AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le sermon sur la chute de Rome (180)

araucaria
araucaria   02 janvier 2014
- Ca va, Aurélie? Tu as l'air fatiguée.
Elle répondit que tout allait bien, embrassa sa mère et alla se coucher dans la chambre de son enfance. A quatre heures du matin, la sonnerie de son téléphone portable la fit sortir d'un rêve dans lequel un vent étrange soufflait sur son corps et l'ensevelissait lentement sous le sable et elle savait qu'elle devait se mettre à l'abri mais elle ne voulait pas se soustraire à la tiède caresse de ce vent, une caresse si douce qu'elle y pensait encore en décrochant son téléphone. Elle entendit une respiration haletante, des sanglots, des hoquets et puis la voix de Matthieu.
- Aurélie! Aurélie!
Commenter  J’apprécie          10
BMR
BMR   03 octobre 2013
[...] Le monde avait peut-être encore besoin d'Augustin [...] mais il n'avait que faire de leurs misérables exégètes.
Commenter  J’apprécie          10
luocine
luocine   30 août 2013
les vieilles femmes au voile noué soigneusement sous la lèvre inférieure, des hommes aux guêtres de cuir dont les générations de criminologues italien avaient mesuré les membres, la cage thoracique et le crâne, notant soigneusement les imperfections de l'ossature pour en déchiffrer le langage secret et y repérer l'inscription de l'ossature pour en déchiffrer le langage secret et y repérer l'inscription indiscutable d'une propension naturelle au crime et à la sauvagerie.
Commenter  J’apprécie          10
luocine
luocine   30 août 2013
Virginie n 'avait jamais rien fait dans sa vie qui pût s'apparenter,même de loin à un travail, elle avait toujours exploré le domaine infini de l'inaction et de la nonchalance et elle semblait bien décidée à aller jusqu'au bout de sa vocation mais, quand bien même elle eût été un bourreau de travail, son humeur maussade et ses airs d'infante la rendaient totalement inapte à accomplir une tâche qui supposait qu'on entretînt des contacts réguliers avec d'autres êtres humains...
Commenter  J’apprécie          10
WhiteWalkers
WhiteWalkers   13 août 2013
Sur le chemin de la maison, Judith s'arrêta brusquement pour pleurer.
- Qu'est-ce que tu as ? C'est Rym ?
Judith secoua la tête.
- Non. C'est toi. Excuse-moi. Ca me fait trop mal de te voir comme ça.
Matthieu reçut sa compassion comme une injure, la pire, en vérité, qui lui eût jamais été adressée.
- Je vais te ramener à l'avion. Demain.
Il était certain de ne jamais la revoir. Il ne savait pas qu'il comprendrait bientôt combien ces paroles blessantes débordaient d'amour, car personne ne l'avait aimé ni ne l'aimerait jamais comme Judith, et, quelques semaines plus tard, dans la nuit de pillage qui réduirait le monde en cendres, c'est à Judith qu'il penserait et c'est vers elle qu'il se tournerait de nouveau.
Commenter  J’apprécie          10
Tounet
Tounet   11 février 2013
...Avant que Claudie ne lui raccroche au nez en pestant contre l'injustice cruelle du destin qui avait jugé bon de la priver de ses parents en prenant bien soin de laisser vivre cette insupportable baderne qui se plaignait sans cesse d'être à l'agonie et téléphonait au beau milieu de la nuit au moindre rhume , au plus petit symptôme de faiblesse, se montrant intarissable sur les développements ingénieux de l'ulcère qui aurait dû le tuer depuis soixante-dix ans...
Commenter  J’apprécie          10
Lisette2611
Lisette2611   07 février 2013
Mais dans l'église, alors qu'elle monte vers l'autel où l'attend André Degorce, mince et juvénile dans son uniforme de saint-cyrien, elle s'arrête un instant pour se tourner vers Marcel et lui sourire d'un sourire enfantin qu'il ne peut que lui rendre comme malgré lui. Elle ne joue aucune comédie, elle ne s'abaisse pas plus au reniement qu'à la parodie parce que les ressources infinies de l'amour qu'elle porte en elle l'en préservent à jamais.
Commenter  J’apprécie          10
joedi
joedi   02 février 2013
Peut-être chaque monde n'est-il que le reflet déformé de tous les autres, un miroir lointain dans lequel les ordures semblent briller comme du diamant, peut-être n'y a-t-il qu'un seul monde en dehors duquel il est impossible de fuir car les lignes de ses chemins illusoires se rejoignent toutes ici même, près du lit dans lequel agonise la jeune épouse de Marcel, une semaine après avoir mis au monde leur fils Jacques.
Commenter  J’apprécie          10
joedi
joedi   02 février 2013
Les portraits de ses arrière-grands-parents, qu'il avait toujours vus comme les dieux tutélaires veillant sur sa jeunesse, prenaient maintenant un aspect menaçant et il lui semblait parfois que ce n'étaient pas des portraits qu'on avait accrochés au mur, mais des cadavres, que le froid préservait encore de la décomposition, et dont n'émanait rien d'aimant ni de protecteur.
Commenter  J’apprécie          10
Chouchane
Chouchane   21 janvier 2013
...et il vit qu'ils partageaient la même peur, ils n'étaient pas des dieux, mais seulement des démiurges, et c'était le monde qu'ils avaient crée qui les tenait maintenant sous l'autorité de son règne tyrannique, une voix insistante annonça que les passagers Libero Pintus et Matthieu Antonetti étaient attendus d'urgence avant la fermeture des portes, et ils surent que le monde qu'ils avaient créé ne les laisserait pas partir, ils restèrent assis, et ce fut le dernier appel, et quand l'avion eut décollé, ils se levèrent en silence, prirent leurs sacs et regagnèrent le monde auquel ils appartenaient.
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Philo pour tous

    Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

    Les Mystères de la patience
    Le Monde de Sophie
    Maya
    Vita brevis

    10 questions
    303 lecteurs ont répondu
    Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre