AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Quatre générations sous un même toit, tome 1 (29)

pdemweb1
pdemweb1   18 novembre 2014
page538
M. Guan avait une méthode bien à lui pour se faire des amis, consciente ou inconsciente. Il était toujours très cordiale avec les plus récents, certainement parce qu'il s'agissait là d'amitiés tout à fait intéressées, mais une fois le premier enthousiasme passé, cette cordialité disparaissait petit à petit, comme un petit pain cuit à la vapeur refroidit aprés être exposé au vent
Commenter  J’apprécie          220
litolff
litolff   24 avril 2011
Les personnes insignifiantes aiment que leurs actes soient bruyants.
Commenter  J’apprécie          170
Zebra
Zebra   03 août 2014
page 258 [...] Le jour des funérailles fut bien sûr, pour tous, le jour le plus triste. Sous les grands sophoras, seize gaillards, qui ne portaient pas la longue robe des bonzes, soulevèrent très lentement, très précautionneusement, sous le commandement de M. Li, le grand cercueil blanc. Il n'y avait pas de cloche funèbre; la jeune madame Qian, les cheveux sur les épaules, vêtue d'une très longue tunique de deuil en toile grossière, marchait en tête du cortège, devant le cercueil; on aurait dit un fantôme. M. Jin, triste, l'air éteint, la tenait par la main; ses larmes coulaient sur son nez rouge. Au moment où le cercueil fut soulevé de terre, il frappa le sol de ses grands pieds. Un petit groupe de musiciens se mit à jouer une musique simple à l'aide d'instruments à vent et à percussion. M. Li cria la formule d'usage pour le pourboire, mais s'interrompit en plein milieu.
Il devait être très vigilant, car il rythmait le pas des porteurs avec ses règles sonores. Cette fois-ci cependant, il n'avait pas le cœur à les frapper trop fort. Mme Qian était assise sur une charrette, attelée à une mule efflanquée, qui avançait lentement, juste derrière le cercueil. Les yeux secs de la vieille jetaient toujours la même lueur étrange et fixaient obstinément l'arrière du cercueil; sa tête remuait au rythme de la charrette.
Le vieux Qi, qui n'était pas encore rétabli et qui ne pouvait rester trop longtemps debout, suivit la scène, soutenu par Petit Shunr, depuis le seuil de sa porte. Il n'osait pas sortir. La petite Niuzi voulait elle aussi voir ce qui se passait, mais sa mère la fit rentrer à la maison. A peine venait-elle de ramener Niuzi dans la cour, qu'elle entendit sa belle-mère demander : "C'est aujourd'hui les funérailles de la famille Qian ?" Elle répondit par un simple "oui"; elle fila ensuite vers sa cuisine et se mit à couper les légumes pour le repas; à ce moment-là, elle éclata en sanglots.[...] Quand un pays a perdu son indépendance, la mort devient une compagne. Ce qui arrivait à la famille Qian était affligeant pour tout le monde et resterait à jamais inscrit dans les cœurs. Qu'il était loin le bon vieux temps où chacun vivait en paix ! [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
litolff
litolff   24 avril 2011
Il vaut mieux n'avoir pour toute nourriture que du fumier en vivant sous son propre drapeau que de manger de la viande sous le drapeau ennemi.
Commenter  J’apprécie          100
FLAORI
FLAORI   03 novembre 2015
On ne peut connaître tous les aspects de sa propre culture ; ainsi le poisson vit dans l'eau, mais il ne peut bondir hors de celle-ci pour voir à quoi elle ressemble. Si l'on ne peut connaître avec une entière objectivité sa propre culture, d'autres sont susceptibles de l'observer avec impartialité, du fait même qu'ils vivent en dehors d'elle, mais ils ne peuvent que très difficilement en savourer le goût.
Commenter  J’apprécie          70
FLAORI
FLAORI   08 novembre 2015
Une foule immobile et muette est certainement plus impressionnante que le silence d'un endroit désert ; il y avait dans ce spectacle quelque chose de terrible.
Commenter  J’apprécie          50
FLAORI
FLAORI   06 novembre 2015
Mais non, il ne pouvait rien dire. La véritable douleur est inexprimable !
Commenter  J’apprécie          50
litolff
litolff   24 avril 2011
Les personnes âgées portent une attention toute particulière à leur anniversaire ; elles sont comme les calendriers : chaque fois que l'on en arrache une page, c'est encore une page de moins alors qu'il n'en reste déjà plus beaucoup.
Commenter  J’apprécie          50
FLAORI
FLAORI   06 novembre 2015
Il aimait entendre les rires joyeux des élèves ; une jeunesse qui ne rit pas, c'est une jeunesse morte prématurément.
Commenter  J’apprécie          40
FLAORI
FLAORI   06 novembre 2015
Un homme qui se connaît bien est nécessairement modeste. La modestie rétrécit le coeur, qui ressemble alors à un petit galet extrêmement solide malgré sa petitesse ; il faut être solide pour pouvoir être sincère.
Commenter  J’apprécie          40




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





    Quiz Voir plus

    Classiques en Chine

    Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

    L'histoire des trois Royaumes
    La Cité des femmes
    Epouses et Concubines
    Le rêve dans le pavillon rouge

    10 questions
    65 lecteurs ont répondu
    Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre