AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 0460020056
Éditeur : Aldine Press (01/01/1968)

Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Play for voices by Dylan Thomas, performed in 1953 and published in 1954. Originally written as a radio play, Under Milk Wood is sometimes presented as a staged drama. Richly imaginative in language and characterization, and fertile in comic invention, the play evokes a day in the lives of the inhabitants of a small Welsh town. -- The Merriam-Webster Encyclopedia of Literature --This text refers to the Hardcover edition.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
zaphod
  12 mars 2014
J'aime bien les accents locaux.
J'aime bien par exemple l'accent traînant des Lowlands. Il peut s'apprendre en quelques semaines. En plus, c'est toujours utile, l'accent local, parce qu'en général, tant que vous ne le maîtrisez pas, vous passerez toujours pour un gros naze d'étranger, même si vous habitez depuis vingt ans au même endroit.
Et puis, mieux vaut savoir comment s'adresser aux gens.
Par exemple, quand vous devez quitter le pub, plutôt que de dire:
"Now I must go home, or my girlfriend will kill me."
Ca passe beaucoup mieux de dire:
"I nooo maun gangawah, or me bony lass will kinda tuun me inta haggis."

Mais parfois, comprendre un accent relève véritablement du défi. L'accent Welsh, par exemple, est probablement l'accent anglais le plus terrible qui soit. Vous savez, le Pays de Galles est ce coin de la carte d'Angleterre où on trouve des noms de village contenant un double 'L' encadré de deux autres consonnes, dont l'une est de préférence un 'W'. Ça vous plante le décor. J'avais un collègue Gallois que je pouvais écouter pendant plusieurs minutes en ne captant qu'une douzaine de mots tout au plus. Il devait me prendre pour un sacré idiot, parce que neuf fois sur dix, évidemment, je répondais complètement à côté de la plaque.

Or justement (avouez que vous vous demandiez où je voulais en venir), "Under Milk Wood" est un texte écrit avec l'accent gallois.
Ça veut dire quoi, "un texte écrit avec un accent"?

Il se fait que ce texte est une forme un peu hybride que Dylan Tomas a sous-titrée "a play for voices", et qui est composée uniquement de dialogues faits pour être interprétés par des comédiens; mais ce n'est pas une pièce de théâtre, car il n'y a pas de jeu d'acteurs ni d'indications scéniques.
Bref, c'est une forme extrêmement difficile, car tout doit passer dans les dialogues.
L'application pratique évidente est celle de la "pièce radiophonique" dont nos amis anglais sont friands (du moins, la BBC en est friande; reste à savoir si ces émissions sont réellement écoutées).

Donc, les voix, les accents et les intonations sont très importantes, car elles sont quasiment l'unique élément de décor extérieur au texte.
Quand on lit ce texte, je trouve qu'il est important de se faire des voix dans sa tête, et autant que possible, un genre d'accent gallois.

Forme complètement casse-gueule, disais-je, mais (il y a un 'mais', et il est de taille), l'auteur s'appelle Dylan Thomas.

Or Môssieur Thomas est un poète qui a énormément marqué l'esprit anglais. Oh, bien sûr, ce n'est pas Byron ou Keats, mais il semble tenir une place à part.
Et dans l'oeuvre de Thomas, "Under Milk Wood" tient très certainement aussi une place à part.

D'abord, c'est une des dernières oeuvres du poète. Sa rédaction s'est étendue sur une période de dix ans, pendant qu'il réfléchissait à d'autres formes d'expression.
Il venait d'ailleurs de publier un volume de ses oeuvres poétiques complètes. Je ne sais si cela voulait dire qu'il comptait renoncer définitivement à la poésie, mais je ne crois pas.
Ce qui est sûr, c'est qu'il s'agit d'une oeuvre charnière.

C'est une des raisons pour lesquelles on a bien du mal à classer ce livre situé à la frontière entre théâtre, prose ou poésie.
Car oui, ce texte est à la fois terriblement poétique, et très vivant et populaire, parfois même presque vulgaire. Voilà un mélange de saveurs assez rare.

Le sujet est vraiment tout simple: il raconte une journée du petit village de Llareggub (lisez aussi à l'envers) et de ses habitants.
Cela commence superbement par la description des rêves de chacun avant le réveil du village.
Et c'est si poétique, si étrange, ce petit village en dehors du temps et du monde, que ça m'a fait penser à une autre pièce enchantée: "A midsummer night's dream".

Il y aurait beaucoup à dire sur la structure très travaillée du texte, sur l'utilisation de voix "off", sur la structure fuguée des différentes voix qui s'imbriquent et se répondent comme dans un morceau de musique baroque, mais après tout, c'est bien suffisant de se laisser emporter par la beauté des mots, non?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          35
Philippe67
  19 décembre 2012
24h de la vie d'un petit village du pays de Galle avec plein de personnages vivants, morts, fantomes qui parlent et pensent et expriment leurs émotions.
Une très grande poésie se dégage de ce texte. On est là au milieu d'eux, avec eux.
Un pur régal simple et bon comme une tasse de thé.
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Dylan Thomas (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dylan Thomas
Dylan Thomas - Moi, le premier prénommé (1939)
autres livres classés : anglaisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
449 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre