AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur La vieille qui marchait dans la mer (22)

gaemae
gaemae   26 février 2014
Grand chéri, avait-elle soupiré, finissons-en avec cette danse ridicule puisque sans musique désormais. Pourquoi s'obstiner à faire du bouche-à-bouche à un amour mort ? Nous avons capitalisé suffisamment de souvenirs radieux pour en vivre désormais. Soyons les rentiers de la passion. il nous reste notre tendresse et notre complicité. combien de vieux couples peuvent en dire autant ?
Commenter  J’apprécie          110
Luniver
Luniver   27 août 2013
Chaque fois, les lamentos tombant du minaret de Marbella la prenaient au dépourvu. elle tressaillait. Sa première réaction était de l'agacement et puis, au fur et à mesure que se développaient les incantations, Lady M. se sentait peu à peu emportée. Ce qui l'énervait, c'était de penser qu'il s'agissait d'un enregistrement. Ces hommes d'Eglise deviennent d'incroyables feignasses, amollies par le progrès et cédant à qui mieux mieux à ses facilités... Elle aurait souhaité entendre en direct la voix du religieux, la percevoir dans sa vie de l'instant, avec les scories habituelles : toux, couacs, respiration oppressée, au lieu de tendre l'oreille à un enregistrement bien léché, plusieurs fois recommencé, jusqu'à ce qu'il ait atteint la sotte perfection sonore. On vivait le temps méprisable de la hi-fi et du surgelé. Bientôt on baiserait en play-back.
Commenter  J’apprécie          110
Didili
Didili   31 mai 2014
Ah ! Comme vous vous bitez royal, Seigneur ! Chapeau ! La vie nous parait bien étale, mais au dessous de sa surface riante un courant de chasse d'eau nous emporte ! Me voilà, balayez par la trombe Jacob-Delafon, près de la fosse d'aisance, de la fosse commune, Seigneur. Mais je lutterai, ne vous y trompez pas ! Flèche de tout bois ! Déterminée, ardente !
Commenter  J’apprécie          70
gaemae
gaemae   26 février 2014
Milady, haridelle décharnée, pétasse désarmée, louche et torve vieillarde aux desseins tortueux, boiteuse irrémédiable, impératrice des garces, malfaisance éperdue, fleur de charnier presque charogne, poison rare, vacherie en décomposition, infâme, mocheté ridicule, banqueroute humaine, abjection banale, fleur vénéneuse carnivore et flétrie, femelle qui ne mouille plus mais qui suinte, sorcière, gorgone, polype, excroissance, dépravée, cauchemar : je t'aime.
Commenter  J’apprécie          50
pierre31
pierre31   09 mai 2019
On croyait de chaque jour qu'il était simplement le lendemain de la veille, et puis non: il y avait des années entre les deux.
Commenter  J’apprécie          40
ntchoubis
ntchoubis   04 août 2016
Ah ! comme la vie est brève et interminable dans sa brièveté !
Commenter  J’apprécie          40
ntchoubis
ntchoubis   04 août 2016
Bien que je sois jeune, je sais déjà que notre enfance ne s’éloigne jamais de nous. Il paraît même qu’elle se fait de plus en plus présente et insistante au fur et à mesure qu’on prend de l’âge.
Commenter  J’apprécie          20
sweetie9
sweetie9   22 septembre 2014
Elle cracha un noyau de cerise dans le creux de sa main.Cette éviction lui rappela son enfance modeste.Il y avait un vieux cerisier dans le jardin de sa grand-mère.S'aidant d'une brouette dressée contre le tronc de l'arbre,elle se hissait dans les branches et cueillait de gros bigarreaux saignants ,violacés,dont elle crachait très loin les noyaux.
Commenter  J’apprécie          20
PatriciaSarrio
PatriciaSarrio   20 décembre 2016
O Milady ! Milady ! Milady ! Comment le temps a-t-il pu commettre un tel sacrilège ? Comment a-t-il osé détruire cette splendeur en la faisant devenir la vieille chouette empaillée que vous êtes ! Cher amour, quelle honte ! Comme vous étiez admirable ! J’ai envie de pleurer, la vieille ! Je ne veux pas ! Je refuse cette profanation, ce saccage. Existe-t-il en moi un regard secret qui m'a permis de lire la gloire triomphante de votre jeunesse dans votre abjecte décrépitude ? Oui sûrement. Quelque chose d'essentiel ne s'est pas perdu, Milady ! L'épave se rappelle le bateau qu'elle fut ! Des ondes de cette splendeur parcoururent encore cette viande flétrie, extravagante pétasse ! Laissez-moi contempler ce portrait. C'est à mourir d'extase. Comme ils ont dû être fous de vous, ceux que vous avez laissés vous approcher ! Et comme ils ont dû être comblés ceux auxquels vous avez abandonné un tel corps !
Commenter  J’apprécie          10
PatriciaSarrio
PatriciaSarrio   20 décembre 2016
Parce qu’il lui avait subtilisé son émeraude, Milady le prenait pour de la bonne graine de filou. Elle n’avait pas compris qu’il s’agissait d’un jeu, […]. Un simple jeu, pas même un défi à lui-même. Des gamineries de désoeuvré. Il appartenait à une génération qui n’attend rien parce qu’elle sait l’inanité des choses. La génération des sacrifiés.
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Frédéric Dard

    Où Frédéric Dard est-il né?

    Vire (Calvados)
    Moulins (Allier)
    Jallieu (Isère)
    Beauvais (Oise)

    10 questions
    61 lecteurs ont répondu
    Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre