AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915825718
Éditeur : C & F Éditions (21/05/2017)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Il fallait un amoureux du web et des médias sociaux pour décrypter les enjeux culturels, relationnels et démocratiques de nos usages numériques. Olivier Ertzscheid met en lumière les effets d'échelle, l'émergence de géants aux appétits insatiables. En concentrant toutes nos activités numériques sur quelques plateformes, nous avons fait naître des acteurs mondiaux qui s'épanouissent sans contrôle. Nos échanges, nos relations, notre sociabilité vont nourrir des algori... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
de
  21 juin 2017
ous les murs du monde ne répareront jamais ceux des châteaux de sable que des enfants ne construiront plus
Dans sa préface, « Il n'y a pas d'algorithme »,Antonio A. Casilli parle du livre comme « un chasseur qui traque deux proies : l'une est la généalogie des grandes plateformes, l'autre cet attracteur d'inquiétudes politiques connu sous le nom d'« algorithme ». Les deux thèmes de sa quête intellectuelle sont on ne peut plus différents. le premier est par trop sur le devant de la scène, l'autre furtif ».
Loin des storytelling, le livre aborde les plateformes nommées GAFA, GAFAM, ou alors AFAMA (Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et Alphabet ex-Google), le fonctionnement des algorithmes, le coté sombre du numérique, des enjeux pour la démocratie « celui de la régulation de l'innovation et celui de la capacité d'agir des citoyens- usagers », le fonctionnement d'internet, les mécanismes d'invisibilisation, la croyance en « en un processus automatique objectif, efficace, exact, à la fois intelligible et imperscrutable », les contenus monétisés, les données personnelles et les processus d'apprentissage automatisé, les dévotions aux entités abstraites et les pouvoirs réels de leurs propriétaires… Comme l'écrit à juste titre, Antonio A. Casilli : « Il n'y a pas d'algorithme, il n'y a que la décision de quelqu'un d'autre »…
Il ne faudrait pas que le terme algorithme laisse à penser que le livre traite de mathématiques. Ce n'est pas le cas. Je reprends la définition fournie par WikipediA : Un algorithme est une suite finie et non ambiguë d'opérations ou d'instructions permettant de résoudre un problème ou d'obtenir un résultat. Que comporte la suite est ici hors du propos. Reste : Qui décide de cette suite et donc des résultats qui s'afficheront ?
Le rôle de plus en plus important des plateformes et les facilités que chacun-e en retire mais « jamais les règles qui guident cette apparence facilité n'ont été aussi opaques ». Des algorithmes et une question guidant la réflexion de l'auteur, « elle revient à savoir qui contrôle ces algorithmes, comment impactent-ils notre vie, et surtout, comment parvenir à rendre public la partie de ces algorithmes qui relèvent d'un travail d'éditorialisation classique ». Car il n'y a rien relevant du hasard, il s'agit bien ici de décisions, « les règles algorithmiques procèdent, dans le choix et dans l'ordre d'affichage, d'un processus d'éditorialisation ».
Je ne vais pas détailler l'ensemble des analyses, des questions posées et des propositions de ce livre plein d'humour. Juste des éléments choisis subjectivement.
La lectrice et le lecteur découvriront, entre autres, des profilages, l'industrialisation de l'intime, la réduction des êtres humains à des documents, « L'homme est devenu « un document comme les autres » », le tout marchandisable, la topologie de l'espace informationnel, les cartographies des navigations, les noeuds du web, les écosystèmes de l'enfermement et les formes nouvelles de territorialisation, les promenades carcérales, les technologies « privatives » et le contrôle de quelques multinationales…
Olivier Ertzscheid souligne particulièrement certains éléments, la construction des marchés « sur les besoins et les comportements réels ou supposés que révèlent nos profils et derrière eux la traçabilité de nos moindres activités connectées », le changement de l'axe de rotation du web « les individus ont remplacés les documents », le cyberespace comme monde fermé et propriété privée loin « du réseau de réseau, non propriétaire, sans droit d'accès », la formulation de réponses à des questions non posées, les logiques de captation et de monétisation des données personnelles, le fantasme d'une calculabilité du monde et ses réalités concrètes, l'information « sur-mesure » individualisée, potentiellement – et en partie déjà existant – « externalisation de nos stratégies décisionnelles, émotionnelles, affectives »…
J'ai notamment apprécié les passages sur la loi et le code, la liberté et le choix, le secret et la vie privée, le calage des exigences et des routines algorithmiques sur le cadre de la concurrence libre et non faussée, la loi et l'ordre documentaire, les plateformes comme Etats, les régulations totalement opaques, les algorithmes décisionnels, la capacité d'agir et la légitimité d'action, la centralisation dans un résultat unique, la réduction des individu-e-s à quelques dimensions…
Les terroristes, les sexistes, les racistes, les homophobes, etc. sont des client-e-s comme les autres… mais la vue d'un sein nu est censurée. D'une façon comme d'une autre le pouvoir arbitraire du propriétaire, des espaces hors-la-loi, hors de la cité, hors du contrôle démocratique. Olivier Ertzscheid analyse la construction de différents niveaux de « vérité », les entraves et les expositions, l'enfermement algorithmique, les logiques d'uniformisation, la combinaison de libéralisme économique et de solutionnisme technologique, la force des guidages, les itérations dans les boucles algorithmiques et les doubles effets de feedback, les bulles de filtre, les « finalités des outils et des environnements algorithmiques »…
Facebook et le « like », le clic au lieu de l'écriture et « de la distance qu'elle seule permet, face à l'orchestration et l'hégémonie construite et palpable de nos clics pulsionnels », l'appréciation ou la dépréciation versus le lien, la réponse « +1 », l'instant imperceptible saisi, les boutons et l'indexation, ce que nous souhaitons laisser paraître aux autres, l'effet rétroaction et les modifications de comportement, les logiques de disparition, les interfaces et les dispositifs de « réalité augmentée », les protocoles de routines informatiques qui recommandent ou prescrivent, les interactions présentables pour le marché publicitaire dans la négation des contradictions ou des frictions, « les modèles algorithmiques détestent la friction et lui préfèrent une fluidification plus propice et plus efficace dans la mise en place de routines itératives », l'absence de pluralisme et les grilles de programme, ce qui montré et ce qui est caché au nom de la « déontologie », les effets régulateurs et le tour normatif des « conditions générales d'utilisation » ni vraiment définies ni discutables…
Olivier Ertzscheid parlent des tartuffes, donne des exemples des fonctionnements dignes des classiques de la science-fiction. Il aborde les mises en ordre de l'information (opacité, imprévisibilité exposition aux manipulations), les inventions mortifères de l'égalité et de la démocratie.
Il insiste sur la « viralité numérique », la violence induite par l'éditorialisation algorithmiques, la confusion entre plateformes privées et politiques publiques, les injonctions « politico-sociétale momentanée »…
Dans les exemples donnés, je souligne le traitement des « catastrophes », le mur qui efface les migrant-e-s, les images d'enfant, le rituel attentat… « cliquez ici ». Je souligne aussi les pages sur les racismes, les révisionnismes et les extrêmes-droites.
Question, réponse, « Est-il vraiment « naturel » de s'adresser à un algorithme en « langage naturel » ? ». L'auteur aborde les biais cognitifs, la complexité du langage, la production de l'ignorance, les régimes de vérité, les machines à produire de la popularité et la prime « à la tyrannie » des cliqueurs et cliqueuses, la critique du « prévoir et détecter », la confusion entre le réel et ce que nous connaissons, le fétichisme du fichier et des fiché-e-s, les perroquets convaincants, le monde de l'évidence, la mythologie calculatoire apprenante…
Olivier Ertzscheid propose d'« enseigner la publication », de fonder une « laïcité numérique permettant de séparer l'Etat de nos comportements sociaux de l'Eglise des données via ses différentes chapelles algorithmiques », la mise en place d'un index indépendant du web, de corpus d'analyse et de réflexion, d'ingénierie démocratique, de bien non-rival. Il souligne que « les enjeux d'une citoyenneté numérique sont dès aujourd'hui essentiels à penser et à mettre en oeuvre en dehors de ces grandes plateformes ».
Certains points me semblent discutables. Je ne pose que deux débats.
En premier lieu sur les possibles « prédictions », qui ne sont au mieux que des approximations statistiques, le futur reste toujours ouvert, indéterminable dans ses singularités humaines mêmes. Aucun déterminisme ne permet de prédire « un » futur. Que pourrait signifier la réplicabilité dans les rapports sociaux et les relations interpersonnelles ?
En second lieu sur l'expropriation des plateformes, le refus de l'appropriation privée de la socialisation des données, l'injonction à la publicité des algorithmes et des choix politiques/éditoriaux effectués, bref au démantèlement des secrets industriels.
Nous répondrons pas, de manière convaincante, à l'utopie libertarienne – liberticide et inégalitaire – sans proposition reposant sur des socialisations plus efficaces, plus égalitaires et offrant à chacun-e plus de liberté.
En attendant, un livre plus qu'utile pour comprendre comment nos comportements sont accaparées contre nous, les réappropriations des possibles humains qui ne sont et ne seront pas algorithmiques.

Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
VincB
  12 septembre 2019
Dans L'appétit des géants chez C&F éditions, Olivier Ertzscheid décortique la face cachée de nos usages, c'est à dire les stratégies éditoriales des plateformes par algorithmes interposés.
Selon lui, avec les réseaux sociaux nous sommes passés d'une indexation de pages Web à l'indexation des internautes, ce qui n'est pas sans poser de problèmes au niveau du contrôle démocratique de ce référencement.
Les risques encourus seraient alors de laisser la gestion éditoriale du savoir et des connaissances à des entités privées, bien plus soucieuses de contenter les annonceurs publicitaires que de constituer un bien commun (dans l'esprit des fondateurs d'internet).
Et ceci, d'autant plus que Google, Facebook et consort avancent toujours plus vers la personnalisation extrême de l'expérience de navigation.
En bout de course ce serait donc d'universalisme dont il serait question...
Un livre dense, parfois complexe, mais cependant fort bien documenté et qui conserve le sens de la formule inimitable que l'on connaît à l'auteur du blog : https://www.affordance.info/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ManeroManero   11 juin 2017
[...] oui il n’a jamais été aussi facile de trouver de l’information, d’acheter un ouvrage jusqu’ici introuvable, de retrouver une personne que l’on croyait perdue. Mais jamais, jamais les règles qui guident cette apparente facilité n’ont été aussi opaques.
Commenter  J’apprécie          60
sofijusofiju   09 novembre 2017
L'essentiel de nos interactions en ligne se résume souvent à une activité de pousse-bouton, likant ici, repartageant ou retweetant par là. Ce clic relève le plus souvent de l'ordre du pulsionnel, de l'irréfléchi, de l'instinctif. [...] Des clics qui souvent nous fournissent l'excuse commode d'une présence au monde tout en ne nécessitant aucune forme d'engagement et aucun autre coût cognitif que celui d'appuyer sur un bouton que l'on nous présente comme une solution pour nous faire oublier la dissolution de notre capacité d'agir".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ManeroManero   10 juin 2017
Préface

L’algorithme n’existe pas, parce qu’il n’est que le prétexte pour un ensemble de décisions directes des acteurs des plateformes ciblant les communautés des usagers. Dissimulés derrière un apparat de bases de données et de modèles mathématiques, on retrouve le choix humain effectué par les concepteurs des interfaces, la règle de fonctionnement établie par les ingénieurs, la norme implémentée par les services de sécurité, et le référentiel de tarifs adopté par les commerciaux de chaque plateforme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dede   21 juin 2017
un chasseur qui traque deux proies : l’une est la généalogie des grandes plateformes, l’autre cet attracteur d’inquiétudes politiques connu sous le nom d’« algorithme ». Les deux thèmes de sa quête intellectuelle sont on ne peut plus différents. Le premier est par trop sur le devant de la scène, l’autre furtif
Commenter  J’apprécie          10
ManeroManero   10 juin 2017
Préface

Il n’y a pas d’algorithme, il n’y a que la décision de quelqu’un d’autre.
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Video de Olivier Ertzscheid (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Ertzscheid
Extension du domaine de la pub .Intervenants : Rémi Douine, Damien Douani, Olivier Ertzscheid, Kevin Mellet, Ziad MaaloufCC-BY-NC-ND 2.0Référencement, buzz, viralité, social média sont les nouveaux modes de communication des marques. Campagnes d?affichage et slogans marquants ne suffisent plus, il s'agit d'être créatif et d'interagir avec le public. Face à la démocratisation des prises de parole sur les réseaux sociaux, impliquant une égalité d'expression, les marques ont du adapter leur stratégie. de nouveaux métiers ont donc émergé comme social media editor ou community manager. Deux spécialistes de la métrique (analyse des audiences publicitaires) et du ciblage comportemental et un sociologue nous permettront de comprendre les enjeux économiques, sociaux et cognitifs de ce revirement à 180° du phénomène publicitaire.
+ Lire la suite
autres livres classés : AlgorithmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Un animal dans le titre de ces livres 1

1902 .Sir Conan Doyle

Le chien d'en bas guette la ville
Le chien de la basse ville
Le chien des Baskervilles
Le chien de Basket Ville

10 questions
61 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre