AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,66

sur 2623 notes
Malaura
  18 juin 2014
Depuis plusieurs semaines, un certain engouement s'est créé autour du livre de Jean-Paul Didierlaurent « le liseur du 6h27 ». Et c'est vrai, voilà un petit ouvrage gentillet, le premier roman d'un auteur d'origine vosgienne, nouvelliste déjà récompensé par plusieurs prix littéraires. Vrai aussi qu'elle se lit plutôt agréablement cette histoire d'un employé d'usine amoureux d'une dame-pipi qui manie la plume aussi bien que la chasse d'eau. Et d'ailleurs le récit commence plutôt bien au côté de cet ouvrier « ni beau, ni laid, ni gros, ni maigre » lisant dans le RER les pages des livres qu'il a réussis à sauver du pilon.

Cet ouvrier discret, le gentil «héros» du roman, c'est Guylain Vignolle dont la contrepèterie malheureuse du patronyme «Vilain Guignol » n'a jamais cessé de le blesser, depuis les rires moqueurs de ses petits camarades d'enfance jusque dans les regards ironiques de ses congénères à l'âge adulte.
Si bien qu'il a tout fait pour devenir invisible. Aussi anonyme que possible, il a décidé de «se fondre dans le paysage jusqu'à se renier soi-même pour rester un ailleurs jamais visité»…
N'ayant pas réussi à passer le cap de la contrepèterie de son nom de famille - Vilain Guignol, c'est très traumatisant, a priori bien davantage que de s'appeler Dugland ou Ducon – le voilà à 36 ans qui mène une existence terne et étriquée dans la solitude de son petit studio avec un poisson rouge pour toute compagnie. Comble d'horreur, cet homme qui adore les livres n'a rien trouvé de mieux que de travailler dans une usine où l'on broie du papier !! Jour après jour, il fait ainsi fonctionner la Zerstor 500, un diable de machine vorace qui mange même les rats et les jambes des ouvriers négligents ! Quelques éclaircies viennent toutefois illuminer çà et là cette vie maussade et solitaire en compagnie de personnages hauts en couleurs et généreux : Guiseppe, l'ancien ouvrier unijambiste, le gardien d'usine féru de poésie qui s'exprime en alexandrins…

La première partie du récit est assez savoureuse et nous projette sans mal dans l'univers étriqué du jeune homme. La description de la Zerstor 500 vaut le détour. Ce monstre de gloutonnerie déchiquetant, éviscérant et régurgitant en boue abjecte tous les ouvrages mis au rebut s'anime littéralement sous la plume de Didierlaurent et on imagine aisément le sentiment pénible d'accablement que doit ressentir Guylain, l'amoureux des livres, en actionnant chaque jour cette ignominieuse « Chose » aussi avide que pernicieuse. Déprime, honte et culpabilité dessinent son triste quotidien. Sa seule satisfaction vient alors de la lecture des pages épargnées des mâchoires du monstre.

Et nous, curieux et plein d'espoir, nous nous imaginons déjà être en présence d'un Bohumil Hrabal à la française, avec entre les mains une variante pleine d'esprit d' « Une si bruyante solitude », le chef d'oeuvre de l'auteur tchèque.
Mais la France n'est pas un régime de répression, les actes de résistance se font rares en littérature française et nos auteurs ne sont pas sanglés dans la camisole étroite d'un gouvernement dictatorial dont ils pourraient trouver matière à draper leur art. Et le roman de quitter brusquement les rives de la gravité pour sombrer dans une histoire un peu mièvre d'amour fleur bleue !...Préjudice fatal portant gravement atteinte à notre emballement initial !

Patatras ! Voilà le train qui déraille, on a subitement changé de quai, la destination n'est plus la même, on voyage maintenant au pays des Bisounours !
Où est passé notre monstre de machine dont on entendait les mâchoires de fer claquer en un sinistre fracas? Oubliées la Zerstor et les jolies pages sauvées de son estomac de métal, on passe à la dame-pipi et à la lecture de son journal de bord de technicienne de surface. S'il a fait rire les usagers du RER, le passage où la demoiselle se venge mesquinement d'un chieur désobligeant en lui laissant deux carrés de papier pour s'essuyer le postérieur, nous a, pour notre part, définitivement fâché contre cette Cendrillon moderne et son falot prince charmant !
A ces personnages sans consistance, propres sur eux, ternes et sans âme, on préfère les êtres entiers, les taciturnes, les enflammés, les ours, les râleurs, les colériques, les emmerdeurs, les êtres de chair et de sang avec qui partager les turpitudes de l'existence. On préfère la Zerstor tiens, au moins elle a du caractère !

Non, « le liseur du 6h27 » n'est pas un mauvais livre, c'est un joli conte moderne gentiment moralisateur. Mais il devient trop lisse, trop policé et débordant de bons sentiments, et ce n'est pas la destination que nous voulions suivre… On voudrait toujours pouvoir voyager en 1ère classe en littérature …On s'est trompé de compartiment voilà tout…
Merci à Masse Critique et aux éditions du Diable Vauvert pour l'envoi de ce roman que sincèrement nous aurions bien voulu aimer davantage. La plume de l'auteur est chaleureuse et enjouée, alors la prochaine fois, peut-être pourrons-nous goûter aux joies d'un autre trajet en commun ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          16910
paroles
  08 mai 2014
Je viens de découvrir une pépite. Je n'en reviens pas de ma chance.
Un grand merci à Babelio, aux éditions "Au diable Vauvert" et à Jean-Paul Didierlaurent, l'auteur.

Un conte de fées comme je les aime. Une histoire pleine de fantaisie, de douce folie, de tendresse.
J'ai pris le RER de 6h27 et pour rien au monde, je ne serais descendue avant le terminus. C'est sûr que la prochaine fois que je prendrai ce moyen de transport, j'aurais une pensée pour l'auteur et son héros touchant et hors du commun.

Guylain Vignolles est responsable du bon fonctionnement de l'énorme broyeuse, la Zestor 500, qui sert à détruire les livres invendus. Son métier ne lui plait pas. Il le rend même malade. Et quand il doit descendre dans les entrailles de la machine pour la nettoyer, il en ressort toujours avec quelques pages rescapées, bien cachées sous son bleu de travail. Ce sont ces quelques pages là qu'il lit le lendemain matin à ses compagnons de train, des gens comme lui ahuris par la monotonie de leur vie mais attentifs à sa lecture.
Ses seuls amis sont un cul-de-jatte, ancien employé au broyage victime d'un accident du travail et le gardien de l'usine, grand amateur d'alexandrins et de théâtre classique. Il a aussi pour confident un poisson rouge, très discret.
Entre métro-boulot-dodo, son quotidien est triste, banal et sans lendemain riant. Et puis, un jour, à bord du RER, Il trouve une clé USB dont le contenu pourrait bien changer sa vie...

Dire que cette lecture m'a enchantée est un euphémisme. le soleil brillait dehors et dedans en même temps. Ces quelques heures partagées ont traversé ma journée en la saupoudrant de joie, d'optimisme, de sensibilité, de tendresse. Je me sens aussi légère qu'une plume, en cet instant. Je me sens bien...

Découvrez cet auteur et son premier roman qui vous permettra de croiser des personnages hauts en couleur : un maître liseur-sauveteur, un cul-de-jatte à la recherche de ses jambes, un gardien d'usine alexandrophile, une dame-pipi et sa tante grande amatrice de chouquettes, des demoiselles pensionnaires d'une maison de retraite... Bref tout un petit monde extraordinaire qui vous entraînera dans une aventure pleine de poésie.

Aujourd'hui est un beau jour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15513
Harioutz
  10 mars 2020
Lu par Dominique Pinon, acteur fétiche de Jean-Pierre Jeunet, le liseur du 6h27 a embelli mes trajets en voiture durant 3 heures et 50 minutes !
Et c'est véritablement un luxe lorsque, entourée de conducteurs excédés par les embouteillages permanents de la cité dans laquelle je circule chaque jour, je patiente, calme, sourire aux lèvres, souhaitant presque que les ralentissements se prolongent le temps que le chapitre en cours se termine.
Les livres audios devraient être distribués à tous les conducteurs irascibles qui pensent que klaxonner fera disparaître miraculeusement les véhicules qui les entourent !!
Et l'avantage supplémentaire du livre audio, c'est un entretien avec Jean-Paul Didierlaurent, dont je vous livre ci-dessous un extrait !


Pascal Thuot : Peut-on passer à côté de sa vie ou de la vie tout court à cause d'un nom ridicule ?
Jean-Paul Didierlaurent : Certains noms peuvent être vécus comme de véritables handicaps, au même titre que n'importe quelle tare ou infirmité physique.
Un mauvais patronyme, entendez par là un "nom à la con", peut aisément pourrir la vie de quelqu'un.
Un monsieur Dugland ou une mademoiselle Nichon, quels que soient leur milieu ou leurs origines, ne vont pas partir dans la vie avec les mêmes chances qu'un monsieur Martin ou une mademoiselle Dupont.
Dès le berceau, on comprend bien que le biberon n'aura pas le même goût !
Le nom inscrit sur l'acte de naissance va être aussi indélébile qu'un tatouage sur la peau.
Si nommer quelqu'un, c'est le faire exister, alors on peut considérer que le nommer mal serait une sorte de damnation. Et si le nom n'y suffit pas, le surnom n'est jamais bien loin pour venir à la rescousse.
Les enfants peuvent être impitoyables à ce petit jeu.
Toujours est-il que le liseur du 6h27 a passé toute sa jeunesse à devoir porter comme un fardeau le patronyme dégradant qui est le sien. A tel point que la seule manière de fuir le sort que lui réserve ce nom, c'est le reniement de lui-même, tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15116
ninosairosse
  17 juillet 2017
Gardez-vous pour toujours de réveiller mes nerfs,
Sous les plus beaux atours, se cache souvent mégère.
Si je suis serviteur je n'en reste pas moins
Concernant ce secteur maître de vos destins !

p43

Conte en pour un...flirt
S'appeler Guylain, c'est ça son malheur
D'avoir trouver la clef du bonheur USB,
Faute d'un blanc destrier
emmène sa belle tout comptant
grâce à un carreau de faïence tout blanc....

Eh oui, un conte qui se compte....
en parler à un poisson rouge c'est le double effet Kiss-Kool
Pour vous persuader n'aillez aucune honte
relisez les citations, écoutez ce qu'elles racontent !
Commenter  J’apprécie          1351
marina53
  04 septembre 2014
Guylain Vignolles, un patronyme sujet de nombreuses railleries, a une vie des plus passionnantes. Quoique... Tous les matins, il se lève à la même heure, prend le RER de 6h27 et franchit les portes de l'usine qui l'embauche. Tous les jours, il doit supporter la bêtise de son collègue Brunner, le mauvais caractère et l'autorité assommante de son patron Kowalski et appuyer sur le petit bouton vert qui actionne La Chose, le Zerstor 500, une immense machine qui avale goulûment, broie et rejette les livres invendus et les rebuts. Et tous les soirs, c'est imprégné de cette horrible odeur de papier qu'il rentre chez lui, donne à manger à son poisson rouge, Rouget de Lisle. Petit coup de fil à sa maman tous les jeudis soirs et la vie passe ainsi... Son seul petit bonheur quotidien, il le trouve dans les pages que cette broyeuse n'a pas encore pilonnées. Avant de quitter son poste, il emmène avec lui quelques pages qui ont échappé à cette Chose et en fait la lecture dans le RER du 6h27. Cet homme solitaire, qui ne cherche qu'à se fondre dans la masse connaît d'autres petits instantanés de joie, à savoir le temps qu'il partage avec Yvon, le garde-barrière de l'usine, féru de théâtre et de poésie, il ne cesse de s'exprimer en alexandrins, son ancien collègue, Giuseppe, dont la Chose a mangé la jambe et qui a trouvé une drôle de manière de la récupérer...

Montez à bord de ce RER de 6h27, abaissez le strapontin orange et laissez-vous guider par la voix enchanteresse de Guylain, un homme à l'existence somme toute banale et qui, malgré sa passion pour les livres, les broie. Jean-Paul Didierlaurent nous conte cette tranche de vie, à la monotonie ambiante et empreinte d'une certaine solitude. Malgré cela, l'on suit ce trentenaire profondément humain et touchant dans sa quête d'un certain bonheur. D'une écriture légère, chaleureuse et poétique, ce petit concentré de bonne humeur, d'amitiés improbables, d'alexandrins récités, de vieilles parfois dyslexiques et d'amour pour les livres nous plonge dans une sorte de quiétude et nous sort, pour quelques minutes, de notre monotonie.

Le liseur du 6h27... entre en gare...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1212
Eric76
  12 octobre 2016
Un homme un petit peu à la « limite inférieure de la courbe. »
Si le gros du troupeau se situe dans la moyenne de cette odieuse courbe, il y a aussi ceux, plus petits, plus souffreteux, moins dégourdis, qui se trouvent juste en dessous.
C'est le cas de Guylain Vignolles qui mène une existence esseulée. Il occupe un job insignifiant consistant à entretenir une effroyable machine qui broie des tonnes de livres pour les transformer en pâte à papier… Il a pour seuls amis deux âmes déchues, deux vaincus de la vie : un cul-de-jatte et un déclamateur d'alexandrins un peu fou… J'oubliais le poisson rouge compréhensif qui fait semblant de comprendre toutes ses confidences…
Non content d'être « à la limite inférieure de la courbe », Guylain Vignolles est affublé d'un patronyme propre aux contrepèteries de mauvais goût. Depuis la cour d'école, combien de Vilain Guignol eut il à subir, souffrir, accepter ?
Une pauvre vie de solitaire, bête à pleurer, douce-amère.
La vie de Guylain est un désert. Qu'importe ! Il le transforme en jardin fleuri quand il arrache des dents acérées de la machine quelques pages de livres qu'il déclame dans le RER du 6 h 27 à la stupéfaction et à l'infini plaisir des voyageurs ; quand il soutient son ami cul-de-jatte ; quand il cherche avec frénésie l'amour de sa vie…
J'ai beaucoup ri de ses balourdises et maladresses d'handicapé de la vie, de ses rêves trop grands suivis de chutes brutales dans la réalité grise, au milieu des imbéciles et des chefaillons caricaturés, peut-être trop, dans la méchanceté et la ganacherie.
J'aurais bien voulu suivre encore un petit peu Guylain quand il finit par LA rencontrer car, à n'en pas douter, Guylain le rêveur, le tendre, est l'homme d'un seul et unique amour…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1046
cicou45
  20 septembre 2014
Quand je vois le nombre impressionnant de critiques qui ont déjà été faites sur cet ouvrage, je me dis que c'est peine perdue d'en rajouter encore une couche et tenter de vous convaincre de découvrir à votre tour ce dernier mais bon, tans pis, je me lance et vais quand même rajouter mon grain de sel.

Une histoire comme l'on en rencontre des plus banales au départ : celle de Guylain Vignolles qui est parti dans la vie avec ce qui considère, lui, comme étant un lourd handicap, à savoir le fait de s'être vu attribuer ce prénom qui n'est pas des plus faciles à porter et, qui plus est, relié à son nom de famille, porte aux plus basses des moqueries. Mais, Guylain a tout de même réussi à survivre à cela même si à l'âge de trente-six, ans, il est toujours célibataire, ayant pour seule compagnie son poisson rouge, Roger de Lisle Ve du nom, et travaillant dans le monde du livre. Guylain adore les livres et il a beau s'inventer une vie comme tous les jeudi soirs lorsqu'il est au téléphone avec sa mère et où lui raconte son travail dans l'édition, notre héros travaille en réalité dans une usine de pilonnage, à savoir qu'au lieu de "construire" des livre, il les détruit. Eh oui, chaque matin, Guylain se rend dans cet horrible entrepôt où il a affaire avec ce monstre bouffeur de livres et chaque soir, il s'engouffre dans le corps de la bête pour tenter de récupérer quelques feuillets qui auraient échapper au massacre, feuillets d'une vie qu'il fera revivre chaque matin en allant à son travail...De quelle manière ? Je ne vous en dis pas plus car je ne peux que vous inciter à venir découvrir cet ouvrage par vous-mêmes tant c'est une véritable bouffée d'oxygène.
De plus, ce dernier vous réserve encore bien des surprises car si Guylain est persuadé qu'il fait un travail ingrat (mais bon, il faut bien vivre), il va bientôt se rendre compte qu'il est loin d'être le seul...

Un livre qui se lit très rapidement (quant à moi, j'ai voulu faire durer le plaisir), avec une écriture fluide et légère et un scénario qui, contrairement à ce que l'on pourrait penser, est un véritable conte de fées. Bref, vous l'aurez compris, j'adore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          912
Sando
  19 mai 2014
A 32 ans, Guylain Vignolles (et non pas Vilain Guignol comme certains se plaisent à l'appeler…) mène une vie morose et désenchantée. Tous les jours il se rend à un boulot qu'il déteste, qu'il exècre mais qui lui permet néanmoins de payer le petit appartement qu'il partage avec Rouget de Lisle, cinquième du nom, son poisson rouge… Cinq jours sur sept, le rituel est le même : il prend le RER de 6h27 qui le mène à l'usine, retrouver la Zerstor 500, cette broyeuse boulimique qui dévore sans jamais être rassasiée des tonnes et des tonnes de livres. Tous les invendus se retrouvent là pour terminer leur brève existence. « La chose » comme Guylain la surnomme broie tout, les couvertures les plus solides ne lui résistent pas et parfois même elle s'octroie un peu de chair fraiche… Celle des rats notamment, que l'on retrouve au matin déchiquetés au fond du monstre, ou celle des collègues, comme Giuseppe, dont les jambes ont été broyées et mélangées à la pâte à papier…

Alors, pour résister à la Chose, Guylain tente tous les soirs de récupérer quelques fragments rescapés du massacre. Des feuillets, sans aucun lien les uns avec les autres, qu'il lit le matin à voix haute aux passagers du 6h27, afin de leur donner un dernier souffle de vie. Un rituel auquel il ne déroge pas et qui lui vaut un certain succès... Jusqu'au jour où il découvre une clé usb abandonnée sur un strapontin qui contient les pensées intimes d'une jeune femme, Julie, dame-pipi dans un grand centre commercial. A la lecture de ce journal, Guylain tombe peu à peu sous le charme de la demoiselle et va tout faire pour la retrouver…

Ah qu'il fût doux le temps passé aux côtés de Guylain et de ses acolytes ! Des personnages hauts en couleurs et attachants, que ce soit ce romantique, amoureux des livres et dont le fardeau consiste à les détruire, ou Yvon, l'amateur d'alexandrins qui ne s'exprime qu'en vers de douze pieds ! Sans compter Guiseppe, cet italien au grand coeur qui consacre sa vie à retrouver ses jambes éparpillées dans l'édition des sept-cents cinquante-huit exemplaires de « Jardins et Potagers d'autrefois », ou encore les soeurs Delacôte, qui s'ennuient dans leur maison de retraite…

Avec ce premier roman, Jean-Paul Didierlaurent nous offre un livre qui fait du bien, qui se lit et se déguste comme une sucrerie, nous touche et nous émeut par sa tendresse et sa délicatesse. Un pur plaisir de lecture, dans la même veine que « La liste de mes envies » ou « La femme au carnet rouge », « le liseur de 6h27 » fait partie de ces romans qui adoucissent et embellissent le quotidien par leur sincérité et leur générosité. Une écriture simple mais agréable, un humour décapant, une quête amoureuse palpitante, tous les ingrédients sont là pour faire de cette lecture une jolie découverte!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          705
TheWind
  23 novembre 2014
Je déteste prendre le métro, je ne supporte pas qu'on maltraite les livres, je me passerais bien de fréquenter les toilettes publiques, j' appréhende les maisons de retraite, je trouve les poissons très ennuyeux. (Sauf le mien..normal, il est élevé comme un chat)
Il y a bien longtemps aussi que je n'attends plus le prince charmant, que je ne compte plus les carreaux de faïence dans les toilettes, que je n'écris plus mon journal intime, que je ne lis plus "Nous Deux" en cachette, que je ne jette plus de piécette dans les fontaines.

Il y a bien longtemps aussi que je ne crois plus aux contes de fées.
Mais...
Mais ?
Eh bien, j'avoue avoir pris du plaisir à lire ce conte moderne, drôle et émouvant !


A commencer le soir même et à finir le lendemain après une petite nuit de sommeil.
Sourire garanti à 6h27.

Commenter  J’apprécie          657
Kittiwake
  30 mai 2014
Le chemin qui mène à l'amour peut-être fort tortueux. Et lorsque que l'on est affublé d'un nom et d'un prénom modèles pour un contrepet facile, votre jeunesse pourrie et votre tendance à exprimer des comportements autistiques (« compter était le meilleur moyen qu'il avait trouvé pour ne pas penser au reste ») vous conduisent à un métier pourri, qui ne peut que faire frémir d'horreur tout bibliophile : vous mettez au pilon les innombrables rebuts de l'édition littéraire, engloutis et malaxés au coeur d'une machine démoniaque. Lorsque le monstre est gavé, quelques feuilles échappent au carnage, et ce sont celles-ci que vous lisez le matin dans le métro à un public qui vous apprécie. Et particulièrement deux charmantes mamies, qui vous supplie d'aller faire la lecture là où « ses occupants, qu'ils savourent leur chance, d'avoir si bel endroit pour terminer leur danse ». C'est ainsi qu'Yvon, l'alexandrophile, lui aussi destructeur de livres, nomme la résidence qui lui lui donne un public pour déclamer ses vers. Si l'on ajoute à ce duo Giuseppe, privé de ses jambes par la machine infernale, et bien décider à les retrouver en collectionnant les exemplaires de l'ouvrage pilonné lors de l'accident, on a le terrain de jeu morne de notre héros; jusqu'au jour où une clé USB ramassée dans le RER va modifier cet équilibre précaire…

Le rêve et la poésie ont au rendez-vous, dans ce récit qui aurait pu se donner des airs de Farenheit 451, mais échappe au piège en proposant au lecteur une belle échappée littéraire. C'est plein d'humour, parfois amer, voire noir, mais aussi plein de tendresse et d'espoir. Un très belle découverte et un auteur à suivre
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          621


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..