AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782809805673
280 pages
L'Archipel (09/11/2011)
3.53/5   31 notes
Résumé :
Comment une jeune femme moderne et indépendante a-t-elle pu accepter de tout perdre, jusqu'à porter le niqab ? Doris Glück nous raconte sa terrible descente en enfer, et sa longue route vers la liberté.

Lorsque Doris, 32 ans, représentante en produits cosmétiques, rencontre Omar, un bel Égyptien, elle tombe éperdument amoureuse. Elle l'épouse quelques semaines plus tard.
La jeune femme pouvait-elle imaginer que, trois ans après, ce conte des Mi... >Voir plus
Que lire après NiqabVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Témoignage d'une jeune femme embrigadée par les belles paroles de son conjoint, Doris se retrouve en Bosnie, en 1991 lorsque la guerre y fait rage. Sous des motifs fallacieux, son époux lui a présenté ce voyage comme une mission humanitaire. Mais une fois arrivés sur place, les choses sont bien différentes !

Bien entendu avec ce genre de livre, j'ai toujours une réserve dans le sens où c'est la parole d'une personne contre une autre (celle de son époux). Mais ce qui attire l'attention est surtout la facilité de cette femme de croire les paroles de son époux. On ne peut s'empêcher de penser que sa naïveté est grande et que cette trentenaire menant une vie normale avec un bel emploi s'est retrouvée en moins de deux mariée à un combattant djihadiste.

Ce que j'ai trouvé intéressant dans ce livre est que ce témoignage fait état de la guerre de Bosnie, que je ne connaissais que peu, étant très jeune à l'époque. Toutefois, on se rend vite compte des parallèles qui existaient déjà avec la guerre qui a lieu en Syrie depuis 2011. En effet, des combattants étrangers de plein de pays différents s'étaient déjà rendus dans un pays loin des leurs, en vue de combattre avec des inspirations religieuses radicales. Une autre similarité est que l'un des objectifs de ces jihadistes était de mettre en oeuvre un « état islamique » global dont la charia serait l'un des piliers. Comme quoi, la vie n'est qu'un éternel recommencement…
Lien : https://www.musemaniasbooks...
Commenter  J’apprécie          311
Effarant. On a du mal à comprendre comment un musulman basique, vivant dans un pays moderne où il s'est construit une vie normale et moderne, peut basculer dans l'obscurantisme si rapidement, si complètement. Au point de cautionner et de participer à des massacres, tortures etc...De même , comment une jeune femme moderne, dynamique, avec une carrière en plein essor, peut rejeter sa culture, son mode de vie, sa vie. Comment elle peut accepter d'être battue, humiliée, aller vivre dans un pays en guerre, dans un dénuement archaïque, etc.. par "amour" pour un type qui n'a plus rien à voir avec l'homme qui l'avait séduit.

Cependant, Doris Gluck nous livre son témoignage sans rancoeur manifeste, sans rejeter la religion qu'elle s'est choisie mais en dénonçant les dérives malsaines dont certains de ses corréligionaires se rendent coupables.

Le tout est interessant pour connaitre un certain pan du conflit bosniaque.
Commenter  J’apprécie          30
Je suis assez mitigée sur cette lecture. Certes j'ai trouvé le récit intéressant et prenant, mais je ne me suis pas sentie impliquée dans l'histoire de cette femme.

On peut se demander pourquoi elle ne quitte pas simplement cet homme qui la contraint, l'humilie et la bat, puisqu'il ne la retient pas forcément prisonnière. Mais ce que j'ai bien compris, c'est que sa prison n'est pas physique, elle est psychologique. Nombreuses sont les femmes qui restent avec des hommes violents car elle manquent de confiance en elle, ont peur de la solitude et de l'inconnu, pensent pouvoir changer leurs époux et sont attachés à eux. Tout ça, j'ai bien vu que Doris le ressentait. Sauf que comme je ne me suis pas attachée à elle, je n'ai pas ressenti toute sa souffrance et son "asservissement" progressif et donc je ne l'ai pas vraiment compris.

J'ai vu ce qui l'avait amené à cette situation mais je ne l'ai pas compris et c'est ça qui m'a manqué dans ce livre. Une histoire telle que la sienne devrait prendre aux tripes car elle vit des situations humiliantes. Mais non, j'étais plus intéressée par l'aspect informatif de l'histoire concernant la vie des moudjahidin et de leurs épouses.
J'ai aussi été assez déçue de ne pas savoir comment elle s'était retrouvée en contact avec les forces de l'ordre. La fin est un peu trop abrupte à mon goût.

Ce livre est loin d'être mauvais mais j'y ai trouvé un intérêt plus documentaire que témoignage bouleversant.
Commenter  J’apprécie          00
Les critiques précédentes parlent d'amour… Je me permets de poser cette question: l'Amour, aussi grand et fort qu'il soit, permet-il une telle soumission à un homme, une obéissance aveugle et abnégation de soi, de ses origines, des fondements moraux d'une société basée sur la paix, l'harmonie et le respect? Il a fallu quinze longues années de renoncements, de souffrances pour que l'auteur arrive enfin à échapper à l'emprise de son mari ! Je reconnais beaucoup de droits et d'excuses à l'Amour, mais pas un aveuglement total comme c'est le cas ici.
Néanmoins, merci à l'auteur d'avoir osé témoigner enfin et en espérant qu'elle puisse se reconstruire une vie à l'abri de tels extrêmes. Cette dernière ligne justifie ma note et mon évaluation.
Commenter  J’apprécie          30
L'écriture ne présente pas d'intérêt particulier, mais ce témoignage d'une jeune femme allemande permet de suivre le parcours d'une femme occidentale instruite, amenée à se voiler entièrement du Niqab et à se soumettre à la volonté d'un mari devenu extrémiste.
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : bosnieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Doris Glück (1) Voir plus

Lecteurs (89) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1671 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..