AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,18

sur 61 notes
Sebidali
  06 juin 2016
Ce roman/nouvelle n'est ni bon, ni complètement mauvais. L'auteur est très jeune, ça se ressent à chaque page (Etait-ce voulu? J'en doute !). Je peine à comprendre l'intérêt du livre, peut-être que le format du blog se prêtait plus à l'exercice. Trop de phrases semblables pour exprimer la même pensée, peu de profondeurs des personnages, pas de rythme, contenu faiblard, la chute est fade. Cohérent en un sens : si on accroche au style on risque d'être conquis, j'ai dû passer à côté d'un truc quand je lis la majorité des autres critiques (ou alors ce sont de grands fans de "Monsieur le prof" éblouis par la personnalité de l'auteur et ses posts sur les réseaux sociaux ; n'ayant rien à voir avec ce qu'il a produit ici). Heureusement que le livre était court et rapide à lire, sinon j'avoue que je ne l'aurais pas terminé.
Commenter  J’apprécie          121
AlexSPV89
  02 juin 2016
Salut tout le monde, j'ai enfin terminé de lire "Point Final" et autant vous dire que je n'ai pas été déçu du début à la fin.

Tout d'abord, il faut bien se mettre en tête que l'histoire que décrit ce livre était pour moi, totalement inédite, je n'avais jamais rien lu de tel, rien d'aussi sombre, rien d'aussi malsain. Est ce un reproche ? Je ne crois pas. L'histoire montre un moment de la vie que personne ne voudrait avoir à surmonter, et comment les gens essaient tant bien que mal de s'en sortir.

L'intrigue de base, un homme que l'on pourrait qualifié de "normal", sans histoires, tout ce qu'il y a de plus standard dans la société, va simuler sa mort pour espionner sa propre famille et capter toutes leurs réactions au fil du temps. Il va poster le tout sur un blog et c'est cela que nous, lecteurs de Point Final, allons découvrir au fil du roman.

Ce qui m'a vraiment marqué dans ce livre ? Ce n'est pas tant le fait que le père de famille soit immoral, qu'il fasse souffrir les gens qu'il aime mais plutôt à quel point ce livre met en évidence le manque de dialogue que peut subir une famille. C'est une famille moderne, plutôt classique (2 parents, 1 frère, 1 soeur) à laquelle je me suis parfaitement identifié, cela fait beaucoup réfléchir à ce que l'on ferait dans cette situation. La réaction des membres de la famille, je peux la comprendre, j'espère ne jamais avoir à faire face à de tels événements évidemment, mais j'espère aussi être capable de réagir mieux qu'eux (ce n'est pas si simple que cela en a l'air ...)

D'une manière générale, le livre est vraiment bien écrit, très agréable à lire. Je ne suis moi même pas un très grand lecteur, j'ai tendance à mettre beaucoup de temps à finir un roman (je ne prends pas le temps) mais pour celui-ci c'est différent : tu as capté mon attention, tu m'as scotché aux pages ! Je ne vais évidemment pas spoiler la fin mais je ne dirai qu'une chose par rapport à celle ci : INATTENDUE ! J'ai beaucoup spéculé au long de ma lecture, j'avais envisagé beaucoup de possibilités, mais pas celle-ci !

Bref, pour le mot de la fin, merci William, merci pour ce livre qui véhicule beaucoup d'idées très intéressantes, je pense que c'est un des rares livres que je serai capable de lire plusieurs fois. Je ne le noterai pas parce que je n'aime pas ça, et puis après tout, c'est toi le prof !

Merci à ceux qui auront pris la peine de lire et de se retrouver à cette ligne.
Alex.

PS : Cette critique date du 21 décembre 2015, je la laisse telle qu'elle parce qu'elle correspond à mon ressenti à chaud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
EnjoyBooks
  02 juin 2016
Résumé : L'homme mort est le journal de bord d'un père de famille ayant mis en scène son propre décès pour observer les réactions de sa famille. Reclus derrière son ordinateur, il les regarde vivre au travers de ses écrans, grâce aux caméras et micros dont il a truffé son domicile avant de disparaître.


Mon avis : le roman est arrivé dans ma boîte aux lettres en totale surprise le dernier jour d'avril. Avec un petit mot de l'attachée de presse me disant que l'histoire allait me plaire. C'est ce genre d'attention qui fait plaisir quand on tient un blog. Quand on sait que notre passion est perçue par le partage et non par la publicité qu'on peut faire aux livres. Après ça, j'ai laissé un moment avant de le lire (3 semaines), mais j'étais allé voir le résumé. J'ai de suite été séduit par le synopsis. Ça promettait d'être original. La couverture je vous avoue que même après ma lecture, je ne sais pas ce que ça représente ^^ Au final j'ai beaucoup aimé ma lecture… et je vous dis pourquoi.

On est de suite mis au pli par l'auteur. Directement convié à ce canular qui n'en est pas un pour la famille. Faire croire à ses proches qu'on est mort alors que ce n'est pas vrai… j'ai trouvé ça culotté et vraiment original. C'est surtout l'aspect « voyeurisme » qui m'intéressait. Je ne savais pas comment l'auteur allait l'aborder. Je ne voulais pas que ça fasse trop pervers. Un bon début, qui pousse à continuer et qui m'a de suite touché. Si je vous dis que les enfants (Thomas et Sophie) ainsi que la maman (Patricia) m'ont ému aux larmes… et tout ça en 30 pages ! Bravo à William Lafleur pour ça.

On fait vite le tour des personnages et on s'attache davantage à ceux qu'on regarde qu'au père censé être décédé. Je crois d'ailleurs qu'aucun nom n'est donné pour lui. Je me suis vite attaché à cette famille qui perd un père, un mari. Chacun réagit à sa façon, essaie de faire face ou alors sombre un peu. Ce sont des réactions que chacun aurait pu avoir, il est donc facile de s'identifier à eux. C'est pour cela que j'ai versé ma larme dès le début. En ce qui concerne le papa décédé… on s'y attache mais plus progressivement. Il nous paraît froid au départ, on peut vite le juger sur ses actes. Mais il y a une évolution intéressante. Une réflexion, des questionnements autour de ce qu'aurait été sa famille avec lui et sans lui. Et le côté voyeurisme est bien maîtrisé. On regarde simplement des tranches de vie.

le rythme est phénoménal. le livre fait 171 pages et je l'ai lu en 2 heures de temps. Les chapitres sont supers courts ce qui apporte beaucoup de fluidité. On est au départ captivé par ce que cette personne veut faire, par cette expérience inédite. du coup on est vite intrigué, on veut savoir la réaction de la famille. Est-ce que ça va blesser la personne qui regarde ? Est-ce que ça va la faire regretter ? Bref, beaucoup de questions qui amènent aussi le lecteur à s'en poser. Avant de lire ce livre je m'étais déjà demandé comment ma famille aurait réagit si je venais à mourir subitement. Et le livre m'a remis cette réflexion en tête. Au fil du roman, on peut croire que l'auteur se perd… qu'il divague par-ci par-là. Je me suis même dit qu'il prenait un chemin et qu'il s'y perdait. Mais c'est pour mieux nous surprendre.

La plume de William Lafleur est intéressante. Je n'imagine pas le travail de retranscription pour essayer de faire imaginer au lecteur les écrans, la vie de la famille décrite. Il faut qu'on puisse s'imaginer un gars derrière ses écrans d'ordinateur, en train d'espionner sa famille… et je trouve que c'est bien fait. En fait, je ne m'imaginais pas les écrans, mais directement la vie qui se passait dans la maison. C'est un roman original, qui amène des réflexions. Et puis l'auteur nous balance la fin, le dernier chapitre… et on se dit WTF vraiment ? Et bien oui, et je n'avais pas vu ça venir ! Ce livre c'est l'expérience d'un auteur, l'expérience d'un lecteur, des réflexions, des introspections sur notre vie… et surtout une belle leçon d'humanité.

Ma note : 8/10.
Lien : http://enjoybooksaddict.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
colorandbook
  15 juillet 2016
J'ai bien aimé ce livre. Mais sans plus. le roman est pour moi bien trop court pour pouvoir être assez approfondi et pour permettre aux lecteursde vraiment se plonger dans l'histoire. J'ai trouvé que c'était un peu malsain mais j'ai apprécié ce côté décalé même si pour moi ce n'étais pas assez poussé.

On voit des personnages lambda. Les voyant seulement avec la touche de subjectivité du père, et à travers de ses yeux j'ai eu du mal a m'attacher à eux, j'étais trop éloigné d'eux.


On retrouve ici une histoire. peu banale. Mais encore une fois pour moi j'ai trouvé un manque d'approfondissement. En effet le livre est trop court. de plus on a juste des passages de ses visions de ce père un peu mis en fouillis dans des articles de blog sans chronologie réelle. Ce qui ma aussi dérangé c'est la répétition des choses. Jai eu une impression de redite, mais je pense que c'est ce que voulait pointer l'auteur: le quotidien. Par conte j'ai beaucoup aimé la fin.


La plume des auteurs est très agréable à lire, mais tres simple. Elle est fluide, sans perte de rythme.

En bref, c'est un livre décalé et original. Malgré quelques points négatifs qui m'ont laissé un sentiment mitigé sur ma lecture j'ai malgré tout apprécie lire ce livre, mais il me laissera pas une trace indélébile.



Les personnages :



Nous retrouvons ici principalement un père de famille lambda. Mais aussi à travers ses yeux on découvre ses deux enfants et sa femme.

On découvre d'un côté le père de famille c'est un homme banal. Il a une vie rodée, il est pris dans une routine. Mais il ne supporte plus rien de cette vie. Quand il fait croire à sa mort, je me suis demandé qui était il vraiment, j'ai eu beaucoup de mal à le comprendre et á m'attacher à lui.

On retrouve également la mère de famille Patricia, Une femme gentille et attentionnée, avec ses enfants. J'ai trouvé cette femmes forte. Malgré la "mort" de son mari elle n'a jamais baissé les bras même si elle souffrai elle a su garde la tête haute. Mais j'ai une nouvelle fois pas pu m'attacher à elle la voyant juste a travers les yeux du père

On a aussi la fille de la famille Sophie. C'est une ado touchante c'est la seule personne à qui j'ai réussi m'attacher. La musique prend une place importante pour elle. Voir et ressentir sa souffrance face a la perte de son père ma fais ressentir de l'empathie pour elle.

Il y a pour finir le fils Thomas. c'est un jeune garçon qui passe sa vie devant un écran. Que se soit la télé ou son ordi il ne les quitte pas. Face à la mort de son père il reste en retrait, cachant ses sentiments aux filles de la maison pour les épauler. Je ne me suis pas non plus attaché á lui.







L'histoire:




le résumé promettait vraiment beaucoup. Et je vous en dirai pas plus sur l'histoire car il dit vraiment tout.

Malheureusement pour moi l'histoire m'a laissé un peu un arrière gout amère dans la bouche. Trop courte et selon moi pas assez poussée, malgré tout le sujet est très original et c'est agréable à lire. le second point qui me dérange c'est le fait qu'il n'y a pas vraiment de chronologie juste des points de vue repetitive du père sur ses proches.

Par contre j'ai trouvé les passages sur la fille de la famille Sophie touchant. J'ai aussi trouvé le côté voyeur et malsain agréable a suivre, même si pour moi ces moments sont trop peu équitable. Par moment c'est très malsain, et par d'autre c'est plat.

Dans l'ensemble j'ai trouvé l'histoire intéressante, et qui peut nous permettre de nous remettre en questions sur nos propre vie. Par contre j'ai trouvé le roman pas assez développé et qui manque énormément d'humour. J'aurai aimé une centaine de pages en plus pour réellement m'accrocher á l'histoire. Par contre j'ai énormément aimé la fin.



Les auteurs:




J'ai trouvé la plume de William Lafleur agréable et fluide. Mais on n'a presque aucune description ce qui m'a dérangé. Par contre les mots s'enchaînent sans aucune pause. le petit roman ce lis tour seul. Par contre je m'attendais a plus d'humour.





Conclusion :


Malgré tout je vous conseil ce livre même si pour moi il manque un peu de profondeur, il reste tres agréable a lire.

Les personnages sont pas attachants mais ils sont agréable à suivre. le problème c'est que on les vois seulement a travers les yeux du père, se qui nous laisse plus spectateur que acteur de notre lecture.

L'histoire est entrainante malgré le manque d'humour, et surtout la trop courte longueur. Malgré tout j'ai bien aimé le cote maison de l'histoire et elle avait une originalité énorme.

En bref, c'est un assez bon roman, mais bien trop court. J'ai quand même passé un moment agréable
Lien : https://colorandbook.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Gaiange
  11 juillet 2016

Ce premier roman de Monsieur le prof (découvrez le à travers cette interview, sur Facebook, Twitter et son site )qui est longtemps resté dans un tiroir m'a mis dans un premier temps très mal à l'aise. Un père de famille simule sa mort auprès de sa famille pour connaître leur réaction face à ce drame, de le perdre lui. Il place des caméras, des micros et des logiciels espions dans la maison familiale. Il va vivre avec eux à travers un écran. J'ai trouvé ça malsain, égoïste, méchant un tel comportement, je l'ai détesté. Il prend conscience de certaines choses dont il n'arrive pas trop à réaliser sur lui-même ou ses enfants envers lui.

A travers ce roman, je ne veux pas spoiler, surtout pas !!!! Lisez le !
On apprend beaucoup sur les personnes qui nous entourent, les faux semblants, les mots et les maux cachés. J'ai pris une véritable baffe à la fin du roman. Voir plus loin que le bout de son nez, respecter les gens que ce soit en face, derrière un écran, tout a une conséquence.

La plume reste assez simple, mais il y a une réelle culture dans les références retranscrites.
Bravo !
Lien : http://les-mots-de-gaiange.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JoyceG
  24 juin 2016
Il y a certaines lectures, qui vous marquent et qui resteront surement ancrées en vous à vie. Ce été mon cas pour le premier roman de William Lafleur avec Point Final.

J'ai de suite été intrigué par seulement par la phrase sur la quatrième de couverture, sans même avoir lu le résumé du livre : "Ce matin, je suis mort. J'ai mis un point final à cette vie". À partir de cette phrase je n'ai pas voulu en savoir davantage et je me suis procuré le livre.

Je me suis plongée dans l'histoire de William Lafleur, et je n'ai pu lâcher le livre du début à la fin, j'ai aimé les questions que posent ce livre, l'écriture et simple sans fioritures et on se laisse transporter par l'histoire, jusqu'au dénouement final.

Parler de ce livre dans les détails serait vous spoliez le livre, je vous invite donc à le découvrir en espérant qu'il vous plaira autant que moi.
Commenter  J’apprécie          40
StephG54
  04 septembre 2018
C'est un court roman très original. J'ai été intriguée par le résumé de la quatrième de couverture. C'est immoral, malsain mais oui , j'ai aimé ma lecture! En plus ,la fin m'a totalement surprise tellement elle est inattendue !!
Commenter  J’apprécie          31
avatar905
  14 juillet 2017
Le livre est comme un miroir qui nous met face à l'absurdité de notre quotidien, celui où les gens passent plus de temps devant leurs écrans qu'à se parler en face, ou ils préfèrent se juger plutôt que se comprendre. Ou le seul moment où l'on peut se parler dans une famille, c'est au moment des repas, des fêtes de famille. Les gens ont besoin d'une raison pour se faire des cadeaux (anniversaire, Noël), leur manière de consommer est dictée par des coutumes, des habitudes culturelles, et non par leurs émotions, leur spontanéité, leur singularité.

L'ironie et l'intérêt du livre sont, d'après moi, la mise en abîme. L'auteur qui critique la société en est lui même le produit (référence à Thomas, l'addiction aux écrans et aux réseaux sociaux, "Tropiques de la haine")
Et même ce livre, qui pourtant aborde une problématique de fond, et qui est rempli d'amour et de bienveillance, est lui même écrit plutôt rapidement, comme si l'auteur était tellement pris dans l'immédiateté qu'il n'avait pas pu travailler le texte pour, de quelque chose de bien, en faire quelque chose de grand. Mais la dessus, je ne lui jetterai pourtant pas la pierre, car il vaut mieux faire quelque chose, même imparfait, que de ne rien faire du tout. (Et puis il part au départ d'un défi consistant à publier quotidiennement sur un blog, aussi)
Le livre remplit sa mission, nous sensibiliser à l'existence, et à la question du sens et de l'absurde, avant d'être une hymne à l'amour, la poésie, la communication et le partage..
Il est quelque part l'incarnation de ce qu'il dénonce, le témoignage d'une époque où la beauté a peur d'elle même, a du mal à consacrer du temps à découvrir et réaliser son plein potentiel, tant elle a besoin de se rassurer quand au fait qu'elle existe, tant elle n'a pas confiance en elle, tant elle peine à nourrir son besoin de reconnaissance.

Ainsi ce texte est parfait tel qu'il est: le témoin d'une époque, d'une société confrontée à l'absurdité de sa condition, et qui n'a pas de solution à l'angoisse de l'absence de sens; si ce n'est de se réchauffer à la chaleur humaine de ses semblables, de se sentir reconnu dans le regard rassurant de l'autre, qui l'espace d'un instant nous voit tel que nous nous voyons nous même, nous permettant alors d'oublier notre solitude existentielle.

PS: ce que j'aime avec cet auteur c'est sa capacité, malgré l'anonymat, la distance, les écrans, à crée une intimité très profonde avec lui. Et puisque tu es un geek, qu'il est donc possible qu'un jour tu tombes sur la présente critique, je te le dis ici: merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Rattus
  26 septembre 2016
J'ai l'impression d'être passée à côté du "délire" quand je vois la note moyenne de ce livre alors que mon interrogation principale est et reste "pourquoi avoir publié cela ?" (encore plus s'il s'agissait d'un véritable blog à la base). Tout est-il bon pour faire de l'argent ?

L'expérience de ce "roman" aurait pu pourtant être très intéressante, le concept est sympa, aurait pu être bien amené, aurait pu pousser le lecteur à s'identifier au personnage principal et à se poser des questions profondes sur le sens de la vie... mais il n'en a résulté qu'un échec cuisant qui rappelle facilement la (trop) légèreté et la superficialité des blogs de l'internet 3.0. Peut-être était-ce voulu ou peut-être que William Lafleur aurait mieux fait de se contenter de ce qu'il savait le mieux faire : M'sieur le Prof et Partenaires particulières (dessins et textes légers en matière de style).
Le livre est bourré de clichés et l'arnaque ne prend pas : en quelques lignes on peut facilement deviner (voir s'énerver) du manque de réalisme et de logique de l'expérience qui fait d'avantage penser au blog d'un pauvre adolescent s'ennuyant ferme dans sa vie et tentant de faire un buzz en se faisait passer pour mort.
Cela aurait encore pu passer s'il n'y avait pas les pseudo-analyses de pseudo-psychologie (la fille du "héros" qui a un journal intime = elle n'a pas d'amis et manque de communication, le garçon devient "dur" dans ses attitudes et plus mature parce qu'il prend le rôle du père etc.).
Il aurait pu au moins nous épargner les "je ne vous dirais pas comment cela est possible, parce que je ne veux pas que vous puissiez savoir qui je suis." C'est cela, oui. On y croit tous.
Même s'il ne s'agit "que" d'un livre, lorsque l'on décide de monter un canular, on essaie de le faire bien et d'éviter de verser dans la banalité qu'on croirait empruntée à "Amour, Gloire et Beauté" ou autre série du même genre.

Si vous souhaitez lire quelque chose sur un peu le même sujet mais bien écrit et plus approfondi essayez "Replay" de Ken Grimwood.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
lanordiiste
  04 juin 2016
Quelle drôle de lecture que ce livre ! Pour quelle raison, autre qu'un sérieux dérangement, un homme voudrait il faire croire à sa mort, à sa mère, sa femme et ses deux enfants?Il y a un secret derrière tout cela, il ne s'agit pas de l'ennui mais du désespoir, celui de voir sa vie passer et d'en être que le spectateur.
J'avoue qu'en lisant la quatrième de couverture, j'ai pensé que j'éprouverai un tas de sentiments, je serai peut-être écoeurée, nuée d'émotions pour une telle histoire. Je l'ai commencé en me disant et pourquoi pas, ça change de tout ce que j'ai pu lire après tout. Puis j'ai remarqué à quel point le texte était court. Mais bon, peut-être serai-je bluffée par ses toutes petites 171 pages.
Et là pas du tout... Je suis ressortie de cette expérience, de marbre et totalement indifférente. Pages après pages, cet ennui des mots, des causes et des conséquences des actes du narrateur, banales! Et puis cette fin très peu surprenante. Comment l'ennui de sa vie, peut-il conduire à écrire un tout petit roman aussi plat et creux? Il n'en ressort rien.
L'ennui de sa propre vie ne devrait-il pas conduire à se projeter dans un imaginaire lointain, pour écrire de aventureuses choses?
Je suis également dépitée du peu de morale de ce livre. La vie continue mais encore...?
Qu'essaie t-il de dire, que la vie comme la mort sont dénuées de sens et que dans le désespoir ou l'ennui nous posons des actions visées à extorquer des sentiments?
Bref ce qui reste dénué de sens à la fin, c'est cette non-histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox