AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La Voleuse de livres (612)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Aurore595
  11 août 2018
Comment décrire ce que j'ai ressenti pendant cette lecture... J'ai été happée littéralement par cette histoire, je l'ai vécu pleinement, en même temps que les personnages et j'étais incapable de le lâcher !!! Pour une fois qu'un livre décrit la Seconde Guerre Mondiale mais vu côté allemand, c'est appréciable... Ca change un peu ! On a souvent tendance à oublier à quel point ils ont pu souffrir aussi, que ce soit de la misère dans laquelle ils ont vécu durant la guerre, de la peur de se rebeller (parce qu'ils n'étaient pas tous d'accord avec ce qu'il se passait, mais ils avaient une famille et étaient souvent impuissants) ou encore de la honte après la fin de la guerre... le livre annonce la couleur (sans jeu de mot aucun ;) ) dès le départ, on sait que ça va finir par un drame, et on s'attache ainsi d'autant plus aux personnages que l'on connait le sort qui les attends. Qu'est-ce que j'ai pu aimer ces personnages !!! Hans et Rudy m'ont touché comme peu de personnages avaient réussi à le faire dans ma vie de lectrice, le lien entre Max et Liesel est magnifique et l'on apprend même à aimer Rosa, qui possède un coeur immense caché sous son caractère de "Saumensch" ! Bref, un livre magnifique, un coup de coeur énorme qui prend littéralement aux tripes, raconté par une narratrice peu commune (que l'on apprend à voir sous un autre jour, car elle se contente au final de faire son travail et n'est en aucun cas responsable de la folie des Hommes), le tout porté par la plume très poétique de Markus Zusak.
Sur ce, je vais aller ravaler mes larmes et essayer de me remettre de cette histoire, en espérant vous avoir donné envie de découvrir cette petite merveille qui a le mérite de nous enseigner le pouvoir des mots...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Valmyvoyou_lit
  03 août 2018
Il existe des livres qui restent en vous, et La Voleuse de livres en fera partie, en ce qui me concerne. Il y a des livres pour lesquels on ne trouve pas de mots pour en parler. C'est le cas de la Voleuse de livres. Pour certains livres, le mot « coup de coeur » n'est pas assez fort, cela va au-delà. C'est ce que je ressens pour La Voleuse de livres.


Le livre est original, la narratrice étant la Mort, celle qui m'effraie tant. Mais, en fait, elle aime les humains. Elle « vit » très mal d'avoir tant de travail pendant les guerres. Aussi, lorsqu'elle le peut, elle s'offre un peu de distraction. Elle s'est attachée à Liesel, une petite fille allemande, pendant la Deuxième Guerre mondiale. La Mort s'efface pour nous parler de cette enfant pour qui elle s'est prise d'affection.


Liesel… petite fille en temps de guerre, en Allemagne. Entre insouciance et émotions, elle va découvrir le pouvoir des mots, grâce à son père nourricier. Ce dernier, Hans, que je l'aime cet homme. Il n'est pas à sa place dans ce pays sous le joug d'Hitler. Ce n'est pas un héros, mais il fait preuve d'héroïsme. Son épouse, Rosa, cache son grand coeur dans son corps immense, sous les jurons qu'elle profère. Et tous les autres, Max, Rudy, etc, tous ces personnages importants de l'histoire, ils me manquent tous. Il est difficile de quitter des protagonistes que nous avons aimés ou détestés pendant plus de six cents pages.


La suite sur mon blog


http://www.valmyvoyoulit.com/archives/2018/08/03/36606692.html
Lien : http://www.valmyvoyoulit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
lhanuise
  02 août 2018
A LIRE
Commenter  J’apprécie          00
audreeadam
  27 juillet 2018
J'ai adoré ce livre, les descriptions étaient tellement réelles, tangibles... je m'y croyais carrément! On suit une jeune fille passionnée par la littérature qui réussit d'une manière peu ordinaire à avoir accès à une bibliothèque de livres qu'elle souhaite dévorer les uns après les autres.
L'univers dans lequel on nous transporte est loin d'être tout rose, mais c'est un livre qui inspire l'espoir, le bonheur.
Ce roman est un état d'âme plutôt qu'une simple lecture.
Commenter  J’apprécie          190
Malivriotheque
  23 juillet 2018
Alors que Hitler monte en puissance et que la guerre ne pourra que bientôt éclater, la jeune allemande Liesel se voit confiée à Rosa et Hans. Elle a déjà perdu sa mère et son frère, et c'est la Mort elle-même qui aujourd'hui raconte son histoire...

J'ai un avis mitigé pour cette lecture que la majorité adule. Les trois reproches que je pourrais lui faire sont une longueur souvent inutile, une narration par le personnage de la Mort qui n'apparaît pas toujours être le meilleur choix avec des annonces d'action souvent indigestes qui rappellent la narration enfantine de Bilbo le Hobbit de Tolkien, ainsi que des apartés narratives et visuelles que j'ai trouvées un peu lourdes, même si elles se veulent originales et peut-être décalées.
Toutefois, c'est une triste et belle histoire à laquelle nous avons affaire, qui développe le quotidien des Allemands sur place qui ont subi le régime et la guerre. Car, et ça paraît bien logique mais on tend peu à y réfléchir de la sorte, tous les Allemands ne suivaient pas aveuglément les pensées du Führer, même s'ils constituaient une minorité. (A ce propos je pense que l'ouvrage Auriez-vous crié Heil Hitler de François Roux, que je n'ai pas encore lu, peut totalement éclairer sur le sujet)
Ainsi nous avons droit à un récit sensible et souvent tout en douceur pour décrire des vérités cinglantes et des atrocités historiques rouge carmin dans la poussière grisâtre des décombres et de la pauvreté. Les personnages sont très attachants et leurs vies touchantes ; le quotidien décrit est sombre mais éducatif à la lecture...
Il ne faut pas cracher dans la soupe : on peut lui trouver quelques défauts, mais c'est quand même un beau roman à l'écriture délicate et au sujet indélébile, vraiment bien formulé pour les adolescents et qui en plus fait la part belle à la lecture et à l'écriture, leur conférant le statut multiple de nécessité grâce aux témoignages et révélations, ainsi que de bouée de sauvetage et d'évasion en temps de troubles graves.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
ericbo
  21 juillet 2018
Il est toujours très difficile de communiquer la sensation que l'on a éprouvé devant une oeuvre d'art ou après la lecture d'un livre.
Comment être sûr de bien transmettre ce ressenti, par écrit, de surcroît ? Car ce livre m'a littéralement bouleversé, du début à la fin. Après Etty Hillesum, c'était un véritable défi.
Tout a déjà été dit sur ce roman, mieux que je ne pourrais le faire, dans d'autres critiques.
Ce livre est juste un chef-d'oeuvre !
Commenter  J’apprécie          340
Yuean
  20 juillet 2018
C'est la mort qui raconte cette histoire. Une histoire qui se déroule dans l'Allemagne du Führer, dans une petite rue d'une petite ville, dans laquelle s'anime un petit monde qui vit au rythme de la grande folie des hommes. Dans tout ce tumulte se trouve Lisa, une jeune orpheline recueillie par une famille plutôt pauvre et banale, dans laquelle l'amour ne semble pas déborder. Mais les circonstances exceptionnelles révèlent parfois les âmes exceptionnelles : les "bidochons" de l'Allemagne nazie vont cacher chez eux un boxeur juif, marquant le début d'une belle amitié, mais aussi d'une lutte quotidienne pour préserver ce secret.

Un livre plein d'humour et d'ironie, un ode à l'amour et à l'acceptation de l'autre, porté par des personnages forts et un rythme haletant.
Commenter  J’apprécie          121
Chocolatiine
  15 juillet 2018
Dans l'Allemagne de la fin des années 30, Liesel Memimger est placée chez les Hubermann. Sa mère n'a plus les moyens de s'occuper d'elle, son petit frère meurt sur le trajet vers la famille d'accueil, leur père, communiste, a disparu.
Une nouvelle vie commence pour elle, entre Hans et Rosa, ponctuée par les colères de l'une, les attentions de l'autre, les vols de livres, l'apprentissage de la lecture et les horreurs de la guerre.

Quelle ironie de lire ce roman la semaine même où quelqu'un chipe deux colis de livres dans ma boîte aux lettres... J'espère qu'il en fera aussi bon usage que Liesel.
La Voleuse de livres est avant tout une déclaration d'amour aux mots, aux mots qui sauvent ou qui tuent, dont la compréhension change le monde pour une fillette de onze ou douze ans. Ce roman, sans jamais tomber dans la niaiserie, est incroyablement émouvant. Les personnages sont attachants, tous, y compris ceux qui semblent de prime abord peu sympathiques. Ma préférence va à Max, dont la sensibilité m'a énormément touchée, notamment dans les quelques écrits qu'il offre à la jeune fille. Jusqu'au bout on espère qu'il survivra à cette guerre et aux camps et nous ne recevons la réponse que dans les toutes dernières pages.
La Voleuse de livres est aussi un moyen de parler de la guerre "de l'intérieur", du point de vue de quelques Allemands. Cela également m'a paru intéressant.
Enfin, malgré ses 620 et quelques pages, ce livre a l'avantage de se lire rapidement. le style est très fluide et on accroche facilement.

Challenge ABC 2017/2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Guardians
  12 juillet 2018
Roman présenté de manière très originale, puisque c'est la mort qui vous relate les faits qui se passe en Allemagne durant la seconde guerre mondiale.

La mort est envoutée, hantée (ce sont ses termes) par les humains et plus particulièrement par Lizzie, jeune fille placée chez des parents nourriciers.

Lizzie est une enfant espiègle, qui n'a pas les mains dans sa poche car elle vole les livres qui passe près d'elle.
C'est cet amour pour la lecture et le bonheur qui en découle qui va la rapprocher de son père nourricier, Hans, puis de Max, l'homme juif caché par la famille, qui apportera du réconfort aux habitants du quartier pendant les bombardements. Un amour pour la lecture puis l'écriture qui lui sauveront la vie dans tous les sens du terme.

Ce roman surprenant, passionnant et plein de poésie dans un sens.
Peut-être que si vous vous engagez dans la lecture de cette très belle histoire d'amitié, de passion et d'amour, vous serez (ou pas) bouleversé.
Bonne lecture à toutes et tous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
NathalC
  26 juin 2018
Bouleversant...
Ce roman a pour particularité d'avoir pour narratrice "La Mort". Ce qui m'a fait pensé au film "Rencontre avec Joe Black". Ici s'arrête la comparaison.
La Mort personnifiée, dont le métier est de venir chercher les âmes des humains. C'est son métier, de tout temps, partout sur la Terre. Mais La Mort connait-elle les humains ?
Ici, elle nous raconte l'histoire de Liesel. Période difficile et chargée pour La Mort, car nous sommes en pleine 2nde guerre mondiale, en Allemagne.
La vie pour les Allemands n'est pas toujours facile non plus, même si c'est un côté de l'histoire qui ne nous est pas très familier...
Liesel vient de voir son petit frère mourir, sa mère la confie à un couple d'Allemands avant de disparaître. Liesel s'attache à son papa et sa maman d'accueil. La vie continue...
Le départ de l'histoire est presque léger ! Et peu à peu, l'auteur nous emporte dans l'histoire de cette enfant...
L'histoire est belle mais dure, tendre mais insupportable...
Un très beau roman, touchant, attachant, triste... que je garderai longtemps en mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La Voleuse de livres

Que voit en premier la Mort ?

Les humains
Les couleurs
Les âmes
Les yeux des mourants

11 questions
386 lecteurs ont répondu
Thème : La Voleuse de livres de Markus ZusakCréer un quiz sur ce livre