AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le sermon sur la chute de Rome (180)

paroles
paroles   11 février 2013
Mais rien ne se passait, un monde avait bel et bien disparu sans qu'aucun monde nouveau ne vienne le remplacer, les hommes abandonnés, privés de monde, continuaient la comédie de la génération et de la mort...
Commenter  J’apprécie          20
joedi
joedi   02 février 2013
Il travaillait à la préparation des concours en même temps qu'à se débarrasser des stigmates hideux de son passé, sa posture, sa démarche, son accent surtout, et il s'astreignait à rendre sa parole atone et limpide, comme s'il avait été élevé dans le parc d'un manoir de Touraine, il affectait de prononcer son nom de famille en accentuant la dernière syllabe, il contrôlait scrupuleusement la fermeture des voyelles mais, à son désespoir, il dut se résigner à continuer de rouler les r car il ne produisit jamais, quand il essayait de les grasseyer, qu'un pitoyable raclement de gorge, comme un ronronnement de félin ou la plainte rauque d'un agonisant.
Commenter  J’apprécie          20
cicou45
cicou45   01 janvier 2013
"[...] l'amitié est un mystère."
Commenter  J’apprécie          20
Joetzette
Joetzette   03 décembre 2012
Libero avait envie de lui répondre qu'il n'avait pas plus l'intention d'ouvrir un club gay qu'un bar à mutés mais il craignit de le vexer.
- tu as compris le truc ?
Libérons acquiesça
- et surtout , faut pas niquer les serveuses, hein ?
Les gens, ils viennent pas claquer leur fric chez vous pour vous voir niquer les serveuses!Vous, vous pouvez niquer les clientes, mais pas les serveuses.
Annie était bien d'accord, dans la vie, on pouvait se permettre des tas de choses mais, quand on tenait un bar, jamais, au grand jamais,il ne fallait niquer les serveuses.Mathieu et Léo assurément qu'une telle horreur ne leur agit jamais graversé l'esprit .
Commenter  J’apprécie          20
Joetzette
Joetzette   03 décembre 2012
On peut être un voleur sans être un enculé et, de nos jours, justement, les gens ne se contentaient plus d'être des voleurs , c'étaient en plus de gros enculés, ils étaient capables de passer la soirée à boire l'apéritif en rigolant , de te faire la bise en sortant et de revenir dix minutes plus tard avec une cagoule pour te fourrer un flingue sous le nez et de piquer la caisse avant d'aller s'endormir du sommeil du juste, et même de revenir pour l'apéritif, comme si de rien n'était , alors qu'ils t'a aient balançé la veille deux coups de crosse dans les dents, et foutu deux baffes dans la gueule d'Annie, en prime, comme ça , par pure encuveriez, et Vincent qui ne parlait pas d'un risque éventuel mais de quelquechose d'inévitable , il n'y avait pas de suspense, ça allait arriver, tôt ou tard, c'était gravé dans le marbre, et c'est comme ça qu'il avait acheté un flingue, le plus vite possible.  P207
Commenter  J’apprécie          20
SergePlennevaux
SergePlennevaux   02 décembre 2012
... ils n'étaient pas des salauds mais des pitres et des ratés lui le premier, qu'on avait formés à produire des
dissertations et des commentaires aussi inutiles qu'irréprochables, car le monde avait peut-être besoin
d'Augustin et de Leibniz, mais il n'avait que faire de leurs misérables exégètes
Commenter  J’apprécie          20
nathavh
nathavh   08 novembre 2012

" Rome est tombé mais n'est-ce pas en vérité , comme s'il ne s'était rien passé? La course des astres n'est pas troublée, la nuit succède au jour qui succède à la nuit, à chaque instant , le présent surgit du néant, et retourne au néant, vous êtes là, devant moi, et le monde marche encore vers sa fin, il ne l'a pas encore atteinte, et nous ne savons pas quand il l'atteindra ...".
Commenter  J’apprécie          20
michelekastner
michelekastner   07 octobre 2012
Sans elle, l'amertume de sa réussite sociale lui aurait été intolérable et il aurait mille fois préféré être le dixième ou le vingtième à Rome plutôt que de gouverner ainsi un royaume de désolation barbare des confins de l'Empire, mais personne ne lui offrirait jamais une telle alternative car Rome n'existait plus, elle avait été détruite depuis bien longtemps, ne demeuraient plus que des royaumes plus barbares les uns que les autres, auxquels il était impossible d'échapper, et celui qui fuyait sa misère ne pouvait rien espérer d'autre que d'exercer son pouvoir inutile sur des hommes plus misérables que lui, comme le faisait maintenant Marcel, avec l'acharnement impitoyable de ceux qui ont connu la misère et n'en supportent plus le spectacle écoeurant, et ne cessent d'en tirer vengeance dans la chair de ceux qui leur ressemblent trop. Peut-être chaque monde n'est-il que le reflet déformé de tous les autres, un miroir lointain dans lequel les ordures semblent briller comme du diamant, peut-être n'y a-t-il qu'un seul monde en-dehors duquel il est impossible de fuir car les lignes de ses chemins illusoires se rejoignent toutes ici même, près du lit dans lequel agonise la jeune épouse de Marcel, une semaine après avoir mis au monde leur fils Jacques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
michelekastner
michelekastner   07 octobre 2012
Nous ne savons pas, en vérité, ce que sont les monde ni de quoi dépend leur existence. Quelque part dans l'univers est peut-être inscrite la loi mystérieuse qui préside à leur genèse, à leur croissance et à leur fin. Mais nous savons ceci : pour qu'un monde nouveau surgisse, il faut d'abord que meure un monde ancien. Et nous savons aussi que l'intervalle qui les sépare peut être infiniment court ou au contraire si long que les hommes doivent apprendre pendant des dizaines d'années à vivre dans la désolation pour découvrir immanquablement qu'ils en sont incapables et qu'au bout du compte, ils n'ont pas vécu. Peut-être pouvons-nous même reconnaître les signes presque imperceptibles qui annoncent qu'un monde vient de disparaître, non par le sifflement des obus par-dessus les plaines éventrées du Nord, mais le déclenchement d'un obturateur, qui trouble à peine la lumière vibrante de l'été, la main fine et abîmée d'une jeune femme qui referme tout doucement, au milieu de la nuit, une porte sur ce qui n'aurait pas dû être sa vie, ou la voile carrée d'un navire croisant sur les eaux bleues de la Méditerranée, au large d'Hippone, portant depuis Rome la nouvelle inconcevable que des hommes existent encore, mais que leur monde n'est plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombe
brigittelascombe   13 septembre 2012
Je le sais bien que tu es triste.Mais ça ne sert à rien,tu comprends.Ta tristesse ne sert à rien, ni à personne.C'est trop tard.
Commenter  J’apprécie          20




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Philo pour tous

    Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

    Les Mystères de la patience
    Le Monde de Sophie
    Maya
    Vita brevis

    10 questions
    304 lecteurs ont répondu
    Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre