AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070793885
Éditeur : Gallimard (04/11/2016)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 2071 notes)
Résumé :
Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (502) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
12 octobre 2014
Une grande joie de parcourir les ressentis positifs et enthousiastes des uns et des autres, je vais tenter d'ajouter un signe de ma propre émotion.
Le destin tragique de Charlotte, son talent, sa douleur de vivre… m'ont habitée fortement grâce à l'auteur. Ce qui m'a troublé et passionnée parallèlement c'est la narration de David Foenkinos concernant la maturation très longue de ce texte qui habitait « notre auteur » depuis de longues années…ses doutes, son obsession persistante concernant Charlotte Salomon, sont de très beaux passages sur les étapes complexes de la création …
En plus de l'émotion ressentie grâce à M. Foenkinos, je lui suis reconnaissante de « m'avoir découvrir » cet artiste, ainsi que la rencontre fortuite , secondaire de Aby Warburg , en parallèle.

Je suis encore sous le choc de l'émotion et de la beauté du texte, entre poésie et prose. Ces courtes phrases, ponctuées chaque fois d'un point… qui induit un rythme sont une formidable idée. Très belle idée d'inciter le lecteur à une lenteur dans la lecture, en optant pour une certaine respiration.En réalité l'auteur nous explicite ce besoin régulier de point à chaque phrase, pour reprendre sa propre respiration...
Il ne me semble pas nécessaire de rentrer dans l'histoire et le détail du parcours de cette jeune femme talentueuse, silencieuse, et totalement habitée par son art…Son art qui lui fait combattre le désespoir, la barbarie de son époque.
J'ajoute deux extraits de David Foenkinos, qui me touchent infiniment, signifiant si fort, combien la symbiose, la fusion avec cette femme, son art, et tout ce qu'elle peut représenter ont submergé, nourri l'écrivain, l'ont habité si longtemps
« le sentiment d'avoir enfin trouvé ce que je cherchais.
Le dénouement inattendu de mes attirances.
Mes errances m'avaient conduit au bon endroit.
Je le sus dès l'instant où je découvris -Vie ? ou Théâtre ?
Tout ce que j'aimais.
Tout ce qui me troublait depuis des années.
Warburg et la peinture.
Les écrivains allemands.
La musique et la fantaisie.
Le désespoir et la folie.
Tout était là.
Dans un éclat de couleurs vives.
La connivence immédiate avec quelqu'un.
La sensation étrange d'être déjà venu dans un lieu.
J'avais tout cela avec l'oeuvre de Charlotte.
Je connaissais ce que je découvrais. (p.70) »
Très attentive , bien évidemment à la trop brève et dramatique existence de Charlotte narrée par Foenkinos, mais également aux notations de l'écrivain quant à la genèse de ce livre délicat….
‘« Pendant des années, j'ai pris des notes.
J'ai parcouru son oeuvre sans cesse.
J'ai cité ou évoqué Charlotte dans plusieurs de mes romans.
J'ai tenté d'écrire ce livre tant de fois.
Mais comment?
Devais-je être présent?
Devais-je romancer son histoire?
Quelle forme mon obsession devait-elle prendre?
Je commençais, j'essayais,puis j'abandonnais.
Je n'arrivais pas à écrire deux phrases de suite.
Je me sentais à l'arrêt à chaque point.
Impossible d'avancer.
C'était une obsession physique, une oppression.
J'éprouvais la nécessité d'aller à la ligne pour respirer
Alors j'ai compris qu'il fallait l'écrire ainsi »

Toute ma reconnaissance et mes remerciements à l'auteur pour ce moment unique d'émotion et de rencontre. Lecture importante que je ne désirais pas quitter , c'est-à-dire laisser ainsi « sans façons », « Charlotte », aussitôt le livre refermé… J'ai poursuivi avec la rédaction de cette chronique », et une liste de références que j'ai dénichées, pour prolonger la découverte émue de cette « belle artiste »…et poursuivre d'autres lectures !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1514
Annette55
21 septembre 2014
Comment ne pas être ému, touché, bouleversé par ce récit?
Il retrace la vie de Charlotte Salomon, née en1917 dans une famille juive de Berlin, réfugiée dans le sud de la France peu après la nuit de cristal fin 1938.
Charlotte, hantée par les suicides de sa famille, devient une artiste totale, chantant, peignant, écrivant.
Réalisée entre 1940 et 1942 la trilogie de huit cent gouaches accompagnées de textes et de partitions musicales appelée "Vie"?ou "Théâtre"?est son oeuvre, sa trace ultime, une oeuvre picturale fascinante, "un tourbillon de puissance et d'inventivité"!
En 1943, elle fut dénoncée, arrêtée,déportée à l'âge de 26 ans, enceinte de quatre mois....
Avant de partir, elle confia ses toiles à son médecin en lui disant :"c'est toute ma vie", elles sont conservées aujourd'hui à Amsterdam.
Ce trés bel ouvrage expose le destin de la jeune fille surdouée, de la renfermée,
de l'artiste hantée, de l'amoureuse...
David Foenkinos lui rend un magnifique hommage comme si elle avait été sa soeur, son amour, sa mère...une obsession..une identification...
Ce qui m'a le plus frappée dans ce témoignage- hommage- c'est la forme, une structure parfaitement maîtrisée,une sorte de long poéme en prose,humain,authentique,empreint d'humilité, d'une subtile élégance, d'une gravité mesurée, le point fixe de l'imaginaire de David Foenkinos, sa quête et sa hantise de cette artiste, sa recherche, - les étapes de celle -ci s'immiscent dans le récit-, l'émotion, l'audace, un aboutissement pour lui, une souffrance maîtrisée à l'évocation du portrait saisissant de cette femme exceptionnelle au destin tragique!
Une belle oeuvre Extrêmement forte aboutie!
Une émotion indicible!
Rien à voir avec les autres livres de cet auteur, à mon avis!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1238
Eve-Yeshe
06 décembre 2014
C'est un très beau texte, un long poème en prose pour parler d'une jeune femme dont la peinture et les dessins ont subjugué l'auteur. David Foenkinos nous fait une très belle description de la tragédie familiale, une famille de bipolaires avec des suicides multiples et un lourd secret pour Charlotte.
Il s'agit, ici aussi d'une exo fiction, l'auteur se mettant en scène lui-même, ce qui semble être à la mode pour cette rentrée littéraire 2014 (Cf. Patrick Deville et Eric Reinhardt). L'auteur intervient ici pour expliquer son attachement à Charlotte Salomon, son art mais aussi son histoire puisqu'il suit ses traces, revient sur les lieux où elle a vécu, rencontre des témoins qui l'ont côtoyée, ou leurs descendants il met ses pas dans les siens. Il y a donc un gros travail de recherche.
L'écriture est belle, il a choisi d'aller à la ligne à la fin de chaque phrase pour se laisser et nous laisser respirer, ce qui permet de ne pas se laisser submerger par l'émotion parfois. Dans les périodes difficiles, les phrases deviennent très courtes, parfois un ou deux mots, et il est même obligé de sauter des lignes tellement c'est dur : par exemple dans la scène immonde où le grand-père de Charlotte, fier de sa propre famille, vomit sa haine de la dépression mélancolique et du suicide ; en gros, c'est lui seul qui souffre, il n'a rien compris à cette maladie et il est tellement hors de lui qu'il crache la vérité sur le secret.
On s'attache à Charlotte, on sent qu'elle ne s'en sortira pas, l'auteur n'en fait jamais mystère, donc on vit chaque instant de la vie de cette artiste secrète, taiseuse, à Berlin puis en exil, probablement atteinte de la maladie elle-aussi.
David Foenkinos décrit bien les droits bafoués, l'antisémitisme, l'exclusion : Charlotte se voit peu à peu exclue de tout, surtout des Beaux Arts, où elle avait réussi à rentrer quand-même, désignée pour le premier prix, mais ne pouvant pas le recevoir car elle est juive.
Ici, il est envoûté par la jeune femme, dont il est tombé amoureux, au travers de la peinture ; il trouve ce qu'il a toujours cherché, c'est une reconnaissance, comme s'il avait déjà vu et vécu tout cela ; et la façon de l'écrire s'impose à lui d'elle-même. Mais doit-il chercher à tout savoir sur elle ? Il a su mettre une limite à son investigation.
J'ai beaucoup aimé et ce livre rejoint les quelques élus du coup de coeur de la rentrée 2014. Encore un livre qui fait réfléchir, sur la souffrance de la maladie, de l'exil, du rejet de la haine. L'enfermement dans la maladie mentale alors qu'une Maladie bien plus grave avance, le Nazisme.
Il a reçu le prix Renaudot et le Goncourt des lycéens
Note : 8,4/10

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          882
Piatka
23 mars 2015
" On peut tout quitter sauf ses obsessions. "
Tout est là ou presque, essentiel.
Ce récit pourrait presque se résumer à cette phrase, simple, évidente.
Elle m'a sautée aux yeux en cours de lecture.
Pour finir par prendre tout son sens.
Le dessin, la peinture, l'amour, mais aussi l'absence, insondable.
Les nombreux suicides au sein de la famille de Charlotte, tournoyant comme une sarabande infernale au-dessus de sa tête en permanence.
L'obsession de l'auteur aussi pour la vie de cette jeune femme.
Sa longue quête pour découvrir " les lieux et les couleurs, en rêve et dans la réalité."
Deux vies donc, Charlotte, David.
La peinture de Charlotte qui crée un choc, obsède David, l'écrivain.
Puis les recherches, les tâtonnements, l'écriture épurée, comme sous tension permanente.
Accéder à un formidable hommage posthume.
Trouver comment appréhender les contours de la vie et du talent de l'artiste.
Au-delà des années et du malheur de cette jeune existence brisée par la guerre.

Je referme doucement ce testament littéraire, émue c'est assez rare, en ayant eu le privilège d'assister à une belle rencontre entre deux artistes. David a pris son temps, c'est palpable, pour approcher l'oeuvre et la sensibilité de Charlotte.
Tout est évident dans ce livre, l'expression simple et juste, la forme, particulière et si adaptée finalement - une succession de phrases courtes, enchaînées au rythme d'un long poème d'amour et d'admiration.
La marque des livres rares, inspirés.
Non seulement ce récit m'a permis de découvrir Charlotte Salomon et son oeuvre, mais aussi la double illustration de la définition de Kandinsky :
" Créer une oeuvre, c'est créer un monde. "
Le monde de Charlotte grâce aux mots de David.
Une lecture marquante sous le signe de l'amitié, je remercie chaleureusement fanfanouche sans qui je n'aurais probablement pas lu ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          872
sandrine57
27 novembre 2014
Charlotte Salomon a 9 ans quand sa mère meurt, emportée par une mauvaise grippe, lui dit-on. Mais Franziska s'est suicidée, respectant une sorte de ''tradition familiale''. On se suicide dans la famille maternelle de Charlotte. On vit avec une sorte de tristesse grisâtre qui peu à peu devient d'un noir très sombre et conduit à se jeter dans l'eau glacée ou par une fenêtre. Charlotte ne sait rien de tout cela. Ses grands-parents veulent garder le secret, son père aussi. Sa belle-mère Paula, cantatrice célèbre, voudrait tout lui révéler mais elle n'a pas voix au chapitre sur cette question. Alors Charlotte grandit dans l'ignorance. On essaie de la préserver de la folie familiale mais la mélancolie est bien là. Et puis la folie a gagné toute la nation. Charlotte est juive et l'Allemagne de 1933 la rejette, elle et les siens. Obligée de quitter le lycée à une année de son diplôme, elle intègre, par miracle, l'Académie des Beaux-arts de Berlin. Mais elle doit rester discrète, céder son prix, toujours faire profil bas. le coeur en miettes, elle se décide à s'exiler en France où ses grands-parents insistent pour l'accueillir. Là-bas, au soleil, elle peint et surtout elle apprend la vérité familiale : la première Charlotte, sa tante, morte à 18 ans, sa mère Franziska, morte 13 ans plus tard. Charlotte calcule qu'elle devrait mourir en 1953, 13 ans après sa mère. Les nazis ne lui en laisseront pas le temps.

Maniéré et ridicule dans La délicatesse, David FOENKINOS se révèle enfin délicat dans cette biographie de l'artiste Charlotte Salomon. Transporté par son oeuvre majeure ''Vie ? Ou théâtre ?'', il s'est mis dans les pas de la jeune juive allemande, visitant les lieux où elle a vécu de Berlin à Villefranche-sur-Mer. Mais il n'en fait pas trop, évite de se mettre en scène, sait rester en retrait au profit de son héroïne et de sa vie trop brève. Son long poème en prose, aux phrases courtes, au ton saccadé, convient parfaitement pour écrire une vie entre folie et art. Une phrase par ligne, comme une fuite en avant, comme le chemin de Charlotte. La famille, l'amour, la mort, l'antisémitisme se mêlent au temps qui joue contre elle, elle qui veut finir son oeuvre, elle qui sait la mort proche. La grand-mère, dans sa folie, prophétise la mort de tous les juifs, partout. Alors Charlotte se terre, pour peindre, pour échapper à son destin. Son art lui permet d'échapper à la malédiction familiale mais les barbares nazis se substitueront à cette destinée toute tracée.
Un livre émouvant mais sobre qui met la lumière sur une artiste méconnue au destin tragique. Une belle réussite pour le parfois trop superficiel David FOENKINOS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          717

Les critiques presse (10)
Bibliobs19 novembre 2014
«Charlotte» est un roman qui, au sens littéral, ne mène nulle part.
Foenkinos, bon élève, visite tous les lieux. [...]
Il invente le roman touristique.
«Charlotte», ou le Salomon-tour.
Autre possibilité : il avait des notes de frais à justifier.
Et des pages à remplir.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Liberation12 novembre 2014
Foenkinos déplie le récit de Charlotte Salomon. Il le met à plat avec une inaltérable simplicité. La forme qu’il a imaginée lui permet d’évoquer les drames (outre la guerre, la répétition des suicides dans la famille de Charlotte) sans se vautrer.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeFigaro06 novembre 2014
Le texte déroule, comme une psalmodie sacrée, une succession de courtes phrases qui tiennent chacune sur une ligne. Cette contrainte force l'auteur à la sobriété, accentue la tension, évite qu'il ne dérape dans le larmoiement. Ce roman incantatoire se lit comme une histoire transmise oralement de père en fils et dont il faut se souvenir.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeFigaro30 octobre 2014
Foenkinos n'est pas Dostoïveski et ne prétend pas l'être. Il effleure les abîmes de l'âme plus qu'il ne les explore, avec la mélancolie et la délicatesse de trait qu'on lui connaît.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress17 octobre 2014
David Foenkinos écrit en vers libres l'histoire de Charlotte Salomon. Il invite ses doutes et ses investigations à rejoindre la trame déjà pleine d'hésitations de la vie de Charlotte. Et le résultat est formidable.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Actualitte09 octobre 2014
Si Charlotte Salomon a changé la vie de l'auteur, a influencé sa propre destinée, est littéralement entrée en collision avec lui-même, alors l'intensité du roman semble trop discrète au regard de ce bouleversement personnel, si lointaine au lecteur, pour être appréciée sans réserves.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Culturebox18 septembre 2014
L'auteur de "La délicatesse" recompose la vie de cette artiste qu'il aime dans une forme littéraire inattendue, qui ressemble à un long chant. Un pari réussi.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LesEchos10 septembre 2014
L’histoire de Charlotte Salomon est tellement oppressante que David Foenkinos, de son propre aveu, se révèle longtemps incapable d’écrire deux phrases de suite. [...] On le lit dans le même élan, avec la même émotion.

Lire la critique sur le site : LesEchos
LeFigaro22 août 2014
Pour reprendre son souffle, il allait sans arrêt à la ligne. C'est ainsi qu'est né ce roman qui raconte la vie de Charlotte sous la forme d'un long poème narratif.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LePoint16 juillet 2014
Pour donner de l'air à ce roman (où tout est sans doute vrai), il opte pour des phrases courtes de moins d'une ligne, seul moyen pour le lecteur de respirer dans une histoire triste, puis tragique.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations & extraits (352) Voir plus Ajouter une citation
calypsocalypso23 juillet 2017
Il y a des théories sur le rangement des livres.
Notamment celle du bon voisinage.
Le livre que l'on cherche n'est pas forcément celui que l'on doit lire.
Il faut regarder celui d'à côté.
Commenter  J’apprécie          80
becass-inbecass-in20 juillet 2017
La véritable mesure de la vie est le souvenir.
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche2412 octobre 2014
Le sentiment d'avoir enfin trouvé ce que je cherchais.
Le dénouement inattendu de mes attirances.
Mes errances m'avaient conduit au bon endroit.
Je le sus dès l'instant où je découvris -Vie ? ou Théâtre ?
Tout ce que j'aimais.
Tout ce qui me troublait depuis des années.
Warburg et la peinture.
Les écrivains allemands.
La musique et la fantaisie.
Le désespoir et la folie.
Tout était là.
Dans un éclat de couleurs vives.
La connivence immédiate avec quelqu'un.
La sensation étrange d'être déjà venu dans un lieu.
J'avais tout cela avec l'oeuvre de Charlotte.
Je connaissais ce que je découvrais. (p.70)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Eve-YesheEve-Yeshe11 décembre 2014
Pendant des années, j'ai pris des notes.
J'ai parcouru son œuvre sans cesse.
J'ai cité ou évoqué Charlotte dans plusieurs de mes romans.
J'ai tenté d'écrire ce livre tant de fois.
Mais, comment?
Devais-je être présent?
Devais-je romancer son histoire?
Quelle forme mon obsession devait-elle prendre?
Je commençais, j'essayais, puis j'abandonnais.
Je n'arrivais pas à écrire deux phrases de suite.
Je me sentais à l'arrêt à chaque point.
Impossible d'avancer.
C'était une sensation physique, une oppression.
J'éprouvais la nécessité d'aller à la ligne pour respirer.

Alors, j'ai compris qu'il fallait l'écrire ainsi. P 71
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
ladesiderienneladesiderienne21 juillet 2015
A quelques mètres de leur banc, il y a la villa Marlier.
Ils admirent le beauté et l'élégance de cette maison.
Le 20 janvier 1942 se retrouveront ici les hauts dignitaires nazis.
Pour une petite réunion de travail dirigée par Reinhard Heydrich.
Les historiens l'appellent la conférence de Wannsee.
En deux heures seront peaufinés les rouages de le Solution finale.
Les méthodes de liquidation définies.
Voilà, tout est clair maintenant.
On a bien travaillé, messieurs.
Il est temps de se détendre un peu au salon.
Un très bon cognac est servi.
Que l'on déguste avec le sentiment du devoir accompli.

Aujourd'hui, les hommes de la réunion sont figés par des photos.
Ils sont immortels, ou plutôt : interdits à l'oubli.
La villa est devenue un lieu de mémoire.
Je l'ai visitée par un soleil radieux, en juillet 2004.
On peut traverser l'horreur.
La longue table de la réunion est effrayante.
Comme si les objets avaient participé au crime.
L'endroit est chargé à perpétuité de terreur.
C'est donc ça, avoir froid dans le dos.
Je n'avais jamais compris cette expression auparavant.
La manifestation physique d'une pointe glaciale.
Qui parcourt la colonne vertébrale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de David Foenkinos (77) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Foenkinos
Rencontre avec David Foenkinos - 38ème édition du Livre sur la place
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

David Foenkinos

De quoi souffre Hector le personnage principal de son livre "le potentiel érotique de ma femme" .

de collectionnite aigüe
de kleptomanie
d'alcoolisme
de narcolepsie

10 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : David FoenkinosCréer un quiz sur ce livre
. .