AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Reinharez (Traducteur)
ISBN : 2253121479
Éditeur : Le Livre de Poche (16/05/2007)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 218 notes)
Résumé :
1918. De retour du front, Fidelis Waldvogel, un jeune soldat allemand, décide de prendre un nouveau départ et de tenter sa chance en Amérique. Avec une valise de couteaux de boucherie héritée de son père pour seul bagage, il s'arrête à Argus, dans le Dakota du Nord, où sa femme et leur petit garçon le rejoignent. Fidelis découvre le Nouveau Monde en travaillant comme un forcené et en chantant le soir dans un choeur d'hommes : « la chorale des maîtres bouchers ». Mai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
michemuche
  28 septembre 2016
Fidelis Waldvogel, boucher allemand débarque à New York avec deux valises.
La première est remplie de saucisses fumées, l'autre des couteaux de boucher.
Fidelis traverse les Etats-Unis, nous sommes à la fin de la première guerre mondiale.
Il n'ira pas plus loin que le Dakota du nord; la petite ville d'Argus va bientôt vivre au rythme " de la chorale des maîtres bouchers ".
Mon premier roman de Louise Erdrich m'a quelque peu désorienté, en fait le héros du roman n'est pas celui que l'on croit.
Le narrateur ou la narratrice on ne sait trop nous raconte le quotidien à travers des personnages hauts en couleurs.
Bien sur il y a Fidelis et sa boucherie, sa femme Eva, Delphine l'acrobate, Cyprian son partenaire, Clarisse la croque-mort, Roy l'alcoolique....
Impossible de les citer tous mais l'ensemble est détonnant. Des personnages sortent du lot comme Delphine; comment ne pas l'aimer tant son aura éclaire le roman. Elle a un coeur énorme Delphine, toujours prête à rendre service, soigner son vaurien de père, aider Fidelis à la boucherie, son amour malheureux, ses questionnements au sujet de sa mère qu'elle n'a pas connu.
Malgré ses moments de faiblesse Delphine est forte, elle sait ce qu'elle veut.
J'ai aimé Delphine pour toutes ces raisons.
On suit " la chorale des maitres bouchers " comme si on lisait une chronique dans un journal local ceci n'est pas péjoratif. La fin du roman ne vous laissera pas insensible tant le dénouement est surprenant. Un grand roman pour une première découverte. Louise Erdrich m'a convaincu, elle a un talent de conteuse énorme, que faire d'autre que de la suivre à travers ses prochains romans.
" Nos chants parcourent la terre. Nous chantons les uns pour les autres. Jamais une seule note n'est perdue et aucun chant n'est inédit. Ils viennent tous du même endroit et datent d'un temps où seules les pierres hurlaient".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          545
joedi
  11 octobre 2017
De retour du front, Fidelis se rend chez Eva, la fiancée d'un ami soldat mort au combat. Peu après, Eva, enceinte de Johannes, épouse Fidelis. Après cette guerre de 1914-1918, Fidelis Waldvogel décide de tenter sa chance en Amérique. Il part seul avec pour bagage une valise pleine de saucisses et de ses couteaux de boucher. Après la traversée de l'océan, le voyage en train, financé par les ventes des saucisses, il s'arrête à Argus dans le Dakota du Nord où sa femme et son fils le rejoindront. Engagé par le boucher de la petite ville d'Argus, il y travaillera jusqu'au jour où il pourra s'installer à son compte. À la tête d'un commerce florissant malgré la crise économique et d'une famille qui s'agrandit, Fidelis crée une chorale avec les hommes de la localité.
En 1954, il entreprend avec Delphine, sa seconde épouse, un voyage en Allemagne dans la famille qu'il a quitté en 1918.
La chorale des maîtres bouchers s'avère être un roman épique qui retrace le destin d'une famille confrontée au tumulte du monde pendant une période qui s'étend des années 1920 aux années 1950. Louise Erdrich, magistrale conteuse, signe ici un roman qui pose un regard chaleureux sur l'humanité.
Challenge Pavés 2017 – Edition spéciale contre l'illettrisme – 568 pages
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Crossroads
  13 octobre 2011
Une photo noir et blanc à la noblesse épurée . Un titre raccord . Il n'en faut parfois pas plus pour vous donner l'envie de découvrir un nouvel auteur .
Perso , à part la boucherie Sanzot , ce milieu m'etait totalement inconnu . Une immersion plutot interessante et intrigante car il m'etait difficile d'associer chorale et maitres bouchers , allez savoir pourquoi...A priori stupide et difficilement concevable d'un art delicat pratiqué par des équarisseurs à la rusticité avérée...Allez-y , vous pouvez huer...Doucement quand meme !
Fidelis Waldvogel , jeune allemand de retour du front , s'empresse de tenir une promesse faite à son meilleur ami mort au combat : annoncer cette tragique nouvelle à sa petite amie , Eva , pregnante jusqu'aux yeux . Teuton genereux de nature , il finira meme par l'épouser avant de s'exiler au pays de l'oncle Sam et son American Dream ( j'ai toujours du mal à ne pas esquisser un p'tit sourire narquois en repensant au reve americain...) avec pour seul bagage une valise pleine de couteaux et de saucisses , afin d'y faire fortune dans ce qu'il sait faire de mieux car il est un maitre boucher de talent .
C'est donc la petite ville d'Argus, Dakota , qui sera le theatre à la fois heureux mais surtout tragique des évenements propres à la famille Waldvogel ( littéralement : oiseau des forets ) . Car il faut bien se l'avouer , point de sentiment euphorique , joyeux , optimiste au sortir de ce bouquin . Au-delà du titre , c'est effectivement un livre chorale ou tous les personnages , sans exception aucune , transpirent le malheur présent ou à venir . Point de lumiere à l'horizon . Attention : gardiens de phare en greve !
De nombreux personnages , donc , aux caracteres divers et variés . A la louche et par ordre d'apparition l'on y croise un Fidelis travailleur et taciturne ; une Eva forte au destin tragique ; Delphine et Cyprian , un couple d'amis d'apparence uni au lourd secret ; Roy , pere touchant de Delphine et touché par l'alcool , une Un-Pas-et-Demi énigmatique aux révélations finales bouleversantes..
Autant de destins divergents et cependant complémentaires qui se croisent , s'entremelent , se percutent pour finir immanquablement dans la tristesse et le chaos . Amie désillusion , pose donc ici tes bagages...
Le parcours familial de ces Allemands déracinés est des plus réussi . Il court sur une période de 30 ans au sortir de la premiere guerre mondiale et charrie a l'envi son lot d'épreuves et de déchirements . Les personnages sont travaillés . l''histoire est cohérente de bout en bout et meme si elle prete rarement à sourire , elle ne fait jamais dans le pathos , dans l'anecdote facile et inutile . Vient s'y greffer une dispensable histoire de meurtres mais que l'on ne s'y trompe pas , l'interet réside bel et bien dans l'interaction entre tous ces protagonistes .
Pleiade de personnages , pleiade de sentiments . Si la noirceur domine , elle peut prendre plusieurs formes . La maladie , l'amour inavoué ou inassouvi , le syndrome de Korsakoff entrainé par l'alcool , la défiance maladive et continuelle d'une belle-soeur acariatre , un contexte historique délicat sont autant de tragédies qui construisent un récit , qui l'enrichissent pleinement .
Une chorale agréable , donc , et ce malgré quelques fausses notes . Exceptées diverses longueurs assorties de rares personnages parasitaires , un chant puissant portant haut et fort les couleurs de l'affliction et du tourment ! Un réel plaisir que de suivre la noire épopée de cette famille d'émigrés Allemands meme si l'on est encore loin d'une saga à la Rougon Macquart mais bon , n'est pas Robert Zola qui veut...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
sandrine57
  31 décembre 2011
De retour du premier conflit mondial, Fidelis Waldvogel, boucher de son état, épouse Eva, la fiancée enceinte d'un ami mort au combat. Et parce qu'il a vu un pain parfait en provenance d'Amérique, il quitte son Allemagne natale pour tenter sa chance dans ce grand pays capable d'une telle perfection. Il emporte avec lui une valise pleine de couteaux et de saucisses qui lui permettront de se nourrir et de payer son voyage. C'est à Argus, dans le Dakota du Nord, qu'il va s'installer, ouvrir sa boucherie et accueillir sa famille. La bonne et douce Eva va lui donner d'autres enfants, tenir son commerce et se lier d'amitié avec Delphine, fille de Roy un alcoolique notoire et qui vit maritalement avec Cyprian, un acrobate de cirque.
Autour de Fidelis le héros plutôt taiseux et taciturne de ce roman, c'est toute une galerie de personnages dont Louise ERDRICH nous fait le récit. Les premiers chapitres sont un peu fastidieux, le temps que tout se mette en place et quon fasse connaissance avec tout le monde. Mais une fois qu'on est embarqué dans l'histoire, c'est tout simplement magique! Les petits riens de la vie quotidienne se mêlent aux grandes douleurs de la guerre, les secrets et les non-dits se révèlent peu à peu, les joies succèdent aux tragédies. C'est l'histoire d'hommes et de femmes faits de chaire et de sang qui luttent pour un peu de bonheur ou simplement pour mener une existence paisible. Il y a de l'amour, de l'amitié, des instants de bonheur et des malheurs tragiques. Ce sont trente années qui défilent sans qu'on ne voit le temps passer. J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman et je le conseille à quiconque a envie de passer un bon moment à Argus pour suivre une histoire riche et foisonnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Tubuline
  10 octobre 2015
Je l'ai lu d'une traite. le libraire qui me l'a conseillé m'avait dit que ce livre ne parlait finalement que peu de la chorale elle-même, mais qu'en revanche, il fallait voir chacun des personnages comme une des voix du chant que constitue l'histoire. Chacun des personnages est en équilibre avec les autres et contribue à l'harmonie de l'ensemble. J'adhère tout à fait à ce point de vue et j'ai eu une sorte de révélation, quand j'ai compris, à la fin du livre, le personnage « d'un pas et demi ». Pour moi, « un pas et demi », c'est le chef d'orchestre, qui donne, en toute discrétion (comme la photo floue de la « mère » de Delphine), le rythme de l'histoire. Un rythme enlevé : un pas et demi, cela me fait penser à « noire pointée, croche », en musique, qui est un rythme syncopé, très dansant. le nom, lui même, « un pas et demi », fait penser à une danse. Un pas et demi arpente les pages et donne le rythme. En musique aussi, autant que les notes, les silences sont importants. « Un pas et demi » fouille les poubelles, connaît la nuit et les secrets, les silences des personnages. Elle connaît toute la partition dans son entier. En sus de faire le lien entre tous les personnages, elle seule est capable de faire le lien entre l'obscur et la lumière, entre les morts et les vivants. Et sa mort, à la toute fin de l'histoire, résonne comme un point d'orgue :
«….Nos chants parcourent la terre. Nous chantons les uns pour les autres. Jamais une seule note n'est perdue et aucun chant n'est inédit. Ils viennent tous du même endroit et datent d'un temps où seules les pierres hurlaient. Un Pas-Et-Demi fredonna dans son sommeil et plongea plus profondément dans sa mélodie, le tas d'une chiffonnière où s'amoncelaient les couplets pour faire sa cour, la sagesse des chasseurs, les propos des colporteurs ou les mots qui fusaient d'un brin d'herbe, d'un lambeau de nuage ou d'un os de jarret de porc prophétique, dans un monde où les bouchers chantent comme des anges. »
Je l'ai lu il y a plusieurs années, mais ce livre résonne encore en moi. Chacun des personnages est attachant et est allé rejoindre ma grande famille de compagnons imaginaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   11 octobre 2017
Le son jaillissait de leurs poitrines et de leurs ventres amples. Les gerbes de musique se déliaient et sortaient en un flot d'énergie des hommes aux muscles tendus. Ces instruments, leurs voix, élevaient un mur de mélodie palpable. Delphine les observait, ses pensées voguant à la dérive. Elle se mit à écouter au-delà du chant. Bientôt, elle n'entendit pas chanter, pas du tout, mais ne vit que les bouches des hommes s'ouvrir et se fermer en chœur, en un grondement, à la manière d'un rassemblement d'animaux dans un zoo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
joedijoedi   08 octobre 2017
La neige est une bénédiction quand elle adoucit les contours du monde, quand elle tombe telle une couverture enfermant de chaudes poches d'air. Cette neige-là était tout le contraire – elle soulignait le contour des choses et donnait à la bourgade un aspect plus mesquin, dépossédé, simplement ennuyeux, pareil à une erreur déposée là et seulement à demi effacée.
Commenter  J’apprécie          220
ClairocheClairoche   28 janvier 2014
Delphine posa une main sur son dos pour le réveiller, et en s'éveillant il prit sa main dans la sienne et la tint contre sa joue. Pendant un long moment, il la tint là, et puis il lui parla, lui expliqua que si elle l'épousait, jamais plus elle n'aurait le moindre souci. Il n'irait jamais avec des hommes, il lui serait fidèle de la façon la plus totale qui soit. Les sensations, ces choses qui le poussaient, qui lui faisaient rechercher la compagnie des hommes, il y renoncerait. Il mettrait un frein à ses pensées. Il serait différent. Et il en était capable parce qu'il l'aimait, assura-t-il, et si elle l'aimait en retour, ils seraient heureux.
Delphine s'assit à côté de lui, et non en face, où elle devrait le regarder dans les yeux, juste à côté de lui où elle pouvait lui passer les bras autour des épaules. Il n'y avait rien qu'elle puisse véritablement répondre face à sa confiance - si elle ne l'avait pas vu avec l'autre homme, peut-être l'aurait-elle cru. Mais elle l'avait vu, et ce qu'il faisait était - elle ne pouvait nommer la chose avec précision, elle ne pouvait la formuler sinon avec maladresse -, ce qu'elle avait vu était lui. Vraiment Cyprian. Si quelqu'un avait une essence vitale, la sienne était dans ce prompt frémissement entre les deux hommes, leur énergie et leur plaisir, et même son bonheur, qu'elle avait ressenti depuis l'endroit où elle se cachait parmi les feuilles, et qui était toujours là, se transformant en hâte au moment où elle sortait à découvert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
joedijoedi   01 octobre 2017
À l'intérieur du cadre miniature était glissée la photo coloriée à la main d'une femme d'aspect à la fois déterminé et fragile, dont la bouche était une ligne sensible creusée aux commissures par la sensualité et la perspicacité.
Commenter  J’apprécie          230
ClairocheClairoche   28 février 2014
Sous la langue allemande drue roulant au-dessus de la foule, elle saisit des nuances et tendit l'oreille pour entendre ce qui semblait un bourdonnant murmure, le chant singulier d'une quelconque autre foule.
Ce son grave devint presque assourdissant et les bouchers quittèrent en file indienne leurs sièges au premier rang pour monter sur le podium, se mirent en formation et entonnèrent leurs chants. La plupart étaient des hommes à la forte carrure, mais pas tous. Certains étaient maigres et nerveux. Leurs voix fusaient au-dessus de la foule. Le son jaillissait de leurs poitrines et de leurs ventres amples. Les gerbes de musique se déliaient et sortaient en un flot d'énergie des hommes aux muscles tendus. Ces instruments, leurs voix, élevaient un mur de mélodie palpable. Delphine les observait, ses pensées voguant à la dérive. Elle se mit à écouter au-delà du chant. Bientôt, elle n'entendit pas chanter, pas du tout, mais ne vit que les bouches des hommes s'ouvrir et se fermer en chœur, en un grondement, à la manière d'un rassemblement d'animaux dans un zoo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Louise Erdrich (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louise Erdrich
Rencontre avec Louise Erdrich et Naomi Fontaine.
Louise Erdrich d'origine ojibwe est une écrivaine confirmée et à succés qui vit aux États-Unis. Naomi Fontaine, jeune auteure Innue de Uashat, vit au Canada. Elles évoquent dans leurs textes la vie des descendants des Indiens d'Amérique. Leurs romans, nouvelles et récits, saisissent le lecteur et l'entraînent dans des univers exotiques et pourtant proches de nous. Cette rencontre est organisée en amont du festival America, qui fait la part belle aux auteurs autochtones du continent américain.
autres livres classés : émigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
913 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .