AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 19231 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 28/10/1974
Biographie :

David Foenkinos est un romancier, dramaturge, scénariste et réalisateur français.

À 16 ans, il est victime d'une infection de la plèvre, une maladie cardiaque rarissime pour un adolescent. Opéré d'urgence, il passe plusieurs mois à l'hôpital. Il étudie les lettres à la Sorbonne et parallèlement la musique dans une école de jazz, ce qui l'amène au métier de professeur de guitare.

Après avoir vainement essayé de monter un groupe de musique, il décide de se tourner vers l'écriture. Après une poignée de manuscrits ratés, il trouve son style, publie son premier roman "Inversion de l'idiotie: de l'influence de deux Polonais", refusé par tous les éditeurs contactés sauf Gallimard qui le publie en 2002, avec lequel il obtient le prix François-Mauriac.

"Le Potentiel érotique de ma Femme" lui assura un certain succès commercial et le prix Roger Nimier en 2004. À la rentrée littéraire 2007, il publie "Qui se souvient de David Foenkinos?" où il questionne justement l'arrêt brutal de sa notoriété et la chute de ses ventes. Il obtient le Prix du jury Jean Giono.

En 2009, il publie "La Délicatesse", qui constitue le véritable tournant de sa carrière. Le livre est encensé par la critique et se retrouve sur toutes les listes des grands prix littéraires : Renaudot, Goncourt, Fémina, Médicis et Interallié. Il obtiendra au total dix prix et deviendra un phénomène de vente avec l'édition Folio, qui dépassera le million d'exemplaires. Le livre est ensuite traduit dans le monde entier.

À la rentrée littéraire 2014, il publie "Charlotte", dans lequel il rend un hommage personnel à l’artiste Charlotte Salomon, assassinée en 1943 à Auschwitz et qui obtient le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens. En 2015, une version illustrée d'une cinquantaine de gouaches de Charlotte Salomon et d'une dizaine de photographies représentant Charlotte et ses proches est éditée chez Gallimard.

En 2016, il change de ton et revient avec un roman satirique bâti comme un polar littéraire, intitulé "Le Mystère Henri Pick".

Quatre de ses romans ont été adaptés au cinéma : "La Délicatesse" ( 2009 ) en 2011, "Les Souvenirs" (2011) en 2014, "Je vais mieux" (2013) en 2018 et " Le Mystère Henri Pick" (2016) en 2019.

Parallèlement à son écriture romanesque, David Foenkinos travaille de temps en temps sur des scénarios de cinéma ("Jalouse", "Lola et ses frères" et "Mon inconnue" en 2017). En 2011, avec son frère Stéphane, il co-réalise le film "La Délicatesse", adaptation
+ Voir plus
Ajouter des informations

David Foenkinos et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Difficile de choisir un livre. A un moment, j`ai découvert de nombreux auteurs qui ont changé ma vie. Albert Cohen, Romain Gary, Milan Kundera. Mais bon, si je devais choisir un livre, ça serait peut-être L`Insoutenable légèreté de l`être de Milan Kundera.


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

Witold Gombrowicz, ou Thomas Bernhard.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

C`est Moon Palace, de Paul Auster.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

La Promesse de l`aube de Romain Gary, ou Un homme de Philip Roth.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Ulysse de James Joyce.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs?

L`illusion comique de Bernard Frank.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

L`homme sans qualités, de Robert Musil.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

« En vain la raison me dénonce la dictature de la sensualité », Aragon.


Et en ce moment que lisez-vous ?

Le crépuscule d`une idole, le livre de Michel Onfray sur Freud.


L`entretien de David Foenkinos avec Babelio : « Les Souvenirs »


Alors que vous aviez déclaré être incapable de parler de vous, « Les Souvenirs » semble inspiré de faits réels et autobiographiques. Qu`est-ce qui vous a poussé à changer d`avis pour ce roman ?

C`est mon dixième roman, et c`est vrai que c`est le plus personnel. Jusqu`à présent, j`ai eu très peu de rapport avec l`autobiographie. Ceci dit, ce roman est inspiré de choses personnelles, mais il est très loin d`être autobiographique. J`aurais peut-être voulu qu`il le soit davantage, mais j`ai très vite dérapé dans la fiction.


Votre roman décrit avec une grande justesse la solitude des personnes âgées et leur mélancolie du temps qui passe. Comment l`écrivain trentenaire que vous êtes est-il parvenu à transmettre avec une telle exactitude les émotions qui accompagnent cette étape de la vie ?

Je me sens une grande proximité avec les personnages âgées. Je trouve cela si héroïque de vieillir. Il y quelque chose qui me fascine dans ce scandale du déclin. Ces dernières années, j`ai passé beaucoup de temps auprès de mes grands-parents, en maison de retraite, alors c`est peut-être de ces années que j`ai tiré l`exactitude. Même si je me dis qu`il n`y a pas de généralité, et que chaque histoire humaine impose des ressentis différents.


Votre roman ne raconte pas seulement les souvenirs du narrateur et des membres de sa famille mais est également un recueil de souvenirs de personnages célèbres, qui viennent ponctuer l`histoire. Pourquoi avoir fait ce choix d`anecdotes littéraires et artistiques ? Est-ce une façon de rendre hommage aux personnalités qui vous ont marqué ?

Je voulais que chaque personnage du livre se présente sous la forme d`un souvenir. Les personnages principaux, mais aussi les figurants. Et également les artistes que je cite. Ainsi on trouve dans le livre des souvenirs de Fitzgerald, Nietszche, Alzeheimer, ou encore l`architecte Gaudi. Ce qui était important pour moi était de faire en sorte que toutes ces anecdotes puissent permettre d`apporter un nouvel éclairage de la question de la mémoire. Quand je cite Patrick Modiano : « J`avais 20 ans mais ma mémoire précédait ma naissance », il s`agit là de la mémoire d`outre naissance. Quand je cite, à propos de Claude Lelouch, ce journaliste qui écrit : « souvenez vous bien de ce nom, vous n`en entendrez plus jamais parler », c`est là un exemple de mémoire à l`envers : il faut se souvenir d`oublier.


Le narrateur est d`origine russe. Pourquoi avoir donné une influence slave au personnage ?

Mes influences principales sont celles des pays de l`Est. Cioran, Nikolai Gogol, Fédor Mikhaïlovitch Dostoievski, Milan Kundera, etc… mes personnages sont porteurs de cette folie slave, d`un humour un peu dépressif.


Vieillesse, solitude, mort… Les thèmes abordés dans votre roman sont assez durs, mais grâce à l`humour, on ne tombe jamais dans le pathos. L`humour que vous pratiquez dans bon nombre de vos romans, permet de dédramatiser et d`apporter de la légèreté au récit. Pensez-vous toutefois que l`on puisse traiter de tout avec humour ?

Je ne pense pas qu`on puisse tout traiter avec humour. Là, il s`agit souvent de second degré, d`ironie, d`absurdité. Et toute cette fantaisie est visible dans la vie, y compris dans les moments dramatiques. Quand je dis que les cliniques de l`Education Nationale pour les professeurs qui font des dépressions s`appellent Camille Claudel et Van Gogh, l`humour est là. Pourquoi donnez le nom d`une sculptrice qui a passé 30 ans dans la folie pour une clinique pour dépressifs ? Mon livre, sans cette multitude de détails absurdes que composent notre quotidien, aurait pu être plus grave. Après, il est vrai que je n`aime pas m`appesantir sur le drame, j`ai besoin de pirouettes légères comme des respirations à l`insoutenable.


Votre roman est construit sur l`alternance entre souvenirs passés et présents. le choix de cette écriture constituée de va et vient temporels s`est-elle imposée d`elle-même ?

Oui, c`est une façon de montrer que le présent n`existe pas en soi. Il est composé en permanence du passé, et parfois aussi de projections vers l`avenir. le présent n`existe qu`avec la considération du passé. C`est l`accumulation de la mélancolie, par exemple, qui permet au personnage principal de pouvoir intégrer le présent, et de pouvoir commencer à écrire.


Une adaptation cinématographique de votre roman « La délicatesse » sortira à la fin de cette année : un film que vous avez réalisé avec votre frère. Etait-il important pour vous de participer pleinement à ce projet ? Accepteriez-vous de confier l`adaptation de vos romans à d`autres réalisateurs ?

Oui, j`ai plusieurs livres en cours d`adaptation, et je ne voulais surtout pas m`en occuper. Pour La délicatesse, il y avait quelque chose de différent. Je n`avais pas fini mon histoire avec cette histoire. Je voulais encore être avec mes personnages. Et mon frère m`a motivé fortement pour qu`on le réalise nous. Il sort le 21 décembre, avec Audrey Tautou et François Damiens.


Vous déclarez dans de nombreuses interviews être quelqu`un de timide, tout comme le narrateur des « Souvenirs ». Comment vivez-vous votre succès et l`exposition médiatique à laquelle vous êtes confronté ?

Je le vis bien et mal. C`est émouvant d`être autant lu, d`avoir autant de monde à mes signatures. Après, la contrepartie est que le succès peut susciter une forme d`agressivité. On me croit très présent, mais je refuse beaucoup de choses, y compris des émissions importantes. Je n`ai qu`une hâte, être au calme après la sortie du livre et du film, et me remettre à écrire.


Découvrez Les Souvenirs, le nouveau roman de David Foenkinos chez Gallimard :

Merci à David Foenkinos pour ses réponses et sa disponibilité.
Interview réalisée par Okta !

étiquettes
Videos et interviews (101) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
"Continuez à lire !" David Foenkinos, auteur des romans "Charlotte" et "Deux soeurs" chez Gallimard, nous adresse un message de soutien !
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (3736) Voir plus Ajouter une citation
merlin   13 février 2011
La délicatesse de David Foenkinos
Il y a des gens formidables qu'on rencontre au mauvais moment. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu'on les rencontre au bon moment.
Commenter  J’apprécie          3550
vtirbois   27 février 2011
La délicatesse de David Foenkinos
Il lui demanda ce qu'elle voulait boire. Son choix serait déterminant. Il pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. [...] Oui un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Non, le mieux, c'est de choisir un entre-deux, comme l'abricot. Voilà, c'est ça. Le jus d'abricot, c'est parfait. Si elle choisit ça, je l'épouse pensa François. A cet instant précis, Nathalie releva la tête de la carte, comme si elle revenait d'une longue réflexion. La même réflexion qui venait de mener l'inconnu face à elle.

"Je vais prendre un jus...

- ... ?

- Un jus d'abricot, je crois."

Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité.
Commenter  J’apprécie          1800
torezu   02 avril 2010
La délicatesse de David Foenkinos
On peut finalement se demander si le hasard existe vraiment? Peut être que toutes les personnes que l'on croise marchent dans notre périmètre avec l'espoir incessant de nous rencontrer? En y repensant, c'est vrai qu'elles paraissent souvent essouflées.
Commenter  J’apprécie          1770
julinou   01 mars 2011
La délicatesse de David Foenkinos
C'est exactement comme un chagrin d'amour : on ne sait pas quand on s'en remettra. Au pire moment de la douleur, on pense que la plaie sera toujours vive. Et puis, un matin, on s'étonne de ne plus ressentir ce poids terrible.
Commenter  J’apprécie          1660
hela_55   04 mai 2011
La délicatesse de David Foenkinos
Il faut avoir vécu des années dans le rien pour comprendre comment on peut être subitement effrayé par la possibilité.
Commenter  J’apprécie          1510
torezu   02 avril 2010
La délicatesse de David Foenkinos
La vie c'est surtout des moments de brouillons, de ratures, de blancs. Shakespeare n'évoque que les moments forts de ses personnages. Mais Roméo et Juliette dans un couloir, au lendemain d'une folle soirée c'est certain qu'ils n'ont rien à se dire.
Commenter  J’apprécie          1300
Missbouquin   25 avril 2012
La délicatesse de David Foenkinos
"Ce trouble qu'elle était toujours incapable de définir. Le Larousse s'arrête là où le coeur commence."
Commenter  J’apprécie          1220
Nionie   03 juin 2011
La délicatesse de David Foenkinos
les soirées peuvent être extraordinaires, les nuits inoubliables, et pourtant elles aboutissent toujours à des matins comme les autres.
Commenter  J’apprécie          1180
Theoma   13 avril 2011
La délicatesse de David Foenkinos
Après leur dernier échange, il était parti lentement. Sans faire de bruit. Aussi discret qu'un point-virgule dans un roman de huit cents pages.
Commenter  J’apprécie          970
luocine   06 novembre 2009
La délicatesse de David Foenkinos
Oui il était marié. Il nageait dans ce qu’il appelait la vie conjucalme.



Commenter  J’apprécie          921
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

David Foenkinos

De quoi souffre Hector le personnage principal de son livre "le potentiel érotique de ma femme" .

de collectionnite aigüe
de kleptomanie
d'alcoolisme
de narcolepsie

10 questions
115 lecteurs ont répondu
Thème : David FoenkinosCréer un quiz sur cet auteur
.. ..