AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290338710
Éditeur : J'ai Lu (01/06/2004)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Épouser le comte d'Aytoun? Impossible ! Millicent Wentworth a gardé un souvenir si cuisant de sa première expérience conjugale qu'elle s'est juré de ne plus jamais recommencer. Toutefois, il ne lui reste plus un sou et la propriété où elle a recueilli les esclaves que son défunt mari possédait à la Jamaïque est menacée de saisie. Alors autant accepter la proposition de la comtesse douairière,puisqu'il ne s'agira que d'un mariage blanc. En échange, Millic... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Luna05
  10 mars 2014
Il y a des envies que l'on ne peut réfréner, des lectures qui nous lancent des appels de détresse chaque fois que l'on ouvre notre bibliothèque. J'ai plus d'une fois reporté cette lecture comme tant d'autres mais cette fois-ci impossible de passer outre. Ma dernière plongée dans une romance historique commençant à dater je n'ai émis aucune résistance quant à sortir « le prix à payer » de son antre. Pourtant le couple se cachant derrière le pseudonyme de May McGoldrick m'avait laissé un assez mauvais souvenir avec le premier tome d'une de leur trilogie, n'étant pas du genre à rester sur un échec avec un auteur je me suis décidée à lui laisser une chance.
Je ne sais pas ce qui est le pire pour un lecteur ? Tomber sur une lecture que l'on a détestée mais qui a eu le mérite de ne pas nous laisser indifférent, ou bien de parcourir un titre de manière apathique sans vraiment l'aimer ni le détester nous laissant une impression désagréable d'être passée totalement à côté de cet univers ? En ce qui me concerne la seconde option sera la pire car rédiger un billet sur un livre dont on n'a pas grand-chose à dire se révélera tout simplement mission difficile…
Nous suivrons notre jeune veuve Millicent Wentworth tentant de survivre malgré les dettes que lui a laissé son mari. Jeune femme altruiste qui sera prête à tout pour protéger et garder auprès d'elle tous les anciens esclaves noirs qu'elle a affranchi depuis le fameux décès. C'est lors d'un énième sauvetage que nous ferons sa connaissance et seront plongés dans ses graves problèmes bancaires mais une aide inattendue lui proposera d'éponger toutes les dettes. Lady Beatrice Archibald Pennington, Comtesse Douairière Aytoun en échange de ce service lui demandera d'épouser son fils et de s'occuper de lui. Suite à un terrible accident le comte ne peut plus marcher et à également un bras paralysé, prostré chez lui se complaisant dans les drogues pour tout oublier et s'oublier le fier Lawrence n'est plus que l'ombre de lui-même. C'est ainsi que va pouvoir débuter la cohabitation qui ne sera pas de tout repos entre les deux époux car malgré ce mariage dit blanc Millicent fera tout pour aider son mari à évacuer les drogues et le sortir de sa dépression, ce dernier quant à lui en fera voir des vertes et des pas mûres à celle lui refusant tout soulagement dans l'opium. Un bras de fer qui leur fera entrevoir une seconde chance d'être heureux malgré les souvenirs torturées mû par leur passé les empoisonnant tous deux.
Je dois dire qu'avec ce contexte je commençais cette lecture avec un certain optimisme, le début a d'ailleurs rempli sa mission nous offrant une intrigue extrêmement riche et à multiples facettes ne nous cantonnant pas uniquement à l'interaction du couple mais en donnant une place importante à tous les habitants de Melbury Hall. Chacun ayant un rôle important à jouer dans cet ouvrage. Ce roman abordera d'ailleurs sans édulcorer le traitement des esclaves noirs par les blancs et tout ce que ces pauvres gens devaient endurer pour servir leur maitre…
Que de personnalités faisant une entrée dans ce roman mais les auteurs nous balancent les noms prestement sans nous laisser le temps de réellement faire leur connaissance, j'ai dû relever pas moins de 20 personnages je ne saurai donc que trop vous conseiller de vous munir d'un papier et d'un crayon pour ne pas vous perdre avec toutes ces personnalités peuplant cet univers.
J'ai beaucoup apprécié la vie si chaleureuse et familiale au sein de Melbury Hall où régnait un certain respect et égalité quel que soit la couleur des domestiques, un lieu à la hauteur de la maitresse de maison Millicent. Cette jeune veuve altruiste et obstinée démontrera tous les sacrifices qu'elle est prête à faire pour protéger son foyer, sa rencontre avec son nouveau mari ne la changera pas malgré le caractère colérique de ce dernier. J'ai beaucoup souris et gloussé lors de leurs échanges et répliques croustillantes ponctuées d'humour et d'esprit, chacun ne voulant pas céder du terrain à l'autre, des faces à faces voyant voler assiettes, verres, injures mais laissant peu à peu place à une dépendance réciproque, à de l'attachement et de l'attirance. Je m'amusais à décrypter les premiers signes avant-coureurs des émois amoureux et me délectais de cette douce cadence les faisant tour à tour faire un pas en avant et deux en arrière selon leur humeur ou crainte de l'autre. Dès le début on se doute bien que l'héroïne a subi et survécu à l'intolérable auprès de son mari ayant des penchants de violence extrême d'où sa peur des hommes et son acceptation de ce mariage blanc avec un homme ne pouvant pas la toucher, quant à Lawrence on ne peut que compatir à ce qui lui est arrivé et comprendre son envie d'anesthésier sa peine dans l'opium et laudanum. Assommé et ravagé par ces drogues imposés par un médecin incompétent le prenant pour un fou, Lawrence se laissera bercer et couler jusqu'à sa rencontre avec son épouse, un véritable électro choque pour cet homme fier qui verra sa vie totalement changer.
En parallèle du couple nous découvrirons les ennemis respectifs de Millicent et de Lawrence, que cela soit Jasper Hyde voulant récupérer Ohenewaa une vieille Jamaïquaine ayant été sauvée par l'héroïne ainsi que ses subalternes, ils auront donc fort à faire.
Il est à présent temps d'aborder les défauts de ce titre.
Ayant déjà lu un autre titre de ces deux auteurs je peux donc affirmer que ce roman a été pourvu des mêmes points négatifs. Pour commencer je citerai le problème de rythme rendant ce récit à la longue soporifique et ennuyeux une fois que le couple a consommé le mariage. J'appréhende toujours ce tournant dans mes lectures car si l'auteur ne maitrise pas bien son récit le couple devient très vite inintéressant et sans tension tout devient fade, constat que je dois malheureusement relever ici. Autre désagrément une fois encore rencontrée, l'absence totale de passion entre Millicent et Lawrence, je n'ai absolument pas été convaincu par leur couple une fois lié intimement.
Que dire de cette fin se résolvant de manière bien trop facile pour être réellement crédible ? Les auteurs nous ont dès le départ plongés dans diverses intrigues qui ne seront que trop survolées rendant finalement le contexte superficiel. Enfin, dernier élément m'ayant passablement énervé dans cette conclusion l'absence de réponses à toutes les questions soulevées tout au long de ce récit, nous en obtiendrons quelques-unes mais pas toutes, c'est donc frustrée que j'ai refermé « le prix à payer ».

Un roman pourvu d'un contexte fort intéressant, peuplé de personnalités prometteuses et des intrigues fort bien trouvées mais dont le charme n'a hélas pas opéré sur moi. Je suis ressortie de ce roman avec une impression d'être passée totalement à côté de tout, peut-être est-ce dû au fait que je ne sois pas réceptive au talent de ces deux auteurs, je vous en laisse donc seul juge, à vous de tenter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marcellina
  16 février 2016
Un roman rouge comme je les aime ; une histoire qui tient la route, une écriture fluide, un rythme soutenu et des personnages hauts en couleur.
Entre obscurantisme et superstition, ignorance et racisme, l'auteure nous transporte dans l'Angleterre du XVIIIème siècle où médecins incultes et arrogants, planteurs violents et cruels, nobles prétentieux et hautains tissent la toile d'une société gangrènée. Autant de noirceur qui ne peut être vaincue que par l'intelligence, la sagesse, la patience, la gentillesse, la générosité et l'amour bien sûr :-)
On ajoute à tout cela une bonne dose d'humour, une pincée d'érotisme, un soupçon de magie, des dialogues vifs et soutenus, et on obtient un tout bon divertissement.
Une auteure que je ne connaissais pas et que je découvre en rangeant ma bibliothèque ;-)
Dans le cadre du challenge multi-défis, je place ce roman pour l'item « Un livre dont le titre contient un verbe à l'infinitif ». Et si le prix à payer était juste l'amour d'une vie :-)
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
MarcellinaMarcellina   16 février 2016
On ne devrait pas vous servir vos repas dans cette chambre. Elle est trop petite, elle sent le renfermé. J'estime que l'humeur est liée à un endroit, et j'avoue que la vôtre est vraiment mauvaise
Commenter  J’apprécie          20
MarcellinaMarcellina   16 février 2016
Eh bien, il semble que votre fils et son épouse se livrent à des batailles quotidiennes dignes du siège d’Édimbourg. Et je suis heureux de vous informer qu'elle est pour l'instant… plus forte que nous ne l'aurions imaginé.
Commenter  J’apprécie          10
MarcellinaMarcellina   16 février 2016
Non, je… je me rends compte que j'ai de la peine pour lui. Il a perdu l'usage de ses jambes, d'un bras. Il passe ses journées dans une sorte de léthargie. Il est aussi misérable que le dernier des mendiants des bas-fonds de Londres. Pourtant, je lis de la douleur dans son regard. Il ne veut pas de cette existence.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 septembre 2015
Même pour se rendre à une vente aux enchères sur les quais, il lui était indispensable d'être accompagnée par un homme, puisque la gent masculine était tellement plus intelligente que le sexe faible !
Commenter  J’apprécie          00
MarcellinaMarcellina   16 février 2016
- Est-ce le pire état dans lequel vous l'ayez vu ?
- Physiquement ? Non, madame. Mais avec sa langue de vipère, il anéantirait une compagnie entière de mercenaires !
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3442 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre