AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,97

sur 219 notes
5
8 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Lorraine47
  20 octobre 2012
Je furetais dans ma petite bibliothèque de village quand soudain je suis tombée sur toi! Je t'ai fait glisser doucement de l'étagère, j'ai découvert ton titre et il m'a plu! Je t'ai retourné alors délicatement et j'ai lu:
" C'est toujours l'amour en nous qui est blessé, c'est toujours de l'amour que nous souffrons même quand nous croyons ne souffrir de rien."
Je t'ai gardé avec moi et j'ai su que toi et moi nous allions faire un petit bout de chemin ensemble.
Et je n'ai pas été déçue du voyage!
En fait je n'aurais jamais espéré lire un tel ouvrage car je n'ai jamais rien lu de tel auparavant. Cela ressemble à de la poésie en prose, à de la philosophie, c'est un récit qui ne dit pas son nom; c'est une pensée qui se livre à moi, comme une confidence.
L'émotion est au détour de chaque page, mais aussi l'analyse intelligente et implacable des travers de notre société:
société de consommation, société de l'image où tout nous est déversé sans analyse comme un immense vomi: où l'on a envie d'entonner la chanson de Stéphane Eicher (qu'il veuille bien me pardonner si j'ai écorché son nom!): "Déjeuner en paix."
Mais l'impression qui se dégage de l'ouvrage est un incommensurable amour, de la lumière à la femme qui se meurt: "l'inespérée".
Merci Monsieur Bobin pour cette rencontre inespérée et je vous dis à Bientôt!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          701
dancingbrave
  15 mars 2019
Rien, il ne se passe rien dans cet ouvrage. Mais tout, tout y est perçu.
Encore plus intensément que dans la lumière crue des mots, c'est dans le gris, le demi-ton de la phrase que se révèle la noblesse de l'écrit, la puissance évocatrice du verbe de Christian Bobin.

Recueil de nouvelles abordant des thèmes aussi variés que la lumière, l'ignominie des journalistes de la télévision, la nostalgie du « chez soi », du « faire rien » qui nous prend dès que nous sommes ailleurs, la solitude féconde, la perception de la mort, la peur, la foi fugace devant la souffrance.

Les mots de Christian Bobin trouvent le chemin parfait dans les circonvolutions de l'esprit du lecteur. Les phrases sont concises, claires et percutantes. Je les adore pour le simple plaisir de les lire, de constater combien elles me touchent. Il faut les lire vite, en état de lucidité et d'attention parfaits puis laisser faire….
Il reste les images qui imprègnent notre esprit buvardeux et l'éclairent confortablement, plaisamment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          496
meyeleb
  27 juin 2012
Inutile d'essayer de résumer une oeuvre de Bobin. Celle-ci se présente comme un puzzle d'impressions, fragments, pensées, qui constituent plus une atmosphère qu'une signification. On s'y plonge ainsi qu'on se dispose à la poésie, les sens attisés, la lecture lente. le lire, c'est prendre une infusion de bonté.
Commenter  J’apprécie          401
ATOS
  17 décembre 2015
L'inespérée. Ineffable préférence. le savoir léger de l'absence, de sa douleur tout autant que de sa joie. La presque idéale attente. La sainte peut être. On ne sait plus si cela tient à sa confidence, à un parfum, ou à la lumière, au hasard, à rien, sans doute . Au temps ? Non le temps ne retient rien. le temps n'a pas de mémoire au coeur, ni à l'esprit. C'est un désespoir d'humain. le temps a-t- il parfois ne serait ce que le soupçon d'une âme ?
Alors chair, femmes et âmes se pourrait il que l'inespérée soit... Poésie ?
Christian Bobin, c'est une main qui pose une feuille d'or sur des icônes avec le juste touché qu'il faut pour que les mots dessinent le vrai sourire de nos silences.
C'est toujours une lecture intime, un entre fidèle chien et soie. Un recueil de nouvelles , qui nous redonne le goût d'un sentiment de partage en un toujours si fragile entre nous.
On se connaît, je te dis vous, mais entre nous il y a ..trois fois rien. Quelques molécules de lumière. Presque rien, c'est vrai... mais il y a le monde en tout.
Nos ombres nous ressemblent, elles tremblent lorsque le vent devient un peu fou , et pourtant n'est-ce pas lorsque la flamme de la lampe se met à danser que nos mots se mettent à voyager.
Il n'y a que chez très peu d'auteurs que les mots miracle, amour, Grâce, pureté, lumière et joie sont acceptables. Chez Bobin ces mots ont trouvé le plus beau et solide des écrins.Et cela nous va bien.
Cela est ,de nos jours, disons le, chaque jour de plus en plus.. : Inespérée.

Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
tamara29
  14 septembre 2019
Il a suffi d'une phrase pour plonger dans la lumière. Une fois encore, Christian Bobin a réussi en si peu de mots, en presque un claquement de doigt, à accomplir comme un miracle, à me faire me sentir toute autre. C'est presque l'inespéré(e). A tel point que cela me donne envie de le raconter, de le partager. Un sourire, ça se partage…
Parler des poésies de Christian Bobin, c'est parler de notre ressenti, de nos émotions. Bobin réussit en si peu de mots à parler de l'essentiel et à nous émouvoir. Si peu de mots, pour faire éclater la beauté, c'est là toute la magie de Bobin. C'est aussi toute la pureté qu'il recherche, qu'il touche de sa plume et qu'il nous offre.
Il rend lumineux le quotidien, il nous rappelle, nous murmure à l'oreille les petits riens qui font tout. Qui font le tout. Qui font le nécessaire, l'indispensable. L'eau, le sourire d'une femme, la beauté du monde, le vent qui souffle dans les arbres, la musique, la solitude, le silence et les autres. Et cela suffit. Parce que tout cela parle d'amour, de sensations et de beauté. Comme des petits bonheurs du quotidien. Rien d'autre n'est nécessaire, presque superflu. Apprendre à se suffire de cela, ne rechercher que cela, dès la lueur du jour jusqu'à la tombée de la nuit. Continuer de s'émerveiller.
J'ai commencé ce livre, l'humeur un peu patraque et à peine deux heures plus tard, je me retrouvais sans presque m'en être rendue compte, à terminer ses histoires, ses poèmes, assise dans un parc, entourée de parterres de roses et autres fleurs éclatantes, une petite brise soufflant et avec un sourire aux lèvres qui faisait tellement de bien à l'âme. En deux heures à peine, en quelques mots si importants, si réjouissants, je me sentais différente, changeante, changée. A la fois plus légère et plus lourde, ayant empli en moi cet essentiel. A la fois si simplement et si incroyablement.
Il a suffi d'une phrase qui a résonné en moi pour que je me sente toute autre. Il ne fait pas que du bien à l'âme mais aussi au corps, littéralement, chaleureusement, vertigineusement.
Et puis, pages après pages, ces mots -explosant dans ma tête- cimentaient la transformation. Il a suffi de ces mots d'une poésie rayonnante, d'une force indicible, d'une telle beauté, d'un tel amour (je sais, cela parait ridicule, dit comme cela, mais encore une fois c'est bien là l'essentiel) pour oublier tout et rentrer dans son monde. Et pour ensuite, ouvrir les yeux et regarder tout autour de moi.
Bobin a le pouvoir de changer mon humeur, souffler sur mes états d'âme, faire voler en éclat mes petits tracas ridicules du quotidien. Il sait cristalliser mes émotions.
Et je voudrais garder en moi ces mots, cette lumière car ils sont des talismans, des grigris contre le mauvais temps, l'humeur maussade. Je voudrais me les graver sur la peau, les implanter dans mon petit cerveau, les injecter dans la cornée pour ne pas oublier leur influence positive et régénérante, et pour succomber encore à leur charme (presque inespéré).


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
sabine59
  28 octobre 2018
Lire Christian Bobin fait toujours du bien. On se plonge dans un monde magique, pur, incantatoire...

"L'inespérée" ( quel joli titre!) est un long poème en prose, des récits courts et fluides, fragments de lettres, de pensées, qui tous conduisent à la seule raison d'être de l'auteur: la femme aimée, qui partout l'accompagne, l'essence même de son existence.

Celle qu'il continuera à célébrer dans ses écrits, au-delà de la mort:" Quelques étoiles s'approchaient et je devinais dans leur clarté un peu de votre âme disparue- frivole et gaie, inoubliable."

Une lecture délicate et intense, sublimée par les mots.
Commenter  J’apprécie          334
Tezelsup
  13 mai 2018
Encore une fois, je suis subjuguée par la beauté du style de Christian Bobin. C'est du plaisir pur. Il faut lire les textes de ce recueil sans perdre un instant!
Commenter  J’apprécie          313
anlixelle
  11 avril 2018
Quand l'unique Christian Bobin nous raconte avec son style inimitable et sa pudeur spirituelle ce qu'il fait de la Vie et de la quête amoureuse grâce à l'encre sur le papier, cela donne un ensemble de nouvelles très belles mais parfois bien mystérieuses.

C'est que le philosophe poète se laisse porter par les mots et la douceur des instants. On ne sait pas toujours qui est le narrateur, à qui il s'adresse, mais on se laisse porter.
Le magicien Bobin est passé par là. ...
Lien : http://justelire.fr/linesper..
Commenter  J’apprécie          240
clairejeanne
  04 septembre 2012
C. Bobin est un poète philosophe ou un philosophe poète d'une folle originalité ! Nulle part on ne peut lire des écrits qui ressemblent aux siens. Ici, il s'agit d'une dizaine d'histoires dont la première a pour titre : "Une lettre à la lumière qui traînait dans les rues du Creusot, en France, le mercredi 16 décembre 1992, vers quatorze heures". C'est déjà dire beaucoup. Les titres des autres nouvelles sont plus courts : "Le mal", "Le thé sans thé",... et la dernière : "l'inespérée", véritable chant d'amour à la femme aimée. C'est beau, c'est passionnant, c'est magnifique ; les pensées et les sentiments de cet écrivain sont ce que l'Homme peut produire de meilleur. Nulle mièvrerie, nulle lacheté mais des avis affirmés clairement sur tous les sujets qui nous concernent : l'amour bien sûr mais aussi la télévision, la solitude, le rapport aux autres, la manie des séminaires, les enfants qui fêtent une grand-mère morte... Un immense bonheur de lecture.
Lien : http://www.les2bouquineuses...
Commenter  J’apprécie          190
sandraboop
  31 octobre 2015
Christian Bobin est plus qu'un auteur, il dessine avec les mots; non, il esquisse avec les mots laissant le soin au lecteur de terminer avec son propre coup de pinceau l'oeuvre proposée. L'art est tantôt poésie, l'art est tantôt réflexion.

Jamais de réponse toute faite, le plaisir laissée au lecteur de découvrir et s'évader selon ses propres codes.

L'inespérée est sublime et pourtant qu'est donc l'inespérée ? L'écriture ? La mort dont on ne sait rien ? La joie ? L'amour ? Ou tout simplement la vie, vivre l'instant pleinement ?

De jolies textes car on ne peut guère leur donner le nom de nouvelles. Des similitudes pour des trajectoires différentes et au milieu de tout : la vie.

Bonne lecture
Commenter  J’apprécie          180


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Complétez les titres des oeuvres de Christian Bobin

Ce que disait l'homme qui n'aimait pas...

Les femmes
Les oiseaux
Les souvenirs
Ses semblables

20 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BobinCréer un quiz sur ce livre