AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2358690333
Éditeur : DAVID REINHARC (02/11/2011)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Vous ne vivez pas ce que vous vivez, vous ne voyez pas ce que vous voyez : notre société est persuadée qu'il faut nous mettre à l'abri du réel, quitte à nous mentir sur lui. Dans le prolongement de sa lettre ouverte au président de la République, parue dans Les Échos en juillet 2010, Marie-Thérèse Bertini, PDG de MTB, société d'ingénierie logicielle, a décidé de raconter ce qu'elle vit, de décrire ce qu'elle voit.

Pour la première fois, le patron d'un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
floflo34
  29 juin 2014
J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique, que je remercie !
Sorti en 2012, ce livre demeure inévitablement dans l'actualité, puisqu'il s'attaque au problème de l'explosion du chômage en France.
L'intérêt d'un tel ouvrage se trouve principalement dans l'expression de l'expérience d'une dirigeante de PME.
Pourtant, on ressort déçu de ce témoignage, marquée avant tout par des caricatures innombrables : des jeunes, même diplômés, qui ne savent rien faire en sortant de leurs études, des fonctionnaires qui ne s'investissent pas et lorgnent plutôt sur l'horloge, des chômeurs qui ne veulent pas travailler et préfèrent rester sur leur canapé, des employés près à tout pour partir à la première occasion chez une grande entreprise, des PME uniques créatrices d'emplois, d'innovation face aux grandes entreprises aidées par les pouvoirs publics mais inutiles dans la bataille contre le chômage.
Bien sûr, quelques constats sont exposés, sans qu'on n'y trouve rien de nouveau : inutilité de certaines formations professionnelles, sclérose de Pôle Emploi, rigidité parfois absurde de la règlementation à l'égard des PME, offres d'emploi non pourvues.
Le témoignage peut être intéressant pour découvrir le sentiment d'un dirigeant de PME qui ne parvient apparemment pas à trouver des candidats pour ses offres d'emploi. Mais à aucun moment le rôle des PME elles mêmes n'est questionné. Les "vérités" sont énoncées les unes à la suite des autres, sans la moindre justification. Sublimant son rôle et son action, Mme Bertini frise parfois le pathétique. Fière d'embaucher des "cas sociaux", de former des bons à rien qui n'ont même pas la reconnaissance du ventre, s'est-elle seulement demandée pourquoi certains quittaient si précipitamment son entreprise ? Peut-être parce qu'ils ne partagent pas une vision de l'entreprise où on regrette de ne pas avoir la possibilité de licencier un salarié en congé maladie pour le remplacer.
Cette vision déshumanisante de l'entreprise amène à s'interroger sur la vision des dirigeants d'entreprise, plus préoccupés par le bon fonctionnement de leur business que par le bien commun, notamment à travers leur rôle dans la lutte contre le chômage. A contrario de l'objectif initialement exposé, on a le sentiment que la lutte contre le chômage, si elle peut entrer dans le logiciel de Mme Bertini, vise avant tout à répondre à des problématiques personnelles. Généralisant des expériences professionnelles et des rencontres personnelles, elle dresse un bilan bancal de la situation actuelle. Mme Bertini tente ainsi de combattre le chômage, en s'attaquant aux chômeurs. Une tactique usée par le candidat Nicolas Sarkozy lors de la précédente campagne présidentielle, avec le succès que l'on sait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Everbook
  02 juillet 2014
Avant de vous donner mon avis, quelques précisions s'imposent : Tout d'abord je ne suis pas du tout apte à juger si ce qui est dit dans ce livre est vrai ou pas, je vous donnerai mon ressenti personnel, mon point de vue par rapport à ce sujet mais je ne suis aucunement qualifiée pour le faire. Je n'ai pas de connaissance particulière en la matière, j'ai juste mon expérience en tant que salarié et citoyenne. Et enfin ce livre date un peu puisqu'il a été écrit en 2011 et franchement je ne sais pas trop si les choses ont évoluées ou pas...
Voilà maintenant que j'ai clarifié un peu les choses, je tiens à dire que j'ai trouvé ce livre très intéressant et ce pour plusieurs raisons :
- D'une part, je trouve que Marie Thérèse Bertini s'est vraiment mise à la hauteur de tous les lecteurs qu'ils soient passionnés d'économie, chefs d'entreprise ou lecteurs plus lambda comme moi, tout le monde peut comprendre ce qu'elle dit. J'ai vraiment compris ses explications, ses déductions ou ses propositions et je ne vous cache pas que j'en partage certaines mais j'ai un peu de mal avec d'autres...
- Ensuite, les PME étant assez mal cotées en France, le fait qu'un chef d'entreprise prenne la parole est très pertinent. J'ai trouvé très intéressant la manière dont elle voit notre système économique, comme elle voit le chômage, le travail, les institutions....J'ai également aimé découvrir une partie du fonctionnement dans son entreprises avec différents exemples à l'appui.
- Ensuite, elle a fait un récit très concis et structuré : elle ne nous perd pas dans des chapitres à rallonge, c'est vraiment fait sous forme de synthèse avec une introduction, un plan détaillé et une conclusion. Elle a aussi un style d'écriture vraiment très agréable, il fait 112 pages, je l'ai presque lu d'une traite tellement j'étais dedans.
- Et dernièrement, ça fait du bien de voir quelqu'un qui ne mâche pas ses mots !!! Elle n'y va vraiment pas de mains mortes avec les institutions françaises avec notamment le pôle emploi qu'elle nomme "la plaie emploi" ça veut tout dire et pour cela je la rejoins totalement : Actuellement, cette institution est plus faite pour entretenir le chômage que pour un réel retour à l'emploi. le fait qu'elle ne sache pas s'adapter aux individus, à leurs situations, est également un gros handicap et je dois dire que sa proposition en ce qui concerne ce pole emploi me plait assez si cela permet un suivi plus proche du chômeur.
Personnellement, j'ai un peu la même vision que Marie Thérèse Bertini ence qui concerne la France, son système économique, son fonctionnement gouvernemental, le travail (même si elle est un peu utopique), les chômeurs (elle distingue bien deux genres de chômeurs : ceux qui profitent du système et ceux qui cherchent réellement un travail), les médias...
Mais mon côté salarié ne peut pas adhérer à tout, notamment, quand elle parle des intermittents du spectacle en disant qu'ils faut choisir entre créativité-précarité et une vie plus rangée ou encore des médecins qui, d'après elle, seraient un des freins à l'emploi à cause des arrêts maladie donnés trop facilement. Je comprends la colère et le dégoût d'un salarié qui donne sa vie pour une société et se voit congédier du jour au lendemain. Je ne pense pas qu'il ait envie de se ré-investir pour une autre entreprise et franchement je ne pense pas qu'il voit l'entreprise de la même façon qu'elle.
Je ne sais pas si les mesures qu'elle propose sont viables mais certaines sont intéressantes, comme par exemple : encourager la mobilité, reformer les institutions sociales, encourager la mobilité, traiter différemment les chômeurs...
J'ai également apprécié le fait qu'elle se remette en cause et qu'elle dise que les entreprises françaises doivent aussi évoluer, aller vers plus de souplesse, favorises les formations mais plus intelligemment...
Le seul petit bémol que je voudrais soulever et qui n'a rien à voir avec le récit, c'est la police d'écriture du livre qui donne vraiment mal aux yeux...

Lien : http://www.everbookautrement..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Inazuma
  09 juillet 2014
Bon alors vraiment j'ai traîné pour le lire, mais j'avoue franchement que j'avais d'autres livres bien plus intéressants à lire...
Pour la forme :
Pas trop mal, c'est chapitré correctement le sens du récit colle avec.
La couverture est un peu tristoune quand même, le genre de couverture qui aurait dû me mettre la puce à l'oreille du genre : "oulala on va passer un sale moment tous les deux et on sera tous les deux responsables".
Pour le fond :
Je résume par "Pfff"
Voilà c'est fait...
Bon sans rire, c'est un peu trop un jeu de "Moi Je", L'introduction au livre le résume assez bien, c'est une glorification du « moi », le moi étant ici Marie-Thérèse BERTINI (la liste de titres qu'elle a aurait dû me mettre aussi la puce à l'oreille).
Le constat des aides dispensées est bien là, mais aucune solution concrète n'est apportée pour modifier le système.
Et puis c'est un peu : "moi je sais ce qu'il se passe mieux que vous parce que je l'ai vécu" le style de phrases bien énervante qui est l'argument de ceux qui n'ont pas d'arguments.
Bref, je ne dévoile rien car il n'y a rien a dévoiler, on s'ennuie en lisant ce bouquin, on a l'impression de perdre son temps, et pourtant je l'avais coché ce bouquin, j'attendais vraiment quelque chose, mais rien de rien.
Je conclurai donc comme j'ai commencé : "Pfff"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : chômageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14991 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre