AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le jeu des ombres (78)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Lorraine47
  28 août 2013
Chronique de la mort annoncée d'un couple ou la "guerre des Rose" dans une version beaucoup moins comique que celle laissée par Michael Douglas et la savoureuse Kathleen Turner.
Le jeu des ombres est un roman glaçant et palpitant à la fois mettant en ombres chinoises toute la noirceur de l'âme humaine tel un drap blanc inondé d'une lumière froide et paralysante.
Irène et Gil, Indiens métis d'Amérique du Nord ont ce statut un peu bancal de n'appartenir véritablement à aucune des deux communautés. le roman met bien en valeur cette dualité.
De leur amour sont nés trois enfants qui seront les témoins de leur déchirement.
Peut-on encore appeler amour une relation où l'autre est nié?
Irène, muse et modèle de son peintre de mari ne se sent plus qu'un objet dans le couple. le seul lien qui la lie désormais à son époux est l'alcool sur fond de violence.
Quand un jour, elle s'aperçoit que Gil lit son journal intime, Irène le subtilise pour en écrire un autre, perlé de mensonges dans le but de manipuler son mari et de hâter la rupture.
Mais dans le jeu pervers qui s'instaure aucun des deux protagonistes n'est blanc comme neige...
Par moments, il m'a fallu poser le livre pour reprendre haleine!
Le jeu des ombres: un jeu auquel on peut se brûler les ailes et le coeur ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
Crossroads
  08 août 2014
Une couverture intrigante, un résumé aguicheur, la promesse était belle juste avant de se muer très rapidement en désir d'en finir au plus vite.
La Chorale des maîtres bouchers était vraiment saignant, le Jeu des Ombres me laissera juste un souvenir fugace.

Irene et Gil. Mariés, trois enfants.
Elle s'épanouit dans l'écriture, lui dans la peinture en s'inspirant à l'envi de sa femme, sa muse.
Mais les apparences sont trompeuses et les artistes fusionnels d'hier ne sont plus.
Irene s'épanche journalièrement dans son petit agenda rouge fortuitement découvert par son mari. Qu'à cela ne tienne, possédant plus d'un tour dans son sac la bougresse, un second, de couleur bleu lui, continuera de retranscrire ses sentiments qui se délitent pendant que le premier manipulera honteusement sa chère moitié . La curiosité est un vilain défaut...

Sur le papier, ça a de la gueule.
Puis presque immédiatement, c'est moi qui l'ai faite.
Un thriller psychologique qui aurait pu atteindre des sommets. Et c'est celui de l'ennui qui s'est très vite détaché .
Jeu du chat et de la souris malsain, certes, mais manquant cruellement de coups de griffes.
Un tempo anémique, une narration saccadée retraçant alternativement l'historique du couple et son actuel jeu de dupes.
Erdrich brode sans jamais intriguer.
A la lecture d'un tel plaidoyer pro divorce, je m'attendais à un final susceptible de sauver ce qui pouvait encore l'être. J'en ris encore, arf, arf, arf, mais jaune histoire d'être bien raccord avec l'ensemble du récit. En totale contradiction avec le propos, cet épilogue ridicule m'achève tout comme monsieur Seguin qui se le fit prêter par son dadet d'Alphonse.
Empathie proche des prévisions de croissance de l'hexagone, rythme de croisière qui s'amuse plus du tout pour le coup, Erdrich, à la plume paradoxalement délectable, ne m'aura pas fait rêver ce coup-ci, ce sera pour une autre fois.

Bref, ce jeu des ombres ne m'aura pas amusé plus que ça....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          478
fanfanouche24
  10 juillet 2019
Un roman riche en analyses entre l'art de peindre, la création...et la vie amoureuse, de couple , le mari, artiste-peintre et son épouse, son modèle, sa "Muse" et" Objet" de son inspiration...

"On lui avait déconseillé de peindre sa femme. ce serait dur pour leur mariage. Mais il avait commencé avant qu'ils ne soient mariés. (...) Et puis, même lorsqu'ils se disputaient, il était en paix quand il peignait Irène. Elle était là devant lui et il n'avait pas à se demander ce qu'elle en train de faire.D'ailleurs Hopper avait peint Jo, Rembrandt avait peint Saskia, puis Hendrickje. Wyeth avait peint Betsy et bien sûr Helga; Bonnard avait peint Marthe; il y avait l'immense et dévorant Picasso; de Kooning, Kitaj et Hohn Curtin avaient peint leurs femmes. C'était une façon d'atteindre l'autre essentiel, l'essence inconnue, et peindre était aussi un acte d'amour ébloui. "(p.41)


Arriverais-je un jour à lire Louise Erdrich... ? vous pouvez avoir une vraie curiosité pour un écrivain et que rien ne se passe comme vous le souhaitez, jamais...que les circonstances , vos propres réticences bloquent de façon continue...Que cela bloque toujours quelque part... Alors j'essaye de me dire, pour me consoler, qu'il fallait que le bon moment arrive !!...
J'ai commencé ce livre en 2012, l'ai pris et repris, en 2015... et je le
reprends en ce mois de juin 2019... en souhaitant l'achever cette fois...

Roman de qualité... nul doute là-dessus, mais pour la einième fois, j'abandonne... du mal à m'expliquer ces résistances... car tous les thèmes sont proches de mes curiosités... ??

Le style est plaisant, tonique, dense; les sujets tout à fait attractifs : Les Arts, les techniques picturales, les sources d'inspiration, l'ambiguïté et la complexité des rapports de couple, surtout lorsque l'un est peintre, et l'autre écrivain...la dangereuse tentation vis-à-vis de "l'épouse-modèle" considérée comme un objet d'étude, la possessivité du mari-artiste, son contrôle constant... qui semble avoir outrepassé, envahi le territoire intime de son "épouse-modèle."....

"Mais voici le plus révélateur: tu voudrais me posséder. Et mon erreur : je t'aimais et t'ai laissé croire que c'était possible." (p.24)

"Gil songea qu'Irène tentait peut-être de lui adresser un message en relatant et en dénaturant cette histoire. Lui volait-il quelque chose en la peignant ? Fabriquait-il une sorte de copie d'elle habitant une autre dimension que celle des tableaux ?
Avait-il mis tant de son être dans une image d'elle qu'il avait créée, qu'il
affaiblissait ou diminuait la "vraie Irène" ?" (p. 51)

Alors, pourquoi, cela ne fonctionne pas, pourquoi je ne parviens pas vraiment à m'immerger dans l'univers de Louise Erdrich ?.... Mystère ....
Sans doute, trop de digressions qui interrompent chaque fois
l'intrigue centrale; comme si j'étais "coupée dans mon élan "?

Surtout ne pas tenir compte de cette chronique inachevée... Je souhaite vivement que la prochaîne tentative soit la bonne, enfin, car je me sens fautive... sans pouvoir vraiment cerner la cause de mes "décrochages"!!!... le déclic finira bien par survenir, avec un autre état
d'esprit, un "lâcher-prise", je ne sais ?!!!


**** Une petite sollicitation envers les camarades "babéliotes", "Fans" de
Louise Erdrich... Quel serait le texte le plus significatif pour aborder
et se familiariser avec son univers ??!!

****Relecture partielle 15 juin 2019- abandonné le 10 juillet 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444
Annette55
  13 mars 2016
'Le jeu des ombres"est l'histoire intense, la montée en puissance glaçante, d'un drame familial et le naufrage d'un amour ;
Le roman s'ouvre sur une découverte :la narratrice se rend compte que son mari lit secrètement son journal de"couleur rouge".Elle décide de se venger et d'utiliser ce carnet profané comme une arme à seule fin de manipuler son mari tandis qu'elle écrit dans un"nouveau carnet bleu", son véritable journal intime.
Une troisième voix s'insère au sein de la double narration pour décrire avec acuité , finesse et maîtrise absolue les évènements qui jalonnent puis précipitent la rupture du couple.
Gil est un peintre célèbre grâce aux portraits qu'il réalisa d'Irène dans toutes les positions et à toutes les étapes de leur vie ;tandis que sa femme qui a arrêté sa carrière pour permettre à son mari de s'épanouir dans son art, n'en finit pas d'écrire une thèse sur "George Catlin, "peintre des Indiens d'Amérique" Ils ont trois enfants.
Gil, taciturne, exalté, charmant parfois, colérique et jaloux se persuade que sa femme le trompe.
Il y a de la manipulation dans ce double jeu mortifère,une vengeance qui couve entre ces deux êtres qui s'aimérent intensément.
Irène, perverse, haineuse, dissimulatrice, insaisissable, animée d'une rage maussade s'éloigne de plus en plus.
Leur union est fracturée, douloureuse, malsaine.
Ni les enfants, ni les souvenirs, absolument plus rien ne parvient à re-cimenter ce couple en état de guerre larvée, ces êtres brisés .
Cette narration à trois voix souligne l'ambivalence des sentiments qui mène au mensonge, à la violence, à l'indifférence glacée......
Ce naufrage familial est raconté avec une puissance et une virtuosité impressionnante .
Cette passion destructrice est décortiquée à l'aide d'une écriture nerveuse et efficace.
Le passage sur la rencontre avec la psy est jubilatoire.
La haine, la lassitude et la violence remplacent l'amour fusionnel.
Le dénouement est surprenant.Louise Erdrich avec "le jeu des ombres" joue au chat et à la souris avec le lecteur , détecte les fissures béantes d'un couple, traque la déliquescence des sentiments......
J'avais adoré "La chorale des maîtres bouchers".
Ce roman dérangeant, noir, à l'atmosphère pesante , lu d'une traite , me laisse un peu perplexe.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
colimasson
  08 février 2013
« Si Gil ne savait pas qu'elle savait qu'il lisait son journal, elle pouvait y écrire des choses visant à le manipuler. Et même à lui faire du mal. Elle se dit qu'elle commencerait par un simple essai, un hameçon irrésistible. »


Irrésistible, en effet, et Gil comme le lecteur n'hésiteront pas à s'accrocher à cet hameçon dont l'efficacité ne tient qu'à la curiosité de la victime. Alors que le poisson croit avoir tiré le gros lot, il ne se doute pas qu'en réalité il est lui-même l'objet d'une belle pêche qu'il précipite d'autant plus qu'il se pense seul maître à bord.


Irene vit en couple avec Gil depuis de nombreuses années. Leur relation se noue autour d'un lien de subordination : d'abord modèle pour le peintre que sera son futur mari, Irene a peut-être cru un instant que le don de son image ferait d'elle une personne à part entière, reconnue pour ses qualités propres. Il n'en est rien et alors que Gil peint son amérindienne d'épouse par amour-propre et pour la gloire, celle-ci se réifie peu à peu en devenant la chose du peintre. Ses origines amérindiennes deviennent objet de consommation artistique tandis que son identité se subordonne à celle de Gil : au cours des vernissages, et même auprès de son mari, il est préférable qu'elle continue à porter cette image de « panthère» qui lui sied si bien.


« Elle était élancée, grande, brune de peau, et ne savait pas s'exprimer. Un marchand d'art l'avait comparée à une panthère, ce que Gil avait répété des semaines durant, mais Irene avait aimé se croire séduisante, enfermée dans son silence, plutôt que muette et empruntée. »


L'ultime affront est reçu lorsqu'Irene s'aperçoit que Gil lit son « agenda rouge » au sein duquel elle note toutes ses pensées et réflexions. Pour s'amuser un peu, mais aussi pour catalyser une rupture qui devient chaque jour plus nécessaire pour Irene, celle-ci commence l'écriture d'un « agenda bleu », véritable journal intime dont Gil ne soupçonne pas l'existence, tout en continuant à rédiger les pages de son « agenda rouge », simulant l'ignorance qu'elle a des intrusions de son mari et ajoutant sciemment des paragraphes qui devront susciter le malaise et le doute chez son lecteur.


Bâtissant son roman autour de ce jeu de manipulation, Louise Erdrich met en place une ambiance malsaine, digne d'un polar dans lequel les coups de poignard se portent dans le dos. Derrière l'image publique d'un couple d'artistes fusionnel se cache l'image familiale –dont sont surtout témoins les trois enfants- de parents qui transforment la froideur de leurs sentiments mutuels derrière un simulacre de respect, pour ne rien dire de cette image intime du couple qui virevolte de l'amour à la haine sans jamais trouver le juste milieu. L'hypocrisie déborde de toutes parts : c'est celle de Gil qui étouffe sa famille de cadeaux pour se permettre de porter la main sur chacun de ses membres lorsque la frustration l'étouffe ; c'est celle d'Irene qui n'arrive pas à exprimer sa volonté de rupture autrement qu'en ayant recours à un jeu puéril ; c'est celle du monde artistique qui ne veut pas ouvrir les yeux sur l'exploitation de l'image d'une civilisation subordonnée aux impératifs commerciaux. Innocents parmi tous, les enfants essaient de démêler le vrai du faux parmi cette cacophonie de discours discordants. Si la manipulation et les non-dits semblent ne susciter que la haine et le dégoût chez Gil et Irene, elle devient terreur pour ces enfants perdus entre le vrai et le faux. Louise Erdrich ne les oublie pas et nous montre l'arsenal défensif déployé par chacun d'entre eux pour se blinder contre la violence du silence qui ne demande qu'à éclater.


C'est dans cette tension toujours soutenue que Louise Erdrich nous fait parcourir le Jeu des ombres sans que nous sachions jusqu'où les manigances d'Irene nous conduiront. Si les incursions dans les pages de ses agendas sont finalement peu nombreuses –elles constituent à peine un dixième du roman-, la narration à la troisième personne permet de balayer les psychologies de chaque personnage de cette famille silencieuse et de nous livrer des informations pertinentes sur la culture amérindienne, afin que nous puissions mieux comprendre le sentiment de dépossession d'Irene.


Même si l'on peut être déçu de voir que le jeu des agendas, mentionné comme élément moteur de cette histoire, n'occupe finalement qu'une place dérisoire dans le Jeu des ombres, l'aspect ludique du roman ne faiblit jamais un instant. On croit connaître la supercherie, on se prend d'amitié pour cette pauvre Irene, on commence à mépriser Gil… pour finir par se rendre compte que, pas mieux que lui, on s'est laissé prendre à notre tour au jeu de Louise Erdrich. le dénouement est surprenant –mais décevant- et se conclut dans une pirouette qui n'apporte rien à toute l'histoire dont on vient de s'imprégner. Pire, cette conclusion donne l'impression de réduire à néant les interventions d'Irene. Consolons-nous du mieux que possible : peut-être Louise Erdrich s'est-elle également fait piéger par ses personnages et se sera-t-elle laissée conduire par eux plus loin que prévu ? On imagine alors que sa conclusion bancale n'aura été qu'un moyen de se rendre à nouveau maîtresse de l'écriture de son roman, au prix d'une perte de fantaisie certaine.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Nadouch
  07 janvier 2018
Un roman totalement déroutant qui prend comme point de départ le journal intime d'Irene, ou plutôt LES journaux intimes d'Irene, l'un dont elle sait qu'il est lu en cachette par son mari, l'autre qu'elle enferme dans un coffre à la banque, et où elle raconte la "vérité". Manipulations, quotidien frisant la folie (le mari, Gil, est un peintre violent, Irene picole, le tout avec des racines amérindiennes mal digérées), envies de divorce, portrait des enfants, voilà ce roman. Au final, le filon du journal intime est relativement peu exploité, c'est dommage. le rythme est lent et haché à le fois, assez déstabilisant.
Je ne saurais dire si ce roman m'a plu ou non, loin de m'ennuyer il m'a tout de même laissé une sensation de gêne, c'est assez violent psychologiquement je trouve. Mais très bien vu, très bien écrit, acéré à souhait !
Commenter  J’apprécie          180
Crazynath
  10 juin 2015
Je ne connaissais pas Louise Erdrich avant de me plonger dans le jeu des ombres. Une plongée qui ne m'a pas franchement convaincue d'ailleurs.
Voici donc une histoire d'un couple en plein désamour, et qui se déchire. L'épouse, Irene, après avoir découvert que son mari lit son journal intime , va le manipuler en y introduisant des fausses vérités. Son mari Gil, un artiste suffisament reconnu pour faire vivre sa famille, n'arrive pas à lâcher prise et entretien un rapport malsain avec son épouse qui est aussi sa muse. le personnage masculin m'a d'ailleurs été franchement antipathique.
Une ambiance glauque,une histoire finalement pas très convaincante ont fait que je n'ai jamais vraiment accroché à cette histoire qui ne me laissera pas un souvenir impérissable . Dommage, car le postulat de base, cette manipulation de l'autre à travers un journal intime était intéressante...
Commenter  J’apprécie          172
sylvaine
  07 juin 2014
Gil , peintre amérindien reconnu , Irène , sa muse et modèle , partagent leur vie entre la peinture ,leurs 3 enfants , leurs chiens et l'alcool. Irène écrit par plaisir ,par besoin . Gil à la naissance de Stoney leur dernier , lui a offert un carnet rouge afin qu''elle puisse y écrire son quotidien de jeune maman. Un jour, Irène découvre que Gil , en cachette, vient lire son carnet !.Fureur, haine, vengeance...nait alors dans la tête d'Irène l'idée de n'y écrire que ce qu'elle veut que Gil sache quitte à broder un peu ....
voir même et surtout déstabiliser Gil et lui faire perdre de sa suffisance
Ses vrais écrits seront consignés dans un carnet bleu rangé lui dans un coffre à la banque.
Louis Erdrich nous entraîne dans une histoire de couple, de manipulation; d'amour , de haine, de reconnaissance d'identité. La tension monte au fil des pages de plus en plus palpable .La vie de ce couple et de ses 3 enfants va alors imploser ! Qui est le narrateur ? qui est cette voix qui raconte au jour le jour ces évènements ? qui est l'ombre de qui ? qui a marché sur l'ombre de l'autre ?
Un roman noir , dérangeant mais que , j'en suis sûre, comme moi vous ne lâcherez pas .Bonne lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Gwordia
  30 juillet 2012
Lors de la rentrée littéraire 2011, Louise Erdrich n'avait pas eu l'heur de me plaire avec La malédiction des colombes qui m'était tombé des mains en page 94. N'étant pas d'un naturel rancunier, j'ai décidé de laisser une chance à cette auteur contemporaine dite incontournable qui s'annonce avec deux ouvrages en ce cru 2012 : un roman, le jeu des ombres et un recueil de ses nouvelles parues ces trente dernières années dans les plus prestigieux magazines américains, La décapotable rouge.

S'agissant du recueil, je ne saurais dire ce qu'il en est. Mais au regard de la véritable claque que m'a assenée le jeu des ombres, je ne devrais pas bouder mon plaisir bien longtemps, le service de presse de la décapotable rouge étant à ma disposition.

Une claque, donc. Impossible de trouver de phrase laudative juste pour exprimer mon enchantement à la lecture de ce roman. Louise Erdrich parvient, d'une plume magistralement lucide, à dresser le portrait d'un naufrage amoureux. Comme il est dit dans une des nombreuses dithyrambes de la presse américaine, c'est un "livre d'un mérite exceptionnel que ce soit sur le plan artistique, intellectuel ou psychologique. Nulle part ailleurs, les complications de l'amour n'ont été aussi bien exposées que dans l'honnêteté crue du Jeu des ombres." - The Boston Globe.

L'atmosphère pesante, l'ambiguïté de l'amour qui se meurt sont ciselés à la perfection. Un sentiment d'urgence m'a envahie dès les premières pages, pour ne plus me quitter jusqu'au dénouement, surprenant. Les personnages - toujours Amérindiens semble-t-il dans l'écriture d'Erdrich qu'elle appelle ici très joliment les Indiens-plume à ne pas confondre avec les Indiens-point - sont explorés avec infiniment de compassion de telle sorte que la beauté parvient à s'immiscer là où tout n'est que bassesse, vice et désespoir. Une véritable prouesse narrative qui nous entraîne viscéralement au coeur de la nature humaine et de l'ambivalence du sentiment amoureux.

Décidément, après la très profonde allégorie La Vallée des masques de Tarun Tejpal chez Albin Michel et la biografiction plus vraie que nature Ciseaux de Stéphane Michaka chez Fayard, c'est pour l'instant un incroyable sans faute pour cette dernière rentrée littéraire pour le moins enthousiasmante.
Lien : http://gwordia.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
tynn
  20 juin 2013
Opération à coeur ouvert et au scalpel qu'offre Louise Erdrich, en décortiquant le couple en berne de Gil et d' Irene, leur mariage, leurs enfants, l'amour fusionnel, la violence, la lassitude, la haine.

Alors que leur couple se dégrade, Irene piège Gil, coupable d'indiscrétion en lisant son journal. Avec manipulation, elle décide alors de décliner son intimité en deux carnets miroirs, un faux pour lui, un vrai pour elle, deux facettes de vie pour une vie de famille, faite de bonheurs, de frayeurs, d' exaspérations, de petites choses du quotidien qui soudent ou fracturent.
Gil, exalté, possessif, jaloux et colérique, fait tout pour retenir sa femme, rageuse, perverse, haineuse, qui s'éloigne inexorablement.
A coups de vérités et contre-vérités, la guerre fait rage, prenant en otage les enfants, les amis, la psy ( passage savoureux! )

J'avoue avoir lu un peu en diagonale, aimant certains passages et m'ennuyant ferme sur certains autres. Sans doute que l'intimité d'un couple en crise m'intéresse peu, en m'imposant un voyeurisme improductif. Un livre mortifère pour une passion destructrice, un véritable naufrage familial raconté, disséqué avec une puissance narrative impressionnante.

Heureusement, on croise quelques toiles de maîtres comme un cadeau, au détour des pages.
Et bien sur, comme toujours dans les livres de Louise Erdrich, le rapport intime à ses racines amérindiennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1295 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre