AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La délicatesse (620)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Lolokili
14 mars 2012
Délicatesse ??? HA HA, j'ai trouvé ce bouquin aussi délicat, poétique et subtil qu'un mode d'emploi de perceuse à percussion sans fil. Cohérent cependant car, avec un sujet aussi larmoyant, l'écriture aussi est à pleurer, ultrabasique et d'une platitude qui relève de l'exploit.

Les personnages, eux, brillent par leur inconsistance, et les événements se succèdent sans inspiration à la cadence d'une chaîne de montage.

Bref, un objet-à-pages désopilant de niaiserie.


Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
Commenter  J’apprécie          20459
Aela
22 janvier 2012
Franchement je n'ai pas bien compris l'engouement qu'a suscité ce livre.
Le sujet est distrayant, le style est bien enlevé mais je n'ai pu m'empêcher de ressentir un immense "creux" après la lecture de ce livre.
Pour de multiples raisons: la maigreur du sujet, la superficialité des rapports humains évoqués ici, une vision de l'entreprise très déconnectée du réel, des rapports sociaux dans l'entreprise décrits ici d'une manière complètement surréaliste.. entre autres...
Voilà en gros de quoi il s'agit: une jeune femme est recrutée dans une entreprise suédoise par un patron français. Celui-ci se sent dès le début irrémédiablement attiré par cette jeune femme.
Il se tient néanmoins tranquille jusqu'à ce que la pauvre dame perde son mari dans un accident stupide, renversé par la camionnette d'une fleuriste partie livrer des fleurs pour le compte d'un monsieur qui voulait faire une demande de mariage à sa douce amie... Cet accident va rendre veuve la pauvre Nathalie héroïne du livre et le monsieur remettra sa demande à plus tard devant ce funeste présage..
Ensuite tout semble tiré par les cheveux: le patron harcèle Nathalie, on semble loin de toute réglementation en la matière!
Le monde de l'entreprise est décrit comme un monde où les démêlés sentimentaux ont plus d'importance que les enjeux économiques; les harceleurs peuvent embrasser à pleine bouche des salariés, sans crainte de procès pour harcèlement!! Etonnant, surréaliste!! et franchement, heureusement que les choses ne se passent pas comme cela dans la réalité!
J'allais oublier les poncifs qui s'égrènent dans ce récit, par exemple les nombreux clichés sur la Suède et les Suédois.
J'ai vécu et travaillé dans ce pays, et franchement pour moi la Suède c'est autre chose..
Peut-être devrait-on conseiller à M.Foenkinos de voyager un peu: un stage en entreprise en Suède peut-être? pour mieux savoir de quoi on parle.
En tout cas, un livre "facile " comme celui-ci a sans doute l'intérêt d'encourager les vocations à l'écriture: moins de complexes à écrire après cela..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          984
mariech
12 avril 2012
Peut - on encore aimer après un grand amour , peut-on ressentir de l'attirance pour quelqu'un d'insignifiant , de terne , qu'on n'aurait pas remarqué au premier abord ?
Voilà les questions que nous pose l'auteur avec un style bien à lui , original .
David Foekinos jongle avec nos émotions , nos contradictions , nos paradoxes .
Il sait qu'une femme peut tomber amoureuse d'un homme qui ne lui plait pas physiquement mais qui va l'émouvoir ; la toucher par son côté différent des autres , un homme qui comprend intuitivivement beaucoup de choses , qui ne croit pas à sa chance .
J'ai aimé ce tournant dans le roman , ce qui paraît invraisemblable mais qui arrive car une jolie femme intelligente peut avoir des sentiments pour cet homme , le jeune Markus que personne ne voyait ou dont on se moquait .
J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre et puis me suis laissée emporter par le style qui a quelque chose d'innovant , je comprends que les avis soient si différents .
Et peut-être que j'ai été influencée par la personne qui m'a prêté le livre , c'est une toute jeune femme que j'apprécie beaucoup et ce livre est un de ses coups de coeur , j'ai essayé de lire ce livre à travers son regard . Merci à A. qui m'a permis cette lecture .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          870
missmolko1
28 février 2012
Un très bon moment de lecture avec ce roman que l'on m'a offert et qui porte très bien son nom. Un livre plein de pudeur qui traite un sujet difficile, peut-on encore tomber amoureuse alors qu'on a perdu l'homme de sa vie?

Les personnages sont attachants et l'on fait un petit bout de chemin avec eux, le tout sur fond de poésie et rythmé par une écriture très belle (je pense que même sans avoir ouvert ce roman, on peut le constater avec les 181 citations relevées pour ce livre).

Commenter  J’apprécie          780
carre
07 mars 2013
Foenkinos est devenu un auteur bankable, il n'y a pas que les acteurs, chacun de ces livres suscite l'engouement.
Pourtant la délicatesse s'il n'est pas désagréable à lire n'a rien d'un phénomène hors norme. Cette histoire entre un looser en mal d'amour et de sa supérieure en reconstruction affective, est du niveau de nombreuses comédies sentimentales qu'on voit d'ailleurs plus au cinéma qu'en littérature. Alors ça se lit comme souvent chez D.F. avec facilité, on sourit par moment, on passe un moment de détente sans prise de tête.
Restons délicat donc, Foenkinos fait dans la douceur et l'humour, et c'est pas mal de tant à autre.
L'adaptation ciné réalisé avec son frère Stéphane est du même acabit, sympathique Mais il y a en bonus François Damiens qui est épatant.
Quand je vous dit, que c'est difficile de dire du mal de Foenkinos.
Commenter  J’apprécie          773
Epictete
19 novembre 2014
Un de ces livres qui passent des mois dans votre P.A.L et n'atteignent qu'avec beaucoup de peine de dessus de la pile.
L'actualité littéraire de ces derniers jours ( Renaudot, Goncourt, Goncourt des Lycéens, entre les nominations et les prix….) m'a conduit à découvrir cet auteur (Mais oui ! Je ne le connaissais pas encore.)

Après la mort de son mari , Nathalie une jeune femme attirante et surtout brillante s'investit dans le travail et ne regarde rien d'autre. Son patron est amoureux et tente sa chance, sans succès.
Par un de ces hasards que l'on vit parfois sans trop comprendre, elle se trouve séduite par un collègue insignifiant, au grand étonnement de tout leur entourage.

Histoire de deuil, histoire d'amour, empreinte de romantisme, de transgression, d'analyse psychologique ; mais aussi histoire simple et moderne.
Ce qui déroute dans ce roman, c'est que l'argument est aussi simpliste qu'original. Il y a toujours plusieurs façons de l'apprécier.
Cela s'enchaîne sans beaucoup de relief. Il y a beaucoup d'originalité dans la construction ; le conte est chronologique mais certains chapitres semblent sortir totalement du récit, donnant une courte précision sur un mot, une idée.

L'écriture est simple est vraie. Elle reflète un quotidien moderne, réaliste et finalement un peu banal.

Il est à noter que l'adaptation cinématographique du roman donne à travers son casting principal une image très parlante des personnages décrits : Audrey Tautou et François Damiens !

En réalité, j'ai découvert un petit roman rapide, simple et moderne. L'auteur a manifestement fait un effort pour marquer son style. C'est une lecture plaisir, sans « prise de tête » et qui ne marquera pas forcément mes futurs souvenirs littéraires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
fredho
14 mars 2013
Après la mort accidentelle de son mari, Nathalie jeune et très jolie femme, va s'investir à fond dans son travail afin d'éviter toute douleur. Un jour Nathalie, dans un moment d'égarement, va embrasser un collègue Markus, un homme banal et sans personnalité. Cette « acte gratuit » débouchera sur une relation amoureuse improbable et inattendue.

Une histoire d'amour sans saveur, simple, mièvre, les dialogues entre les 2 protagonistes sont d'une superficialité déconcertante, cette relation manque d'émotions, de passion, de frissons comme l'écriture du roman, insipide, simpliste, plate Foenkinos a voulu faire dans l'originalité malheureusement avec beaucoup de maladresse, son humour manque de subtilité, de plus il incorpore en plein milieu des paragraphes des commentaires bidons et inopportuns avec des définitions comme l'invention de la moquette, ou des recettes de cuisine etc... Ainsi que des annotations grotesques et niaises.
- « Il regrettait d'avoir de grandes jambes... »
Annotation : La location de petites jambes n'existe pas (je vous laisse apprécier !)
Il fait allusion à des auteurs :
- « Elle voulait retrouver une légèreté, fût-elle insoutenable »
- « En véritable concierge, sans la moindre élégance du hérisson, elle allait tenter d'extorquer quelques confidences »
Une opportunité assez pathétique faisant référence à Kundera et Barbery.
Il tente du Camus et Sartre pour annuler un RV avec Nathalie.
- « J'aurais tellement aimé, vous le savez bien, mais bon, c'est juste qu'aujourd'hui maman est morte...pas bon le Camus pour annuler »
- « Sartre bien mieux. Je ne peux pas ce soir, vous comprenez l'enfer c'est les autres. Une petite tonalité existentialiste dans la voix... »
Plouf ...c'est plutôt lourd !
Allez je vous en mets une dernière : « Il est surpris comme le soleil est surpris par une éclipse ». Là c'est le bouquet final on en prend plein les yeux !

Je ne comprends pas l'engouement qu'a suscité ce livre, il est vrai que Foenkinos est une personne sympathique mais je ne suis pas convaincue du talent qu'on lui prodigue. Bon ce livre n'est tout de même pas une torture mais je pense que ce sera mon premier et dernier Foenkinos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          408
Aelinel
31 mars 2015
On m'a décrit ce livre comme un roman de gare sans grand intérêt avec une histoire d'amour un peu gnan-gnan. Alors, je ne sais pas si c'est parce que je n'en attendais pas grand chose mais j'ai été agréablement surprise. En effet, j'ai trouvé que le style d'écriture de l'auteur était fluide et donnait envie de s'immerger dans l'histoire.

Quant aux personnages principaux, je m'y suis bien attaché : j'ai tout de suite éprouvé beaucoup de compassion pour Nathalie. Quant à Markus, certes invisible et manquant sérieusement de charisme, il m'a fait craquer avec son humour à deux balles : je l'ai trouvé très sympathique.

Enfin, j'ai particulièrement apprécié la satire des relations sociales : l'auteur dénonce l'inconstance et l'absurdité des sentiments et autres appréciations en milieu professionnel. Markus, qui au départ ne suscitait aucun intérêt de la part de ses collègues, devient selon les caprices du hasard la véritable coqueluche de l'entreprise.

Bref, un petit roman bien sympathique qui m'a donné envie de poursuivre avec d'autres livres de son auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
Iboo
25 août 2017
J'avoue que je ne sais trop quoi en dire... étant partagée entre deux sentiments.
Dans un premier temps parce que ce livre m'a été offert par une amie proche - que j'appelle affectueusement Mon P'tit Capri - qui a eu un véritable coup de coeur pour ce roman. Elle et moi partageons la même sensibilité sur de nombreux points, j'accueillais donc cette lecture dans les meilleures dispositions.
Dans un second, parce que, enregistrant mon livre sur Babelio, je suis tombée par hasard sur la critique la plus likée le concernant et... c'était celle de Lolokili. Le truc c'est que, à l'instar des deux vieux du Muppet Show, Lolo et moi sommes en parfaite osmose dans nos rôles de râleuses patentées. Et, disons-le tout net, c'est sans délicatesse que Lolo a aligné une superbe mandale dans les gencives de "La délicatesse".

Et moi, dans tout ça ? Et bien je dirais que la critique de Lolo m'a fait jubiler et que l'attention et le partage de Mon P'tit Capri m'ont infiniment touchée. D'autant que n'ayant jamais rien lu de Foenkinos, je suis ravie que l'occasion m'en ait été donnée.
La Délicatesse est un petit roman (dans tous les sens de l'expression) qui se lit facilement mais qui ne sera pas de ceux qui m'ont marquée, que ce soit de manière négative ou positive.

Foenkinos est, de mon point de vue, de la même trempe que Levy. Des auteurs avec qui l'on passe un agréable moment, sans plus ni moins. Lesquels moments sont justement agréables parce qu'ils ont le bon goût de n'être pas trop longs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          376
Jackiedream
04 mars 2016
Que dire, que dire... Je l'ai lu d'une traite, lors d'un long trajet en avion. J'étais véritablement incapable de m'en détacher. J'ai trouvé ce roman évidemment très délicat, aussi léger qu'une plume. L'écriture est toujours aussi agréable, simple mais avec cette patte caractéristique de l'auteur. Les personnages sont profondément humains, très attachants, très normaux aussi (dans le bon sens du terme). Ils sont incroyablement touchant, avec leurs doutes, leurs peurs. L'amour, la perte, la douleur : ce livre raconte la vie. Une histoire en apparence toute simple, mais j'ai coutume de dire que les choses les plus simples sont les plus difficiles à réaliser. Une histoire d'êtres humains qui hésitent, qui s'aiment, ne se comprennent pas toujours. Une magnifique histoire d'amour. Tout est très tendre, très joliment raconté : très juste, surtout. Comment se reconstruire après la perte de l'être aimé, celui qui était tout ? de nombreux passages, de nombreuses citations m'ont marquée. de plus, je pense que ce livre sera pour moi indéfectiblement associé à ce souvenir des nuages qui défilent par le hublot, des maisons petites comme des maisons de poupées.
Je pense que c'est un roman qui donne de l'espoir, je le recommanderais à tout le monde (même si je pense que beaucoup l'ont lu, tant il est, à juste titre, populaire).
J'aime toujours autant ce que fait David Foenkinos.
Lien : http://lantredemesreves.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La Délicatesse

Quel est l'éditeur du roman "La Délicatesse" de David Foenkinos?

Flammarion
Gallimard
Kirographaires
Seuil

10 questions
335 lecteurs ont répondu
Thème : La délicatesse de David FoenkinosCréer un quiz sur ce livre
. .