AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782897521813
Éditeur : ADA inc. (01/01/2014)

Note moyenne : 4.41/5 (sur 27 notes)
Résumé :
EMBRASSER L'INTERDIT Imaginez si la vie des adolescents dépendait littéralement des mauvaises influences présentes en chacun d'eux ! Or, pour les fils et les filles d'anges déchus, c'est la réalité. Anna Whitt, une jeune fille au coeur tendre, née dans le sud des États-Unis, possède un sixième sens inné qui lui permet de voir et de ressentir les émotions des gens qu'elle côtoie. Depuis toujours, elle est consciente d'un tiraillement intérieur, de l'attraction inexpl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Aveline
  03 juin 2014
A première vue, le résumé ne me donne pas envie. Vraiment. Mais ça, c'était avant.
Anna est une jeune fille bien sous tous rapports. Gentille, elle se fond dans la foule, ne se fait pas remarquer, travaille plutôt bien à l'école…
Là où ça se complique, c'est qu'elle a des pouvoirs: elle perçoit les émotions des gens grâce à leur aura qui change de couleur en fonction de leurs humeurs et peut persuader n'importe qui de faire tout ce qu'elle veut.
Pourquoi?
Eh bien, tout simplement parce qu'elle est le produit de l'amour entre une mère ange gardien et d'un père, anciennement ange, déchu suite à l'insurrection de Lucifer et de sa horde contre Dieu.
Youhou, je vous vois venir. Des histoires d'anges, y en a plein. Oui. Je suis moi-même une grande fan de la saga Hush hush de Becca Fitzpatrick et dans quelques mois, quand le dernier tome sera paru et que je l'aurai dévoré, vous pouvez être sûrs d'en lire une chronique!
Cependant, Wendy Higgins a réussi à construire toute une mythologie propre à elle avec ses ressorts et sa complexité!
Bien sûr, on retrouve des termes connus comme Néphilim mais le monde de l'auteure est tellement bien dépeint que l'on y adhère sans complexe.
Je vais tenter de vous toucher quelques mots du mythe qu'elle décrit mais il faut lire Sweet Evil pour en comprendre vraiment les ramifications.
Au commencement, il y avait Dieu et ses enfants, les anges. Parmi ceux-ci, Lucifer. Lucifer devint jaloux de l'attention que Dieu portait à ses nouvelles créations, les hommes et grâce à son pouvoir de persuasion, recruta des frères pour se rebeller. Il échoua et fut donc condamné avec ses frères à être exclu du Paradis.
Ca, c'est le mythe que, je pense, tout le monde connaît.
Ensuite, selon Wendy Higgins, dans la hiérarchie des "méchants", nous trouvons au sommet: les Ducs. Les Ducs sont la personnification des péchés capitaux ( les 7 que vous connaissez comme la luxure, la gourmandise et la convoitise…) et d'autres condamnations morales ( meurtre, vol…)
A la base, ce sont de simples esprits qui possèdent des corps mais ils influencent tellement bien les humains que leur importance a augmenté avec les siècles.
Là dedans, vous trouvez le père d'Anna qui personnifie l'addiction aux alcools et autres substances ou le père de Kaidan, qui attise la luxure.
Les Ducs sont les seuls à avoir l'autorisation de posséder un corps physique.
Plus bas, vous trouvez les Légionnaires. Pour que le mal se répande, il faut une voix pour l'instiller et c'est le travail des Légionnaires. Aussi nombreux que les hommes, c'est littéralement le démon sur votre épaule qui combat l'ange de votre conscience. Vous voyez la petite image qu'on a d'un homme qui a sur son épaule droite, un ange et l'épaule gauche un diable? le Légionnaire, c'est ça.
C'est la voix insidieuse qui vous fait penser que vous êtes moche, inutile ou qui vous pousse à mal agir. Invisibles aux yeux des humains, ceux qui les voient les décrivent comme des démons, des monstres.
Et tout en bas, vous trouvez les Nephilim. Je ne devrais même pas les inclure dans la hiérarchie tellement ils sont méprisés, même par les "méchants" mais vous devez comprendre leur situation.
Un Néphilim, c'est ce que sont Anna ou Kaidan. le fruit d'un ange et d'un Duc. le fruit d'un amour interdit donc. Si interdit qu'ils sont voués à l'enfer par le seul fait de leur naissance.
Autrefois nombreux, les Nephilim ont été pourchassés et tués par les Ducs et les Légionnaires et maintenant, il n'en reste qu'une poignée parce que leur nombre menaçait les autorités en place de les surpasser.
Au début de l'histoire, nous suivons donc Anna qui ignore tout de ses origines. Adoptée quand elle était enfant, la première chose qui m'a marquée est le fait qu'elle se souvienne de sa naissance et même de ses instants passés dans l'utérus de sa mère.
Le fait qu'elle voit les humeurs des gens en couleurs m'a beaucoup fait penser à la grand-mère dans la saga Intuitions de Rachel Ward.
Accompagnant son meilleur ami Jay à un concert, elle rencontre Kaidan qui l'intrigue immédiatement par son comportement étrange et qui semble en savoir beaucoup sur elle et ses pouvoirs.
Vous pensez qu'ils vont se tomber dans les bras l'un de l'autre? Que nenni!
Même si Anna et lui font tous les deux partie de la même classe, l'amour est absolument prohibé sous peine de mort. Comme le remarque Anna, les humains font tout pour cacher leur part de mal. Eux, doivent cacher la part de bien qui est en eux.
Dans le voyage initiatique d'Anna pour en apprendre plus sur son passé et rencontrer son père, on assiste à la naissance de leur relation tumultueuse. J'ai apprécié le fait qu'ici, on sent la sincérité de leurs sentiments. Que ce n'est pas superficiel mais bien amené et très réel. Combien de fois j'ai lu des histoires où le couple me faisait penser aux romans Harlequin à l'eau de rose?
A côté de l'histoire d'amour, comme dit déjà plus haut, j'ai aimé la complexité amenée aux personnages des anges et des démons.
Tout n'est pas blanc ou noir.
Il y a des scènes vraiment dures, surtout à la fin mais ce n'est que pour mieux rendre réaliste la société formée par les Ducs et les Légionnaires. Les méchants sont vraiment méchants, ils sont même prêts à exécuter leurs propres enfants…
Mais ce n'est pas tout.
Les personnages secondaires comme Jay, Patti ou Veronica sont développés et ne servent pas que d'arrière-plan. Ils sont dotés d'un caractère authentique et ne sont pas éclipsés par l'action. Justement, ils apportent à Sweet Evil la petite note qui rend ce récit plus proche de nous. Lorsque vous le lisez, l'héroine n'en est que plus proche de nous.
De plus, le récit ne se focalise pas sur le conflit lié aux démons.
Ca parle de monstres, oui, mais Wendy Higgins met aussi en exergue les démons intérieurs que nous avons, nous les hommes. Elle montre que le combat du bien contre le mal n'oppose pas que les anges et les démons. Il implique également les humains contre leur propre nature.
Jay par exemple a ses propres démons liés à son histoire familiale.
Autant pour Anna c'est dans sa nature, dans ses gênes, autant Jay, c'est dans sa psychologie.
Sweet evil n'est pas qu'un récit fantastique ou d'amour, il nous fait réfléchir tout en nous distrayant.
J'ai dévoré ce livre en quelques heures seulement et ça a été trop court. Premier volet d'une trilogie très prometteuse, je ne sais pas du tout s'il sera traduit en français mais si vous lisez en VO, n'hésitez pas.
Lien : http://lesentierdesmots.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mono9000
  28 avril 2016
Sweet Evil est souvent apparu parmi les livres qui m'étaient recommandés. J'ai longtemps résisté et puis finalement…j'ai craqué. Et je suis bien contente de l'avoir fait. Il y a quelques maladresses mais dans l'ensemble, j'ai adoré.
Anna Whitt a toujours eu la capacité de ressentir et discerner les émotions d'autrui, sans pouvoir l'expliquer. Ce n'est que lors de son 16ème anniversaire et suite à sa rencontre avec Kaidan Rowe, qu'elle prend conscience de son sinistre héritage. Si elle pense pouvoir y échapper, elle va vite se rendre compte qu'elle a tort.
Le récit est le reflet de la progression d'Anna dans la découverte de sa nature de Nephilim. La première partie du roman est donc consacrée à l'exploration de cet univers et des origines de la jeune femme. C'est assez long à se mettre à en place mais ça vaut largement le coup. On est bien préparé à ce qui va suivre. La seconde partie, qui voit Anna pleinement intégrée ce monde, est nettement plus rythmée. Maintenant qu'elle connaît tout de son héritage, elle est contrainte et forcée de l'assumer. On plonge au coeur des machinations démoniaques et l'auteure réserve des passages très forts émotionnellement.
La jeune femme aura du mal à s'en sortir indemne. Je ne me suis vraiment pas ennuyée une seconde.
Et si dans tout ça Anna pouvait compter sur Kaidan, ce serait parfait mais non… l'auteure a imaginé une romance très touchante, mais aussi tourmentée. Elle n'est pas parfaite cependant. J'ai trouvé que ça manquait un peu de sentiments dans sa construction. Les choses se font peut-être un peu trop rapidement. Mais les émotions sont là, le désir aussi d'ailleurs. J'ai eu le coeur serré à plusieurs reprises pour nos deux protagonistes. Même si je savais que cela allait être douloureux, j'attendais avec impatience chaque interaction entre Anna et Kaidan.
Je me suis régalée avec cet univers peuplé de Nephilims, de Dukes et autres esprits démoniaques. J'ai craint quelques ressemblances avec l'univers de Hush Hush, de Becca Fitzpatrick, mais les deux se révèlent très différents. Je trouve l'idée de Wendy Higgins vraiment excellente. Ici, les enfants des démons héritent des péchés de leur père et doivent pousser les humains aux vices. Ainsi, Anna est la fille du démon responsable de la consommation de drogues et d'alcool. Je vous laisse imaginer ce que ça peut donner. Quant à Kaidan, je vous laisse découvrir ;)
Anna est une héroïne qui m'a beaucoup déroutée. Elle est tellement gentille et…oui, disons-le, parfaite. C'est la bienveillance incarnée. Elle a des réactions tellement surprenantes parfois. Cela donne des situations plutôt drôles. Mais j'ai surtout ressenti beaucoup d'empathie pour elle. Elle voit tout ce en quoi elle croyait, tout ce à quoi elle s'attachait s'effondrer. Au vu de ce qu'elle traverse, je trouve qu'elle fait preuve de courage.
Tout cela n'aurait pas été possible sans Kaidan. Il est plein de charme, c'est indéniable mais il me manque un petit quelque chose encore. Il m'a un peu fait penser à Patch au début, il a cette même arrogance sexy et ce côté ténébreux, mais il ne l'égale pas (pas encore, en tout cas). Il se révèle très peu au final, ce n'est pas évident de le cerner. Première très bonne impression tout de même, j'espère maintenant en découvrir plus par la suite.
Les autres personnages aussi m'ont beaucoup plu, notamment les jumelles qui forment une paire très sympathique.
Il m'aura fallu du temps pour me lancer mais pas pour succomber. Je ressors conquise par ma lecture. Cet univers et ses personnages m'ont séduite. Oui, c'est maladroit par moment mais on passe outre aisément. Si j'avais lu ce roman plus tôt, j'y aurais moins fait attention donc je ne m'attarderai pas dessus.
Si vous aimez les histoires avec des anges, des Nephilims et des démons, je vous invite à découvrir Sweet Evil. Pour ma part, impossible de rester sur ce final, j'enchaîne avec la suite, Sweet Peril.
Lien : http://pamplemoosse.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LucyMediaBooks
  05 juillet 2014
« Sweet Evil » me faisait de l'oeil depuis un bon moment mais le déclic de me lancer à sa découverte ne s'est réellement produit que lorsque JLA y a fait référence dans Origin (Lux #4). Une lecture conseillée par mon auteur préféré ? Evidemment, je fonce… D'autant qu'elle ne manque pas d'enthousiasme au sujet de cette trilogie!
Force est de constater que « Sweet Evil » ne fût malheureusement pas un coup de coeur pour moi, a contrario de nombreuses bloggeuses outre-Atlantique. Il faut dire que mes attentes étaient plutôt élevées… Malgré tout, j'ai vraiment passé un très bon moment avec ce récit qui ne manque pas de qualité mais dont les personnages ne m'ont pas touché autant que je l'aurais cru.
Une chose est certaine, c'est que l'univers de Wendy Higgins m'a totalement pris par surprise. J'avoue que je ne m'attendais pas du tout à une telle intrigue, et je suis restée plutôt bouche bée devant tout ce que l'auteur a pu imaginer. La mythologie que l'auteur met en place est sans conteste le point primordial et le plus réussi de ce premier tome. Je ne rentrerai pas dans les détails car l'ensemble est plutôt complexe et mérite d'être découvert par soi-même, sachez seulement qu'ici l'auteur nous plonge dans l'univers des 7 péchés capitaux où anges, démons et nephilim se confrontent à l'humanité.
Nous découvrons les tenants et les aboutissants de cette mythologie en compagnie d'Anna, narratrice de l'histoire. Même si je l'ai plutôt appréciée, je dois reconnaître qu'Ann m'a parfois profondément agacée. Non pas pour sa naïveté qui est plutôt fun, mais plutôt pour son comportement vis-à-vis de Kaidan. Elle tombe dans ses bras un peu trop vite à mon goût et sa façon de lui courir après m'a clairement donné envie de la claquer… Mis à part cela, Anna est un personnage plutôt plaisant dont la crédulité fait beaucoup rire!
Il est certain que Kaidan est le type de héros masculin devant lequel il est difficile de ne pas craquer. Bad boy au caractère ambigu, il est le principal atout de cette saga, bien plus que le personnage d'Anna si vous voulez mon avis… Malgré tout, j'aurai aimé que l'auteur lui laisse davantage de place et explore encore plus en profondeur ses indéniables qualités.
Comme c'est le cas avec la majorité de ce type de récit, la relation entre Anna et Kaidan est au coeur de l'histoire. La gentille fille qui craque pour le méchant garçon, un classique qui fonctionne à tous les coups… Malheureusement ici le manque d'originalité conduit à un déjà vu un peu rébarbatif et je pense que s'il n'y avait pas eu cette mythologie innovante, je n'aurai autant apprécié ma lecture. En effet, même si elle est intéressante, la relation entre nos deux personnages principaux reste très superficielle. L'auteur nous concocte de jolis moments mais tout va bien trop vite à mon goût et trop de raccourcis ont été pris pour que j'adhère totalement.
Il est évident que « Sweet Evil » reste toutefois pour moi une excellente lecture car d'une part j'affectionne particulièrement le genre (Romance/Fantastique) et d'autre part parce que l'auteur a réussi son pari en me divertissant suffisamment pour j'enchaîne les pages sans les voir…
Après tout, on ne peut pas avoir des coups de coeur pour tous les personnages que l'on rencontre, sinon où serait le charme ?! Je lirai en tout cas la suite avec beaucoup de plaisir…
Lien : http://www.media-books.fr/sw..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kenehan
  04 janvier 2021
Si je me base sur la citation postée le 07/03/2014, cela fait plus de six ans que j'ai entamé la lecture de ce roman... Probablement mon record pour un livre « en cours ».
Pas besoin de préciser que je ne suis jamais entré dans l'histoire. Au point que, depuis, la saga a eu le temps d'être traduite et publiée en France.
Pourtant le pitch avait son petit côté original dans les publications « Young Adult ». La trame est des plus classiques, tout comme les personnages et leurs relations. C'est tout le pan néphilim et la mythologie construite autour qui dénote.
Je ne peux pas dire que j'ai aimé, pas plus que le contraire. le feeling n'est jamais totalement passé. C'est surtout ça que je regrette : le manque de ressenti à chaque reprise de lecture. Peut-être que ça vient du découpage multiple de ma lecture sur plusieurs années... Il faut dire que la motivation n'a jamais été là non plus. Peut-être aussi que l'aspect prude et fade et l'absence d'accroche à l'égard des personnages a beaucoup joué. Et puis ce sentiment de déjà lu qui ne se dissipait que le temps d'extraits spécifiques à cet univers où anges et démons jouent dans les coulisses du monde...
En somme, une lecture achevée grâce à une persévérance mal placée. Un p'tit regret de PAL...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leslecturesdeDoris
  09 décembre 2018
Cela fait bien longtemps que j'avais entendu parler de cette série et j'ai enfin trouvé l'occasion de la sortir de ma gigantesque pile à lire. Bien m'en a pris car j'ai passé un très bon moment de lecture en compagnie d'Anna… et de Kaidan.
Il faut dire que si le thème des anges, démons et nephilims n'a rien de nouveau, Wendy Higgins en propose sa propre interprétation et met en oeuvre une mythologie complexe et réaliste. Les anges du bien sont les anges gardiens qui protègent chaque humain tandis que les anges déchus, ouailles de Lucifer, sont appelés les Ducs et ont chacun leur spécialité de la luxure à la gourmandise en passant par l'addiction aux substances psychotropes. Il y a aussi les Légionnaires qu'on peut schématiser par le petit démon qui chuchote à l'oreille de chacun d'entre nous.
Et que vient faire une gentille orpheline de Géorgie au milieu de tout cela ? C'est-à-dire qu'Anna n'est pas vraiment normale, même si elle essaie plus que tout de se fondre dans la masse. Tout d'abord, ses sens sont hyper développés. Puis elle peut littéralement voir les émotions des gens sous forme de halos de couleur. Et si elle n'était pas humaine ? Qui sont réellement ses parents biologiques ? le découvrir pourrait bien la mettre au premier plan sur le radar de personnes vraiment peu recommandables. A moins que son coeur ne soit d'abord brisé par le beau et mystérieux Kaidan Rowe, qui semble comprendre mieux que personne ses dons…
Bizarrement ce roman très bien écrit comporte de nombreuses longueurs mais je ne me suis pas ennuyée pour autant. J'avais vraiment envie de savoir comment les choses allaient tourner pour Anna, qui est complètement attachante, et aussi pour Kaidan, d'une sensibilité cachée qui est touchante.
C'est parfois agaçant, ça tourne parfois en rond, mais la mythologie est novatrice, les personnages sont bien travaillés (même les personnages secondaires) et j'ai envie de savoir la suite, maintenant que le contexte est posé. Je continuerai donc mon voyage au pays des anges et des démons !
Lien : http://dorisbouquine.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
KateLineKateLine   24 octobre 2016
— Pourquoi tiens-tu tellement à me convaincre que tu es mauvais ? lui demandai-je.
— Simplement parce qu’il te serait salutaire d’éprouver une bonne dose de peur à mon égard, pour que tu ne puisses pas dire que je ne t’avais pas prévenue. Je ne suis pas comme les garçons de ton école. Pense à l’attrait que tu ressens pour les drogues. C’est ce que je ressens pour le sexe.
Oh.
— Alors, tu commences à comprendre ? Et laisse-moi être encore plus précis.
Sa voix devenait plus grave, tandis qu’il me décrivait son travail.
— J’ai besoin de parler cinq minutes à une fille pour savoir ce que je dois dire et faire pour l’attirer dans mon lit. Et toi compris, quoique je doive reconnaître que je n’étais pas à mon mieux hier soir. Avec certaines, il s’agit tout simplement d’être attentif et de les flatter. Avec d’autres, il faut plus de temps et d’énergie. Eh bien, je fais absolument tout ce qui est nécessaire pour qu’elles se donnent et alors, je m’arrange pour qu’elles ne puissent plus jamais être avec un autre homme sans penser à moi. Je connais tous les secrets du corps, des choses que la plupart ignorent sur elles-mêmes. Et quand je les quitte, quand je les entends me supplier de rester, je sais qu’elles sont fichues.
Mon cœur battait à me défoncer la poitrine. Oui, j’avais alors très peur. Il jeta un coup d’œil à mon aura.
— Il était temps, dit-il. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KenehanKenehan   07 mars 2014
Seeing emotions as colors was an extension of my ability to sense others' feelings, their auras. I'd had the gift since infancy. The color spectrum was complicated, as were emotions, with shades of a color meaning different things. To simplify, positive feelings were always colors, ranging from bright to pastel. Negative feelings were shades of black, with a few exceptions. Envy was green. Pride was purple. And lust was red. That was a popular one.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KateLineKateLine   25 octobre 2016
Elle s’essuya la figure, et la noirceur de sa peur s’effaça. Pour ma part, je n’avais toujours pas bougé, dans l’effort d’assimiler le fait que Patti était passée du désir de tuer mon père à se laisser réconforter par lui.
— Voudriez-vous un peu de thé glacé ? lui demanda-t-elle enfin.
Mesdames et messieurs, voici Patti Whitt !
— Oui, madame, avec plaisir.
Et mon père, l’homme qui inspirait la peur. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KateLineKateLine   25 octobre 2016
Une seconde pleine de tension passa pendant laquelle Kaidan comprit que j’étais sur le point de m’enfuir et que si c’était le cas, il fuirait avec moi. Mais je ne pouvais lui faire une telle chose. Ainsi, je finis par pénétrer dans le cabaret et je le sentis me suivre à l’intérieur, après avoir fermé la porte. 
Commenter  J’apprécie          20
KateLineKateLine   25 octobre 2016
Je pris un Coca-Cola.
— En veux-tu ? proposai-je à Kopano.
— Je ne bois pas de caféine, me répondit-il.
— Ouah, tu me fais sentir comme une dévergondée, et ce n’est pas une chose facile.
Pour la première fois, il sourit de toutes ses dents, ce qui fit se creuser une fossette profonde sur sa joue droite.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4022 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre