AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782211206037
62 pages
L'Ecole des loisirs (08/09/2011)
4/5   4 notes
Résumé :
Bobby Potemkine croit qu'il est assis, connue d'habitude, au bord du quai, à contempler la simple splendeur de l'estuaire et des familles iceberg qui dérivent. Mais rien n'est comme d'habitude. Jean Gouanodon, un corbeau transparent qui sent le torchon de vaisselle, vient se poser près de lui et l'interroge :
" N'es-tu pas débordé par trop d'affaires bizarres ? J'en aurais une autre à te confier. Un problème de clafoutis qui mordille ".
Débordé, Bobb... >Voir plus
Que lire après La nuit des mis bémolsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Depuis 2002, Manuela Draeger a publié onze romans à l'École des loisirs. La petite particularité de cette autrice ? Elle est une émanation du vaste projet littéraire d'Antoine Volodine qui, sous différents alias, a construit à lui seul le genre du post-exotisme. Et, si Manuela Draeger n'est pas la seule figure du post-exotisme à écrire des romans jeunesse, l'imaginaire de ses textes qui rappelle à l'occasion Lewis Caroll les rend uniques dans la constellation Volodine.

Dans la Nuit des mis bémols, son héros fétiche Bobby Potemkine enquête simultanément sur plusieurs affaires bizarres. Non seulement les mis bémols ont disparu, mais les clafoutis de Jean Gouanodon se sont soudain mis à mordiller, tandis que le temps semble devenir élastique... On ne sait jamais très bien à qui s'adressent les curieux romans jeunesse de Manuela Draeger, qui mélangent onirisme oppressant et humour. Dans le doute, donnons-les à lire au plus grand nombre.
Lien : https://balises.bpi.fr/litte..
Commenter  J’apprécie          10
Onirique, tendre et inquiétante, la dixième enquête de Bobby Potemkine.

Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2017/10/06/note-de-lecture-la-nuit-des-mis-bemols-manuela-draeger/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Ricochet
25 novembre 2011
Lorsque l’on s’embarque dans l’univers onirique de Manuela Draegar, il ne faut surtout pas chercher à tout comprendre. Il faut se laisser porter par les mots, par leur poésie, par les images insolites dont elle parsème ses récits, par les personnages dont la liberté d’être et de penser est puissante
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Comme les icebergs, certains endroits du Fouillis scintillaient.
– Je me demande pourquoi ça étincelle partout comme ça, fit remarquer sur ma droite le corbeau transparent.
– C’est le soleil, ai-je expliqué.
On a levé les yeux. Le ciel était d’un gris-bleu assez pâle, avec ici et là de légers nuages qui étaient en train de grossir, mais le soleil ne s’y trouvait pas.
Le corbeau transparent a hoché la tête. Il ne disait rien. Il devait attendre que je réfléchisse à haute voix.
C’est ce que j’ai fait. J’ai réfléchi à haute voix.
– Ça scintille, mais le soleil n’est nulle part, ai-je dit.
J’ai essayé de réfléchir un peu plus. Je n’avais aucune explication valable à fournir.
– C’est comme dans un rêve, ai-je fini par lâcher.
– Oui, à peu de chose près, a admis le corbeau transparent.
Je me suis tourné vers lui. Nous avions la même taille, il occupait pas mal d’espace, mais il était vraiment très transparent et je ne distinguais pratiquement rien de sa silhouette. Peut-être, à la rigueur, une vague tache translucide qui devait correspondre à son bec. Mais c’était tout.
Je ne sais pas ce que vous en pensez, vous, des corbeaux transparents, mais moi, j’ai l’impression qu’on les reconnaît surtout à leur odeur. Ils sentent le torchon de cuisine. Celui-là, en tout cas, sentait quelque chose de ce genre. Un torchon ayant servi à essuyer une casserole pas très bien lavée.
– C’est difficile à expliquer, ai-je repris. Mais il n’y a pas de quoi lancer une enquête.
– Bah, a-t-il croassé. Je suppose que la police a d’autres chats à fouetter en ce moment. On m’as dit que tu étais débordé, Bobby. Tu es bien Bobby Potemkine ?
– Oui, ai-je confirmé. Et c’est vrai que je m’occupe de trop d’affaires en même temps.
– Des affaires bizarres ? a demandé le corbeau transparent.
– Oui, ai-je dit. La disparition des mis bémols, par exemple. L’enquête ne progresse pas. Ou l’affaire des coccinelles à bonnet jaune. Ou encore celle des mammouths gigognes. Ça n’avance pas. Nous n’obtenons aucun résultat.
Commenter  J’apprécie          10
Lalika Gul a secoué un peu ses cheveux très noirs.
– Je n’ai pas eu de professeur de clafoutis pendant mon stage, a-t-elle déclaré. Mais un jour une nouvelle stagiaire nous a rejointes, une fille qui avait paraît-il passé des années dans un canoë dans le Grand Nord. Je crois qu’elle avait travaillé comme pirate, mais, comme plus aucun bateau ne passait près de la banquise, elle s’était spécialisée en clapotis.
– Clapotis, clafoutis, ce n’est pas la même chose, a fait remarquer Lili.
– C’est tout de même assez proche, a dit Lalika Gul.
– Et la recette du clapotis, elle te l’a donnée ? ai-je demandé.
– Non, a dit Lalika Gul. Au moment où elle allait nous en parler, il y a eu un bombardement de météorites. Nous nous sommes toutes dispersées pendant une semaine. Quand les cours ont repris, elle n’a pas reparu. Elle s’appelait Mimra Trott.
Commenter  J’apprécie          10
J’étais assis comme d’habitude sur le quai, les jambes pendantes au-dessus des vagues, quand un corbeau transparent est venu se poser à côté de moi.
– C’est beau, a-t-il dit.
– On dirait une image, ai-je approuvé.
– Oui, a-t-il ajouté. Une belle image.
Nous avons passé un moment sans rien dire, à admirer l’estuaire devant nous. J’avais emporté avec moi une tartelette aux champignons noirs. Je l’ai partagée avec le corbeau.
– C’est bon, a fait remarquer celui-ci.
– Oui, ai-je dit. C’est Lalika Gul qui me l’a donnée ce matin.
– Lalika Gul, la twisteuse ? a-t-il demandé.
– Oui, ai-je confirmé. Elle a fait un stage. Maintenant elle ne danse plus. Elle s’est spécialisée en pâtisserie.
Nous avons arrêté de bavarder. On ne parle pas en mangeant. Et, de toute façon, quand on parle, on ne voit pas bien la splendeur du paysage.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Manuela Draeger (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manuela Draeger
Rencontre animée par Pierre Benetti
Depuis plus de trente ans, Antoine Volodine et ses hétéronymes (Lutz Bassmann, Manuela Draeger ou Eli Kronauer pour ne citer qu'eux), bâtissent le “post-exotisme”, un ensemble de récits littéraires de “rêves et de prisons”, étrangers “aux traditions du monde officiel”. Cet édifice dissident comptera, comme annoncé, quarante-neuf volumes, du nombre de jours d'errance entre la mort et la réincarnation selon les bouddhistes. Vivre dans le feu est le quarante-septième opus de cette entreprise sans précédent et c'est le dernier signé par Antoine Volodine. On y suit Sam, un soldat qui va être enveloppé dans les flammes quelques fractions de seconde plus tard, quelques fractions de seconde que dure ce livre, fait de souvenirs et de rêveries. Un roman dont la beauté est forcément, nécessairement, incandescente.
À lire – Antoine Volodine, Vivre dans le feu, Seuil, 2024.
Son : Axel Bigot Lumière : Patrick Clitus Direction technique : Guillaume Parra Captation : Claire Jarlan
+ Lire la suite
autres livres classés : post-exotismeVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (14) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1520 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

{* *}