AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le Village (37)

Fortuna
Fortuna17 septembre 2016
La vérité était que je m'étais perdu en route. J'avais servi dans plusieurs armées parce que le combat était dans mon sang. De vagues idéaux m'avaient suffi pour changer de bannière. J'avais cru que les communistes nous apporteraient une vie meilleure, mais il m'était vite apparu que ce qu'ils avaient à offrir n'était pas la liberté. J'avais déserté pour rejoindre Makhno, qui prônait à l'époque un système d'autogestion défendu par une armée du peuple, mais je voyais à présent la vérité de tout cela. Ces chefs avaient tous voulu la même chose. Rouges, blancs, noirs ou verts, ils ne s'étaient battus que pour accroître leur pouvoir sur les gens ordinaires.
Commenter  J’apprécie          130
belette2911
belette291114 novembre 2014
— Il se peut que j'aie oublié pendant un temps qui je suis vraiment. Ou que cela fonctionne dans les deux sens : même les hommes méchants peuvent faire le bien.
Commenter  J’apprécie          100
motspourmots
motspourmots12 décembre 2014
... j'avais déjà pris tellement de vies qu'une de plus n'y aurait pas changé grand chose. La première fois, j'avais eu l'impression qu'on rabotait un petit morceau de mon âme, mais j'en avais perdu tellement d'autres depuis qu'il m'arrivait parfois en me réveillant la nuit, de me demander s'il m'en restait quelque chose.
Commenter  J’apprécie          70
Maks
Maks24 février 2016
La hantise de Lara, Baba Yaga, fit irruption dans mes pensées, et je me rappelais les histoires de mon enfance, qui me paraissait alors tellement réelles.
Cette sorcière tapie dans les profondeurs de la forêt, cherchant à attirer des victimes dans sa marmite.
Je retrouvais d'un coup le sentiment de sa réalité. Pendant la journée rien ne m'effrayait plus que la menace des hommes qui risquaient de venir briser ma famille, mais ici, en pleine nuit, cet autre danger, surnaturel et issu de mes rêves hachés, redevenait palpable.
Commenter  J’apprécie          60
Roggy
Roggy05 mars 2016
Le chagrin envahit tout. Si on le laisse faire, il peut annihiler les pensées, consumer les émotions jusqu'à ce que plus rien d'autre n'existe. Incontrôlé, il empêche toute réflexion lucide et peut mener un homme au bord de la folie. Je ne pouvais pas me le permettre, aussi décidai-je de ravaler le mien au plus profond de mon coeur, derrière une porte épaisse. Si le voleur d'enfants comptait revenir à la charge, il était peut-être déjà en mouvement: peut-être déjà en train de contourner le lac par la forêt et de se rapprocher de l'endroit où j'étais assis avec la tête de mon fils mort sur les genoux. Il était temps d'agir.
Commenter  J’apprécie          50
Deviane
Deviane18 février 2017
Il fallait que je voie les visages de ces hommes qui venaient de me donner tout ce qu'ils avaient. Des hommes qui ne savaient rien de moi et qui pourtant m'offraient tout. Et je fus frappé par le fait que, même en des temps aussi durs, il pouvait exister de brefs moments de douceur qui nous élevaient au-dessus de la fange et de la mort.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui
rkhettaoui25 juillet 2015
Même les gens bien peuvent faire le mal.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui
rkhettaoui25 juillet 2015
Toutefois, même si je connaissais les défauts de ces officiers qui nous forçaient à livrer une guerre inutile, je n’avais jamais accepté leur massacre par les révolutionnaires, car tout homme prêt à se battre pour ses convictions continuait de mériter mon respect. Voir une centaine d’individus comme Dimitri s’attaquer à des officiers, qui avaient fait don de leur vie à leur patrie et méritaient à tout le moins de mourir au champ d’honneur, ne correspondait pas à ma vision de la justice.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui
rkhettaoui25 juillet 2015
La détention d’une arme non autorisée était même devenue un crime passible des travaux forcés. C’était un moyen très efficace de mater les paysans – en les privant de leurs armes, on leur ôtait toute capacité de résistance. La tâche des autorités chargées de mener la collectivisation à marche forcée en avait été grandement facilitée. Mais cet homme, comme moi, avait gardé les siennes, ce qui renforçait ma conviction qu’il s’agissait d’un ancien combattant. Car, quelle que soit l’armée au sein de laquelle il avait servi, notre histoire récente était tellement saturée de guerres et de violences qu’aucun vétéran n’aurait rendu ses armes de son plein gré.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui
rkhettaoui25 juillet 2015
Même les hommes méchants peuvent faire le bien.
Commenter  J’apprécie          20




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





    Quiz Voir plus

    Hiver Rouge - le quiz franco-russe

    SKAZKA (сказка)

    Une image
    Une maison
    Un conte
    Un chapeau

    13 questions
    6 lecteurs ont répondu
    Thème : Hiver rouge de Dan SmithCréer un quiz sur ce livre