AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072959028
Gallimard (06/01/2022)
3.65/5   104 notes
Résumé :
« En 1999 débutait le casting pour trouver le jeune garçon qui allait interpréter Harry Potter et qui, par la même occasion, deviendrait mondialement célèbre.
Des centaines d’acteurs furent auditionnés. Finalement, il n’en resta plus que deux. Ce roman raconte l’histoire de celui qui n’a pas été choisi. »
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 104 notes

Ladybirdy
  06 janvier 2022
Ouvrir un nouveau livre de David Foenkinos est pour moi l'assurance de passer un moment hors du temps où l'ennui et la morosité n'ont aucune prise sur moi.
Fébrile, peur de la déception, j'ouvre ce Numéro deux.
D'abord, je suis intriguée et émerveillée de découvrir les coulisses du roman phénomène Harry Potter. Ces gens de l'ombre qui ont contribué à l'immense succès de cette saga.
Le début du livre raconte comment Joanne alias JK Rowling est devenue une telle célébrité. Mais c'est surtout auprès de Martin que nous allons cheminer dans cette odyssée. Dix ans, il ressemble déjà tellement à Harry. Quand David Heyman, producteur, cherche l'enfant parfait pour le premier volet cinématographique d'Harry Potter, Martin a toute les chances de remporter le rôle. Jusqu'à l'arrivée de Daniel Radcliffe, reléguant définitivement Martin dans le rôle de celui qui a failli être Harry Potter.
Ensuite, c'est une pléiade d'émotions qui me tombent dessus. Martin est comment dire, marqué à vif par cet échec. Harry Potter l'obsède, le persécute, l'entaille au plus profond de lui.
On va cheminer avec Martin durant une longue partie de sa vie. Son enfance, son adolescence, sa vie d'homme. Avec Harry Potter partout, à la télé, dans toutes les librairies, les chambres d'amis, les dentifrices, pauvre Martin.
J'aurai aimé que cette histoire dure encore tant j'étais bien auprès de Martin. Ce môme m'a émue, bouleversée même, l'auteur m'a souvent fait rire ou questionnée car qui n'a pas été un jour celui qui a failli… le numéro deux.
David Foenkinos a du devenir fou avec ce livre tant il fourmille d'anecdotes sur l'univers du sorcier le plus connu au monde. C'est avec beaucoup d'empathie que Foenkinos imagine ici la place du second choix, celui qui aurait pu devenir une star et qui au final, ne parvient qu'à attirer le mauvais sort.
Un excellent moment de lecture ! Un roman empli d'empathie, d'émotions, parsemé d'un peu d'humour qui vous fera voir Harry Potter sous un autre jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11023
LaBiblidOnee
  09 janvier 2022
Un titre et une idée qui en jettent : Devant le succès des romans Harry Potter, JK Rolling accepte qu'ils soient adaptés au cinéma. Il faut trouver les jeunes acteurs d'une dizaine d'années, surtout celui qui jouera Harry Potter. Numéro deux raconte les coulisses de ce choix, les enjeux pour les parties prenantes, mais surtout ses conséquences désastreuses pour le numéro deux, celui qui n'a pas été retenu. Celui dont personne ne connaîtra le nom ni l'existence mais qui, en plus de le vivre comme un échec personnel, devra supporter de se le faire rappeler par le monde entier, devant le succès fracassant de l'oeuvre finale. Finalement, encore heureux que personne ne connaisse son nom, ce serait encore plus humiliant. Et l'humiliation est un sentiment qui le rapproche encore du héros qu'il aurait pu interpréter, et dont il se sent de plus en plus proche, sans parvenir à s'en détacher et faire son deuil de cette expérience.

Alors : Pourquoi pas lui ? C'est la question qui le hante. L'auteur explore le sentiment de rejet et ses conséquences sur l'image de soi. Il dissèque ce moment où tout se joue, ou l'espoir fait vivre, où tout est possible et… où tout peut basculer. Comment survivre à l'échec ? Il explore aussi les ramifications du destin, ce à quoi le numéro deux a échappé, ou à quel exemple célèbre il peut s'apparenter, comment il aurait pu rebondir, quel chemin il prend à la place. A treize ans, il a l'impression que sa vie est finie et son imagination d'enfant, qui a encore besoin de magie pour surmonter les épreuves de sa vie, se trouve paradoxalement de plus en plus d'analogies avec Harry Potter : cicatrice laissée par la vie, même si la sienne est mentale mais celle de son héros n'est que la matérialisation de la perte de ses parents ; perte d'être cher ; besoin d'un magicien comme Dumbledore dans sa vie pour jouer la figure du père… Bref : Harry, c'est lui ! Alors il ne peut s'en détacher même, pour échapper à tout ce qui lui rappelle son échec, il se renferme dangereusement sur lui-même… jusqu'à l'âge adulte.

Toute notre vie peut-elle être conditionnée par un seul échec ? Peut-on être hanté par son échec au point de s'identifier à lui tout entier durant toute sa vie ?

Lectrice d'Harry Potter, j'ai choisi ce thème pour découvrir David Foenkinos dont j'entends souvent parler. J'ai été déçue. Un peu par le contenu, un peu par la plume et la façon de raconter, qui survole tout ça rapidement comme pour se débarrasser de l'histoire - C'est finalement comme ça que j'ai fini de le lire aussi. Les premiers chapitres sur les parents du numéros deux m'ont passablement ennuyée, j'ai eu l'impression de lire un article de presse qui résumait la situation (très grosso modo les 100 premières pages) ; Ensuite, j'ai cru que ça décollait en entrant dans le vif du sujet avec le casting et la pseudo dépression du gamin non-retenu (vaguement les 100 suivantes), mais ça s'est vite englué dans un auto-apitoiement que je n'ai malheureusement pas compris (encore une centaine de pages), pas ressenti, ce qui m'a empêchée de m'attacher au personnage de ce numéro deux, certes gentil mais un peu mou. On a tous des moments que l'on ressent comme des échecs, mais si on ne peut pas s'en remettre à cet âge, je trouve ça inquiétant. Je crois tout simplement que je n'ai pas « cru » au personnage, dont les réactions ne m'ont pas convaincue, malgré les tentatives de justifications. Quant à la plume, elle ne m'a pas séduite. Je ne vous dirai rien des cents dernières pages, très romanesques. Malgré tout, mon avis n'est qu'une goutte d'eau dans un océan de potentiels amateurs de ce livre, qui plaira probablement aux fans de l'auteur aimant cette façon de raconter, aux inconditionnels des coulisses d'Harry Potter ou encore à ceux qui parviendront à être touchés par ce « numéro deux »…

Perso, pour ma première rencontre avec l'auteur, ce fut un échec ! Foenkinos 1, Onee 0, vaincue par K.O., voire par chaos. Rassurez-vous, je ne vais pour autant me terrer dans ma chambre dès que je verrais sa tête en librairie, ou ses livres dans vos critiques :-)

J'en retiendrai une phrase : « On ne rate pas sa vie, on la recommence. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5625
montmartin
  20 janvier 2022
Martin est né en Angleterre en 1989, à dix ans un examen ophtalmologique va changer sa vie, sa vue a baissé, c'est ainsi que Martin commence à porter des lunettes, à la monture noire. Au même moment JK Rowling, une auteure inconnue s'apprête à connaître un succès phénoménal avec l'histoire d'un petit sorcier avec des lunettes rondes et une monture noire. Pour l'adaptation cinématographique de ce bestseller, il faut choisir un enfant de dix ans, la quête s'annonce compliquée. Fort de sa ressemblance avec le jeune héros, Martin participe au casting. Malheureusement il ne sera pas retenu, toute sa vie il va rester le numéro deux.
Après « la famille Martin », David Foenkinos nous offre à nouveau un roman très original. Pendant vingt ans nous allons suivre Martin, dont la destinée a basculé du mauvais côté et qui est hanté en permanence par l'ombre du petit sorcier qu'il aurait dû incarner. Ce récit qui se présente comme une réflexion sur l'échec ne m'a pas captivé, certes l'écriture de David Foenkinos est toujours malicieuse et teintée d'humour, mais une fois passée la surprise du sujet, j'ai trouvé que cela trainait un peu en longueur, certaines situations semblent très fantaisistes et la fin ne m'a pas convaincu. Sans aucun doute les inconditionnels d'Harry Potter seront heureux de découvrir toutes ces anecdotes sur l'univers du petit sorcier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
blackbookspolar
  21 janvier 2022
Heureusement qu'il y a un avertissement aux lecteurs avant de démarrer la lecture parce que j'aurais pu croire dur comme fer à toute cette histoire tant cette fiction semble réelle. Au départ, dubitative quant à la quatrième de couverture, je me suis finalement laissée tenter, la curiosité aura été plus forte que le reste. Je ne connaissais pas du tout l'auteur mais quand il s'agit d'Harry Potter, forcément… J'y porte de l'intérêt, même si c'est avec méfiance (attention, on ne critique pas cet univers avec moi, grande fan que je suis).
J'ai donc ouvert ce livre sans rien en attendre, ayant lu autant d'avis négatifs que dithyrambiques, je me suis simplement laissée porter. C'est vrai que la construction est assez étonnante, donnant l'impression de lire une biographie mêlant de nombreux faits sociétaux avérés. Martin est le Numéro deux, celui qui a failli être l'élu, celui qui a vu son rêve devenir cauchemar. Tout est décrit de telle sorte qu'il est difficile d'imaginer que tout le récit n'est que fiction. Les éléments qui tournent autour du personnage sont tellement étayés de faits réels que la frontière entre le vrai et le faux est mince. C'est sur ce point là que je salue avant tout le talent de l'auteur.
J'ai aimé les chapitres très courts qui vont à l'essentiel, le livre est court, les mots sont comptés, pas de place au superflus. La grande question ici n'est pas qui est Harry Potter ? C'est plutôt, comment se construire quand on vit un échec tellement important à 9 ans ? Comment surpasser un événement traumatique, parce que oui, il s'agit bien d'un traumatisme que va vivre Martin. Comment réussir à se construire après avoir approché la lumière d'aussi près ? N'oublions pas l'ampleur du phénomène J.K. Rowling à la vie et l'avis d'un très jeune garçon. Certes, en tant qu'adulte nous sommes plus facilement armé et prédisposé à surmonter une telle défaite mais imaginez un peu un petit garçon dont les parents viennent de se séparer qui s'approche de son rêve pour le voir s'envoler en quelques minutes. Il assistera pendant des décennies au succès mondial de la saga en se disant « ça aurait pu être moi, ça a failli être moi, je suis le Numéro deux, j'ai raté ma chance, j'ai raté ma vie ».
C'est sûr que ça peut semblait exagéré à certain de lire cette vie gâchée par ce casting raté mais finalement, ça met en lumière la fragilité psychologique d'un enfant qui doit apprendre à vivre ou survivre avec cette amertume, cette déception et cette honte.
« Dois-je traverser de plus grandes douleurs encore pour ne plus me focaliser sur ce qui me fait tant souffrir? »
A travers son drame personnel, Martin m'a touchée et m'a émue. Loin de moi tout jugement, je l'ai trouvé d'une tristesse infinie, enfermé dans sa douleur et sa peur. Avec un père puis une mère complétement impuissants face à son désarroi, toute crédibilité y trouve sa place. Nous même, lecteurs, cherchons comment aider ce jeune garçon à se relever. Les émotions sont parfaitement bien décrites et n'en font pas un mélodrame longuet et imbuvable. C'est sincère et impactant.
« On vit aujourd'hui sous la dictature du bonheur des autres. Ou, en tout cas, leur prétendu bonheur… »
J'imagine bien le nombre de recherche qu'à du faire David Foenkinos autour de l'univers du plus célèbre sorcier. Les anecdotes y sont nombreuses, les références sont présentes tout au long du récit et les nombreuses personnalités publiques évoquées rendent le tout complétement authentique. Une plume touchante mais qui fait aussi sourire, parfois. En tant que grande fan d'Harry Potter, j'ai aimé me replonger dans l'euphorie des débuts, nombreuses ont été les réminiscences de mon propre passé, où la sortie d'un tome de la saga était l'événement le plus important de l'année pour moi.
POUR CONCLURE
Un très bon moment de lecture qui aura su me replonger dans un univers qui, je dois l'avouer, ne m'a jamais quitté. Une approche psychologique poussée et intéressante, décortiquée et analysée. Beaucoup de bienveillance et d'empathie qui en font un livre agréable à lire. Quand l'échec mène à la résilience, un récit riche en émotions avec une fin qui aura mis un point final à mon avis positif. Très belle découverte, à lire pour tous les fan d'Harry Potter, mais pas que.
« Harry Potter était notre part de rébellion, notre désir de posséder des pouvoirs pour éradiquer les cons, notre rêve d'une vie meilleure. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Doralex72
  12 janvier 2022
Martin Hill est un jeune garçon, français par sa mère, anglais par son père. Après la séparation de ses parents, il reste vivre à Londres avec son père, assistant accessoiriste sur les tournages. Sa mère, journaliste, est repartie vivre en France. Tous les weekends, il prend l'Eurostar pour la retrouver à Paris.
En Angleterre, la folie Harry Potter a débuté. Les livres se vendent comme des petits pains et il est rapidement question d'une adaptation cinématographique. Un casting gigantesque est mené pour trouver les interprètes des trois rôles phares de la saga. le père de Martin pousse son fils à participer au casting, persuadé de ses chances. le garçon se prend au jeu et commence à y croire. Harry Potter, ce sera lui.
Si Rupert Grint est rapidement sélectionné pour joué le rôle de Ron, et Emma Watson pour celui d'Hermione, le choix de l'acteur qui incarnera Harry Potter est un peu plus long. A la fin de processus, il n'en reste que deux : Daniel Radcliffe et Martin Hill. Et, comme tout le monde le sait, c'est Daniel Radcliffe qui a remporté le gros lot.
Le choix c'est fait sur un rien, une petite chose en plus qu'avait un, et pas l'autre. Et cette chose que Martin Hill n'avait pas, ce petit rien qui l'a fait passé à côté de la célébrité et de la renommée internationale, vont le hanter.
Totalement fictionnel, ce roman suit le parcours de Martin Hill. « Celui qui n'a pas été choisi » (pour paraphraser J.K. Rowling) va vivre une vie marquée du saut de la malchance. Sa cicatrice à lui c'est son échec à ce casting qui aurait fait basculer sa vie dans autre chose.
A chaque sortie de film, la douleur est ravivée. Impossible dans notre monde actuel d'échapper à la folie Harry Potter. Impossible de ne pas tomber nez à nez avec les livres, impossible de ne pas avoir vu les films. Alors imaginez ce que peut ressentir celui qui aurait pu incarner le célèbre sorcier… Car si l'oeuvre est fictionnel, il existe bel et bien un garçon qui n'a pas été sélectionné pour le rôle.
Le récit est bien construit. L'idée de départ est très originale. On ne pense jamais à celui ou à celle qui échoue de peu et qui rate le virage. Notre regard va inévitablement vers le vainqueur. Mais l'autre ? Comment s'en sort-il ?
David Foenkinos offre une réflexion intéressante sur l'échec mais surtout sur la résilience. Comme dans chacun de ses romans, il sait instiller beaucoup d'humanité et de profondeur d'une histoire simple, presque banale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (2)
LeFigaro   20 janvier 2022
Le romancier imagine le destin cruel d’un gamin qui faillit être choisi pour incarner le héros à lunettes inventé par J. K. Rowling. Drôle et mélancolique.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaCroix   15 janvier 2022
Qu’est-ce que la réussite ? C’est la question que pose le nouveau roman de David Foenkinos, réflexion sur la reconstruction sur fond du succès de la saga Harry Potter.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
montmartinmontmartin   18 janvier 2022
 Martin se renferma un peu plus encore. Sa mère ne savait plus que faire. Elle essayait de lui changer les idées, mais ce n’était pas simple. On ne change pas les idées de quelqu’un comme on change l’eau d’un vase.  
Commenter  J’apprécie          230
montmartinmontmartin   17 janvier 2022
On associe toujours le hasard à une force positive qui nous propulse vers des moments merveilleux. De manière étonnante, sa version négative est très rarement évoquée, comme si le hasard avait confié la gestion de son image à un génie de la communication. La preuve : on dit communément que le hasard fait bien les choses, ce qui occulte totalement l’idée qu’il peut tout autant mal les faire.
Commenter  J’apprécie          170
Leg12Leg12   19 janvier 2022
Avec les années, on acquiert peu à peu la capacité de supporter les coups. La vie humaine se résume peut-être à ça, une incessante expérimentation de la désillusion, pour aboutir avec plus ou moins de succès à une gestion des douleurs.
Commenter  J’apprécie          20
julienleclerc45julienleclerc45   18 janvier 2022
Certaines histoires sont écrites avant même leur commencement. Jeanne appréciait l’un de ses collègues du service des sports. Ils avaient déjeuné quelques fois ensemble, dans cette fausse innocence qui masque la séduction en guet-apens. Et puis, il avait proposé : « Pourquoi on n’irait pas boire un verre un soir ? » Elle avait dit oui spontanément. Le plus étrange était qu’elle n’avait pas dit la vérité à son mari. Jeanne avait prétexté un bouclage tardif. Tout était déjà là, dans ce mensonge qui trahissait ce qu’elle ressentait. Après le verre, il y eut la proposition cette fois-ci d’un dîner ; ce fut un nouveau mensonge ; après un second dîner, il y eut un baiser ; et puis, on parla de se retrouver à l’hôtel. Jeanne fit mine d’être surprise, mais sa réaction n’était que la fragile façade de son exaltation. Elle éprouvait du désir pour cet homme, elle pensait à lui sans cesse, à son regard et à son corps. La sensualité revenait au premier plan de sa vie. Et lui aussi ressentait la même chose ; il n’avait jamais trompé sa femme auparavant. Sous ses airs assurés, il cachait l’intensité de son trouble. À la fois honteux et ébahis, ils se promirent que cette histoire ne durerait qu’un temps ; ils volaient un peu de folie au quotidien, et tentaient de le faire sans être écrasés par la culpabilité ; la vie était trop courte pour être irréprochable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
montmartinmontmartin   17 janvier 2022
Malheureusement, et de manière fort surprenante, personne n’avait pensé à s’équiper d’un appareil photo. C’était peut-être mieux ainsi ; sans trace physique du bonheur, on réduit le risque d’être ultérieurement submergé par la nostalgie.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de David Foenkinos (96) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Foenkinos
Ce qui change le court d'une vie c'est d'avoir été à deux doigts de la réussite éclatante. C'est le cas du héros du nouveau roman de David Foenkinos, "Numéro Deux", chez Gallimard. À l'âge de 10 ans, il est sélectionné pour incarner Harry Potter au cinéma, sauf qu'il est resté numéro deux sur la liste et Daniel Radcliffe sera choisi à sa place.
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
autres livres classés : harry potterVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

David Foenkinos

De quoi souffre Hector le personnage principal de son livre "le potentiel érotique de ma femme" .

de collectionnite aigüe
de kleptomanie
d'alcoolisme
de narcolepsie

9 questions
127 lecteurs ont répondu
Thème : David FoenkinosCréer un quiz sur ce livre

.. ..