol éd. Gaïa https://www.lagriffenoire.com/121462-divers-litterature-le-roi-chocolat.html - Habemus piratam de P. Raufast éd. Alma https://www.lagriffenoire.com/127247-divers-litterature-habemus-piratam.html - Vidocq, du bagne à la préfecture de B. Roy-Henry éd. Archipel https://www.lagriffenoire.com/133369-encyclopedie-vidocq--du-bagne-a-la-prefecture.html - Alain Decaux raconte l'histoire de France de A. Decaux éd. Perrin https://www.lagriffenoire.com/134981-article_recherche-alain-decaux-raconte-l-histoire-de-france.html - L'Affaire Rose Keller de L. Miserole éd. French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-divers-litterature-l-affaire-rose-keller.html - Ça raconte Sarah de P. Delabroy-Allard éd. de Minuit https://www.lagriffenoire.com/123573-divers-litterature-ca-raconte-sarah.html - 4 3 2 1 de P. Auster éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/102638-divers-litterature-4-3-2-1.html - J'ai couru vers le Nil de A. El Aswany éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/123188-divers-litterature-jai-couru-vers-le-nil.html - L'immeuble Yacoubian de A. El Aswany éd. Babel https://www.lagriffenoire.com/23382-poche-l-immeuble-yacoubian-babel-843.html - Femme à la mobylette de J-L. Seigle éd. J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/126808-romans--femme-a-la-mobylette.html - Chien-Loup de S. Joncour éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121299-divers-litterature-litterature-francaise---chien-loup.html - Tu t'appelais Maria Schneider de V. Schneider éd. Grasset https://www.lagriffenoire.com/120585-divers-litterature-tu-t-appelais-maria-schneider.html - Un fils obéissant de L. Seksik éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121295-divers-litterature-litterature-francaise---un-fils-obeissant.html - La Croisière Charnwood de R. Goddard éd. Sonatine https://www.lagriffenoire.com/131891-nouveautes-polar-la-croisiere-charnwood.html - Tout cela je te le donnerai de D. Redondo éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109560&id_rubrique=338 - Concours pour le Paradis de C. Renucci éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/121084-divers-litterature-concours-pour-le-paradis.html - La vérité sort de la bouche du cheval de M. Alaoui éd. Gallimard https://www.lagriffenoire.com/121725-romans--blanche---la-verite-sort-de-la-bouche-du-cheval.html - le douzième chapitre de J. Loubry éd. Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/124878-nouveautes-polar-le-douzieme-chapitre.html - Les fantômes du vieux pays de N. Hill éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/122638-essai-les-fantomes-du-vieux-pays.html - Présumée disparue de S. Steiner éd. Les Ar
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature américaineVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Paul Auster

Sous quel pseudonyme a-t-il publié un roman ? (indice : ce pseudonyme est également le nom de certains de ses personnages)

Paul Dupin
Paul Retsua
Paul Benjamin
Paul Palace

10 questions
240 lecteurs ont répondu
Thème : Paul AusterCréer un quiz sur ce livre

.. ..